Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 16 juin 2019
Antananarivo | 20h18
 

Répondre à un commentaire

19 mai à 23:13 | diego (#531)

Bonjour Turping,

Je vous ai lu....

Je ne comprends pas bien la manière dont vous voyez l’économie en fait.

Il existe une science de l’économie. Si l’on prend certaines décisions, l’on obtient certains résultats. Ce qui est frappant aujourd’hui, dans la classe politique et dirigeants malgaches, est l’extraordinaire méconnaissance de l’économie.

Il ne faut pas être prétentieux mais déclarer qu’on va développer le pays, en faire un pays émergent, améliorer tels secteurs, lutter contre la pauvreté ou l’insécurité, ou encore, améliorer l’emploi ne signifie rien. L’emploi par exemple n’est pas une chose qu’on traite en soi. C’est fondamental de le comprendre car l’emploi est le résultat d’une situation économique. Pour l’améliorer, il faut que la conjoncture appelle les dirigeants des entreprises à augmenter leurs effectifs. Conclusion :

- c’est donc un problème d’économie d’entreprise, d’investissement, et de recherche.

Fondamentalement, les problèmes des pays pauvres, dont Madagascar, sont définis par ces trois sujets :

- économie d’entreprise, investissement, et recherche.

On voit rapidement que fondamentalement, ce ne sont pas les connaissances et les études des élites africaines et malgaches qui posent problème, mais autres choses, deux exactement :

- la crise Politique et la crise Constitutionnelle, qui, mécaniquement, affaiblissent l’Etat et déstabilisent toutes les Institutions politiques, économiques et judiciaires du pays.

De facto, la classe politique, les partis politiques, les responsables politiques et les dirigeants sont amenés à combattre en fait, en permanence, y perdre des énergies colossales, ces deux crises.

Ce qui nous conduit à une simple et conclusion dont aucun pays ne peut se passer :

- avoir un État et des Institutions forts, fiables et stables.

C’est au sein d’un État et des Institutions forts, stables qu’on peut faire logiquement le raisonnement économique, en tant que science sociale et outil stratégique pour aider les dirigeants à prendre des décisions stratégiques.

Vous me parlez des facteurs de production Turping :

- Capital (terre), Travail ( Capital humain...), et Confiance ( des Bailleurs des Fonds par exemple, envers les Institutions du pays et de la population envers le gouvernement etc....),

.....dont les pays stables politiquement et constitutionnellement qui peuvent en bénéficier, à travers des emprunts, des aides, d’autres sorts des crédits, autrement dit, des dettes.

Décisions stratégiques :

- pour qui produit-on, quand la poursuite de l’intérêt individuel sera-t-elle l’interêt social...

Sans oublier la tension entre intérêt individuel et intérêt social, cinq exemples :

- la mondialisation, l’économie de l’information, le réchauffement planétaire, épuisement des ressources naturelles, et l’instabilité économique.

Bref, Madagascar n’avancera pas sans se doter d’un État et des Institutions stables, fiables et solides, dans le temps :

- comment fait-on pour y arriver ?....la classe dirigeante malgache doit y apporter des réponses et les raisons des coups d’Etats et des élections organisées, et financées par la CI, et à terme, mettent fin à cette pratique archaïque qu’idiote et dangereuse, qui appauvrit le pays et dangereux pour tout le monde !!!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS