Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 4 mars 2021
Antananarivo | 07h05
 

Répondre à un commentaire

28 novembre 2020 à 13:39 | arsonist (#10169)

Bonjour, Rainingory !

Désolé de ne pas vous répondre en gasy !
Car vous-même maîtrisez fort bien le français, tandis que d’autres sur ce forum ne lisent pas le gasy.
De plus, mon dernier post qui est le sujet de celui-ci est écrit en français.

(i) Voici un extrait de mon post dans lequel effectivement la dernière phrase indique la cible, beaucoup trop large que de raison, de mes incendiaires tirs offensifs .
Moi, arsonist, je dirais que ce coup-ci mes bombes incendiaires ressemblaient aux eaux d’un cours d’eau violemment en crue : elles sont allées bien au-delà de leur cible réelle, comme lesdites eaux ont inondé bien au-delà des berges de la rivière.

<< 28 novembre à 07:05 | arsonist (#10169)
<< Dans un autre édito ... Lalatiana [l’éditorialiste] se désolait de ne pas maîtriser suffisamment la langue gasy.
<< Et Lalatiana avait confié alors que c’est pour cette raison qu’il écrit en français.
<< Louable honnêteté ! Louable modestie !
<< Ce qui est rare à l’heure actuelle chez les Gasy. <<

(ii) Et avec raison, le perspicace Rainigory de relever avec élégance mon erreur de tirs.

<< 28 novembre à 09:02 | Rainingory (#11012) répond à arsonist ^
<< Arsonist, manao ahoana ianao,
<< Avelao aho hanintsy kely anao azafady,
<< "modestie" :
<< Tsy satria akory misy foza feno harona dia lazaina fa dedaka daholo ny malagasy rehetra ankehitrio. <<

(iii) Je vous en donne acte, Rainingory !
J’ai commis une regrettable erreur.
Et je vous présente sincèrement mes excuses.
En conséquence, je rectifie en ceci la dernière phrase de l’extrait ci-dessus de mon post.

"Ce qui est PLUTÔT rare à l’heure actuelle chez les MEMBRES D’UNE CERTAINE NOUVELLE CLASSE DE Gasy".

(iv) Rainingory !

En ce qui concerne l’éloquence des Gasy, je vous rassure : je suis un peu au courant.
J’ai appris la culture et la littérature gasy pendant 3 ans en m’aidant, entre autres, des deux volumes des classiques (choisis par l’établissement que je fréquentais), à savoir :
"Takelaka Notsongaina, I et II, Siméon Rajaona, Tananarive, Impr. luthérienne " (N.B.Edition d’origine).

J’ai perdu la trace de mes deux dits volumes ci-dessus après une très longue absence loin du territoire gasy.

Quand je suis allé passer deux semaines de vacances à Mada, il était impossible de trouver des éditions originales de ces deux livres.
Même à la librairie luthérienne d’Ambatonilita , au sommet de la montée d’Antsahamanitra ;
ni à la librairie protestante d’Imarivolanitra-Andohalo ;
ni dans toutes les librairies où j’étais allé.

"Faute de grives, on mange des merles", dit la sagesse populaire de mon autre pays, au même titre que le premier.

Alors, je me suis contenté d’une ré-édtion photocopiée réalisée par les "Editions Ambozontany Analamahitsy Antananarivo" .
La qualité est loin de valoir celle de l’édition originale.
Mais ce sont les deux volumes que j’ai rapportés à Paris et que j’ai soigneusement rangés dans ma bibliothèque.

PS :
Trouvé sur Internet :
"Ce recueil est maintenant disponible en édition bilingue (1992). ... J. Sibree, trad. et annoté en français par H. Noyer, Tananarive, Impr. luthérienne"
http://ellaf.huma-num.fr/litteratures/litterature-en-malgache/

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS