Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 17 septembre 2021
Antananarivo | 23h17
 

Communiqué

Communiqué SEFAFI

Agir en responsables...

samedi 1er juin 2013

Madagascar est aujourd’hui dans une impasse totale, en raison de décisions irréfléchies et non conformes à la loi prises par les acteurs politiques qui ne songent qu’à leurs intérêts personnels alors qu’ils sont en charge des intérêts du pays. Pour en sortir, il convient de bien cerner les problèmes qui se posent.

Alors que se préparait la tenue d’élections attendues depuis quatre ans, fixées au 8 mai avant d’être reportées au 24 juillet, voici que la CES (Cour électorale spéciale) arrête une liste de 41 candidats, dont trois ont été contestées pour des motifs différents et partiellement justifiées selon les considérants étalés dans la presse. Le SeFaFi s’était indigné de cette mascarade, de la part d’une institution chargée du bon fonctionnement des institutions. Mais il avait pris acte d’une décision qui s’impose sans recours : « l’esprit de la démocratie exige à présent que les citoyens puissent faire leur choix en toute liberté ». Pour autant, avait-il précisé, « cette affaire ne devra en aucune façon perturber un calendrier électoral élaboré avec peine. Un nouveau report ouvrirait la voie à toutes les initiatives extra-démocratiques, au moment où le pays aspire à retrouver des dirigeants élus à même de faire face, grâce à leur légitimité, aux défis économiques et sociaux urgents » [1].

Le médiateur de la SADC, Joaquim Chissano, alors présent à Antananarivo, allait dans le même sens, déclarant le 5 mai que « nous respectons les institutions de la Transition, y compris la Cour électorale spéciale. Nous prenons note de ce qu’elle a fait. Comme vous savez, il n’y a pas de recours à la décision, et il ne nous reste qu’à souhaiter qu’il n’y aura plus d’autres irrégularités » [2]. Aujourd’hui, la communauté internationale, SADC en tête, récuse les trois candidatures litigieuses. Ce faisant, elle oblige Madagascar à commettre « d’autres irrégularités » ! Que la communauté internationale assume ses responsabilités, et cesse de tenir un double langage qui lui enlève toute crédibilité : en reniant sa parole, elle fait exactement ce qu’elle reproche (à bon droit) aux politiciens malgaches.

La question à résoudre d’urgence est donc celle d’un éventuel report des élections. Pour la CENIT (Commission électorale nationale indépendante de la Transition), les préparatifs se déroulent normalement, et l’échéance du 24 juillet peut être tenue. La question des candidatures ne peut pas être invoquée en faveur d’un report, le médiateur de la SADC ayant « pris note » de la liste des 41, en dépit des irrégularités constatées. Ceci étant acquis, la suspension des financements par les partenaires financiers et techniques ne tient pas non plus si les -délais sont respectés par la partie malgache. Madagascar n’étant pas confronté à une guerre interne ou externe, et n’ayant pas été ravagée par une catastrophe naturelle majeure, l’argument du « cas de force majeure » relève de l’arnaque politique. Et l’hypothétique réconciliation ne peut pas davantage servir de prétexte, le CRM (Conseil de la réconciliation malgache) étant constitué, et le FFKM (Conseil des Églises chrétiennes à Madagascar) s’étant engagé à y travailler dans le long terme. Enfin, comment imaginer qu’un report n’en entraînera pas un autre, puisque les politiciens ne seront jamais tous d’accord sur toutes les questions d’importance ?

Le seul obstacle à la tenue des élections du 24 juillet est le refus évident de certains candidats (Président de la Transition, Président du Conseil Supérieur de la Transition (CST), ministre la Fonction publique) de se plier à l’obligation de démissionner dans les délais prescrits.

Dès lors, pour maintenir le calendrier des élections, il revient aux deux chambres de la Transition de voter d’urgence la loi qui organise l’intérim du Président de la Transition - une loi que le gouvernement n’a hélas pas élaborée à temps, alors que la préparation du processus électoral est son seul objectif.

Il revient au CST de destituer son Président qui se met hors-la-loi en ne démissionnant pas et d’en élire un nouveau. Certes, il est permis de penser qu’il n’aurait pas posé sa candidature si le Président de la transition n’avait déposé la sienne hors délais, mais en choisissant de se porter candidat à la présidence du pays, il a définitivement renoncé à siéger au CST et un retrait ultérieur s’avère sans effet.

Il revient à la CENIT de saisir la CES pour destituer le ministre candidat qui enfreint la loi en refusant de démissionner.

Et il reviendra à la présidence collégiale, dès qu’elle sera installée, de nommer des intérimaires aux postes ministériels vacants. Tout ceci devant être réalisé dans les deux semaines qui viennent, tandis que se poursuivent les préparatifs électoraux, et en attendant l’ouverture de la campagne électorale le 27 juin prochain.

Enfin, rappelons que plus rien ne justifie l’inversion de l’ordre des élections : il a déjà été décidé de procéder aux présidentielles avant les législatives, que les dirigeants s’y tiennent ! Reste ouverte la question de la crédibilité de la CES, fortement compromise par la validation des 41 candidatures...

Car personne n’est dupe. Si Madagascar a mis quatre ans pour organiser des élections, et que l’on parle à nouveau de les reporter, c’est bien parce que la classe politique unanime n’en veut pas, et fait ce qu’il faut pour en empêcher la tenue. Comment expliquer autrement tous ces refus de se plier à la loi, de la part de personnes qui ambitionnent chacune de devenir le premier magistrat du pays ? Les politiciens se préoccupent toujours de leurs intérêts personnels et égoïstes (le pouvoir, l’argent, les honneurs), rarement des intérêts de leur parti, et jamais de l’intérêt général du pays et de ses habitants. Mais ils savent qu’ils ont tout à perdre d’une élection libre et transparente, où les citoyens pourront s’exprimer sans contrainte. Une ultime occasion leur est donnée de prouver par leurs actes, des actes concrets et cohérents qui nous acheminerons à l’élection du 24 juillet, qu’ils sont disposés à agir en tant que personnes responsables...

Antananarivo, 31 mai 2013

SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA SeFaFi
Observatoire de la Vie Publique
Lot III R 45 tar Tsarafaritra, Tsimbazaza, Antananarivo 101
Tél. 032 59 761 62 Email : sefafi@gmail.com Site Web : www.sefafi.mg

Notes

[1Communiqué du 5 mai 2013 : « La CES hors la loi ? ».

[2L’Express de Madagascar, 6 mai 20013, page 3.

33 commentaires

Vos commentaires

  • 1er juin 2013 à 07:44 | iarivo (#5822)

    Voilà une prise de position qui va diamétralement en opposition aux propositions du FFKM !

    Il est certain que la concrétisation des élections soient importante pour le futur proche car elles permettraient la légitimation et la légalisation de la nouvelle équipe qui sera en place et aurait ainsi les mains libres pour agir plus efficacement.

    Mais se lancer ainsi dans la précipitation risquerait de remettre en question tout ce qui a été entrepris depuis 5 ans donc à faire perdurer la crise latente et de créer une confrontation encore plus violente par la suite.

    Plutôt que de vouloir imposer coûte que coûte le respect du calendrier électoral, que la Sefafi fasse d’abord de véritable proposition dans l’organisation de ces élections et de l’après élections afin de démarrer un début de négociation qui ne pourra qu’être salutaire pour le pays.

    Agir en responsables s’est déjà prévoir l’avenir à court, moyen et long terme et non pas foncer la tête baissé !

    • 1er juin 2013 à 11:03 | maso (#2264) répond à iarivo

      Alors qu’enfin le SEFAFI nous livre une bonne analyse de la situation, vous tentez de démonter la démonstration en vous appuyant sur les acquis, dans l’évolution de ces 5 ans de crise.
      Mais cher monsieur, il n’y eu aucune évolution et tout les acquis sont plus que discutable.
      Alors que l’on aille à cette élection et que les fabricant de brouillard comme vous arrête avec leurs analyses vaporeuses étayé sur des arguments bidons.

  • 1er juin 2013 à 07:47 | iarivo (#5822)

    Cette démarche de la SEFAFI ressemble plutôt à une fuite en avant ...

    • 1er juin 2013 à 08:22 | HARUNA BIS (#7218) répond à iarivo

      L’on sait que vous êtes du coté de cette bande qui veut garder le pouvoir a tout prix .Donc arrêter vos arguments a deux balles qui se réfutent facilement !

    • 1er juin 2013 à 08:56 | poiuyt (#584) répond à HARUNA BIS

      cela sent que saint-joe a commencé par être un has been

  • 1er juin 2013 à 08:33 | poiuyt (#584)

    il y a un grand absent : le peuple, la populasse, la populace, la plèbe, le nul, le vrai, l’unique ; mais il est absent, il a tord ; il parait qu’il est déplacé de le juger. (Celui qui les a c’est saint-joe, c’est ainsi qu’il n’est plus du peuple. Le peuple ne les a pas)

    tu as beau être un gros rocher : si tu ne pipes mot, alors le petit oiseau te chiera dessus (dicton malgache)

    sur les infâmes politiciens dont parle SEFAFI : veulent-ils sucer Madagascar toute leur vie ? ou sont-ils un peu meilleur : leurs affaires mafieuses en cours ne seront pas diluées le jour de leurs démissions, il leur faut un peu plus de ... transition ? C’est les 2, mon général de pacotille

    et 1 et 2 et 3 et basta

  • 1er juin 2013 à 09:23 | alamino (#809)

    Lettre ouverte à Tous les malgaches !

    Mes chers compatriotes,

    Permettez-moi de vous demander de bien réfléchir à ma proposition de REFONDER de fond en comble notre NATION et Notre Etat en voie de décomposition depuis 1971.

    Premièrement, nous savons tous que nos dirigeants qui sont ou non diplômés , n’ont pu redresser la situation politique de notre Pays pour plusieurs raisons.

    Ces raisons peuvent être regroupées en deux ninveaux :

    I- SUR LA QUESTION DE FORME DONC DE PRINCIPE.

    II- SUR LA QUESTION DE FOND DONC DES FAITS ET POUR CAUSES !

    INTRODUCTION.

    La Première république malgache comme vous le savez déjà a été à peu près bien gérée par nos élites sous le regard bienveillant de la France ! Ici je ne me permettrai pas de juger la politique du Général de Gaulle qui luttait sur plusieurs fronts pour refonder , après VICHY , et surtout après la IVème République où les partis politiques étaient pour la France une source énormes de division au rang des deux assemblées , régime d’assemblée oblige.Souvenez-vous alors du fameux putsch des généraux à Alger ....mais aussi toutes les luttes pour l’Indépendace de tous les Pays anciennement colonisés par la France pour ce qui nous concerne.
    Mais le Général de Gaulle , très sage comme il était, en vennat à Madagascar avait dit que m^me la France avait du mal à asceoir son Indépendance face à la Mondialisation croissante alors pour nous malgaches, il avait raison de souligner que nous aurons du mal à gérer notre jeune République sans les autres pays dont les NATIONS UNIES entre autres...
    Le général a vu loin car les deux niveaux que nous allons voir ensemble font partie des récommandations que ce grand homme d’Etat libérateur en plus de la France nous avait léguées .

    I- SUR LA QUESTION DE FORME DONC DE PRINCIPE.
    Nous les malgaches , nous sommes très intelligents , trop même peut-être que nous risquons de TOMBER sur le jugement du Président GEORGES POMPIDOU en parlant des paysans français :« Je préfère les paysans aux intellectuels car ces pauvres paysans ne sont pas assez intelligents pour raisonner de travers » ! Voilà qui est fait et dit ..
    Nous sommes donc tous SAVANTS mais tellement savants qu’on arrive à détrourner les principes !

    COLUCHES AVAIT DIT :« Les hommes naissent égaux en Droit , ils boivent après ». A NOUS DE CHOISIR... DETOURNER , CONTOURNER ou suivre les principes et avoir un vraie déontologie et le sérieux.

    Nous constatons nos erreurs donc allons ensemble les corriger s’il vous plaît !

    II- SUR LA QUESTION DE FOND DONC DES FAITS ET POUR CAUSES !

    Il en est de même des faits et pour causes dont les effets sont révélateurs de nos dispersions et surtout de nos égoïsmes .

    La Nation n’est pas née d’une addition ou de superpositions de nos origines ou des nos tribus mais surtout la volonté et la grandeur qui anime nos aspirations à vivre ensemble notre Souveraineté Nationale à travers un Etat reconnu car nous avons tous les ingrédients réunis devant et aux yeux des Nations Unies...

    Nos différences , nos querelles fratricides ont eu raisons jusqu’ici de notre grand dessin d’UNION NATIONALE voulue par Tous !

    D’où viennent-il que depuis 1971, nous sommes devenus un des Pays les plus pauvres du monde alors que nous avons les gens les plus intelligents du monde et les richesses les plus convoités dans notre Territoire sacré ?

    Ceci dit, permettez-moi de vous demander de me répondre :
    Ai-je le droit de vous interpeller pour proposer ma modeste participation à DIRIGER NOTRE PAYS avec tous ces gens très très intelligents mais aussi très avisés pour QUE NOTRE PAYS retrouve sa sérénité , sa Souveraineté et sa Prospérité dans les principes Républicains et démocratiques ?

    Si vous me refusez, je vous souhaite bonne chance mais moi je suis RIEN qu’un pauvre malgache fier de mes origines et triste de voir mon Pays MANGETAHETA AMBONIN’NY ANTARA !(Avoir soif sur un Etang)

    ALAMINO ,

    A MADA tribune
    A tous les forumistes

    • 1er juin 2013 à 10:41 | Yet another Rabe (#4812) répond à alamino

      Bonjour,

      Nous confondons Intelligence et Ruse ou Roublardise (en malgache fetsy fetsy p....) et souvent nous faisons presque l’éloge de celui qui est roublard de celui qui a roulé quelqu’un dans la farine, bref l’éloge du voleur, du menteur.

      Etre intelligent :

      - c’est d’abord avoir de la mémoire : ne pas recommencer les mêmes erreurs qu’auparavant.

      - c’est d’être adaptatif et innovant : utiliser les méthodes qui ont fonctionné en les actualisant et adaptant au contexte actuel, créer de nouvelles méthodes.

      - c’est aussi et surtout travailler, travailler car vous aurez beau avoir des richesses matérielles si vous ne les valorisez pas d’autres (vos concitoyens, des etrangers ...) s’en approprieront pour leur compte et souvent à votre détriment.
      Il faut travailler, travailler la terre pour se nourrir, travailler de la tête et s’instruire, valoriser les richesses intellectuelles.

      - c’est aussi et même principalement savoir faire du travail collectif : il n’y a qu’à regarder les abeilles, ces travailleuses industrieuses peut-être sont elles progammées génétiquement pour le travail mais cela ne m’empêche pas de croire qu’elles ont une belle intelligence collective.

      - c’est aussi savoir respecter les lois et les règles pour qu’une société (l’individu,la cellule familiale, ... la nation) puisse exister de manière harmonieuse pérenne.
      Et la force des lois se trouvent dans le sens et la valeur des mots qu’on leur attribue.
      Kong Fuzi (Confucius) avait dit : "Quand les mots perdent leurs sens, les gens perdent leur liberté", “Que ton oui soit oui, que ton non soit non, le reste vient du malin” : Matthieu 5:37,
      Quand on galvaude le sens des mots et qu’un oui est un oui le matin, devient peut-être à midi et non le soir, on en arrive à cette situation ubuesque et honteuse (presque une situation insurrectionnelle mais larvée)
      non seulement pour les élites politiques malgaches mais aussi son peuple.

      Quand les malgaches arriveront à avoir cette intelligence structurée (individuelle et collective) comme dans certaines sociétés animales, ce peuple aura fait un grand pas pour gagner sa place dans le concert des nations et le respect des autres.

      Cordialement

      YaR

    • 1er juin 2013 à 10:53 | efa ela (#4563) répond à alamino

      « Je préfère les paysans aux intellectuels car ces pauvres paysans ne sont pas assez intelligents pour raisonner de travers » !

      Voir à ce sujet l’université indienne des va-nu-pieds :
      http://www.ted.com/talks/bunker_roy.html?embed=true

      Une voie à suivre ?

    • 1er juin 2013 à 12:16 | alamino (#809) répond à efa ela

      Tout a fait !

      Nous sommes trois déjà.

      Formons une association de gens de bonne volonté pour redresser notre Pays autrement.
      Cordialement

    • 1er juin 2013 à 12:19 | alamino (#809) répond à Yet another Rabe

      En accord total avec vous donc formons notre association pour redresser le Pays sans les carcans du passé !

      Dans ce forum au lieu de se la jouer seul pourquoi ne pas fédérer nos efforts et coopérer entre nous à redresser ce pays !

    • 1er juin 2013 à 12:25 | alamino (#809) répond à efa ela

      Problème à Madagascar c’est l’école de la corruption ou (olo mampianatra magery antampodohan’ologno !) excuse-moi du peu
      Evidemment je ne peux traduire ici cela ...
      Il u des école pour la bêtise mias pas assez d’école pour bien élever les gens !

      SA AHOANA TOPOKO ?

    • 1er juin 2013 à 13:35 | abelange (#5829) répond à Yet another Rabe

      Ce qui est énoncé successivement , ce sont les qualités d’intelligence et surtout de conscience. La conscience individuelle est ce qu’elle est. Et la conscience collective est la somme des consciences individuelles. Posons nous la question : comment évoluent les consciences collectives sur la planète et quelle est l’état de la conscience collective dans le pays ? Le constat serait désespérant s’il n’existait la solution. Les cerveaux sont tous reliés les uns aux autres ( de la même manière que les ordinateurs par internet). Et on peut changer (améliorer) la conscience collective par les techniques agissant sur le cerveau (conscience) : méditation (plus efficace en groupe) ( il s’agit du raja-yoga) et pour ceux qui sont effrayés par les techniques orientales on peut commencer par la sophrologie. Remarque : l’environnement est très important , c’est pourquoi il faut éviter les gens trop négatifs. Si une personne à la conscience pure arrive au pouvoir à Madagascar (par exemple) , l’influence de son entourage sera considérable , et combien de temps sa conscience restera t elle ce qu’elle était ? C’est pourquoi c’est un travail important à réaliser à l’échelle d’une nation toute entière. Et c’est possible. Renseignez vous de ce qui se passe en Amérique du sud par exemple.

    • 1er juin 2013 à 20:59 | olivier (#7062) répond à Yet another Rabe

      Encore une excellente analyse

      Qui ,malheureusement, sera une nouvelle fois occultée par celles et ceux qui préfèrent garder leurs oeilleres, et leurs démonstrations tordues..

      Cependant, au delà de l’analyse...QUI pourra montrer la voie, en véritable leader...

      OR

    • 2 juin 2013 à 10:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à alamino

      - "Dîtes plus tôt que les Malgaches sont des débrouillards mais pas des voleurs ou menteurs".
      J’ai vécu ,à l’étranger,avec plus de possibilités d’observer les "MALGACHES résidants ou de Passage,en France".
      J’ai de l’admiration et du respect de ce "PEUPLE Malgache".Ce que je regrette c’est cette possibilité de profiter de la gentillesse et de l’hospitailité des Malgaches,trop respectueux des "autres",surtout vis-à-vis des étrangers.Nous cultivons éternellement une certaine hypocrisie dans la vie sociétale ;"FIHAVANANA" raha misy patsa,na "MIANDRY IZAY MAHARESY".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 2 juin 2013 à 12:28 | guevara (#7443) répond à efa ela

      bonjour,

      un grand merci pour avoir partagé cette vidéo. Cette initiative ne donne t elle pas l’exemple que rien n’est jamais perdu si l’on retrousse ses manches et que l’on se mettre au travail ? Si une population de femmes intouchables, certainement la condition la pire dans la société indienne, a réussi à relever la tête, cela ne doit pas être impossible que le peuple malgache relève la sienne, même si tout a été fait pour le maintenir dans l’ignorance, dans la misère intellectuelle.
      Car il est bien vrai qu’en dehors de quelques forums que je visite, ou les idées intéressantes vont bon train, dans le rue le peuple est désorienté.
      Comme me disait mon fils de 14 ans ( prochain ministre selon université des va_ nu- pied ?!!) comme veux tu que les gens se révoltent quand ils voient les démonstrations de force, de "richesse" avec ces cortèges de grosses bagnoles, sirènes hurlantes, n’écrasant pas les passants par miracle, alors qu’ils se disent " moi aussi j’aimerai bien être à leur place".
      on n’écoute pas assez les enfants.....
      j’ai espoir que la masse partout dans le monde se soulève enfin et cela arrivera à Madagascar aussi. enfin j’espère.

    • 2 juin 2013 à 13:01 | guevara (#7443) répond à alamino

      ok pour un démarrer une association de gens de bonne volonté.... donc 4 maintenant.
      Sans oublier que les bonnes volontés ne suffisent pas toujours à faire perdurer les bonnes idées....
      il faut être vigilant (e) pour ne pas tomber dans les affres de l’ego démesuré que l’on voit à chaque instant et qui entraîne tout projet à une mort certaine.

    • 2 juin 2013 à 14:55 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      " Nous cultivons éternellement une certaine hypocrisie dans la vie sociétale "
      Vous cessez quand d’ en montrer l’ exemple FO-Q !

  • 1er juin 2013 à 09:42 | abelange (#5829)

    Je suis extérieur à Madagascar. Je connais la difficile réalité de la vie quotidienne de très nombreux malagasy (pas tous). La forte baisse des aides extérieures , suite au coup de force de 2009, a eu des conséquences désastreuses. Néanmoins je souligne qu’il s"agit en quelque sorte de "cadeaux" , et lorsque celui qui reçoit le cadeau commence à être critique sur l’importance ou la nature du cadeau, il est grand temps de se poser des questions. Ceci est par exemple le cas en France des bénéficiares des aides sociales , qui "engueulent" le facteur quand les mandats arrivent en retard, et qui se plaignent des montants sur les forums radiophoniques. C’est aussi le cas des autorités (et de ceux qui gravitent autour) de nombreux pays "en développement" , dont Madagascar. On parle de financement extérieur dont la suspension n’est pas justifiée !! Allons allons il faut être un peu plus autoréférent quand même !!!!!!!!!!!

    • 1er juin 2013 à 11:55 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à abelange

      Ce que les Malgaches ne comprennent pas :-"ON VOUS DONNE QUELQUE CHOSE" pour acheter nos produits,bref pour l’équilibre de la balance des paiements.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 2 juin 2013 à 11:13 | leclercq (#4410) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour
      QUI DONNENT QUELQUES CHOSES AUX MALGACHES GRACIEUSEMENT QUI ? oui c’est vrai , ce sont les chinois à qui vous avez demander de nous venir en aide , et ces "chinois" qui nous expédient des des tonnes de médicaments non conformes , périmés donc dangeureux , des bus en état de délabrement, vous me direz pour des routes qui n’en ont que le nom et j’en passe et des meilleurs ,en un mot , M/scar est un peu la poubelle de la chine à la demande grâce à basile , en échange de quoi ELLE se permet de piller les richesses du pays au vue et au su de tout le monde , monte des entreprises et fait venir des ouvriers chinois au lieu de favoriser les mains d’oeuvres Malgaches ,eh oui , les Malgaches ne comprennent pas qu’on leur reprenne d’une main ce que leur a donné de l’autre ,basile appelle ça (l’équilibre de la balance des paiments ) jolie définition pour embrouiller la piste !!!!
      "MÊLEZ-VOUS DONC DE CE QUI VOUS REGARDE !!!
      ce ne sont pas avec vos idées farfelues burlesques que notre pays ait de chance de sortir de la crise , continuez à soutenir votre Rajoelina mais en silence , SVP, MERCI
      Cordialement

  • 1er juin 2013 à 09:55 | HARUNA BIS (#7218)

    Ce qui est sur et ce n’est pas la peine d’être devin pour le savoir le régime de rajoel n’est en aucun cas l’avenir de Madagascar .
    Il est impossible a court ou moyen terme de voir ne serait ce que le début d’une quelconque amélioration des conditions socio-économiques.
    Comment en serait-il autrement quand aucun message depuis 4 ans n’est lancé dans ce sens .
    Pourquoi en est-il ainsi alors que Madagascar souffre et que l’on connais le potentiel économique de ce pays ?
    Qu’est ce qui fait que les plus haut responsables se transforme en vautours acharnés pour leurs seuls intérêts ?
    Donc rajoel malgré son modernisme et sa jeunesse (au début) s’est-i transformé en vieux crocodile pire (si cela est possible) que ces prédécesseurs.
    J’entends ici et la que Madagascar serait ingouvernable sans des méthodes ancestrales et traditionnelles et que ce qui compte c’est le clientélisme et la corruption .
    Moi je dis non cela est faux ,une vrai équipe de techniciens aidée par les instances internationales et donc reconnues ,honnête et non corrompue ,soutenue évidement par les forces redevenues de l’ordre aurait tôt fait d’avoir des résultats en matières économiques.
    Alors pourquoi ne veux t-ont pas cela ?
    C’est quand même la seule méthode viable pour donner au peuple mais aussi a l’élite ainsi qu’a nos descendants un avenir meilleur .
    Alors je repose la question pourquoi se conduise t’il ainsi au mépris de toute logique !
    La farce auquel nous assistons n’est qu’une des énièmes péripétie de ce passéisme imbécile qui nous fait régresser chaque jour.
    Va t-on encore une fois laisser faire ce régime ?

  • 1er juin 2013 à 09:56 | niry (#210)

    Pour être crédible, que la SEFAFI, acteur du changement non constitutionnel, façon Rasirahonanesque, de 2009, se remette d’abord en cause ! Vous n’êtes pas innocent dans cette impasse, vous avez participé à ouvrir la boite de Pandore, bandes de fous.
    PS : "extraconstitutionnel" ou "cas de force majeure", personne n’est dupe ! tout le monde reconnaît la signature d’Astérix derrière.

    • 1er juin 2013 à 11:58 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à niry

      - cas de force majeure à discuter,même par copier/coller.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 1er juin 2013 à 12:24 | Raol (#529)

    Agir en responsables, c’est une très belle phrase. Très belle, certes, mais comme peut-on l’être si à la base, on se tourne toujours vers les étrangers, qui preuves à l’appui, n’ont fait qu’aggraver davantage la situation ? On ne considère même pas l’avis d’une plus ou moins majoritaire (multiples assises nationales durant cette transition). Parce que certains têtus (une mouvance que tout le monde savent) n’acceptaient pas d’y participer alors que presque toutes les forces vives de la nation y ont été représentés. "Mouvances" qui ont été artificiellement confectionnées par cette même CI (SADC, ...) On se fout de la constitution qui a été voté par la majorité des malagasy au détriment d’une feuille de déroute qui, maintenant, prouve sa faiblesse et ses effets nocifs. Tout cela n’aurait pas dû se passer si cette même CI, j’englobe tout (SADC, USA, UA, France...) ne nous imposaient cette foutue feuille de déroute. Et les politicards de tout bord ont acceptés (ont fait semblant de l’accepter) sous prétexte que c’est pour l’intérêt supérieur de la nation. Non, c’est plutôt pour leurs intérêts supérieurs respectifs. Normalement, Andry Rajoelina devait "gouverner" avec un PM qui a le même principe et le même but que lui. Et c’est légitime parce que c’était lui qui a dirigé le mouvement "populaire" sans arme en 2009. Cette crise aurait dû se terminer il y avait deux ans ou trois même. Maintenant, pour moi, il faut virer le PM, si besoin, et le remplacer par quelqu’un de plus neutre et plus proactif. Rajoelina devrait être candidat et personne ne devrait lui barrer la route. Il en est de même pour Ratsiraka et Lalao R. Si besoin, sortir de cette foutue feuille de déroute totale, sauf que c’est illusoire vu que tout le monde semble avoir peur d’être "isolé". C’est ce qu’on appelle "patriotisme version 2013". Ce que je reproche au Président Andry, c’est sa tergiversation au tout début sachant que les membres de la CI ont leur idée fixe : protéger leurs intérêts politiques et économiques respectives mis en jeu. Ils se foutent éperdument des Malagasy. Bref, je m’en fiche de qui sera quoi, Triumvirat ou Quatumvirat ou je ne sais pas... l’important c’est que les malagasy tranchent une fois pour toute, sans contrainte de la CI. Alors... refléchissons !

  • 1er juin 2013 à 17:03 | tiagasy (#6521)

    PRESIDER UN ETAT N’EST PAS UN CONDUIRE UNE
    ...BIBILY
    Nos exécutifs sont-ils aptes de gérer un pays plongé délibérément en crise ?
    Les faits et gestes de ces derniers nous montrent le contraire. Le peuple malgache n’a pas besoin de lire, à travers la mass média la gesticulation et les sauts d’humeurs des exécutifs. L’irresponsabilité du pouvoirt face à leur devoir commence à agacer plus d’un. Objectivement, vous avez assez de moyens de réaliser vos promesses . Prenez vos responsabilités chers Messieurs. Les malgaches veulent à tout prix retrouver, du moins, le minimum vital : LE BIEN ETRE. Rendez leurs dus et leur dignité en tant qu’être humain. Vous êtes leurs employés et vous devez leur rendre compte en toute objectivité.

    Le pays de leurs ancêtres posséde assez de denrées alimentaires, de produits ( vanille, pierres précieuses, ... de bois de rose entr’autres) à exporter afin de rendre heureux le peuple malgache. Vous êtres responsables de leur misère. Il ne faut plus s’abriter derrière la crise socio- -économique qui ne devait exister à Madagscar. Vous avez provoqué une crise politique abstraite afin de devier l’attention du peuple au dépend de vos dérives personnelles. Il faut botter en touche les projets, les perspectifs et les ambitions personnels.
    Pensez à relever Madagascar et faites participer tous les malgaches à l’essor socio-économique et culutel de l’île.
    Avez-vous peur de quitter votre poste ?

    Dans le cas contraire, arrêtez cette mascarade. Laissez aux ceux qui sont capables et qui veulent réellement ramener notre pays dans un atmosphére plus propice et prospère que celui vous nous offrez.
    Notre belle île n’est pas une scène de théatre dont vous êtes les comédiens principaux.

    Le peuple se demande si l’homme politique malgache qui provoque des turbulences de honte à notre pays a -t-elle encore sa place de dirigeant à Madagascar ?
    Vous avez la parole les "exécutifs". Vous devez rendez des actes aux malgaches.

  • 1er juin 2013 à 18:34 | zanadralambo (#7305)

    Que dire de plus devant cet appel à la désobéissance civile...

    Moi aussi,mon cœur saigne devant le triste spectacle que donnent nos hommes politiques. D’éventuelles élections ne donnent même pas l’assurance d’une possible accalmie. Devant tant d’égo de part et d’autre, devant tant de mépris pour la chose publique, pour le peuple qu’on est censé représenter, imagine-t-on une seconde les perdants accepter leur défaite ? La victoire de l’un quelconque des protagonistes sera forcément contestée, à tort ou à raison.
    Quand on voit l’état d’extrême pauvreté du pays, quand on entend les appels au secours d’un peuple au bord du gouffre (s’il n’y est pas déjà), quand le monde pointe du doigt la déchéance de nos enfants qui se prostituent à 8 ans, ou que leurs parents (faute de moyens de subsistance) vendent à des prédateurs sexuels, l’intérêt supérieur de la nation ne passe-t-il pas avant tout autre ?

    Hélas, comme dans la plupart des pays du tiers-monde, notre classe dirigeante ne pense d’abord qu’à se remplir les poches. La horde de vautours qui arrive au pouvoir n’a, dès lors qu’un souci : s’y maintenir coûte que coûte. Les courtisans, les faux amis, les vrais faux ennemis qui y trouvent, à un moment ou un autre, d’une manière ou d’une autre, leur intérêt perpétueront le système par un jeu de compromis et de compromissions. Ils perdent leur temps dans des querelles de clocher qui les rendent encore plus minables.

    La république des voyous, on en a assez. La notion de morale, de servitude publique, ces voyous n’en ont cure. Turping a mis le doigt là où il fait mal : on n’est pas fait pour vivre en république. Une république, une vraie, une qui ne soit pas bananière, a besoins de serviteurs qui aient une notion élémentaire de morale, de compétence, de sacrifice, de dépassement de soi. Des hommes d’une telle trempe, malheureusement, il n’y en a pas beaucoup chez nous.
    Une république qui se respecte a besoin d’institutions qui assure un minimum d’équilibre des pouvoirs (politique, économique et judiciaire…). La concentration que notre système vicié et nos politiciens peu scrupuleux mettront forcément en place condamne d’avance, irrémédiablement l’idéal républicain.

    Au risque de me répéter et d’en froisser quelques uns, j’exhorte le peuple à bien réfléchir sur l’idée d’un retour à la monarchie pour laquelle Turping milite depuis longtemps. Et à laquelle j’adhère entièrement. Une monarchie moderne, respectueuse des libertés, qui se porterait évidemment garante de la diversité de notre île. Une monarchie merina dans un état fédéral (les autres éthnies seront libres d’élire elles-mêmes leur propre souverain, le royaume sakalava a eu son heure de gloire) serait un symbole fort. Et nous protégera de ces mouvements de foule qui, au nom d’un prétendu tolom-bahoaka, font et défont les régimes dans la rue. On voit où cela nous a menés…on ne sait où cela nous mènera à la longue…

  • 1er juin 2013 à 20:04 | Radepy (#7163)

    Le Sefafi, quelle hypocrisie !

  • 2 juin 2013 à 00:07 | jansi (#6474)

    Tant que ce Sefafi veut forcer la tenue des elections, je ne lui ferai pas confiance.

    • 2 juin 2013 à 10:29 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à jansi

      Biensûr..
      Elections=Mort du projet de Transition bis.

    • 2 juin 2013 à 15:16 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      C ’est votre " élection " bidon qui est mort née , boycottée / la CI pour votre + grand plaisir , vous êtes + kon qu’ une autruche . /
      Meme les babouins ne se comportent pas comme vos " dirigeants " ...
      De + avec quel pognon , quand on n’ a pas les moyens de ses prétentions on s’ écrase au lieu de s’ obstiner à singer des cynocéphales " pure race " & sauvages comme vous . / !

    • 2 juin 2013 à 20:59 | leclercq (#4410) répond à Jipo

      Le cas de basile est deserpéré et desespérant , en voie de disparition tout comme son chef Rajoelina , il a
      interêt à préparer son parachute , le pauvre vieux et puis d’abord , c’est une insulte pour les babouins de les comparer à basile !!!!!
      bonne fin d’aprés-midi

  • 3 juin 2013 à 19:29 | bbernard (#6880)

    Bande de guignols ! Vous légitimez la fraude à tous les étages et vous osez dire que le président qui sortira de cette bidonnade d’élection sera légitime ? llez vous faire voir chez les grecs, bande d’escrocs.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS