Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 24 septembre 2020
Antananarivo | 21h38
 

Culturel

Portrait

Volatiana : Que la culture ne soit pas négligée

vendredi 8 juin 2007

Elle fait partie de la nouvelle génération des artistes. Mais elle a su très vite se démarquer en étant en même temps actrice, réalisatrice et plus tard propriétaire d’une maison de production cinématographique. Volatiana, car il s’agit d ‘elle, a célébré avec brio ses 5 années passées dans le milieu artistique. Le parcours de cette artiste autodidacte et qui a beaucoup investi pour se faire un nom dans le milieu.

Volatiana, une artiste à part entière !

De son vrai nom, Volatiana Rasolonjatovo, cette jeune femme de 31 ans a su se débrouiller toute seule pour atteindre une popularité remarquable.

L’envie de devenir « star » l’a déjà travaillé depuis son tendre enfance. Et elle n’ a pas raté une seule occasion, que ce soit familiale ou dans d’autres évènements pour interpreter un morceau afin d’affirmer ce voeu qui lui est cher.

Petit à petit, elle a fait… son nid

Toute seule, Volatiana s’est beaucoup battu pour avoir sa place dans le milieu du showbiz. Elle a dû faire face à plusieurs obstacles avant d’arriver au stade de démarrage.

En 2000, elle a sorti sur les ondes un titre intitulé « Raha misy tiana ». En couragé par le succès de ce morceau, Volatiana a décidé d’aller un peu plus loin. Le mois de Juin de cette même année, elle a fait ses premiers pas, pour la première fois au Cc Esca Antanimena - d’où l’idée de faire tenir la célébration du 5è anniversaire au même endroit et suite au succès de ce premier spectacle, elle a été contacté par un producteur pour jouer dans un long métrage. Après avoir pris goût au cinéma avec ce premier film, elle a décidé de continuer dans ce sens.

Elle n’a recu aucune formation professionalisante mais elle a essayé de sortir les sentiment s qu’elle a eu en elle lors du tournage de ces films. Et au fur et à mesure, Volatiana s’est dotée de bagages en matière de cinéma. « Tsy nampoiziko », comme elle l’a dit, elle n’a jamais pensé à devenir actrice ou baigner dans le métier de la production cinématographique. « J’ai fait tout par amour et la passion ainsi que la persévérance que j’ai enduré tout au long de mon parcours m’a aidé à tenir jusqu’à maitenant » a-t-elle réitéré.

« Face à tous les problèmes ainsi que toutes les difficultés auxquels j’ai fait face, j’ai dû me battre très fort. Mais Dieu merci, je m’en suis toujours sortie. Heureusement que bon nombre de gens se sont rendus compte du travail que j’ai mené et m’ont aidé jusqu’à maintenant » a t-elle continué.

L’avenir nous le dira !

Mais Volatiana croit en son avenir et elle n’est pas encore prête à laisser tomber. Raison pour laquelle, elle ne cesse de mener des recherches afin de pouvoir donner le meilleur d’elle-même. Elle veut montrer au public qu’elle arrive toujours à ses fins avec ou sans l’aide de qui que ce soit, même si c’est très difficile de remonter la pente.
Depuis le début, elle s’est retrouvé toute seule, sans penser aux moyens, et a très vite grimpé les échelons. « On ne peut pas attendre que tout soit réuni pour démarrer. Quand on veut arriver à bon terme, il faut utliser ses propres moyens », a-t-elle clamé en toute fierté.
Pendant 5 ans maitenant , elle a pu voir les hauts et les bas du milieu artistique et elle pense avoir le bagage nécessaire pour avancer vers les 5 et autres années à venir. Pourvu que le système soit bien établi pour que tout le monde réussisse !


4 trophées au « Movie festival » • « Merci à mes fans ! »

« Il est très difficile d’entrer dans le monde du professionnalisme en ce moment car aucune structure n’est mise en place » se plaint Volatiana. D’abord, l’existence des piratages qui ne cessent de se développer. Les producteurs doivent se battre tout seul pour lutter contre ce fléau national. C’est vrai que des actions sont déjà menées par l’Omda ainsi que le département concerné mais la loi en vigueur ne permet pas d’aller plus loin que ce qu’on peut faire.

Viens ensuite, l’inexistence des subventions pour l’art. « Si l’on se réfère aux artistes à l’étranger, ils arrivent à se concentrer facilement sur leur travail. Ils ne se soucient pas de leur quotidien une fois qu’ils entrent dans le « professionnel ».

Une situation qui ne décourage pas Volatiana car pour elle, il faut persévérer avant d’aboutir à un bon résultat. D’ailleurs, elle est déjà sur le point de trouver une opportunité tant au niveau national qu’international, en matière de cinéma. « Ce n’est pas pour rien si j’ai reçu 4 trophées lors du Movie festival organisé par une chaîne de la capitale et je profite de l’occasion pour remercier les fans qui m’ont élu », a réitéré l’actrice.


Les 5 ans de carrière sur scène • Un bel avenir en perspective

« Je ne vais pas me plaindre de l’inexistence de lieu adéquat pour faire un spectacle car tout le monde sait que cela n’a jamais existé depuis belle lurette ». Mais Volatiana n’est pas de ceux qui attendent les beaux jours pour faire de belles choses. Elle a tout fait pour que le concert de la célébration de ses 5 ans de carrière soit un vrai spectacle. Ce qui fut. « Je souhaite devenir une vraie « professionnelle » dans ce métier. j’ai toujours essayé de donner le maximum et je suis sur le point d’attendre le retour maintenant, en prenant en considération l’amour que les fans m’ont donné depuis » reconnaît la chanteuse. « J’ai pu constater pendant ces 5 ans que si on ne fait pas les choses par amour, on n’arrivera jamais à percer ». Sa passion pour l’art l’a beaucoup aidé à gravir les échelons.

Elle lance un appel à tous ses compatriotes de prendre conscience la valeur de l’art malgache. « Si on n’est pas prêt à consommer notre propre art, qui va le faire ? Pourquoi les étrangers sont fiers des leurs et pourquoi pas nous ? » Tant de question que Volatiana souhaite crier haut et fort au nom de la culture. Et Volatiana ne compte pas en rester là. Avec une cinquantaine de compositions dont une vingtaine est déjà sortie dans deux albums intitulés « Finaritra » et « Tanamasoandro ». Elle a déjà joué dans une vingtaine de films dont 16 sont produits par Maxi Studio, sa propre maison de production.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS