Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 septembre 2019
Antananarivo | 00h27
 

Politique

Conjoncture politique

Une priorité parmi tant d’autres

vendredi 9 mai 2014 | Sahondra Rabenarivo

Les citoyens de quatre districts n’ont pas eu l’honneur de visionner à la télévision leurs représentants respectifs à l’Assemblée nationale, « live », en action…. Ils n’auront pas non plus un député membre du bureau, ni probablement président de commission. Déjà, ils sont désavantagés par rapport aux citoyens des autres 115 districts de Madagascar. Les élections partielles qui auraient dû avoir lieu ce mois de mai, sont reportées, semble-t-il, sine die. Initialement, c’était par faute de gouvernement pour décréter la convocation des électeurs. Maintenant, c’est parce que l’attention est ailleurs. Pourtant le décret doit prévoir une période de 90 jours avant lesdites élections. En d’autres termes, si le décret sort demain, l’élection aura lieu au plus tôt le 9 août 2014. Trois mois de plus à ne pas être représentés au niveau national… Trois mois durant lequel l’Assemblée devrait désigner 2 des 9 membres de la Haute Cour Constitutionnelle [1] et décider de maintes autres choses.

Pour organiser les élections communales en octobre 2014, le décret convoquant les électeurs doit sortir en juillet 2014. Espérons que ce sera le cas. Car tout report des communales consisterait en un report de :
- La mise en place du Sénat. Selon l’article 81 de la Constitution, le Sénat représente les Collectivités territoriales décentralisées (qui selon l’article 143 sont les Communes, les Régions et les Provinces) et les organisations économiques et sociales. C’est pourquoi 2/3 sont élus par les Collectivités territoriales décentralisées et 1/3 nommés par le Président de la République parmi les forces économiques, sociales et culturelles du pays. Initialement, le jumelage des élections communales et régionales était prévu. Il va falloir se décider vite pour 2014 si l’Assemblée nationale va voter ces lois à temps pour des élections en octobre 2014.
- La mise en place de la Haute Cour Constitutionnelle. Le Sénat désigne 2 des 9 membres de la HCC. Tant que le Sénat n’est pas en place, la Cour demeure seulement partiellement renouvelée, avec certains membres ayant siégé bien au-delà du mandat non renouvelable de 7 ans prévu par la Constitution.
- La mise en place de la Haute Cour de Justice. La Haute Cour de Justice est la cour devant laquelle non seulement le Président de la République, mais les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, le Premier ministre, les ministres et le président de la Haute cour constitutionnelle sont justiciables. Elle est composée de 11 membres :

  • Le premier président de la Cour Suprême,
  • Deux présidents de chambre de la Cour de Cassation
  • Deux premiers présidents de la Cour d’Appel
  • Deux députés
  • Deux sénateurs
  • Deux membres du Haut Conseil pour la défense de la Démocratie et de l’État de droit (encore une autre institution, avec le Conseil Économique, Social et Culturel, à créer).

Pour les politiciens confortablement installés au pouvoir, il n’y aurait peut-être pas urgence pour mettre en place ces institutions cruciales de la République, mais heureusement pour nous, il y a un délai ferme dans l’article 167 de la Constitution. La Haute Cour de Justice doit être installée ès l’expiration du délai de 12 mois à compter de l’investiture du Président de la République. C’est-à-dire, la HCJ doit être en place le 25 janvier 2015. À partir de cette date, il faut calculer le temps nécessaire à l’organisation des élections, non seulement communales, mais régionales et provinciales, puis sénatoriales, et le temps nécessaires au Sénat de choisir parmi ses membres ses deux représentants à la Haute Cour de Justice. Il n’y pas de temps à perdre, à moins d’accepter une République bancale pour combien de temps encore…

Notes

[1En plus des trois désignés par le Président de la République, 2 sont désignés par le Sénat, 2 par le Conseil supérieur de la magistrature et 2 par l’Assemblée nationale.

14 commentaires

Vos commentaires

  • 9 mai 2014 à 08:58 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Le Président de la République peut mettre fin à la mission de "CENIT" et confie les élections au suffrage universel direct au Ministère de l’Intérieur.Basta
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 9 mai 2014 à 10:02 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Une priorité absolue :
    - "LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE".
    Selon le CNAPS,
    - seuls 7 % des travailleurs bénéficient d’une protection sociale.
    Plus de 80 % des Malgaches actifs n’ont pas accès à aucune couverture sociale.
    Moins de 20 % des personnes du troisième âge bénéficient de retraite ou de pension de vieillesse,selon SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA,Président de la République,Chef d’Etat de Madagascar.

    EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE,GENERALEMENT,et partant de méthode scientifique éprouvée,la situation d’un Pays peut être résumée essentiellement,à travers ses indicateurs sur :
    - l’éducation,
    - la santé,
    - et la nutrition....
    pour ne citer que ceux-là.
    Ces indicateurs sont ensuite traduits sous forme de "TAUX DE PAUVRETE"
    Quelle que soit la méthode utilisée,toutes les études tendent à retenir qu’à Madagascar,en 2014,le taux de la pauvreté et l’extrême pauvreté sont très ==alarmants==.
    A Madagascar,une très grande proportion de la Population n’est donc pas en mesure de regénérer convenablement les calories nécessaires au fonctionnement normal de son organisme et ne peut ,par conséquent,==contribuer==correctement à la production nationale.

    - "56 Pays pauvres émergents sont parvenus ,ces dernièresz années,à élaborer ==une stratégie nationale==de "PROTECTIONSOCIALE" qui est en train de devenir une sciece sociale,à part entière,au niveau mondial.
    L’Afrique s’est associé à ce mouvement depuis 2009,à travers un "cadre de Politique social (-CPS-),adopté au niveau de l’Union Africaine.
    - "D’évidence,MADAGASCAR ne peut plus ,aujourd’hui,ajourner l’échéance de son adhésion à un tel mouvement planétaire",déclare SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA.
    LA STRATEGIE DE PROTECTION SOCIALE OCCUPERA UNE PLACE PREPONDERANTE DANS LA POLITIQUE GENERALE DE l4ETA",indique le Président Malgache.
    Le Gouvernement Malgache sera engagé à réfléchir le plus rapidement possible sur l’agenda d’une stratégie nationale de protection sociale ,au regard ==du futur plan national==de développement et de lutte contre la pauvreté.
    Le Gouvernement sera amené à réfléchir sur la préparation==au fur et à mesure==des textes réglementaires qui devraien encadrer un alignement clair de tous les Ministères concernés,sur le rôle exact ,à assigner ==au Ministère de la Population==à qui devrait revenir certainement :
    - la coordination des actions,
    - le suivi
    - et l’évaluation de la Politique,sur la possibilité,à moyen terme,de la mise en place d’un "FONDS DE CONTINGENCE" destiné à faire face aux aléas naturels,en tant que signal fort de ==son engagement naturel==ainsi que sur les mesures de Gouvernance nécessaire pour un impacr optimum.

    - "BIEN ENTENDU,UNE FOIS CES ORIENTATIONSZ ET OUTILS,EN PLACE,NOUS ENGAGERONS ANNUELLEMENT LES BUDGETS REQUIS POUR UNE DURABILITE DES RESULTATS"
    a soutenu
    SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA
    Président de la République,
    Chef d’Etat de Madagascar

    copier/coller
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 18:50 | Radepy (#7163) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      En Province, notamment dans des Districts, 98% de ceux qui ont cotisé et qui ont droit à leur pension de retraite souffrent de la lenteur administrative des prestations de la CNAPS ; plusieurs de ces personnes sont décédés ... quelle misère ! Entre-temps, la cnaps entretient et sponsorise des équipes de foot-ball ou spécule dans l’immobilier et je ne sais quoi encore, mais de quel droit ?

    • 11 mai 2014 à 00:46 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Radepy

      Radepy,
      CNAPS..je ne connais pas très bien son fonctionnement et son financement.
      Je connais quelques "syndiqués" du CNAPS,pas plus.
      Dans la déclaration de politique générale de l’Etat,j’ai relevé ceci :
      - "Sur l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base et du renforcement du capital humain".
      Radepy,
      je rejoins cette remarque :
      t-"Le Pouvoir , resté entre les mains d’une oligarchie confinée dans la capitale,Antananarivo,bloque :
      - la démocratisation
      - et la décentralisation.
      Il y a ce qui peut être qualifié "d’appropriation prévues de certains services publics".
      La décentralisation est restée une fiction :
      - après 50 ans d’idépendance,95 % du Budget National reste géré au niveau central.

  • 9 mai 2014 à 11:07 | Vohitra (#7654)

    D’autres problèmes risquent d’apparaître avant que les décisions pour la tenue des élections soient prises : est-ce que les nombres de régions et de provinces seront maintenus identiques à ce qui existe actuellement ou non, aussi, d’autres lois organiques seront nécessaires afin d’obtenir des précisions concernant les articles y afférent dans la Constitution

  • 9 mai 2014 à 12:02 | Isambilo (#4541)

    C’est une structure étatique trop lourde, voulant imiter une démocratie européenne. Mais nous n’avons pas les moyens financiers pour mettre en place toutes ces structures. Mais le pire est que nous n’avons pas les hommes et les femmes réunissant le minimum de qualité et de compétence pour animer ces structures.
    Voilà une bonne illustration de l’aliénation culturelle des auteurs de cette constitution stupide

    • 9 mai 2014 à 12:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      La Constitution de la lV e République Malgache est une petite soeur de la Constitution Française..
      Alors,je vous invite à lire le long discours de SEM "G" Ambassadeur de France,dans l’Express de Madagascar,de ce jour..vous comprendrez, beaucoup de choses, sur les interprétations des articles de "NOTRE" Constitution.
      Bien à vous.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 12:58 | olivier (#7062) répond à Isambilo

      Vous avez bien résumé la situation

      Merci

      OR

    • 9 mai 2014 à 13:44 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      Pensez-vous que les "MALGACHES" soient plus bêtes que les "français" issus de toutes les races de la Terre.
      Revisez votre jugement sur les "MALGACHES".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 9 mai 2014 à 15:11 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    A Sahondra RABENARIVO
    Madame,il m’arrive de lire "La Nation.mg"
    Courrier des lecteurs :
    - "Il n’ya pas de temps à perdre".
    - Les citoyens de quatre.....

    dans Mada Tribune,je lis :
    - "Une priorité parmi d’autres"..
    POUR QUOI AVEZ-VOUS CHANGE DE TITRE..?
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 10 mai 2014 à 00:04 | Radepy (#7163)

    Et pourtant, à la question de Olitina sur les communales, le président n’avait pas l’air d’être inquiété. La manie de ne pas respecter la Constitution est bien dans nos mœurs. L’absence d’une opposition officielle ne le dérange pas non plus. Les critiques des journalistes sont pour lui une forme d’opposition et cela peuvent suffire dit-il. Quel lapsus ! Quant à Olitina, elle a été bien molle ce soir comme son invité et qui ne m’ont pas convaincu.

    • 11 mai 2014 à 13:10 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Radepy

      Radepy
      SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA a raison !
      - "des exemples vivants :
      - Madagate,
      - la brave dame de free etc..
      Être dans l’opposition,ça fait vendre.Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 10 mai 2014 à 02:00 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    La situation de Hery Rajaonarimampianina me fait penser à un chef de restaurant dépassé par les évènements : trop de clients, pas assez de produits surgelés vite faits, pas assez d’aides cuisiniers, peu de serveurs ...
    Il ne peut pas être au fourneau, à l’accueil, serveur, ... en même temps.

    Le constat des "100 jours" laisse des doutes :
    - un gouvernement qui a du mal à établir un organigramme efficient capable d’absorber les affaires en cours et résoudre au plus vite la lourdeur administrative. Situation catastrophique et suicidaire pour les opérateurs économiques, ...
    - la priorité des priorités non déterminée concrètement. Ce qu’on attend beaucoup de la déclaration de politique générale du Gouvernement de Roger Kolo ce jour, si je ne m’abuse ...
    - Une Assemblée nationale métamorphosée.
    - ...

    Heureusement que tout ceci est complété, évidemment, par la prochaine 1° intervention du Président Hery Rajaonarimampianina à la télévision après son discours d’investiture.
    Il est temps que le Président Hery Rajaonarimampianina s’adresse aux Malagasy et explique ses "100 premiers jours de gouvernance" et la suite qui présage, qu’on le veuille ou non, plus de rigueur.

    On n’a pas le choix qui qu’il soit au pouvoir. Il reste au pouvoir en place une bonne organisation, des prendre des mesures adéquates pour REDUIRE LE TEMPS de rigueur, de restrictions "sélectives" et de souffrances et surtout des idées et du courage ...
    Par exemple, une politique budgétaire et fiscale visant à réduire les écarts des revenus trop importants à M/car (de 1 Ariary à 1 million d’Ariary ...). Normal que n’importe qui veut ou être député ou être ministre ...

    C’est le moment ou jamais de s’y "attaquer" par le vote des lois des finances rectificatives ou collectif. Après le vote de la présentation de la politique générale par le Gouvernement Roger Kolo.
    Ce ne sont pas les arcanes, astuces, finesses, procédures, etc ... juridiques qui font défaut ...

    Cà va faire sûrement des remous et même des vagues qui ne vont pas du tout plaire aux députés de l’Assemblée nationale, certains élus, ministres, Dir- cab, etc , ... Courage !
    Autrement, "ny omaly tsy miova no miverina".

    Ce qui interpelle surtout, compte tenu de l’ampleur des charges et responsabilités, certains de nos politiciens ne sont pas conscients de la pauvreté généralisée et ne cherchent qu’à avoir un "SEZA" coûte que coûte, même pour quelques jours.

    LA PRIORITE des priorités est claire :
    L’intérêt général, la philosophie politique et le "projet de gouvernance" de Hery Rajaonarimampianina qui sont entrain d’être complétement occultés.

    Il appartient à Hery Rajaonarimampianina et à Roger Kolo d’avoir des idées et surtout du courage face aux brandissements des "ampamaoka" et des "vonovorona".

    Que çà se fasse une bonne fois pour toute et que chacun assume !

    Voilà de la TRANSPARENCE !

    -

    • 11 mai 2014 à 13:45 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA ,Président de la République,Chef d’Etat de Madagascar veut un changement immédiat et efficace.
      Dans ses orientations,il exige le rétablissement de la "CONFIANCE".
      La confiance entre les citoyens par la "Réconciliation nationale réelle" ce qui seule peut conduire à une ==véritable concorde nationale==,garante de la stabilité et de la cohésion.
      Il nous faut reconstruire la confiance envers l’Administration y compris la "JUSTICE".Il exige aussi qu’on rebâtisse les conditions de notre crédibilité vis-à-vis du Monde extérieur.
      SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA==ordonne==qu’on fasse de manière à ce que la croissance soit accélérée,inclusive et durable.
      Il exige qu’il soit rétabli un environnement de "PAIX",de "CONCORDE" et de "JUSTICE" de telle sorte qu’une amélioration sensible des conditions de vie ==de la majorité==de la Population Malgache soit une réalité rapide.
      Il nous faut se rappeler qu’avec la même structure et le même rythme de croissance ajustée sur les seuls effets d’aide au développement traditionnelle,Madagascar restera un Pays sous-développé.
      C’EST POURQUOI,IL NOUS FAUT UNE VOLONTE POLITIQUE POUR PARVENIR A DES OBJECTIFS AMBITIEUX EN PASSANT PAR UNE RELANCE DE DEVELOPPEMENT.
      Ces objectifs exigent un taux de croissance économique de :
      - 7 % dès le deuxième trimestre 2014
      - et ==à deux chiffres==en 2015.
      Pour y parvenir,il faut atteindre un taux d’investissement de plus de ;
      - 25 % du PIB,dès 2 014,pour ==créer==près de :
      - 500 000 emplois en 2015.

      Copier/coller ;
      - de la déclaration de la "POLITIQUE GENERALE DE L’ETAT" du Premier Ministre KOLO Roger.

      Basile RAMAHEFARARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com
      Ce 10 mai 2014

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS