Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 19 décembre 2018
Antananarivo | 12h23
 

Tribune libre

Quand les intellectuels prennent des « positions partisanes »

Une revue critique du livre “Madagascar, le coup d’État de mars 2009” (Karthala, 2012)

mercredi 18 avril 2012

Pour la publicité, l’ouvrage collectif, « Madagascar, le coup d’État de mars 2009 », édité par Solofo Randrianja, Professeur d’Histoire Politique Contemporaine à l’Université de Toamasina, est présenté en page de couverture comme un « ouvrage, composé de onze contributions d’auteurs aux parcours variés, [qui] traite de divers aspects [du] coup d’État, » du 17 mars 2009 à Madagascar. À travers ces contributions, cet ouvrage se propose ainsi de décrire « le déroulement et les mécanismes de cette alternance extraconstitutionnelle, pour lancer des pistes de débats et de recherches sur les changements politiques à Madagascar et leur environnement, ainsi que sur le nature de la démocratie ». Du coup, des journalistes malgaches ont salué la publication de cet ouvrage, qui serait ainsi le premier ouvrage « le plus analytique », voire « scientifique », sur les événements qui se sont produits à Madagascar depuis le mois de décembre 2008.

Cependant, dès la première page de l’introduction, l’éditeur Solofo Randrianja parle de « prises de positions partisanes », lorsqu’il se demande si le fait d’appeler « crise » ou « crise cyclique » ces événements politiques ne serait « tout simplement [qu’] une manière de contourner les prises de position partisanes, source de conflits interpersonnels » (p. 9). En fait, en choisissant le titre « Madagascar, le coup d’État de mars 2009 », et en appelant ces événements politiques « coup d’État », les contributeurs de l’ouvrage ont délibérément pris une « position partisane ». En effet, sachant très bien que l’actuel Président de la Transition confirmé par la Feuille de Route de septembre 2011, Andry Rajoelina, et ses partisans ont toujours maintenu qu’il n’y a jamais eu de coup d’État à Madagascar en mars 2009, alors que l’ancien Président Marc Ravalomanana, ses partisans, et des membres de la communauté internationale les ont accusés d’en avoir commis, il va sans dire que les contributeurs de l’ouvrage ont pris une position partisane en faveur de l’ancien Président, en soutenant la thèse du coup d’État.

À propos justement de cette thèse du coup d’État qui était le cheval de bataille des partisans de l’ancien Président (ce serait en fait la pièce maîtresse même de leur stratégie de reconquête du pouvoir), force est de reconnaitre aujourd’hui qu’elle a beaucoup perdu de son poids. En effet, à la lumière des dispositions de la Feuille de Route de septembre 2011 qui a été acceptée par la plupart des membres de la communauté internationale (à l’exception peut-être des États-Unis), Andry Rajoelina n’est plus traité comme un vulgaire putschiste : il est confirmé comme le seul « Président de la Transition, » « exerce [seul] les fonctions de Chef de l’État », et encore plus important, il ne lui est pas interdit de se présenter aux prochaines élections présidentielles. Tout ceci est en contradiction flagrante avec les dispositions de l’Article 25 de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance, qui stipule que : « Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement ne doivent ni participer aux élections organisées pour la restitution de l’ordre démocratique, ni occuper des postes de responsabilité dans les institutions politiques de leur État. » En somme, la thèse de la révolution soutenu par Andry Rajoelina et ses partisans a en quelque sorte triomphé, ne serait-ce que partiellement, parce que ces derniers n’ont pas totalement le champ libre d’après les dispositions de la Feuille de Route.

Pour en revenir à l’ouvrage « Madagascar, le coup d’État de mars 2009 », l’éditeur Solofo Randrianaja ne s’embarrasse nullement de sa « prise de position partisane », en affirmant sans ambages dans sa contribution sur « Les Années de Ravalomanana (2002-2009) » qu’un « jugement péremptoire » sur celles-ci « ne peut être que partisan » (p. 274). Ainsi en essayant de redorer ses « années Ravalomanana », il s’attaque aux termes de « patrimonialisme » ou de « neopatrimonialisme » qu’il qualifie de « tartes à la crème, utilisées à mauvais escient par certains politistes » (p. 239). En détruisant verbalement ces termes qui ont été utilisés par des politologues et des journalistes pour décrire la manière avec laquelle Marc Ravalomanana a géré les richesses nationales, l’éditeur aurait peut-être espéré que les faits reprochés à celui-ci par la plupart des observateurs (y compris la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International) voleraient ainsi en éclat. Tout au contraire, on peut très bien ignorer ces termes, mais les faits sont là, et ils sont têtus : Marc Ravalomanana avait l’habitude de confondre les poches de ses vestes avec les coffres de l’État. C’est du « patrominialisme » ou du « neopatrimonialisme » pour les politologues, vous pouvez appelez-ça comme vous voulez !

De tous les contributeurs du livre « Madagascar, le coup d’État de mars 2009 », personne n’aurait surpassé le niveau de partisannerie et de militantisme de Vony Rambolamanana. Elle est, en effet, l’une des partisans et militants de première heure de l’ancien Président Marc Ravalomanana. On l’a vue ainsi défendre les causes de celui-ci sur le plateau d’une chaine nationale de télévision en France et dans les arènes de négociations internationales en Afrique. Et elle se propose d’expliquer l’ « idéologie du mouvement légaliste » dans sa contribution sur « L’État de droit, la règle de droit et le mouvement légaliste », en essayant de démontrer comment les « revendications légalistes » seraient enracinées « dans le concret de la société et de l’histoire malgaches » (p. 187).

Il faut, cependant, reconnaitre que quelques contributeurs du livre ont réellement essayé d’être objectifs et ont produit d’excellents articles, littérairement et scientifiquement. Tel est, par exemple, le cas de la contribution de Mathilde Gingembre sur « Les Églises Malgaches dans la crise de 2009 ». Toutefois, le fait que ces contributeurs ont décidé d’associer leurs noms et réputations à un ouvrage basé sur une « prise de position partisane » ne pourrait certainement pas empêcher les lecteurs de mettre en question leurs objectivités intellectuelles, ainsi que les valeurs scientifiques même de leurs contributions. En effet, prendre une position partisane (ou avoir un « parti pris, » pour être clair et net) dans la vie courante n’a rien de mal en soi. N’importe qui peut prendre n’importe quelle position ! Cependant, pour un intellectuel qui se doit de respecter sa neutralité et son objectivité intellectuelle, prendre une position partisane comporte un grand risque : celui justement de perdre cette neutralité et cette objectivité intellectuelle, ce qui en fin de compte peut entrainer la mise en question de la valeur scientifique même de son travail.

Qu’en serait-il alors de l’intention des contributeurs de « lancer des pistes de débats et de recherches sur les changements politiques à Madagascar et leur environnement, ainsi que sur le nature de la démocratie » ? Quels seraient les bases intellectuelles (partisanes ou non-partisanes, subjectives ou objectives) de tels débats et recherches ? Wait and see !

Adrien Ratsimbaharison, Ph.D.

Professeur Associé de Science Politique,

Benedict College, Columbia, SC, USA

91 commentaires

Vos commentaires

  • 18 avril 2012 à 08:05 | betoko (#413)

    J’aimerais avoir votre avi Monsieur Adrien Ratsimbahariso , pourquoi une démisssion devienne tout d’un coup un coup d’état ou putsch , Ce qui s’est passé à Madagascar en 2009 , n’a aucune comparaison possible entre ce qui s’est passé aussi bien au Niger , Mali ou en Guinée , Ceux là C’ETAIENT DES COUPS D’ETAT de plus ni l’Union Africaine ni L ’Union Européenne et encore moins La SADC n’avaient traité Andry Rajoelina de putschite . C’est une vulgaire manupulation des GTT et de Marc Ravalomanana

    • 18 avril 2012 à 08:34 | jansi (#6474) répond à betoko

      Dès les 1er jours de la prise de pouvoir, Sarkozy parlait de "coup d’état", l’Union européenne qualifiait l’acte de "prise de pouvoir anticonstitutionnel", et le Département d’état US considérait Mars 2009 comme un acte "antidémocratique.".
      La FdR est un arrangement politique qui n’enlève en rien au caractère anticonstitutionnel de la prise de pouvoir. En effet, tous les états (Suisse, Turquie, Vatican) ou organismes qui disposent d’un représentant légal à Mada (BM, PNUD, UE) parlent tous de conditions du retour aux normes constitutionnelles avant tout déblocage de fonds d’aides à caractère économique et budgétaire. Etant entendu que les petits fonds délivrés aujourd’hui ont tous trait à des aides de petite envergure à caractère humanitaire (cyclone, famine...), écologique (BM) ou liéees à l’organisation des futures élections.
      Ainsi par exemple, les aides européennes perdues en 2009 ne reviendront pas (selon l’ambassadeur de l’UE) avant les élections démocratiques à Mada. Il en est de même de l’AGOA, pièce maitresse de la relance des emplois à Mada.

    • 18 avril 2012 à 09:22 | lalatiana (#1016) répond à jansi

      Merci Jansi, d’avoir pris le temps et le courage d’argumenter ...
      Parce que il y a des moments, je vous jure ....
      Cdt

    • 18 avril 2012 à 12:34 | krizzy2 (#5166) répond à betoko

      Démission ? Oui (volontaire ou non, c’est un autre débat)

      Prise de pouvoir par ANR = Coup d’état puisque non justifiée par aucune disposition légale ou constitutionnelle.

      (Lettre HCC = Papier hygiénique).

      Mali ou Guinée aucune comparaison avec Madagascar ? Ils sont Africains, nous sommes malgaches. Voilà la différence, différence revendiquée depuis l’OCAM, Organisation Commune Africaine et Malgache

    • 18 avril 2012 à 14:28 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à krizzy2

      Bien sûr, les coups d’état africains ont eu lieu dans des pays où ne se déroulaient pas d’élections reconnues par la communauté internationales d’une part, et où les chefs d’état étaient en place depuis des dizaines d’années !

    • 18 avril 2012 à 17:54 | Tanindrazana (#3224) répond à betoko

      Ca aurait ete plus rentable de faire un coup d’etat clair et net que de manipuler et manigancer l’acquisition du pouvoir comme celle entreprise par Rajoelina et Ratsirahonana. Au moins, dans les autres pays, on connait comment resoudre la crise. Alors que chez nous, c’est tout a fait normal qu’on est arrive a ce point de desordre et chaos total. Personne ou aucune entite n’est plus en mesure de resorber la crise. Au contraire, cela se complique de jour en jour selon l’humeur machiavelique de nos politiciens avides de pouvoir et de gains. En tout cas. les manoeuvres ont ete taxees de COUP d ETAT par le monde et les consequences ont ete desastreuses pour notre pays et surtout pour les Malagasy. Quoique vous disiez, on a pris le pouvoir d’une facon non democratique...il n’y a jamais eu d’election pour le transmettre a Ra-joelina et consorts. On a pousse Ravalomanana a partir et la manipulation est entreprise de plus belle...

      Je remercie de tout coeur tous ceux qui ont ecrit ce livre qui reflete et relate une phase grave de notre histoire.

    • 18 avril 2012 à 18:40 | rakoutou (#6604) répond à betoko

      iniako atao teny malagasy ity hevitro ity
      izao no tiako lazaina ; tsy haiko na nisy namaky hatramin’ny farany iny voalaya fa fametram-pialan’ny Ravalomanana iny na tsia. mazana mantsy ny mpanao politika sy ny ankamaroan’ny olona dia tsy manao izany, fa mamaky tapany sy izay tiany ihany, dia ajanony ny ambiny
      raha vakiana tsara iny filayana nataony iny , dia misy andininy 03 ao, nefa mazana dia ilay andininy voalohany iny ihany no atao resaka etsy sy eroa, fa ilay andiny faharoa milaza ny fahefana nafindra tsy pmisy mpiresaka. mazava ao tsara hoe, inona amin’ny fahefan’dRavalomanana no nomeny ireo miaramila sy zandary be galona ireo ; midika izany fa tsy ny fahefana ny maha-filoha azy no nafindrany manontolo, fa izay ampahan’ny fahefana ihany ka voalaya mazava ao ny tokony ataon’ireo notolorana izany, mba hilaminan’ny tany sy ny fanjakana. ka asa inona no dikan’ireny andiny maromaro amin’ny lalana mivoaka ireny na inona, fa mazana mampanontany tena ny resaka tsy hinanan-kanina aton’olona mitanisa izay tiany ihany, ka ao avokoa ny mpanao politika rehetra mikasika izany sy izay olona zatra izany noho ny fanahiniana ataony...
      ny hoe "intellectuel partisant..." kosa tsy itovizako hevitra amin’ny mpanoratra etsy ambony io ; tsy misy izany fa ny zavatra soratana dia mainkina amin’ny zavatra tiana ampitaina sy tiana ho fantatry ny tsy mahalala ary azo anaovana adi-hevitra avy eo. azon’io profesora Ph.D io tsara ny manoratra indray koa milaza ny fahitany ny zavatra hitany teto madagasikara tany an-dafy tany ; dia ny mpamaky no aoka hamaky sy anao adi-hevitra mikasika izay voavakiny ao. toa ny any lavitra tsy niaina fa nanaraka ny hita tamin’ny tele sy ny gazety ary ny tahirin-kevitra indray no mahita ny tetoi an-toerana nbiaina nsy nahita isan’andro, na andro na alina ny zava-nisy sy ny tena nisy tsy nisy fandikana sy fahitan’olon-kafa ny raharaha...
      avohay koa ny boky manaraka iarahana mamaky dia ho hita eo indray ny ho avy eo
      misaotra betsaka antsika.....

    • 21 avril 2012 à 03:14 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à betoko

      Il suffit de détacher simplement l’introduction de Solofo Randrianja pour avoir le cru de ce livre "Madagascar, le coup d’Etat de mars 2009".

      Ainsi, le lecteur n’aura que les 11 contributions d’auteurs, objectifs, sans parti pris, ni plus, ni moins et qui fait de ce livre un outil de base pour analyser cet évènement de mars 2009.

      Personnellement, en Mars 2009, il n’y avait pas un coup d’Etat à Madagascar. C’est tout simplement dû à une mauvaise lecture de la Constitution sur le transfert du pouvoir par Ravalomanana.
      Quelle idée de transmettre ce pouvoir à un Directoire militaire non prévu par la Constitution ?
      Si j’ose dire, la démarche et la procédure de Ravalomanana est fausse, inadéquate. C’est "donner de la confiture au cochon" (pas l’Armée) qui ne s’attendait pas du tout et pas du tout concernée. Par panique, le pauvre Ravalomanana, ignare, a botté n’importe où, même pas en touche ... !
      L’Armée, pour ne pas se brûler, a transmis illico-presto la "patate chaude", qui n’est pas destinée à elle, au Maire de la Capitale ...

      La vraie question est la suivante :
      Pourquoi les Présidents du Sénat, de l’Assemblée nationale, ... ont refusé le transfert du pouvoir par Ravalomanana et d’assurer la continuité du pouvoir ?
      De ces refus, démissions et irresponsabilités, Ravalomanana n’était plus Le Chef des Institutions qui lui désobéissaient. Tout le monde l’a quitté.

      Opportuniste, Rajoelina a reçu (et non saisi, ni accaparé) le pouvoir des Armées.
      Ce ne sont ni l’Armée, ni Rajoelina qui ont contraint Ravalomanana à quitter le pouvoir. Ravalomanana a quitté et même abandonné le pouvoir de son propre chef ...

      Comment qualifie-t’on politiquement, juridiquement cet acte ?

      C’est probablement une des raisons politiques (tacites, ...) que personne ne pense à remettre Ravalomanana au pouvoir le plus rapidement possible.

      Et plus çà dure, plus son crédit s’épuise et s’amenuise. La SADC et autres n’y peuvent rien faire que conseiller ... Vu l’insularité de M/car, la tranquillité et le calme du Vahoaka, aucune possibilité de faire intervenir des forces étrangères à M/car ...

      Ravalomanana s’est planté partout et sur tout !

      Voilà !

  • 18 avril 2012 à 08:35 | lalatiana (#1016)

    Andry Rajoelina, et ses partisans ont toujours maintenu qu’il n’y a jamais eu de coup d’État à Madagascar en mars 2009, alors que l’ancien Président Marc Ravalomanana, ses partisans, et des membres de la communauté internationale les ont accusés d’en avoir commis, il va sans dire que les contributeurs de l’ouvrage ont pris une position partisane en faveur de l’ancien Président, en soutenant la thèse du coup d’État ...

    Ca c’est de l’honnêteté intellectuelle non manichéenne que d’affirmer de manière péremptoire, "ceux qui disent qu’il s’agit d’un coup d’Etat, sont nécessairement pro-Ravalomanana ..."...

    Ou la thèse du si tu n’aimes pas mon ami tu es mon ennemi ...

    C’est comme si on disait que tous ceux aux USA qui critiquent Obama sont tous des gens de l’’extrême droite conservatrice ... Vous savez ceux du Tea Party aux USA qui hurlent "Obama est un terroriste musulman" ...

    Belle leçon d’objectivité d’intellectuel, Monsieur Adrien Ratsimbaharison, Ph.D. Professeur Associé de Science Politique... On peu vous féliciter ... tssss ...

    • 18 avril 2012 à 08:47 | lalatiana (#1016) répond à lalatiana

      oups ... on peut vous félicter ...

    • 18 avril 2012 à 12:04 | vuze (#918) répond à lalatiana

      oups ... on peut vous féliciter ...

    • 18 avril 2012 à 12:22 | iarivo (#5822) répond à lalatiana

      C’est pourtant bien là la philosophie des "Zanak’i Dada" et assimilés !!!

      Si nous n’approuvons pas entièrement les positions des pro-ravalomanana, alors nous sommes automatiquement des pro-tgv !!!

      Pour eux, cela ne peut pas être autrement, il n’est pas question qu’il puisse y avoir une 3ème voie sinon ce ne serait que la 5ème roue c’est-à-dire qu’elle ne sert à rien sauf à se défiler !!!

      Et ne venez surtout pas me dire que ce n’est que de la subjectivité de ma part alors que j’ai bien débattu pendant plusieurs mois voir plusieurs années sur des blogs comme TanaNews, MyDago, TopMada, Fijery, Rasolo, ... et constater toujours le même discours de la part des "Zanak’i Dada" :

      "Si tu n’es pas avec Ravalomanana, alors t’es un "foza" !!!"

    • 18 avril 2012 à 13:38 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Oups ... Mort de rire !!!
      Cdt, Vuze

    • 18 avril 2012 à 13:57 | lalatiana (#1016) répond à iarivo

      et gna gna gna et gna gna gna ...

      C’est celui qui dit qui l’est !!!!

      hé bé ... Il est susceptible l’intello quand on le chatouille sur son honnêteté intellectuelle et son objectivité ... ça me fait penser à quelqu’un :-) ...

      Faut pas faire subir aux autres ce qu’on ne supporte pas soi même. Ou alors on pêche par orgueil : c’est votre Ph.D qui vous permet de vous croire supérieur en termes de rigueur scientifique à Juvence ou Solofo ??? ... quant à moi, je ne suis qu’un petit blogueur pas objectif ni scientifique ... :-) ...

      Apprenez donc à vous moquer de vous même de temps en temps ... je sais, par expérience, que c’est difficile ... mais ça permet de ne pas trop souffrir de ce genre de remise en question ...

    • 18 avril 2012 à 15:00 | Rabe (#3378) répond à iarivo

      ...hohoho…

      …alors si t’es pas « zanakidada » ni « foza »…t’es quoi ?…ah je vois, t’es iarivo… mais iarivo est une usurpation de nom car « Iarivo » est la capitale de Manankasintsara…et les gens qui y vivent ont déjà choisi leur camp depuis le coup d’etat de 2009

      …dans cette crise que le dj/putschist/malaso a crée, on ne peut pas faire du « lelanomby » comme le M. Ratsimbaharison a préconisé… chacun doit prendre position car la majorité va choisir le Président via une élection libre, transparente, démocratique, crédible et accepté par TOUS

      …Je demande à M. Adrien Ratsimbaharison (s’il a été bien huilé pas sa mère = nosorandreniny menaka) d’écrire un livre objectif et scientifique sur les événements 2009 et de la prise de pouvoir du dj/menteur ainsi que le pourquoi et le comment cette crise a duré…

      Les Manankasy ne sont pas dupes !

    • 18 avril 2012 à 15:06 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      ach mein freund lalatiana ! hello !

      je ne pesnse pas que discuter d’ojectivité soit la meilleure chose en soi pour ce sujet, il tente une réflexion sur le sujet qui ne traite en somme pas le fond du problème, admettons ce point.

      Et en tant que scientifique dilettante, philosophe presque amateur et agrégé d’analphabétisme cultivé, je perçoit une once d’inanité dans la longue réflexion du professeur qui n’arrive pas à intéresser outre mesure mon entendement basique de traine-savate patenté. Je resaisis donc mes esprits et tente de ne pas succomber à la schizophrénie ambiante des filsdudada qui consiste à vouloir faire traduire Rajodijéi en justice pour kudeta ! et rien qu’à lister les ingrédients de cette soi-disant sereine réddition, on peut sans ciller citer : armes, feu, victimes par dizaine, chars, tirs, militaires, rebellion, primes et montées en grades...bref l’accastillage complet pour un bon putsch des familles qui sent la poudre et le sang, blood’n guts ! où est donc le problème de mr Rantsimbaharison ? Chercher le terme qui serait le mieux adapté à sa vision des choses ? Ou tarabiscoter ce qui est passablement indigeste et confus ?

      Perhaps, perhaps...

    • 18 avril 2012 à 18:00 | Tanindrazana (#3224) répond à lalatiana

      De toutes les facons, meme Sarkozy a insiste que c’est un coup d’Etat sans pour autant etre un pro-Ravaloamanana.... c’est cette contradiction qui complique la situation a Mada.

    • 18 avril 2012 à 21:00 | iarivo (#5822) répond à lalatiana

      Il me semble que mon commentaire vous a perturber !!!

      De la frustration ? Des complexes ?

      J’ai bien peur que oui à la vue de votre réaction !!!

      Désolé mais je ne fais qu’avancer des faits que j’ai constaté sur différents blogs et si vous y voyez autres choses, libre à vous !!!

    • 18 avril 2012 à 21:56 | iarivo (#5822) répond à Rabe

      Voila encore un nouvel exemple type de commentaire manichéenne à la façon "Zanak’i Dada" !!!

      - Si vous n’êtes pas pour Ravalomanana, alors vous êtes pour Rajoelina !!!

    • 19 avril 2012 à 01:09 | lalatiana (#1016) répond à iarivo

      Ben faut lire les bons blogs, alors ...
       :-)

    • 19 avril 2012 à 05:18 | rabri (#2507) répond à Rabe

      A force de lire sur ce forum sa défense obsessionnelle de caste : iarivo, manakasintsara, ...le forumiste Rabe est certainement ce qu’on appelle : un ANDRIANA RERAKA ! J’aimerai voir sa g.u.e.u.l.e en vrai pour me faire horrifier de l’effet de la consanguinité (lol !)

    • 19 avril 2012 à 10:10 | astuce (#6605) répond à iarivo

      conscient d’être responsable sur la vie politique de la nation, il est très difficile de ne pas dire des mots, mais il est encore plus difficile d’en dire. citons un exemple de faits non souhaités qui alimentent des débats au niveau du public :
      Pro Ravalo ou Rajoelina, je m’en moque complètement car ils ont les mêmes défauts : disons que Ravalomanana a joué le rat dans un pirogue. le Vahoaka qui l’a renversé, n’oublions pas qu’il existe toujours d’autres VAHOAKA qui ne sont descendus ni en faveur de Ravalo ni en faveur de Rajoelina, avaient tant espéré un grand changement surtout en matière de qualité de vie par rapport à celle du régime renversé. je ne voudrais pas évoquer le débat du coup d’état ou non car la grande majorité surtout ceux qui vivent en brousse, ne connait même pas qui a tort ou qui a raison, mais ce qu’ils savent, c’est qu’il y a quelqu’un qui s’occupe d’eux et qu’ils considèrent comme le Raiamandreny. pour eux le Raiamandreny sait très bien ce qu’il faut ou ce qu’il fait pour le bon du foyer
      la déception des Vahoaka a conduit cette nation dans cet état qu’elle est depuis il y a 52ans, puisqu’on espèrait toujours à un grand messie qui allait délivrer de cette pauvreté sans égale, mais réellement, on s’est jusqu’ici trompé de messie parce qu’une fois au pouvoir, ils ne font qu’aggraver ou même pourrir la situation, par manque de volonté de vouloir prioriser le fameux INTÉRÊT SUPÉRIEUR DE LA NATION face à leur propre intérêt. ils ne se rendent jamais compte qu’il s’agit des millions de gens en jeu mais non seulement leurs quelques entourages (familles, amis, ...). il est lamentable de voir la différence de vie des politiciens malgaches avant et après un pouvoir, toute sorte de pouvoir confondue allant de la mairie à la présidence.
      revenons-en à la qualité de vie : pour les autres nations, la promesse présidentielle joue le rôle d’honnêteté une fois au pouvoir, contrairement à la notre : qui d’eux n’a promis ceci ou cela ? allant même à promettre la lune et les étoiles, mais une fois en place, on oublie tout ! serrer votre ceinture ! alors qu’on a de l’argent pour acheter deux avions (même topo pour Ravalo). Oui, tout le monde a son argument avant d’entamer à de telles envergures de dépenses, mais au lieu de sauver la peau d’AirMad, pourquoi fermer les yeux devant la hausse insupportable de la JIRAMA qui touche toutes les couches de la société ? est-ce que les dirigeants de cette nation n’ont-ils pas la notion de la PRIORITÉ surtout en période de crise ? pourquoi signer des contrats à long terme alors que ceux ci pourraient être remis en cause une fois le prochain président en place, comme le cas de la FORCE ONE lequel le dirigeant actuel a vivement critiqué. qu’est-ce qui hâte à vendre nos mines et nos bois de rose alors qu’on est en période transitoire ? la caractère d’une transition ne doit-elle pas être limité à préparer une élection et à se charger des affaires courantes ?

  • 18 avril 2012 à 09:20 | jules (#2904)

    Soyons clairs, des militaires qui tirent sur un palais présidentiel,qui tirent sur des manifestants dans les rues,véritable chasse à l’homme, c’est quoi si ce n’est pas un coup d’état ? Qui était l’élément moteur du renversement de RA8, le CAPSAT ! Organisation humanitaire non armée et non violente !!!
    Quand des militaires participent à un changement de gouvernement à coups de kalachs, c’est un coup d’état, y a pas à discuter ni a tortiller des fesses , faut ASSUMER et ça c’est beaucoup compliqué, surtout quand on est irresponsable et démago, n’est pas les DJistes.

    • 18 avril 2012 à 10:02 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à jules

      KOUDETTA OU PAS KOUDETTA le 17 Mars 2009 à Madagascar ?? c’est un debat qui n’est pas du tout IMPORTANT ?

      il y a un KOUDETA presque chaque mois dans le monde, sans que les Intellectuels du monde en brule le meninge !

      La veritable question des hommes sensés est plutot de savoir POUQUOI IL Y AVAIT KOUDETA contre Benali, Khadafi, Ravalo, SALEH, Moubarck, ATT ...et recemment ay Guinnée- Bissau ....et puis comment gerer l’après KOUDETA ?

      Discutailler à longueur de journée sur le sexe de ce koudeta contre Ravalo n’a pas du tout de sens , les pseudo-intellos peuvent remplir une bibliotheque entiere, le resutat sera le meme ....SANDTON PROLONGE pour les uns , la mort dans le desert pour les autres et le procès sur un brancard chez les faraons.... !Et le monde continue sans EUX !

    • 19 avril 2012 à 07:30 | iarivo (#5822) répond à Boris BEKAMISY

      "L’arbre qui cacherait la forêt !"

      Voilà toute la subtibilité des "Zanak’i Dada" !

      Il faut centrer le débat sur ces évenements du 17 mars 2009, en faire le sujet principal si ce n’est pas l’unique sujet.

      Pourquoi ? Tout simplement pour éviter d’aborder la période où Marc Ravalomanana gèrait à son avantage exclusif les affaires de l’État !

      Voyez la réaction instantanée de notre super juriste en droit public qui vient fustigier l’auteur du commentaire sur la qualification en coup d’état des évênements du 17 mars 2009 alors qu’il était plutôt question de la position partisane des coauteurs de l’ouvrage sud-mentionné !

  • 18 avril 2012 à 10:01 | QUOUSQUE TANDEM (#543)

    La polémique porte sur la désignation de la prise de pouvoir du PHAT.
    Prenons un chat : on peut le désigner par les vocables suivants :
    « mammifère »,
    ou bien
    « félin »
    ou bien encore
    « chat »
    Bien sûr la dernière désignation est la plus précise, ne dit-on pas qu’ « il faut appeler un chat, un chat ».
    Pour la prise de pouvoir du PHAT, on peut la désigner par :
    « changement de gouvernement »
    ou bien
    « révolution »
    ou bien
    « changement inconstitutionnel »
    ou bien encore
    « coup d’état »
    La dernière désignation étant la plus précise, car s’il l’on se réfère au dictionnaire :
    Coup d’état : « Prise du pouvoir de façon violente et illégale »
    Il est difficile d’admettre, à l’instar des putschistes que cette prise de pouvoir ne s’est pas faite de façon violente.
    Il est tout aussi difficile d’admettre que cette prise de pouvoir a respecté la loi, en l’occurrence la constitution.
    Les deux critères de la définition du coup d’état, violence et illégalité, sont donc parfaitement respectés.
    Désigner la prise de pouvoir du PHAT de coup d’état n’est donc pas une prise de position partisane, mais bien une prise de position objective, et la négation du coup d’état, un déni.

    • 18 avril 2012 à 11:03 | iarivo (#5822) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Coup d’état : "Prise du pouvoir de façon vilolente et illégale."

      Le raisonnement (ou la définition) est plutôt limité !

      Cela signifierait donc que la révolution de Jasmin en Tunisie ainsi que celle d’Égypte et de Libye n’était que des "coup d’état" ?

      Les mouvements contestataires en Syrie et au Yémen des tentatives de "coup d’état" ?

      Ben Ali et Hosni Moubarack devrait ester en Justice pour exiger que ces faiseurs de "coup d’état" leur restitue ce qui leur avait été enlevé de "façon violente et illegale" !

      Et le président syrien est tout à fait dans ses droits lorsqu’il fait bombarder tous ces quartiers tenu pas des comploteurs de "coup d’état", il représente la légalité !

    • 18 avril 2012 à 11:59 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à iarivo

      Malheureusement, le dictionnaire ne fait pas de politique ! Quant à sa modification, vous me semblez bien mal placé pour y participer compte tenu de votre français un peu balbutiant.

    • 18 avril 2012 à 12:49 | iarivo (#5822) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Désolé de vous décevoir mais je n’ai pas la prétention de vouloir modifier la définition de quoi que ce soit !!!

      Je ne critique pas la définition donné par le dictionnaire ou ses auteurs mais bien tous ceux qui s’en serve (de cette définition de "coup d’état") pour justifier leur argumentation sur le retour de Marc Ravalomanana !!!

      - C’est un coup d’état, donc c’est un coup d’état !!!
      - Un coup d’état est anticonstitutionnel donc il faut le combattre !!!

      ... et la réflexion, le raisonnement s’arrête là !!!

    • 18 avril 2012 à 12:59 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à QUOUSQUE TANDEM

      C’est quand meme rigolo de voir, à chaque fois ces FRANCOPHOBES RAVALOSITES de vouloir defendre un Francophobe NOTOIRE sur le terrain des orthographes de la langue de Moliere ou avec une Larousse à la main ( mais non plus ...une Bible Protestant fjkm comme auparavant...)

      Chataigner s’en moque d’eux avec dedain, ce ne sont pas du tout des... dangereux francophobes !

    • 18 avril 2012 à 14:28 | fanilo (#3441) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Et je dirai même plus ; le fait de ne pas reconnaître que c’est un coup d’Etat (qui est le fait objectif), c’est non seulement du déni, mais c’est là, la prise de parti.

      Monsieur, c’est bien beau d’afficher son diplôme, mais encore faut-il être à la hauteur... vous qui reprochiez la prise de position partisane, que peut-on dire de votre phrase : "Marc Ravalomanana avait l’habitude de confondre les poches de ses vestes avec les coffres de l’État.".... hum..? si vous le dites, quels sont vos arguments pour soutenir ceci ? si vous aviez un minimum de rigueur, vous auriez argumenté, présenté des preuves, des chiffres, des documents... vous avez démontré dans toute votre splendeur votre prise de position partisane, ce que je ne trouve pas très honnete quand en début de discours, vous critiquiez les prises de position.

      Un peu d’honnêteté monsieur. Vous vous mentez à vous-même.

    • 18 avril 2012 à 14:49 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Boris BEKAMISY

      Charabia, charabia, bla bla, bla bla

    • 18 avril 2012 à 14:49 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Iarivo bonjour , vous avez raison un coup d ’état se combat c ’est comme le mouvement Le Pen, au moins pour la forme , ça fait toujours bien , quand on rentre dans le : " moule " ...
      On sait parfaitement que vous n’ êtes pas pro dj , autant qu’ anti Ravalo.
      A présent si le dj était renversé comme l’ a été Ravalo que diriez-vous : que c ’est normal j’ espère , ou justice rendue ...?

    • 18 avril 2012 à 15:07 | intrus (#6296) répond à Jipo

      Hi Jipô

      "N’est plus pro-tgv" serait plus exacte... Foza moderne. Ayant pactisé avec le diable pour virer le laitier, les voilà dans une impasse maintenant voyant que leur remède est pire que le mal... Mais ils ne veulent pas reconnaître leurs erreurs. Et même après trois ans, ils mettent toujours tout ce qui ne va pas aujourd’hui sur le dos de Ra8. C’est ça aussi l’intelligence malgache...

    • 18 avril 2012 à 16:30 | da fily (#2745) répond à intrus

      Une forme certaie de ziriziry saupoudré de kirin’antitra serait erzatz d’intelligence ? Ah...j’oubliais tu a mentionné "malagasy" !!

    • 18 avril 2012 à 16:33 | Jipo (#4988) répond à intrus

      Bonjour Zintrus , je me refuse peut etre naïvement à faire des généralités , car seule une minorité est dans ce cas et suis optimiste ( exceptionnellement ) que cela change , à présent qu’ il y ait 10% d ’ obstinés , c ’est quantité négligeable que l’ on peut aisément sacrifier , un peu comme les pertes dans l’ armée de l’ air, entre autres ...

    • 18 avril 2012 à 20:36 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Bonsoir Jipo,

      Désolé mais je ne saurais tout simplement pas répondre à votre question de savoir ce que serait ma position si Andry Rajoelina aurait été renversé par un coup d’état.

      Pour moi, cela n’a quasiment aucun intérêt autant que les évènements du 17 mars 2009, un détail sans importance en lui-même.

      Le fond du problème reste et restera toujours l’attitude "criminelle" de Marc Ravalomanana (un Président de la République élu au suffrage universel direct et ayant prêté serment sur la Constitution) durant ces 7 années de présidence, son éviction "violente" la conséquence DIRECTE de ses actes passés.

      Si les évènements du 17 mars 2009 restaient le seul moyen à disposition pour mettre un terme aux abus et autres malversations délictuels et criminels de Marc Ravalomanana, alors c’est une bonne chose, une bonne action, une B.A. !

      Maintenant l’important est :

      - d’empêcher à n’importe quel prix que le Président évincé revient au pouvoir, il doit d’abord être jugé puis sanctionné le cas échéant.

      - de prendre toutes les dispositions nécessaires (Révision de la Constitution, indépendance de la Justice, pouvoir renforcé des 2 assemblées, rétablissement de l’empêchement, rôle des médias et leur responsabilisation, maturité de l’opinion publique, etc., etc., etc.) pour que les futurs Président de la République élus au suffrage universel direct et ayant prêté serment sur la Constitution ne soient pas tenté de suivre les mêmes travers que Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et même Albert Zafy.

      La Démocratie ne se décrète pas, elle se vit, évolue, se construit et se fortifie progressivement selon les aléas.
      Elle connaitra nécessairement des hauts et des bas mais c’est ainsi qu’elle apprendra à mieux se connaître, à identifier ses points faibles et ses points forts.

    • 18 avril 2012 à 21:20 | iarivo (#5822) répond à fanilo

      Vraiment ???

      Mais ce n’est pas Adrien Ratsimbaharison qui est l’auteur de l’ouvrage en question !

      Comme VOUS, comme MOI, il est là en tant que critique et apporte son avis, son point de vue, comme VOUS, comme MOI.

      N’avez-vous pas vous-même une position partisane ? Alors pourquoi pas lui ?

      Même Solofo Randrianja, Vony Rambolamanana et Ndimby A. ont des positions partisanes et cela ne leur sont pas reproché !!!

      Ce qui est déplorable c’est que ces co-auteurs de « Madagascar, le coup d’État de mars 2009 » prétendent avoir apporté une contribution "OBJECTIVE" sur le déroulement des évènements du 17 mars 2009 alors que dès la lecture du premier paragraphe nous sentons tout de suite leur partie pris.

      Parlons alors d’ouvrage de propagande plutôt que de document scientifique et objectif, ce serait plus honnête !!!

  • 18 avril 2012 à 10:02 | iarivo (#5822)

    Le sujet soulevé est très sensible puisqu’il touche aux sensibilités de certains, voir même à leurs susceptibilités profondes.

    Chacun est tout à fait libre d’adorer ou de détester Marc Ravalomanana comme bon lui semble, mais il y a des limites qu’il ne faudrait pas dépasser.

    Depuis plusieurs années avant les évènements de janvier 2009, tout le monde était plus ou moins au courant des manigances de Marc Ravalomanana, tant dans le domaine financier ou patrimonial que politique, social et confessionnel, pourtant certains, et ils sont nombreux, ont préféré volontairement fermer les yeux et laissé faire !!!

    Attitude ou position qui s’expliquerait probablement.parce que cela leur permettait également de bénéficier de certains privilèges et autres avantages que leur procurait la présence de Marc Ravalomanana au sommet de l’état, mieux, de flatter leur EGO en ayant un "merina" aux plus hautes fonctions de la République qui viendrait laver l’affront (frustration) que leurs avaient infligé ces satanés de colonialistes francophones à la fin du XIXe siècle...

    Mais les valeurs républicaines et démocratiques ne peuvent pas être ainsi ignorées, surtout par celui qui avait la charge de les défendre.

    La question est évidente :
    - Barack Obama aurait-il pu se permettre de faire aux États-Unis ce que Marc Ravalomanana avait fait à Madagascar durant ses 7 années de présidence ???

    Je vais être peut-être grossier ici mais il faut que je le redis encore une énième fois :
    - Pendant près de 7 années, Marc Ravalomanana avait pris plaisirs à en.uler (et sans aucune vaseline SVP !) Madagascar et le peuple malagasy, et cela en toute conscience, ouvertement et officiellement, à la vue de tous !!!

    • 18 avril 2012 à 12:05 | intrus (#6296) répond à iarivo

      Iarivo

      Il s’agit ici de qualifier ou non le 17 mars 2009 de coup d’état et non de dire que Ra8 est méchant ou pas.

      Et si se faire enculer comme vous dites apporte le dévellopement sans que cela porte préjudice à notre integrité physique et morale (oui, morale car on s’en foutait qu’il soit à la tête du Fjkm ou pas, qu’il achète un avion ou pas, ....). L’important pour nous c’était de pouvoir nous épanouir dans notre vie...

      Il monopolisait l’huile , le lait, le riz.... katsaka, tsaramaso, voanjobory ? Bah oui, à l’époque l’huile côutait 3600Ar le litre (contre 6000 ar maintenant), le beure 1800Ar (contre 5000 ar maintenant) et le riz 1200ar de bonne qualité contre 1500ar pourri maintenant.

      J’ai vu l’état de tananarive, la RN2, la route vers Vatomandry et diégo avant 2009... Quand je les vois maintenant, je me dis que quand vous dites que Ra8 confondait ses poches aux caisses de l’état, surement que quelques sous à Ra8 sont passé à la trésorier publique pour qu’on ait eu un confort de vie pareil !

      Vous voulez pleurez quelques hectares de rizières improductifs du côté d’Andohatapenaka ??? Vous auriez pu vous réjouir des emplois qui aurait dû être créer.. Si vous voulez pleurez, pleurez ceux qui ont tout perdu le 26 janvier 2009.

      Haine et jalousie, c’est cela l’objectivité façon Iarivo...

      Il fallait juste laisser levalo finir son mandat et opn en serait pas là... Y aurait pas eu de mort le 26/01 et 07/02/2009.

      A qui profite le crime ???? Ben la FRANCE ! MAis ça, vous voulez pas y croire non plus....

      Je vais plus perdre mon temps à essayer de vous convaincre, je vais plutôt essayer de faire parler un âne pour pouvoir tourner Shrek le film et s’en mettre plein les poches... en tout cas, c’est plus plausible que votre prise de conscience !

    • 18 avril 2012 à 12:56 | iarivo (#5822) répond à iarivo

      C’est bien dommage que la réponse de Boris BEKAMISY a été supprimé (censuré) parce qu’elle contenait une réflexion qui méritait débat !!!

      - J’ai heureusement eu le temps d’en prendre préalablement connaissance !!!

      C’est vrai que certains mots utilisés étaient banni mais dans ce cas là ne serait-il pas préférable de se limiter à "flouer" ces mots interdits comme cela ce fait sur d’autres blogs ???

      Au moins, l’idée émanant du texte serait préservé.

    • 18 avril 2012 à 13:24 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à iarivo

      Iarivo

      Encore une fois j’etais le cible d’une CENSURE SELECTIVE pour un mot qui ne vaut rien par rapport au l dechainement et insultes de pro-Ravalo sur ce forum

      Mais je vais reproduire ce POST Iarivo en evitant les mots qui fachent.......

      je disais justement que le statut d’etre "democratiquement ELU "n’autorise pas du tout à Ravalomanana de VOLER et ASSASSINER les malgaches ....car cela justifie bel et bien un KOUDETA ! UNE INJUSTICE debouche toujours sur une autre ILLEGALITE/INJUSTICE ... pourquoi s’en etonner ?

      Et pour Intrus ... l’Hotel 5 etoiles , le Boulevard de l’Europe ou autre Bye Pass, Les butumes sur la RN7 et la RN6 ect ne seront jamais une CARTE BLANCHE pour permettre à Ravalo de massacrer les... foza (meme s’ils puent de pauvreté) , d’INSTITUTIONNALISER LE VOL à travers TIKO....et de GONFLER son EGO pour un MEPRIS TOUT AZIMUT de ses collaborateurs et les malgaches en gle !

      Ravalo peut transformer Madagascar au bout d’une semaine en un JAPON de l’ocean Indien ..... ses ATROCITES justifient toujours un ....KOUDETA

      il ne faut pas oublier que le KOUDETA ou Revolution lybienne puise plutot ses racines dans le COMPORTEMENT DE KHADAFI , le socio-economique etait presque sans faute !

    • 18 avril 2012 à 14:12 | intrus (#6296) répond à Boris BEKAMISY

      hi hi !

      le cirque c’est 3 pages web plus loin boris. Ici c’est la branlette de méninges avec comme savon l’auteur de l’édito. Un savon mora il faut admettre même professeur... prof mora ;).

      Et oui, la censure est sélective ! Je me demande pourquoi ils n’ont pas effacé tous vos posts ?

    • 18 avril 2012 à 15:06 | Jipo (#4988) répond à Boris BEKAMISY

      A titre d’ information :

      LES VRAIES RAISONS DE LA GUERRE EN LIBYE

      1 - Manque à gagner pour l’Occident à cause du Premier Satellite africain Rascom 1

      C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première vraie révolution des temps modernes :
      assurer la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de
      multiples autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ;
      pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le continent,
      jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio wmax.

      L’histoire démarre en 1992 lorsque 45 pays africains créent la société Rascom pour disposer
      d’un satellite africain et faire chuter les coûts de communication sur le continent.
      Téléphoner de et vers l’Afrique est alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt
      de 500 millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même
      à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix sur les satellites européens comme Intelsat.

      L’achat d’un satellite africain coûtait 400 millions de dollars, la location du satellite européen coute 500 millions par an.
      Quel banquier ne financerait pas un tel projet ?

      Mais l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation servile
      de son maître en sollicitant l’aide de ce dernier pour y parvenir ?
      Ainsi, la Banque mondiale, le FMI, les USA, l’Union européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant 14
      ans. C’est en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux
      pratiquant des prêts à taux usuraire ; le guide libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque
      africaine de développement a mis 50 millions, la Banque ouest-africaine de Développement, 27 millions et c’est ainsi
      que l’Afrique a, depuis le 26 décembre 2007, le tout premier satellite de communication de son histoire.
      Dans la foulée, la Chine et la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le lancement
      de nouveaux satellites, sud-africain, nigérian, angolais, algérien et même un deuxième satellite africain est lancé en
      juillet 2010. Et on attend pour 2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur le sol
      africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde, mais à un coût 10 fois
      inférieur, un vrai défi. Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions peut changer la vie de tout
      un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les
      milliards de dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini et de façon exponentielle,
      contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique.

      2- Fonds monétaire africain, Banque centrale africaine, Banque africaine des investissements

      Les 30 milliards de dollars saisis par M. Obama appartiennent à la Banque centrale libyenne et prévu pour la contribution
      libyenne à la finalisation de la fédération africaine à travers 3 projets phare :
      la Banque africaine d’investissement à Syrte en Libye, la création dès 2011 du Fonds monétaire africain avec un capital
      de 42 milliards de dollars avec Yaoundé pour siège, la Banque centrale africaine avec le siège à Abuja au Nigeria dont la
      première émission de la monnaie africaine signera la fin du Franc cfa grâce auquel Paris a la mainmise sur certains pays
      africains depuis 50 ans. On comprend dès lors et encore une fois la rage de Paris contre Kadhafi. Le Fonds monétaire africain
      doit remplacer en tout et pour tout, les activités sur le sol africain du Fonds monétaire international qui, avec seulement 25
      milliards de dollars de capital a pu mettre à genoux tout un continent avec des privatisations discutables, comme le fait d’obliger
      les pays africains à passer d’un monopole public vers un monopole privé. Ce sont les mêmes pays occidentaux qui ont frappé
      à la porte pour être eux aussi membres du Fonds monétaire africain et c’est à l’unanimité que le 16-17 décembre 2010, à
      Yaoundé les Africains ont repoussé cette convoitise, instituant que seuls les pays africains seront membres de ce FMA.
      Il est donc évident qu’après la Libye, la coalition occidentale déclarera sa prochaine guerre à l’Algérie, parce qu’en plus des
      ses ressources énergétiques énormes, ce pays a une réserve monétaire de 150 milliards d’Euros. Ce qui devient la convoitise
      de tous les pays qui bombardent la Libye et qui ont tous quelque chose en commun, ils sont tous financièrement en quasi faillite,
      les USA à eux seuls ont 14.000 milliards de dollars de dettes, La France, la Grande-Bretagne et l’Italie ont chacun environ 2.000
      milliards de dettes publiques alors que les 46 pays d’Afrique noire ont, au total, moins de 400 milliards de dollars de dettes publiques.
      Créer de fausses guerres en Afrique dans l’espoir de trouver de l’oxygène pour continuer leur apnée économique qui ne fait que
      s’empirer ne fera qu’enfoncer les Occidentaux dans leur déclin qui a pris son envol en 1884, lors de la fameuse Conférence de Berlin.
      Car comme l’avait prédit l’économiste américain Adams Smith en 1865, dans son soutien à Abraham Lincoln pour l’abolition de l’esclavage,
      « l’économie de tout pays qui pratique l’esclavage des Noirs est en train d’amorcer une descente vers l’enfer qui sera rude le jour où
      les autres Nations vont se réveiller ».

      3- Unions régionales comme frein à la création des Etats-Unis d’Afrique

      Pour déstabiliser et détruire l’Union africaine qui va dangereusement (pour l’Occident) vers les Etats-Unis d’Afrique avec la main de maître
      de Kadhafi, l’Union européenne a d’abord tenté sans y parvenir la carte de la création de l’UPM (Union Pour la Méditerranée) Il fallait à tout
      prix couper l’Afrique du Nord du reste de l’Afrique. Cela a échoué parce que Kadhafi a refusé d’y aller. Il a compris très vite le jeu à partir
      du moment où on parlait de la Méditerranée en associant quelques pays africains sans en informer l’Union africaine, mais en y invitant tous
      les 27 pays de l’Union européenne. L’UPM sans le principal moteur de la fédération africaine était foirée avant même de commencer,
      un mort - né avec Sarkozy comme président et Mobarack, le vice-président. Ce qu’ Alain Juppé tente de relancer, tout en misant sur la chute
      de Kadhafi, bien sûr. Ce que les dirigeants africains ne comprennent pas est que tant que ce sera l’Union européenne qui finance
      l’Union africaine, on sera toujours au point de départ, car dans ces conditions, il n’y aura pas d’effective indépendance. C’est dans
      le même sens que l’Union Européenne a encouragé et financé les regroupements régionaux en Afrique. Il était évident que la Cedeao qui a une
      Ambassade à Bruxelles et qui tire l’essentiel de son financement de l’UE, est un obstacle majeur contre la fédération africaine.
      C’est ce que Lincoln avait combattu dans la guerre de sécession aux Etats-Unis, parce qu’à partir du moment où un groupe de pays se
      retrouvent autour d’une organisation politique régionale, cela ne peut que fragiliser l’organe central. C’est ce que l’Europe voulait et c’est ce que
      les Africains n’ont pas compris en créant coup sur coup, la Comesa , l’Udeac, la Sadc et le Grand Maghreb qui n’a jamais fonctionné encore une
      fois grâce à Kadhafi qui lui l’avait très bien compris.

      4- Kadhafi, l’Africain qui a permis de laver l’humiliation de l’Apartheid

      Kadhafi est dans le cœur de presque tous les Africains comme un homme très généreux et humaniste pour son soutien désintéressé à la bataille
      contre le régime raciste d’Afrique du Sud. Si Kadhafi avait été un homme égoïste, rien ne l’obligeait à attirer sur lui les foudres des Occidentaux
      pour soutenir financièrement et militairement l’ANC dans sa bataille contre l’apartheid. C’est pour cela qu’à peine libéré de ses 27 ans de prisons,
      Mandela décide d’aller rompre l’embargo des Nations unies contre la Libye le 23 octobre 1997. A cause de cet embargo même aérien, depuis
      5 longues années aucun avion ne pouvait atterrir en Libye. Pour y arriver, Il fallait prendre un avion pour la Tunisie ; arriver à Djerba et continuer
      en voiture pendant 5 heures pour Ben Gardane, passer la frontière et remonter en 3 heures de route par le désert jusqu’à Tripoli. Ou alors, passer
      par Malte et faire la traversée de nuit, sur des bateaux mal entretenus jusqu’à la côte libyenne.
      Un calvaire pour tout un peuple, juste pour punir un seul homme. Mandela décida de rompre cette injustice et répondant à l’ex- président américain
      Bill Clinton, qui avait jugé cette visite « malvenue », il s’insurgea :
      « Aucun Etat ne peut s’arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu’ils doivent faire ». il ajouta :
      « ceux-là qui hier, étaient les amis de nos ennemis, ont aujourd’hui, le toupet de me proposer de ne pas visiter mon frère Kadhafi, ils nous conseillent
      d’être ingrats et d’oublier nos amis d’hier ». En effet, pour l’Occident, les racistes d’Afrique du Sud étaient leurs frères qu’il fallait protéger.
      C’est pour cela que tous les membres de l’ANC étaient considérés comme des dangereux terroristes, y compris Nelson Mandela.
      Il faudra attendre le 2 juillet 2008, pour que le Congrès américain vote une loi pour rayer le nom de Nelson Mandela et de ses camarades de l’ANC
      de cette liste noire, pas parce qu’ils ont compris la bêtise d’une telle liste, mais parce qu’on voulait faire un geste pour les 90 ans de Nelson Mandela.
      Si les Occidentaux sont aujourd’hui, repentis de leur soutien d’hier aux ennemis de Mandela et sont vraiment sincères lorsqu’ils donnent son nom à
      des rues et de places, comment continuer à faire la guerre à celui qui a permis la victoire de Mandela et son peuple, Kadhafi ?

    • 18 avril 2012 à 15:09 | intrus (#6296) répond à Jipo

      N’essayez pas de le convaincre Jipo.

      Je suis sûr qu’il a même pas lu plus de 5 lignes.

    • 18 avril 2012 à 16:04 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      Intruze a raison !

      Pourquoi jouer le Voyeurisme devant une telle MASTURBATION....de Jipo, non non je m’en balance !

      Comme si KHADAFI n’a donné des fil à retordre à l’Occident qu’en.... 2011 !

      Pourquoi l’Occident s’est vu obligé d’attendre 40 ans pour en finir ...si celà ne tenait qu’à eux !

      Pseudo-intello et leur Masturabation quand tu nous tiens !

    • 18 avril 2012 à 16:46 | Jipo (#4988) répond à Boris BEKAMISY

      Et bien c ’est triste , quand vous Affirmez : " que le coup d ’état puise sa force dans le comportement de Khadafi ", je tenais juste pour vous donner une autre source d’ information afin de vous éviter de sortir des énormités comme vous le faites , mais apparemment vous semblez payé pour cela , et le ridicule etre votre inséparable et fidèle compagnon de route , sans lequel vous ne pouvez exister : soit ...l’ obscurantisme semble etre depuis 3 ans sur une vague porteuse , on dira que c’ est une bonne année, celle qui carchérise tout bon sens , celle du " dragon "...

    • 18 avril 2012 à 17:15 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Jipo

      Comme si le kilometrique niaiserie plus haut ne suffisait pas pour vous ridiculiser....!

    • 18 avril 2012 à 18:25 | iarivo (#5822) répond à intrus

      Întrus,

      "Accepter de se faire en.uler du moment que cela apporte le développement (quel développement ?) !"
      ... c’est inouï !!!
      ... je n’en reviens pas !!!

      Rien qu’a vous lire, j’en ressort complètement ahuri et abasourdi mais je comprends, je VOUS comprends... !!!

      Chacun peut avoir ses propres principes et il en fait ce qu’il en veut, mais qu’il ne l’impose surtout pas aux autres !!!

      Il y a quelques mois, un intervenant sur MT avait avancé ce slogan qui avait été véhiculé lors des évènements de mai 1972 :
      - Il vaut mieux vivre PAUVRE mais DEBOUT que vivre RICHE et A GENOUX.

      Si votre choix est de vivre RICHE (ou plus exactement rêver ou espérer de l’être) mais À GENOUX, c’est votre droit le plus absolu !!!

      Ce n’est en tout cas pas le mien et ne le sera JAMAIS !!!

      Même si l’huile, le beurre ET le riz valait chacun 0 Ar (zéro ariary), je ne permettrais JAMAIS que quiconque vienne m’en.culer, que celui-ci soit le charretier du quartier, le Président de la République, feu le Pape Jean-Paul VI ...ni même Dieu le Père, le Fils ou le Saint-Esprit !!!

      C’est tout simplement une question d’HONNEUR, de RESPECT envers soi-même, de DIGNITÉ, de FIERTÉ !!!

      Moi aussi je m’en fous et je m’en foutrais TOUJOURS que Marc Ravalomanana soit à la tête de la FJKM du moment qu’il ne s’en sert pas comme tremplin pour "en.uler" ses concitoyens (donc moi aussi !) et s’enrichir sur leur dos (donc le mien aussi !), à leur dépend (donc à mes dépends aussi !).

      C’est tout simplement une question d’HONNÊTETÉ, de CONFIANCE, de RESPECT envers autrui !!!

      Accordez-vous au moins de l’importance à ces valeurs et sentiments que sont l’HONNEUR, le RESPECT de SOI et d’AUTRUI, la DIGNITÉ, la FIERTÉ, l’HONNÊTETÉ, la CONFIANCE, le SAVOIR-VIVRE, la POLITESSE, l’ALTRUISME, etc. ???

      Comprenez-vous déjà au moins le sens et la portée de chacun d’eux ???

      Ce sont portant ces valeurs là qui nous différencie des animaux !!!
      ... et font de nous des adultes "matures" et "responsables" !!!

      Mais j’ai bien peur que pour vous et pour beaucoup d’autres "Zanak’i Dada" il est encore beaucoup plus important de remplir chaque jour son bol de "riz à moitié prix" même si pour celà il faudrait envoyer son épouse et sa fille se prostituer (dans son sens figuré).

    • 18 avril 2012 à 18:38 | Jipo (#4988) répond à Boris BEKAMISY

      Vous arrive-t-il de vous mordre la langue ?

    • 18 avril 2012 à 22:00 | jansi (#6474) répond à Jipo

      Merci pour cet article. Instructif.
      Avec des posts de ce genre, les échanges deviennent mutuellement avantageux et agréables même si on ne partage pas toujours les mêmes avis.
      Pas d’insultes. Pas d’affirmations gratuites à coups de gourdin grossiers. Des efforts pour éviter des fautes élémentaires de syntaxe ou de grammaire.
      Des arguments bien structurés.

    • 18 avril 2012 à 22:18 | iarivo (#5822) répond à intrus

      Développement ? De quel développement parlez-vous ???

      Si développement il y a eu, il aura principalement profité à Marc Ravalomanana et à son clan familial !!!

      Pendant ces 7 années de Présidence Ravalomanana, la paupérisation de la population malagasy n’avait jamais cessé d’augmenter, les investissements avaient quasiment stagné, etc.

      Combien de promesses du Président Ravalomanana ont-ils été réellement concrétisé ???

      Combien d’entrepreneurs ont-ils été réduit à la faillite, avec souvent passage par la prison, parce qu’ils faisaient de l’ombre au monopole Tiko ???

      Combien de terrains domaniaux ont-ils été approprié à prix symbolique par le groupe Tiko ???

      Procurez-vous des statistiques auprès de la BM, du FMI ou d’autres organismes internationaux et faites-vous aider par un spécialiste pour comprendre leur mécanisme !!!

  • 18 avril 2012 à 10:27 | Ndimby A. (#444)

    Le débat contradictoire est une habitude dans le milieu académique, où la tradition est de mettre à l’épreuve les opinions et les publications des autres universitaires pour y trouver des failles, ou éventuellement enrichir les idées. La revue critique de l’ouvrage effectuée par le Pr. Ratsimbaharison est donc saluée à sa juste valeur. Ceci étant dit, j’accorde plus d’intérêt aux remarques (favorables) d’universitaires de renom tels que Françoise Raison-Jourde ou Faranirina Rajaonah lors de la dernière présentation du livre au Defap à Paris, qu’aux critiques de M. Ratsimbaharison qui étonne par les détours sinueux de son argumentation.

    En effet, sachant très bien que l’actuel Président de la Transition confirmé par la Feuille de Route de septembre 2011, Andry Rajoelina, et ses partisans ont toujours maintenu qu’il n’y a jamais eu de coup d’État à Madagascar en mars 2009, alors que l’ancien Président Marc Ravalomanana, ses partisans, et des membres de la communauté internationale les ont accusés d’en avoir commis, il va sans dire que les contributeurs de l’ouvrage ont pris une position partisane en faveur de l’ancien Président, en soutenant la thèse du coup d’État. Quelle lapalissade ! Mais au-delà de ce choix pour une position plutôt qu’une autre, aurait-il fallu qualifier l’accès au pouvoir de M. Rajoelina d’élection libre et démocratique ?

    En effet, à la lumière des dispositions de la Feuille de Route de septembre 2011 (...) Andry Rajoelina n’est plus traité comme un vulgaire putschiste Et alors ? Cela efface-t-il ce qui s’est passé précédemment ? Encore une fois, cela transforme-t-il un coup d’état en élection libre et démocratique, juste parce que quelques-uns se sont crus obligés d’avaliser une situation de fait afin d’aligner la réalité du terrain avec la réalité des textes ?

    Enfin, sa dernière pirouette est tout à fait ridicule. Les gens respectables qui se sont associés à cette oeuvre auraient du y réfléchir car ils risquent de perdre leur respectabilité. On voit là l’approche qui caractérise le totalitarisme hâtif, même s’il se cache sous de pompeux et ronflants titres
    universitaires made in vazaha. Car le moule de la respectabilité est-il obligatoirement forgé dans la propagande du pouvoir ? Goebbels applaudirait ce point de vue de ses deux mains ! Les "stratèges" du Djoutché également.

    Finalement, avec tout le respect que nous devons à M. Ratsimbaharison, nous constatons une fois de plus que l’expression "intellectuel pro-HAT" est un oxymore insoluble. Car à force de vouloir trouver à tout prix derrière un coup d’état les ressorts acceptables d’une noble révolution ("noble révolution", autre oxymore ?), il y a une tendance, si ce n’est une tentation, à vouloir prendre et faire prendre des vessies pour des lanternes.

    Il eût été souhaitable que dans son effort tout à fait louable et acceptable de critiquer le livre et son contenu, M. Ratsimbaharison fasse des choix de véritable professeur de science politique, au lieu d’enfourcher des chevaux de bataille à gros sabots (soavaly be tongotra) utilisés par des forumistes en mal d’argumentation.

    Quant au débat à ouvrir, il reste un boulevard ouvert aux intellectuels pro-HAT (sic) à publier un livre à la gloire de Rajoelina. Il y a encore de l’espace après le livre l’inénarrable sorti sous la plume de Vivier, et je suis persuadé qu’Ambohitsorohitra serait heureux de financer cela et de le mettre à la disposition du plus grand nombre.

    Alors M. Ratsimbaharison, à votre plume pour un nouveau >i>boky mora>/i> ?

    • 18 avril 2012 à 13:53 | hrrys (#5836) répond à Ndimby A.

      En parlant d’objectivité pourquoi le prof n’évoque -t-il jamais dans ses récits le coup d’état déguisé (car prononcé unilatéralement et forcément par une HCC bis) de 2002 , alors que dans ses blablas il n’hésite pas à évoquer les grands principes de la charte africaine à propos de la démocratie CAD ,de la succession au pouvoir , il sait pertinemment que R8 s’était forcément proclamé élu en première tour (première tour da vita).
      Pour moi personnellement ce qu’il faut parler ce n’est pas du tout la manière ou bien le processus de la conquête du pouvoir mais plutôt
      de savoir pourquoi les peuples Africains en général et ceux de Madagascar en particulier en ont à marre de leurs dirigeants :NY VY TSY MIKITRANA IRERY .Fort heureusement il y a toujours dans ce pays un courageux comme ANR

    • 18 avril 2012 à 14:32 | fanilo (#3441) répond à Ndimby A.

      purée mais le mec en un édito, il fait perdre toute crédibilité aux détenteurs de PhD quoi

    • 18 avril 2012 à 16:37 | da fily (#2745) répond à fanilo

      fanilo, hi !

      j’allais le dire, mais t’as osé mec ! sois il s’en carre de la crédibilité ! il est pas à ça près, il va peut-être sortir aussi un bouquin.

      ceci posé, aux States, ils ont une idée assez malléable de la democracy !

    • 18 avril 2012 à 21:39 | iarivo (#5822) répond à hrrys

      Il ne faut pas trop espérer une réponse de Ndimby A. sur les évènements de 2002 et si, malgré tout, il venait à vous répondre, ce sera du genre :

      "Et enfin, toujours ce positionnement stupide sous forme d’éructation (“vous n’avez rien dit du temps de Ravalomanana, alors taisez-vous sur ce qui se passe maintenant”), qui se passe de commentaires.(Ndimby A.)"

    • 19 avril 2012 à 04:57 | rabri (#2507) répond à iarivo

      « Il ne faut pas trop espérer une réponse de Ndimby A. sur les évènements de 2002 et si, malgré tout, il venait à vous répondre, ce sera du genre : … »

      Iarivo, en 2002, Ndimby A. ne connaissait rien au droit public. Il était adepte du droit coutumier. Selon lui, à l’époque : « Le « Roi » Ra8, quant il a commencé à user de tous ses pouvoirs, faisait son devoir LEGAL de prélever la DÎME sur le peuple ». Ce n’est que plus tard en 2009, par jalousie contre Rajoelina, qu’il s’est autoproclamé détenteur de droit public pour nous casser le tympan avec « son coup d’état »

    • 19 avril 2012 à 19:06 | bary (#4906) répond à Ndimby A.

      Que votre opinion sur l’épopée RA8 soit faite simplement de conviction,soit . C’est à votre mérite .
      A lire M. Ratsimbaharison, on ne peut dire un instant qu’il s’inféode au président de la transition actuelle. Son analyse semblait présenter sa vision de la publication citée en titre. Et elle est faite sans condescendance aucune et encore moins sans infatuation.
      Votre façon de conclure votre post fait penser au fait que la publication en question a été réalisée par ces oracles comme un ouvrage bien laudatif .

  • 18 avril 2012 à 11:34 | intrus (#6296)

    On parle d’objectivité et d’intellectuel... L’auteur à mis du sérieux et pourtant ça me fait rire !

    Un pti coup d’oeil en arrière de façon chronologique des faits me rendrait "selon les intellectuels" subjectif et partisan. Et je ris encore :)

    - Mutinerie au capsat
    - Rajoelina pavane à la place du 13 mai fortement protégé par ses mutins armés avec des bérets rouges et des lances roquettes.
    - Puis Les mazda BT 50 avec des MG se balladent un peu partout en ville laissant croire (bien que c’est vrai) un état de siège.
    - Le président de la république élu se repli à Iavoloha.
    - Les blindés sortent d’Arivonimamo.
    - L’on aurait pu croire mais non, les mutins avec les blindés prennent d’assaut le palais d’état d’Ambohitsirohitra... 3/4 coups d’Obus et quelques rafales et puis plus rien. Le lendemain le chef de la révolution Orange se croit président et exorcise le palais avec des FPVM (le P c’est pas pornographe en passant mais protestant).
    - Puis les blindés et se positionnent sur le by pass et du côté d’andoharanofotsy, canons dirigés vers le palais d’iavoloha. Des 4*4 pleins à craqué sont en stand by du côté d’Ankadilàlana n’attendant plus que le feu vert.
    - Un plan pour isoler Iavoloha (radio, électricité et eau) a été mis en oeuvre et Ndriarijaona prévient les partisans de Ra8 campés à Iavoloha de quitter les lieux car les militaires ne rigolent pas.

    Alors à ce moment là, pour parler de coup d’état, il aurait fallu qu’il y ait eu des tirs ???

    Mais on peut continuer :
    - Rav8 pris de panique dissout le gvt et remet le pouvoir aux militaires (le mot démission est à ne pas confondre avec dissoudre le gvt et remettre le pouvoir aux militaires).
    - Le transfert aurait du se passer à l’épiscopat Antanimena mais un élément du capsat (j’ai oublié son nom ;))à mis un terme à la réunion par la force (ravaiko par la force) et emmène le messager et le plus haut gradé de l’armée au capsat entre autre dans l’antre du diable. Et là, bien loin des yeux des journalistes Hypolite transfert le pouvoir à Rajoelina.

    Alors si dire qu’un changement anti-constitutionnel soutenu par une faction dissidente de l’armée avec intention d’utiliser la force est un coup d’état est synonyme de parti pris.....!!! (ils sont pas très intelligents nos intellos) Je ris aux nez de ses pseudo intellectuels qui se disent objectifs.

    Un coup d’état reste un coup d’état même si c’est le diable en personne que vous avez renverser... Les soi disant méfaits de ra8 en 7 ans n’est pas un justificatif pour ne pas appeler le 17 mars 2009 un coup d’état.

    Par contre, le Bani n’en est pas un ;)
    Il y a eu un coup d’état le 17 mars 2009, les militaires de l’affaire bani voulait remettre de l’ordre dans le désordre... C’est un contre feu pour limiter le feu de brousse en quelque sorte... et on n’appele pas les garde forestiers qui allument des contre feux des pyromanes, n’est ce pas ?

    Vive Rajoelina !!!
    Et vu la vitesse de déboisement actuelle, vu du ciel, madagascar vire à l’orange ! il fait pas les choses à moitié le pti !

    Et le pti anécdote, un des airbus flambant neufs (façon de parler) a eu des ennui techniques hier avant décollage... il le valait bien !

    • 18 avril 2012 à 18:46 | Jipo (#4988) répond à intrus

      Encore un coup de ce satané Ravalo !

  • 18 avril 2012 à 12:01 | vuze (#918)

    Quel plaisir de vous lire Mr Adrien Ratsimbaharison !!

    Ne vous laissez pas intimider par la réaction de certains contributeurs de ce livre... Il est normal qu’ils se défendent et attendez vous à ce qu’on vous cherche des casseroles...

    En effet, l’éditorialiste Ndimby, depuis plus de 3 ans, assène ses coups de boutoir à la révolution orange et à TGV. Son parti pris ne peut plus se cacher derrière une pseudo légalité constitutionnelle !!

    L’accointance avec Vony, militante active du GTT (financé par le voleur Zouloulandais), est tout ce qu’il y’ a de plus normal pour tous ces intellectuels. Ce n’est sûrement pas son statut d’étudiante en droit qui attire ces Messieurs... Je vais me faire traiter de misogyne :-)

    En tout cas, je vous conseille de lire également le livre d’un journaliste du Times Toavina Ralambomahay http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33388

    • 18 avril 2012 à 12:14 | intrus (#6296) répond à vuze

      Bonjour madame vuze !

      ça va ? comment vont vos arrières petits enfants ??

      Belle journée à tana, et chez vous ?

      Je voulais juste vous dire de ne pas trop vous pencher pour lécher ce Adrien car à votre âge, un infractus est si vite arrivé... on ne veut surtout pas perdre une étoile voire l’intelligence personnifiée.

      Bonne continuation ;)

    • 18 avril 2012 à 14:04 | lalatiana (#1016) répond à vuze

      Correction Vuze,

      Vony Rambolamanana est avocate au barreau de Bobigny ...

    • 18 avril 2012 à 15:06 | vuze (#918) répond à lalatiana

      Eh bé elle en a fait du chemin depuis 3 ans :-)

  • 18 avril 2012 à 12:32 | Jipo (#4988)

    Bonjour .Monsieur le professeur , votre article est aussi engagé que ce que vous reprochez à vos interlocuteurs et confrères , et remettre la crédibilité de leurs auteurs en cause , est tout aussi déplacée que stérile ,on pourrait vous faire le même reproche , oui la liberté de penser est difficile à monopoliser,et uniformiser .

  • 18 avril 2012 à 12:53 | Parole (#2602)

    Le livre collectif de Solofo Randrianja fait réagir, enfin ! J’en ai retenu trois choses :
    - on ne peut écrire sérieusement sur des événements à Madagascar que longtemps après et loin du pays (Khartala ou L’Harmattan pour le bouquin de Toavina Ralambomahay sans parler des conférences d’Urfer en France).
    - l’ouvrage est peu susceptible d’enflammer les foules de part le style et la langue utilisés
    - la thèse du coup d’État n’est pas le sujet puisqu’il en analyse le déroulement et les causes mais part du postulat que c’était bien un coup d’État.

    On peut gloser sur les variantes de prises de pouvoir, mais en fait il n’en existe que deux : la force ou les urnes. La force, ce peut être aussi bien la révolution de Lénine ou celle de Castro, elle peut se justifier ou non, il demeure que c’est bien par les armes que leur conclusion arrive.
    A Madagascar, il y a eu quatre prises de pouvoir par la force :
    - en 1972, suite à un mouvement de contestation étudiante (qui prend ses racines dans la décadence du régime PSD), les manifestants assiègent l’hôtel de ville et se font tirer dessus par les FRS. Morts, pleurs, cris. Tsiranana remet les pleins pouvoir à l’Armée
    - en 1991, épuisés par des manifestations et grèves à n’en plus finir, les forces vives Rasalama, refusant un compromis pourtant obtenu en juillet, marchent sur Iavoloha le 10 août. Morts, pleurs, cris. Ratsiraka est obligé de partager le pouvoir et de se soumettre à une élection, qu’il perd.
    - en 2002, non content de son score, pourtant avantageux, Ravalomanana se lance dans l’aventure du "premier tour dia vita". Le bras de fer avec Ratsiraka tourne à la violence. Morts, pleurs,cris. Ratsiraka abandonne la partie en juillet.
    - en 2009, un nouveau bras de fer surgit, sans élections, entre Ravalomanana et Rajoelina qui le bouscule avec une audace stupéfiante. Les manifestations tournent très vite à l’émeute et aux pillages. Emporté par son élan, le jeune outsider lance ses partisans à l’assaut du palais présidentiel d’Ambohitsorohitra. Morts, pleurs, cris. Ravalomanana part en mars après une mutinerie militaire.

    Le livre (enfin en vente en librairie) nous donne les clés juridiques et politiques pour comprendre ce dernier avatar du changement par la force dans notre pays. La feuille de route de 2011 ne change rien à l’affaire (pas plus que l’armistice du 8 mai 1945 n’efface la déclaration de guerre du 1er septembre 1939).

    • 18 avril 2012 à 15:45 | kakilay (#2022) répond à Parole

      "La feuille de route de 2011 ne change rien à l’affaire (pas plus que l’armistice du 8 mai 1945 n’efface la déclaration de guerre du 1er septembre 1939)."

      Simple et concis.
      Car toute l’argumentation est bâtie sur.
      Après "la main dans la main" de Mitterrand et Khol :
      on pourra lire dans les livres d’Histoire :
      la deuxième guerre mondiale n’a pas eu lieu.

      Dire le contraire, est partisane.

      Et le raisonnement est infaillible.

      CQFD

  • 18 avril 2012 à 13:39 | jansi (#6474)

    "Le livre (enfin en vente en librairie) nous donne les clés juridiques et politiques pour comprendre ce dernier avatar du changement par la force dans notre pays." J’ajouterai qu’il pourra servir de document d’études pour mettre au clair formellement "la matérialité des faits" observés en au 1er trimestre 2009.

    Je vous livre ici le texte de l’appel lancé à pétitions pour RRanjeva. Cette pétition circule beaucoup maintenant à Tana et en province. On parle d’engouement et de ferveur. Objectivement il faut attendre et voir avant de statuer. Même si la démarche mérite le soutien.

    "APPEL
    Les trois ans de crise sans issue à Madagascar vont encore reporter la cessation des souffrances des Malgaches, de la condamnation internationale et de la destruction de la Nation.
    La fin de cette catastrophe requiert le retour à l’ordre constitutionnel, c’est-à-dire le rétablissement des libertés fondamentales et la disparition de ce régime illégitime de facto issu du coup d’état de Mars 2009.
    Pour mettre un terme rapidement à cette situation dans le respect du droit international, il est nécessaire d’instaurer une enquête internationale portant sur la matérialité des faits constitutifs de la crise malgache afin d’éviter pour l’avenir la répétition de telles actions de prise de pouvoir par la force, condamnées par le droit international.
    En conséquence, nous soussigné, appelons
    le Professeur Raymond RANJEVA
    pour qu’il apporte sa compétence et son expérience en matière de règlement des différends internationaux pour maîtriser la sortie de crise et permettre le retour à l’ordre constitutionnel et le rétablissement de l’état de droit.

    • 18 avril 2012 à 13:58 | intrus (#6296) répond à jansi

      Et bien merci Jansi, on marche pour Ranjeva puisque nous semblons être à court de solution... La FdR, elle tient plus la route.

      Mais attention, écrire "Coup d’état de mars 2009" dans l’appel à pétition le rendrait moins crédible car c’est synonyme de parti pris : et c’est l’intelligence de l’auteur de l’édito du jour qui veut ça !

    • 18 avril 2012 à 15:43 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à jansi

      Pitoyable RRanjeva...

      RRanjeva vient de confirmer encore une fois qu’il ne connait rien de Madagascar et des malgaches

      Quand est ce une PETITION a un SENS POLITIQUE à Madagascar meme si on arrive à faire signer les 20 000 000 des malgaches , une PETITION n’a aucun sens politique à Madagascar où la VALEUR DE LA SIGNATURE reste discutable ....

      Encore une ennieme METHODE vouée à l’echec ....

      On dirait que RRanjeva a epuisé ses cartouches ....prises au BANI

      Visiblement l’INTELLIGENCE POLITIQUE fait defaut chez le Notre Grand Technocrate , HYPER-TIMIDE et ami de Benoit XVI dont le faciès ressemble plutot à ceux d’un cardinal de Vatican !

      On dirait que le RRanjeva se trompe plutot de Vocation !

    • 18 avril 2012 à 22:09 | jansi (#6474) répond à Boris BEKAMISY

      Ne parlez pas la bouche pleine petit. Vous savez avec quoi vous pouvez vous essuyer si vous en avez, sait on jamais.
      Ensuite, allez vous admirer dans un miroir. Vous verrz en ce qui vous concerne, quel faciès vous avez.

  • 18 avril 2012 à 13:45 | Louis de Gonzagues (#6601)

    Monsieur Ratsimbaharison,

    Quelle ne fut ma surprise, a la fin de ma lecture, de découvrir que l’auteur de cet article est un professeur associé en sciences po, et titulaire d’un PhD...(!!)

    J’aurais plutôt parié sur un Boris Bekamisy qui aurait bu un verre d’absinthe, et que le sub-conscient aurait sévèrement sermoné...

    Monsieur, avec mon humble background de guide touristique, je suis assez consterné par vos propos, résumés par le constat suivant : toute personne ayant une position partisane, en l’occurrence, ayant qualifié la prise /transfert de pouvoir de 2009 comme étant un coup d’état, est de facto un pro-ra8 ou zanak’i dada, et sa propension à formuler toute analyse sur les événements de 2009 est de facto subjective !

    Waoouh, quel raccourci fulgurant, et quel déni de la part d’un... intellectuel !!

    Un intellectuel, selon la definition du wikipédia, est une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’esprit, qui s’engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs. DEFENDRE DES VALEURS, Monsieur !

    Si tant est qu’une personne, en l’occurrence, certains auteurs de l’ouvrage ayant subi vos critiques "hâtives" (dans son sens objectif et subjectif) considère qu’au regard de SES VALEURS, les événements de 2009 sont purement et simplement qu’un VULGAIRE COUP D’ETAT, en quel honneur et sur quel base pouvez vous affirmer que SA démarche est subjective et ne respecterait pas l’obligation de neutralité que se doit d’avoir un intellectuel ???

    Si un intellectuel veut dénoncer le génocide silencieux et vicieux des aborigènes d’Australie et qu’il attaque a boulet rouge sur les settlers, quel fond et quelle forme doit avoir sa démarche pour qu’elle soit objective et neutre, Monsieur ???

    Monsieur, un intellectuel est une personne qui s’engage dans la sphère publique pour défendre des valeurs, fût-ce à ses risques et périls.

    Pour Diderot, Monsieur, un intellectuel est une personne qui prend conscience de sa responsabilité individuelle dans une situation donnée, et qui, refusant d’être complice, par son silence, des injustices ou des atrocités qui se perpètrent, utilise sa notoriété pour se faire entendre sur des questions qui ne relèvent pas strictement de son domaine de compétence, mais où l’influence qu’il exerce et le prestige, national ou international, dont il bénéficie peuvent se révéler efficaces.

    C’est totalement le cas des ces 11 co-auteurs, au background et parcours tout aussi atypiques les uns des autres, alors je suis bien curieux de connaitre votre definition d’un intellectuel, version PA a sciences po, et titulaire d’un PhD...

    Soit dit-en passant, à Madagascar, en faisant le parrallèle avec la definition de Diderot, beaucoup de pseudo-intellectuel se sont assis bien confortablement sur toute valeur et/ou moral, avec un silence assourdissant a dépuceler une nonne

    Au dela du facteur Ra8 et de l’acharnement et la haine viscérale que lui porte certains -justifiés ou non-, il y a eu Coup d’Etat en 2009, et le mode opératoire meme des TGVistes depuis fin 2008 est contre toute valeur morale ou républicaine...

    Monsieur, si cela ne vient pas titiller votre esprit universitaire un seul instant, alors il faudrait peut être revoir votre Ph D mora, car votre sortie médiatique est plus que surprenante, je dois le dire.

    Cet ouvrage est fort intéressant, mais comporte toutefois certaines lacunes, dont entre autres le fait de ne pas être entrer plus en profondeur dans le mode opératoires meme des fomenteurs de ce Coup d’Etat, ce qui est aisément faisable, et auquel je peux contribuer bien largement, bien que n’étant pas a proprement parler... un intellectuel :-)

    Je vous salue Monsieur,
    Louis de Gonzagues
    Guide Touristique

  • 18 avril 2012 à 14:52 | gasy_kely (#439)

    Je n’ai pas lu le livre donc je ne me permettrai pas de le critiquer. Je remercie l’auteur pour ses critiques fondés sur le lecture du livre.

    Vous réclamez de l’objectivité, et c’est une très bonne chose. Et nul ne sait que nos "problèmes cycliques" (problème me permet de ne pas nommer crise, révolution et machin truc) sont dus a une manque de criante d’objectivité.

    Pour lancer le débat, comme le suggère l’auteur, a votre avis pourquoi on pense toujours que c’est l’action d’un président et consorts qui peut nous aider ?

    Gasy kely tsy mahay !!

    • 18 avril 2012 à 15:02 | intrus (#6296) répond à gasy_kely

      non, ce sont les lutins !

      Et puisque l’action d’un président ne nous est d’aucune utilité, soyons l’exception de la terre et bâtissons un pays sans président.

      Et c’est pas le livre qu’on critique, c’est celui qui critique... Et comme critique il est nul... malgré son diplôme... Tiens, Boris aussi est docteur et en passant Ra8 a eu son doctorat honoris causa... Il est peut être temps de lui filer son BAC à ce lapin...

    • 18 avril 2012 à 15:18 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      Et Monsieur Intruze ,le Chimiste fils d’un... CAPSAT ..mari d’une femme qui travaille chez Total

      Arreter de gazer systmatiquement le BB et ...aussi Ravalo ( vous avez le ras le bol de votre Dadavalo , visiblement...) mais renier comme ça votre AMI BB , votre père bio du CAPSAT et votre père poulifika Dadavalo commence à etre....... SYMPTOMATIQUE pour motiver un internat dans un service psychiatrique !

      Je te jure !

    • 18 avril 2012 à 15:43 | intrus (#6296) répond à Boris BEKAMISY

      Et bien, vous gobez tout apparement...

      une vraie mouche à m.erde CQFD

      Ka io anie ilay teneniko camarade Boris hoe lanjalanjao daholo aloha izay atolotry ny olona anareo e ! Tsy dia gaga loatra aho aloha raha miondana Rajoelina nareo e !

      Mais trions un peu pour vous faire plaisir : Chimiste oui, Total ??? raté, il y a encore trois autres compagnies pétrolières l’omh et LP SA... Choisissez bien... Fils du capsat... ha ha , plutôt mourir puisque remarquez boris que les merina ne sont pas vraiment militaires/polices, nous sommes presque tous des froussards derrières des bureaux, sur des chantiers ou dans des labos... Des travaux intellectuels loin des armes et des efforts physiques.

      Mais je suis très content de votre fixation sur ma petite fausse personne...

      Revenons à nos moutons : 17 mars 2009 c’était un coup d’état. Ce qui fait du lapin un putschiste qui selon la charte africaine ne devrait pas se porter candidat aux présidentielles...

    • 18 avril 2012 à 16:12 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      Vous n’etes pas un très bon avocat pour vous meme.....

      Dites nous plutot que vous avez picolé et IVRE ce jour là et que vous avez fini par nous balancer ICI vos secrets( lamba maloto) familliaux...

      Vous me faites pitié ..... !

    • 18 avril 2012 à 16:21 | intrus (#6296) répond à Boris BEKAMISY

      et bien... si ça vous plait d’y croire...

      vous me faites pitié aussi... au moins notre fausse amitié est réciproque.

      J’espère juste que le fichier ne lit pas car je me suis foutu de sa gueule à lui aussi !
      Tiens, à propos du fichier, il fait un timide come back dans l’édito périmé d’hier...
      Allez, à demain Boris, je rentre au camp ;)

    • 18 avril 2012 à 16:46 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à intrus

      L’Intruze n’a trouvé moins comme moyen de defense que les pitoyables :".... j’ai menti sur toutes les lignes ici sur le forum mt-com....vous avez tort donc de croire à tout ce que je dis ici....pendant 3 ans ...snif snif snof ! "

      L’Intruze ne fait donc ainsi que CONFIRMER le diagnostic : il s’agit d’un cas deseperement PSYCHIATRIQUE....!

      Qu’il se ressaisit car c’’est GRAVISSIME !

  • 18 avril 2012 à 15:10 | SOLOBAKA (#3937)

    Chers Bekoto et Randriamindrisoa
    Si vous voulez des preuves juridiques sur les incohérences, les contradictions qui frisent le déni de justice des juges constitutionnels corrompus (selon les aveux et témoingnages du co-auteur de ce coup d’Etat), vous n’avez qu’à lire les quelques pages de la juriste consultante Justine Rajanita qui suivent les explications du Pr Solofo Randrianja que vous aviez sauté .

    Et pour les autres preuves, vous n’aviez qu’a suivre le reportage de France24 avec Virginie Hertz pour la prise du palais d’Ambohitsorohitra.

    Pour le coup de grâce, vous n’aviez qu’à voir la vidéo de la brutalité et vulgarité de ces mutins de CAPSAT à l’Episcopat d’Antanimena (une première dans les anales de l’histoire de Madagascar°.

    Même votre mentor à l’Elysées avait avoué que ce fut un coupd’Etat

    http://www.youtube.com/watch?v=o8MgF2Y7yjM

    (http://www.youtube.com/watch?v=-hmrTQFiHR0

    Ne prenez pas la CI pour des 1beciles si celle-ci a sanctionné les auteurs de ce putsch et ne justifiez pas l’injustifiable ( vous vous prenez comme plus intelligents que le monde entier qui vous condamné. ;

    Vous parlez toujours de démission du président dechu, dites vous bien qu’en droit malagasy, le consentement extorqué par la violence est nul et non avenu.

    Les juges constitutionnels auraient dû se contenter de " dire le droit" au lieu de faire appel "leur fameux intérêt supérieur de la RATION pour justifier l’injustifiable (du moins juridiquement). Ils auraient dû dire tout simplement que ce "transfert de pouvoir" (oui, il s’agissait de "transfert de pouvoir" anticonstitutionnel messieurs.), et tout aurait rentré dans l’ordre (constitutionnel bien sûr).
    Mais à cause de leur corruption (selon toujours les aveux et témoignages du Colonel Charles Randrianarison) ces juges ont préféré se ridiculiser en cherchant des arguments juridiques fallacieux pour justifier ce coup d’Etat.

    Vous aussi, je vous lance un défi, sortez un peu un ouvrage où vous pourriez affirmer vos prétendues honneteté intellectuelle et objectivité journalistique histoire de savoir si celles ci peuvent resiter aux critiques.

    Je mettrez ma main au feu que vous allez vous ridiculiser. Mais heureusement pour vous, le ridicule ne tue pas.

  • 18 avril 2012 à 15:24 | SOLOBAKA (#3937)

    Recitficatif :

    Je m’adresse, bien évidemment, à notre Professeur Ph. D. de science politique Benedict de Columbia aux USA Adrien Ratsimbaharison et à son collègue et ami, sortant de l’Ecole de l’autisme et du racisme de Madagascar Bekoto, et non pas au modeste lambda Randriamiandrisoa.

  • 18 avril 2012 à 16:01 | Un Malagasy (#6602)

    Un rappel pour le Professeur associé de Science Politique, Adrien Ratsimbaharison :

    Définition de coup d’Etat (droit constitutionnel, lexique juridique)

    "Un coup d’Etat est la prise du pouvoir dans un Etat par une minorité grâce à des moyens non constitutionnels, imposée par surprise et utilisant la force. Les auteurs d’un coup d’État, ou putschistes, s’appuient en général sur tout ou partie de l’armée et bénéficient du soutien d’au moins une partie de la classe politique et de la société civile."

    Il est étonnant de la part d’un professeur en science politique de ne pas savoir une défintion basique de cours de première année.

    "la bêtise insiste toujours"(Camus).

    Cette revue critique du livre co-écrit pour la première fois par des malagasy "Madagascar, le coup d’Etat de mars 2009" a le seul mérite de prouver que "même pour des causes indéfendables, la bêtise humaine pseudo-cultivée pointe toujours son nez" ’(c’est de moi).

    Un Malagasy

    • 18 avril 2012 à 16:16 | intrus (#6296) répond à Un Malagasy

      Il faut lire entre les lignes.

      Monsieur j’ai un doctorat en science pô tente de nous illustrer ce que c’est qu’un intellect qui soutien le pouvoir.

      Merci à lui au contraire, je suis soulagé de savoir ce que les pro-foza appellent intellectuels.

      J’ai peur de les voir débattre de ce que c’est le "consensualité", " l’amnistie" et de "vote transparente".

  • 18 avril 2012 à 16:40 | Vary-Manta (#2623)

    Article à Blabla !!!
    Dans les villages de provinces, l’instituteur ou le president du Fokontany est déjà un intellectuel, ou du moins l’est considéré.
    Ce qui me gène énormément á chaque lecture de la Tribune ce sont les multitude de mots abusivement utilisés de puis 3 ans, ces mots sont tellement abusés qu’on se comprend plus le sens véritable. Alors j’aimerais qu’on m’explique les mots suivants, dans le contexte de Madagascar :
    - qu’est ce qu’on entend par "intellectuelles" malgaches ?
    - de quoi parle -t-on lorsqu’on parle d’intérêt supérieur de la nation ?
    - il existe pour la Tribune et Basile 2 catégories de malgaches : le karany et les autres. Pourquoi ? En quoi le karany ne peut-il pas être un gasy entrier ?
    - qu’est ce que le PHAT signifie par techniciens ?
    - qu’est-ce que le PHAT comprend du mot démocratie ?

    Je suis sur que le jour ou ces mots auront un sens commun pour tous, le vrais dialogue constructif sera possible partout dans ce pays.

  • 18 avril 2012 à 16:41 | spliff (#5871)

    Salutations,

    La notion de coup d’etat repond a une definition. Qu’a posteriori l’auteur dudit coup "beneficie" d’une evolution de "statut" passant de putchiste á "tout ce qu’on veut d’autre" pour des raisons essentiellement pratiques de tentatives de resolution de crise n’enleve rien a la nature meme de sa prise de pouvoir qui repond sans ambiguité aux criteres d’un coup d’etat.

    Je voudrais d’autre part rejoindre Louis De Gonzagues sur le fait qu’intellectuel n’est absolument pas synonyme de neutralité comme tend a le croire l’auteur de la presente critique. L’intellectuel produit de la reflexion sur les problemes de societé, propose des jugements et eventuellement des lignes de conduite qui sont eux memes le resultat de sa propre perspective basée sur ses propres valeurs. Par exemple, ces valeurs peuvent etre de gauche, de droite, ou autre... Ainsi on parle d’intellectuels de gauche ou de droite. Par consequent, le devoir de neutralité preté par l’auteur de cette critique aux intellectuels n’a pas de sens.
    A ce titre, je souhaite récuser la caracterisation par Ndimby "d’oxymore" l’expression "intellectuel pro-HAT". En l’occurence pour deux raisons :
    La premiere etant que dans le present contexte, cette caracterisation est formulée sur la base d’affirmations d’un auteur visiblement incompétent qui ne merite pas la dimension "intellectuelle" dont il se reclame implicitement a traves sa critique. Ainsi formuler ce jugement particulier sur des affirmations elles-memes invalides presente les limites que chacun appreciera.
    La deuxieme raison en est que la tentative d’une approche intellectuelle des raisons qui ont sous tendu le coup d’etat dont il est question n’est pas en soi a disqualifier d’office car les raisons objectives de son occurrence ont le droit d’etre defendues. Apres on peut effectivement en debattre. Mais si on nourrit l’ambition d’une certaine hauteur d’analyse, il convient que ce debat ai lieu sur le plan intellectuel, chaque camp ayant droit a la parole. Cela suppose que chaque interlocuteur fasse biensur preuve d’un minimum de compétence pour tenir un debat de maniere honorable. Le PhD n’a pas, a cette occasion demontré cette competence.

    • 18 avril 2012 à 17:02 | Jipo (#4988) répond à spliff

      Bonsoir Spliff , qui va donc-il rester pour débattre ?
      Chacun devant intervenir de manière non empirique , on va finir par precher dans un désert , et convaincre finalement quelques grains de sables ...

    • 18 avril 2012 à 18:03 | spliff (#5871) répond à Jipo

      Bien le bonsoir Jipo,

      eh oui... Je vous suis.
      Malheureusement il y a les principes d’un coté et ce qui se passe concretement de l’autre. Gageons que les premices de ce type de debats "ouverts" aient au moins lieu dans certains cercles.

  • 18 avril 2012 à 16:50 | Albatros (#234)

    Au rythme "négatif" où vont les choses depuis plus de 3 ans à Madagascar, je crains fort que dans quelques mois le titre du prochain livre ne soit :

    "Madagascar, la Révolution du Peuple Malgache de ......"

    Je vous laisse le soin de valoriser la date.

    • 18 avril 2012 à 17:17 | rhaj (#4137) répond à Albatros

      J’ai compris que ce que Adrien a fait est une "revue" de l’article (article review = gives a critical evaluation). Et il a conclu, de par le titre de son "revue", que le livre “Madagascar, le coup d’État de mars 2009” est plus partisan qu’objectif, principalement du fait
      1- d’utiliser le mot "coup d’état", et
      2- de parler des « Années Ravalomanana », et aussi
      3- de parler de l’ « idéologie du mouvement légaliste ».

      Je dirais :

      1- SI... s’ils n’ont pas utiliser le mot "coup d’état", ce que beaucoup d’autres intellectuels malgaches comme Adrien n’ont pas osé faire, alors les auteurs du livre auront aussi été taxés de "partisan". Mais je crois que, justement, les auteurs du livre ont osé franchir ce seuil, et se mettre en accord avec tout observateur "outsider" qui ont qualifié cet évènement de "military backed coup".

      2- et 3- Disserter sur Ravalomanana, past ou present, ne saurait toujours être "partisan". Toutefois je suis d’accord que les auteurs auraient dû encore plus disserter sur Rajoelina, sur tout ce qu’il a dit et fait, tout ce qui a été décrié par les journalistes jusqu’au organismes tels Amnesty International ou Mongabay ou BM etc...

      Alors je dirais à Adrien, j’attends et espère de toi un livre, qui est supposé "non-partisan" donc, et qui :
      - n’utilise pas le mot "coup d’état", et
      - ne disserte pas sur Ravalomanana mais parle plutôt de Rajoelina, en toute objectivité.

      (you must be the change you wish to see in the world... la critique est trop façile)

    • 19 avril 2012 à 13:33 | stéph (#3807) répond à rhaj

      Tout ça pour faire un buzz !!!

      La réponse de ce professeur associé est bien tardive et il est bien seul pour argumenter face à la masse des intellectuels qui ont contribué à cet ouvrage.

      Qu’est ce que dit ce professeur associé au bout du compte : RIEN !!!
      Tout ça pour conclure que les auteurs sont partisans : et alors ??? Heureusement qu’il y’a des partisans, comme il y’a eu des partisans en 1947.

      Ca n’enlève rien au fait qu’ils ont raison : coup d’état il y’a eu !!!

      Et bon vent au benedict college M. le professeur associé.
      Cherchez plutôt à convaincre Obama ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS