Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 28 octobre 2021
Antananarivo | 06h56
 

Enseignement

Affaire université de Mahajanga

Université morte dans le pays, selon le Seces

jeudi 16 janvier 2014

Toutes les universités publiques de Madagascar observent une journée morte ce jeudi 16 juillet 2014 si on devait croire aux déclarations des dirigeants du Syndicat des enseignants chercheurs de l’Enseignement supérieur (Seces), décision prise à l’issue des dernières réunions que le Seces a tenues. Il s’agit d’exprimer leur solidarité avec les étudiants victimes des affrontements avec les forces de l’ordre à Mahajanga et en signe de deuil suite au décès d’un étudiant. Il s’agit aussi et surtout d’une forme de revendication pour le respect de la franchise universitaire et de la liberté d’expression dans le pays. Selon un membre du bureau national du Seces, cette décision a été concertée avec le personnel administratif et les associations des étudiants qui considèrent que les événements de Mahajanga sont tragiques. En tout cas le Seces condamne les violences et les tirs contre des étudiants qui ont pris la fuite – car les blessures dans le dos prouvent que ces tirs n’étaient pas nécessaires selon le Seces.

La présidence de l’université d’Antananarivo cependant ne confirme pas cette initiative d’université morte. Elle a réuni ce mercredi 15 janvier les présidents d’association pédagogique, les chefs d’établissement et le conseil scientifique. Il ressort de cette réunion que l’université d’Antananarivo reste ouverte. Certains départements en effet ont déjà prévu dans leur agenda, des examens ce 15 janvier.

Il est à noter que le président de l’université d’Antananarivo a admis que le ministère est dans son droit de suspendre un président d’université.

À Mahajanga, les pluies et mauvais temps de ce mercredi 15 janvier ont apparemment eu raison des manifestations qui n’ont pas pu se tenir. Mais la veille, des manifestations avaient été organisées par des individus qui prétendent appartenir à l’association des natifs du Boeny, en signe de protestation face au limogeage du président de l’université de Mahajanga. Ils étaient devant l’hôtel de ville et ont érigé dans certains quartiers des barrages. Ils avaient déclaré vouloir continuer leur manifestation jusqu’à satisfaction de leur revendication.

Recueilli par Valis

1 commentaire

Vos commentaires

  • 17 janvier 2014 à 13:23 | Ilaimena (#7897)

    Salama tompoko,
    Mba ajanony ry seces ny politika politisianina a !
    Inareo ve dia mihevitra ny olona ho ariary be tsy mahatakatra ny tianareo aha-tongavana e !Fantatra ange fa maro aminareo no mpikambana @ antoko politika e. Aza simbaina ny lohan’ny zaza malagasy. Ary tsy volan’adala akory ny volanay mpandoha hetra andoavana ny karamanareo. Rehefa tsy hiasa na tsy mety aminareo ny fifanarahana arak’asa : Tsotra ny vaha olana MAMETRAHA Fialana. D’ailleurs tsy hitako aloha hatreto ny voka-pikarohana azo tamin’areo. Tsy Docteur en ouvrage métallique akory ireo Mpanao borety eny Adohatapenaka ; ireo Mpanefy angady ao Mangatany. tsy katraka be @ agro alimentaire ireo Mpanao foie gras ; ireo mpanao yaourt maison.........Lava ny lisitra ry zalahy namana a !
    Mba sokafy ny saina e !!!!!!!!!!!!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS