Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 00h48
 

Editorial

Une révolution s’impose

lundi 27 août 2007 | Randria N.

Rideau sur les 7èmes jeux des îles de l’Océan Indien et retour au train-train de la vie quotidienne. Toutefois, un sujet semble faire de la résistance au sein du public malgache.

En effet, malgré la moisson de médailles que l’on a pu enregistrer lors de ces jeux, une chose, et pas n’importe laquelle, est restée en travers de la gorge des malgaches : la défaite des Barea.

Quoi que l’on dise autour de ces jeux et qu’importe le nombre de médaille et la panache que les athlètes ont mis pour les acquérir, la victoire est terne car nous n’avons pas eu la médaille qu’il fallait, c’est-à-dire, l’or au football. A se demander même s’il y a eu d’autres disciplines durant ces jeux.

Il est peut-être temps de trancher dans le vif, pour que nous ne soyons plus autant déçus à chaque défaite de notre « onze national », défaite qui, soit dit en passant devrait nous être habituelle, si l’on se réfère à l’histoire du football à Madagascar.

N’est-il pas le moment actuellement de mettre nos espoirs sportifs dans des disciplines où nous sommes autrement, et de loin, meilleurs, pour ne citer que le rugby ? N’est-il pas temps de détrôner le « sport roi » au bénéfice d’autres disciplines qui apporteraient de réels espoirs pour la nation et pour le public assoiffé de victoire ?

Loin de nous l’idée de plaider pour le seul rugby, mais nul n’ignore que depuis quelques temps, c’est la seule discipline dont nous n’ayons pas à rougir sur le plan international, hormis les quelques étincelles de nos représentants dans les divers sports individuels.

Imaginons un instant que les mannes jusqu’ici destinées au foot, tombent dorénavant dans les caisses d’autres disciplines qui étaient auparavant mises sur la touche, nul doute que notre Grande île resplendirait, outremer et d’ici très peu de temps, d’une autre auréole.

Ainsi, si cela se réalise, le rugby se dissocierait de l’image qu’on lui a toujours attribué, à savoir, un sport des bas quartiers et tout juste digne d’amuser les classes défavorisées. Par le même fait, peut-être verrions nous l’émergence ou la résurrection d’autres disciplines qui ont fait la renommée de notre pays dans d’anciens temps, pour ne citer que le basket-ball, où nous fûmes champions d’Afrique dans la catégorie féminines, ou le volley-ball où nos équipes d’antan ont tutoyé les équipes maghrébines qui étaient, et qui sont jusqu’à maintenant, les leaders sur le continent africain.

Pour une fois, osons faire une vraie révolution en « laissant les morts enterrer leurs morts » et en nous investissant à fonds vers d’autres disciplines. Pour une fois, soyons pragmatiques en faisant fi de l’engouement pour une discipline moribonde, quoique populaire, et osons faire le grand pas en misant sur d’autres disciplines, moins connues mais sûrement plus prometteuses.

Ce n’est à ce prix que nous pouvons être enfin une grande nation sportive.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS