Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 20 février 2020
Antananarivo | 14h27
 

Politique

Eglise catholique - Etat

Vers la médiation de Jacques Sylla ?

samedi 2 juin 2007 | Eugène R.

La médiation de Jacques Sylla, celui qui a représenté au sommet de l’Etat (en tant que Premier ministre) l’église catholique durant le premier mandat de Ravalomanana, est sollicitée pour débloquer la situation de malaise qui s’installe entre l’Etat et cette église suite à l’expulsion du père Urfer.

Les deux parties campent sur leur position. Tout récemment à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Charles Rabemananjara a martelé que l’Etat n’est pas obligé de motiver cette mesure d’expulsion prise à l’encontre du Père Sylvain Urfer. Du côté de l’église catholique, les évêques maintiennent leur condition à la continuité du partenariat entre l’église et l’Etat. A rappeler que dans leur récente déclaration, ces évêques catholiques soulignent que ce partenariat ne peut pas reprendre tant que l’Etat renonce à donner des explications sur les motifs de cette expulsion.

Bref, c’est l’impasse. Des ministres catholiques au sein de l’actuel gouvernement, comme le général Marcel Ranjeva des Affaires Etrangères, Donat Andriamahefamparany des Mines et Patrick Ramiaramanana de l’Energie auraient vainement essayé de convaincre les dirigeants de l’église catholique à lâcher prise. Lors de l’intronisation du nouvel évêque de Miarinarivo, le président Marc Ravalomanana a envoyé un autre émissaire, en la personne de Rajemison Rakotomaharo (président du Sénat), mais l’objectif n’a pas été atteint.

Déséquilibre au sommet

Ces derniers jours, le nom de l’ancien Premier ministre Jacques Sylla est évoqué. On chuchote dans les coulisses que ce représentant de l’église catholique au sommet de l’Etat durant le premier mandat du président Marc Ravalomanana serait le seul pouvant débloquer cette situation de malaise qui persiste entre l’ECAR et l’Etat. Autrement dit, la médiation de cet ancien numéro Un du gouvernement serait sollicitée. Puisque le médiateur doit avoir le consentement des deux parties. Reste à savoir si le président Marc Ravalomanana va taire son ambition en recourant au service d’un homme qu’il a déjà limogé pour débloquer une situation qui constitue un danger pour son régime. Ces appels à la médiation de l’ancien Premier ministre remettent sur le tapis les débats sur la représentation des quatre églises du FFKM au sommet de l’Etat. Des croyants et des dirigeants catholiques ne digèrent pas le fait qu’après le limogeage de Jacques Sylla, l’église catholique ne soit plus représentée au sommet de l’Etat, contrairement à la FJKM (trois représentants dont le président de la République, Marc Ravalomanana, le président du Sénat, Rajemison Rakotomaharo et le Premier ministre Charles Rabemananjara) et à l’église luthérienne (le président de l’Assemblée nationale, Mahafaritsy Samuël Razakanirina).

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS