Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 juin 2018
Antananarivo | 05h15
 

Répondre à un commentaire

6 décembre 2017 à 12:02 | zanadralambo (#7305)

Johnny s’en est allé, emportant avec lui tant et tant de mes souvenirs. Johnny, c’était mon enfance, mon adolescence, ma jeunesse…je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas comprendre. A l’époque où mes copains du lycée Galliéni ne juraient que par les Rolling Stones, Creedence , les Who…moi, je baignais dans la variété française, la variétoche pour les mauvaises langues. Il faut dire que dans les années 70, c’était l’âge d’or : salut les copains, les émissions des Carpentier étaient passés par là.
Il aura raté 2 rendez-vous avec les Malgaches. En 69, si ma mémoire est bonne, il a faille déjà venir. Je me rappelle d’un article au vitriol du journal Lumière qui s’offusquait alors du cachet demandé par les organisateurs, le billet devait coûter 5000 fmg, une fortune à l’époque. Il était de nouveau question qu’il vienne en 2010 ( ?), pour des raisons de santé déjà , il avait été encore obligé d’annuler sa tournée…
Johnny s’en est allé, emportant avec lui ces mélodies qu’on n’oubliera pas de sitôt. Qui n’a pas aimé « Que je t’aime », en 71 ? Qui n’a pas connu « oh, ma jolie Sarah », une des plus belles interprétations du rock français (c’est une reprise, et alors ?), les paroles écrites par Labro en ont fait un chef d’œuvre, un incontournable du répertoire français. Il a aussi fait des chansons plus intimes qui parlent, qui disent ce qu’elles veulent dire, il suffit de réécouter « ma main au feu », « il ne faut pas me ressembler », « je t’aime à l’infini » …pour s’en persuader. Johnny n’était pas ce qu’on appelle un intellectuel, mais c’était un artiste hors pair qui savait faire passer cette émotion que seuls les grands, les très grands savent faire.
Il y a des choses plus graves, autrement plus graves que la disparition d’un chanteur, c’est vrai. Mais cet homme a fait son époque, il a fait partie de notre vie, il nous a fait rêver, n’en déplaise. Comment seulement ne pas lui rendre hommage. Qu’on le veuille ou non, on a tous en nous quelque chose de Johnny. On l’aura tant et tant aimé. Salut l’artiste.

Ah que !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 132