Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 1er décembre 2020
Antananarivo | 17h28
 

Tourisme

Tourisme

Air Austral suspend ses vols vers Nosy Be

samedi 7 novembre | Mandimbisoa R.

La compagnie aérienne réunionnaise, Air Austral, a annoncé vendredi la suspension prochaine de ses vols à destination de Nosy Be. Cette suspension sera effective à partir du 8 novembre. « Compte tenu des décisions gouvernementales interdisant tous les voyages d’agréments, la compagnie se voit contrainte de suspendre à nouveau tous les vols Réunion-Nosy Be à compter de ce dimanche 8 novembre et ce jusqu’à nouvel ordre », précise un communiqué de la compagnie.

Cette nouvelle disposition fait certainement référence aux mesures prises par l’Aviation civile de Madagascar (ACM), qui a annoncé récemment que « les vols touristiques vers Nosy Be, qui ne sont pas en provenance des pays frappés par la seconde vague de la pandémie de coronavirus, restent autorisés ». La-Réunion, qui connaît certes une augmentation de cas de contamination, ne devrait toutefois pas pour l’heure être concernée par cette nouvelle vague de la pandémie.

Les mesures de suspension de vols d’Air Austral concernent également les autres destinations régionales, sauf pour les vols entre Mayotte et La Réunion (4 rotations par semaine) et Mayotte et Paris (trois rotations par semaine). « Les autres destinations régionales proposée par la compagnie restent, à ce stade, suspendues jusqu’à nouvel ordre dans l’attente des prochaines décisions gouvernementales ».

En tout cas, cette décision d’Air Austral aura des impacts sur le tourisme à Nosy Be qui est en train de remonter petit à petit la pente après plus de huit mois d’inactivité suite à la pandémie. Le retour des touristes à Nosy Be, à partir du 1er octobre dernier constituait en effet une lueur d’espoir pour les opérateurs touristiques. Mais avec cette nouvelle suspension de vols en provenance de La Réunion, l’inquiétude revienne.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 7 novembre à 12:32 | dominique (#9242)

    Déjà qu’il n’y a plus un seul touriste a Madagascar ce n’est pas cela qui va améliorer la situation catastrophique de la monnaie car pour les rentrées en devises c’est pas pour demain que tout ira très bien ça va même contribuer a la descente aux abysses complètes .. D’ailleurs Air Austral l’a bien compris depuis très longtemps c’est une destination a éviter qui pose trop de problèmes ne serait ce quand papier de visas ou tout est corrompu ou maintenant limité a deux mois ont ne sais pour quoi ; non la vente de visas de 2 mois a été vendue a une société qui en rigole ... et le 3 eme mois c’est le cirque complet dans toutes les villes pour l’obtenir .... bon courage

  • 7 novembre à 15:14 | Jipo (#4988)

    Bonjour.
    Je ne peux que regretter cette décision mais comme vous pouvez le voir ils sont en train de couler l’ économie mondiale, avant de nous imposer le grand reset, le puçage et la monnaie numérique, mais surtout ne croyez pas ce que dit un facho complotiste, et bonne continuation dans le déni de ce qui se passe sous vos yeux, ce n’ est qu’ un fake ...

  • 7 novembre à 16:28 | Albatros (#234)

    En ce qui concerne l’utilité de l’aéroport de Nosy Be, permettez moi de faire le petit rappel suivant avec mes commentaires à la suite.
    Extrait d’un article de Madagate datant de mai 2013. C’est pas d’hier mais il ya des remarques toujours d’actualité !.

    "Samedi 18 mai 2013. Le Président de la Transition, Andry Rajoelina, a procédé à l’inauguration de l’achèvement de la première partie des travaux d’aménagement et d’extension de la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Fascène Nosy Be de catégorie C.
    Il s’agissait, dans ce premier temps, d’élargir et combler l’ancien fossé sur 18.000 m² ; d’allonger la piste de 2.190 m auparavant à 2.230 m ; d’ajouter plus d’une quarantaine de feux de pistes à ceux déjà présents pour améliorer la visibilité lors des atterrissages nocturnes. Le coût de cette première tranche des travaux s’est élevé à 5 milliards 300 millions d’Ariary dont 70% venant du gouvernement malgache et 30% venant de la société ADEMA (Aéroports de Madagascar). La seconde étape des travaux consistera à augmenter l’épaisseur de la piste de 8 à 10 cm de bitume bétonné et d’augmenter la longueur de la piste de 750 m qui sera, au total, de 2.980 m. Cela permettra l’atterrissage des Airbus A380 et des Boeing 780. Le coût de cette seconde tranche de travaux est estimé à 45 milliards d’Ariary.
    Jusqu’en 2004, seuls les avions Boeing 767 transportant 280 passagers, pouvaient être supportés par la piste. Actuellement, et après ces travaux, les Airbus A340 et les Boeing 777, d’une capacité de 350 et 400 passagers, peuvent se poser sur la piste de cet aéroport de Fascène qui, dès lors, possède les mêmes capacités d’atterrissage que l’aéroport international d’Ivato.
    Cependant, il reste encore à avoir l’autorisation des instances aériennes internationales, dont les démarches en ce sens ne devraient pas excéder huit mois. Cela fait, l’aéroport international de Fascène Noy Be sera le second aéroport le plus grand de Madagascar après celui d’Ivato Antananarivo de catégorie D. Il est indéniable qu’une fois l’autorisation acquise, cette extension permettra d’augmenter la venue de nombreuses compagnies aériennes possédant de gros porteurs et, par synergie, d’augmenter le nombre de touristes. Ce qui aura un impact bénéfique pour l’économie de l’île aux parfums."
    Fin de citation.

    Si on analyse cet article, il en ressort plusieurs remarques :
    - Pour Madagate et Andry Rajoelina, à l’époque, il s’agissait SURTOUT d’éviter aux touristes d’être obligés de passer par Tananarive pour aller poser les serviettes de plage à Nosy Be.
    - Cet investissement colossal n’aurait un impact économique QUE pour Nosy Be et ses nombreux investisseurs étrangers et malgaches de la "Haute".
    - Ces investissements, encore une fois colossaux, n’auraient-ils pas été plus utiles pour favoriser la distribution d’eau dans le Sud de Madagascar ?.
    - Encore une fois, c’est la preuve que les dirigeants malgaches sont tributaires de l’Etranger pour développer, souvent au profit d’une minorité, la vie économique d’une région de leur pays au détriment d’autres populations malgaches.

    Développer les infrastructures aérienne à Nosy Be, comme Varadero à Cuba (souvent interdit aux "simples cubains" !), ou l’Ile aux Cerfs à Maurice (au plus grand profit des actionnaires du Touessrock Ressort !), ne sortira pas le Peuple malgache de la misère.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives