Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 19 octobre 2020
Antananarivo | 23h27
 

Divers

Critique du Président sur les traditions

Vers la suppression du département de la culture

mardi 17 juillet 2007 | Alphonse M.

Lors de son intervention à l’émission « Ny tenin’ny Filoham-pirenena », le président de la République Marc Ravalomanana a attiré l’attention de tout un chacun sur les traditions et les us et coutumes. Selon le patron d’Ambohitsorohitra, la culture constitue un frein au développement. Cette déclaration du chef de l’Etat a provoqué de vives réactions au sein de la majorité de la population dont le poids de la tradition est encore et toujours présent. Les « Fitampoha », « Famadihana » (retournement des morts), « Fanandroana »... ont encore leur place dans la société malgache, non seulement dans les zones rurales mais aussi au sein des citadins. On assiste actuellement à un syncrétisme religieux avec la cœxistence du christianisme et les mœurs traditionnelles.

Chrétien fervent et non moins vice-président de l’église réformée de Madagascar ou FJKM, Marc Ravalomanana n’a pas digéré de voir la résistance de certaines traditions ancestrales contraires au modernisme. Visiblement, toutes les manifestations ayant un caractère traditionnel seraient interdites. Les « Fanompoambe », les « Fitampoha », les « Alahamadibe »... risquent d’être supprimés. Et par ricochet, on s’achemine vers la suppression du secrétaire d’Etat chargé de la Culture et des Loisirs. En réalité, ce département n’a plus sa raison d’être depuis cette déclaration présidentielle. Il est vrai que certaines traditions ont complétement bloqué le développement économique tandis que d’autres pourraient-être utilisées afin d’épauler les projets.

Les messages des techniciens devraient passer facilement avec la participation des chefs traditionnels dans certaines régions. L’exemple japonais mérite d’être analysé.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS