Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 juin 2018
Antananarivo | 05h15
 

Répondre à un commentaire

5 décembre 2017 à 13:06 | RAMBO (#7290)

Claude Houpert
La situation à Madagascar est certes difficile mais pas dramatique . Contrairement aux autres pays anciennement colonies de la France les Malgaches ont beaucoup de longueurs d’avance en matière de révolution. Nous l’avons déjà fait en 1972 pour mettre fin au néocolonialisme. Et c’est vrai que nous sommes comme un jeune qui cherche à vivre son autonomie... ce n’est pas une situation facile. Rien à avoir avec la situation française avant 1789. En France au 21 è siécle, malgré cette Révolution, il y a encore des gens qui meurent de froid dans la rue . Ce n’est pas pour autant qu’on juge la situation française de dramatique. Il faut dire les choses toute proportion gardée et voir sur place. Méfiez vous de ce que disent les journaux selon un chant célèbre. Les Malgaches avec le gouvernement actuel cherchent à s’en sortir. Nous sommes en voie d’efforts de développement et notre Président cherche tous les moyens pour le développement de notre pays. Il n’est pas dictateur. C’est un économiste et il sait bien le fonctionnement du marché. Le fameux système d’Offre et de la Demande qui fixe le prix . Nous avons décidé de « doper » le marché du riz en quantité au lieu de sortir un décret fixant arbitrairement le prix du riz. Nous agissons toujours avec sagesse parce qu’il y a des commerçants qui vivent avec la vente de ce denrée certes vital pour les Gasy. Il y a des étapes dans les décisions, ce gouvernement cherche toujours celle qui fera le moins mal chez tous les gens qui vivent de ce commerce. Cela n’empêche que si nécessaire, nous pouvons appliquer les mésures citées par l’auteur. Mais pour l’instant ce n’est pas le cas. Quand Ratsiraka était au pouvoir après la fameuse révolution socialiste Gasy, il a fermé la frontière mais cela n’empêche qu’il fixait aussi le prix du riz. La conséquence était vraiment dramatique et nous vivons encore ce traumatisme et c’est ce Ratsiraka même en revenant au pouvoir qui prônait « la liberté » en disant " enrichissez- vous aux Gasy. Depuis, l’économie est ouverte et aucun Président n’ose plus fixer le prix du riz ni de fermer la frontière.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 130