Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 12h15
 

Politique

Conjoncture

Une période tourmentée, selon « Otrikafo »

mercredi 22 août 2007 | RAW

« Un fossé large et profond sépare le pays légal du pays réel. La population éprouve des souffrances extrêmes sans que les gouvernants ajustent leur politique pour réduire ce fossé, bien au contraire. L’histoire apprend pourtant que de telles situations engendrent tôt ou tard un « chaos » qui pourrait être un « rétablissement de l’ordre », vu du côté du peuple ». Ce sont là les termes en lesquels l’association « Ny Otrikafo » a ouvert la conférence de presse d’hier à Ampatana Ankadifotsy, son siège.

« Otrikafo » trouve en effet que la politique économique conduite par les gouvernants entraîne le pays dans une spirale de dettes de plus en plus importantes. Elle estime que le changement des députés ne développera pas plus le pays. Un membre de l’associaiton juge que la tenue d’élections législatives anticipées n’est qu’un leurre pour lénifier le peuple malgache. « Prendre part à ces élections serait faire espérer au peuple que le changement de députés apporterait un changement et un développement pour le pays. Or, il n’en sera rien. Par conséquent, « Otrikafo » ne participera pas à ce pantomime », confirme l’association dans son dossier de presse.

L’association Otrikafo a affiché hier sa détermination et sa disponibilité le moment venu. Elle a, a-t-elle avoué, son projet de société et son projet de gouvernement. Elle conçoit une société qui s’enracine dans la mentalité et la tradition malgaches sans pour autant craindre d’entrer résolument dans le contexte du troisième millénaire. Son projet de gouvernement est clair et se distingue de ceux de tous les dirigeants précédents, à savoir la souveraineté nationale totalement émancipée de toute dépendance étrangère, ce qui est le fondement de tout développement véritable.

Dans cette perspective d’un développement effectif du pays, des grands travaux sont prévus. Selon les propos du président de l’assocaition Otrikafo, Andrianjaka Rajaonah, cette politique totalement différente et nouvelle qu’elle propose, est à même de permettre à chaque citoyen malgache d’accéder à un travail, à un logement et à vivre dans la dignité.

Création monétaire

Des exemples concrets ont été cités hier : entre autres, dévier des eaux en faveur du bassin de l’Androy pour en faire un autre grenier à riz, aider les agriculteurs et éleveurs à moderniser leurs équipements grâce à des prêts bancaires garantis par l’Etat. Tous ces projets de développement s’appuient sur la création monétaire qui ne signifie nullement utilisation de la planche à billets.

« Otrikafo » explique : « tous les pays développés y ont eu recours depuis la nuit des temps ; les Malgaches l’ont aussi pratiquée sous le règne d’Andrianampoinimerina (l’aménagement de la plaine du Betsimitatatra n’est rien moins que de grands travaux), et tous les pays développés sont passés par la phase de la création de leur propre monnaie ; aucun des pays qui n’a pas créé sa propre monnaie mais qui s’est seulement appuyé sur les dettes et aides extérieures n’a réussi à se développer (cf : « Les nations ne se développent pas par les capitaux, la restriction financière, l’emprunt extérieur . » Cf. Court Traité du Développement, Eric Mandrara).

Une politique funeste

« Otrikafo » n’est pas tendre envers les dirigeants successifs pas plus qu’avec ceux actuellement au pouvoir. La liste de leurs actions est longue, les dernières en date sont catastrophiques pour le pays, a-t-on appris. Marc Ravalomanana a décrété qu’il faut limiter la population malgache : c’est une politique funeste pour la nation (cf. le proverbe malgache « L’être humain est une richesse », Mao Ze Dung : « Une bouche à nourrir, deux bras pour travailler ». Faut-il dire que Madagascar est un pays sous-peuplé ?). Il faut combattre résolument une telle politique désastreuse pour le pays (cf. « Guerre démographique et CIA » www.solidariteetprogres.org). Les opposants sans exception sont, eux aussi selon « Otrikafo », néfastes pour la nation. Ce sont en grande majorité de véritables girouettes. Tous portent une responsabilité dans cette pauvreté extrême que connaît le pays.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS