Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 juin 2022
Antananarivo | 00h08
 

Economie

Investissement direct étranger

Une maigre hausse de 20% en une année

samedi 15 septembre 2007 | Ax’s

A Madagascar bien qu’on enregistre une hausse de capitaux de 86 millions de dollars à 230 millions de dollars, l’IDE est encore très faible, alors que l’objectif est d’atteindre les 500 millions de dollars de l’IDE. Avec cette vitesse comment peut on ésperer une croissance économique à double chiffre ? En tout cas il faut encore de véritable travail de titan pour pouvoir atteindre cet objectif, notamment en matière d’appel aux investissements étrangers.

Certes des efforts ont été déja accompli en ce sens.
En se référant aux chiffres d’affaires on a passé de 2 216,6 milliard d’Ar en 2005 à 2 221,2 milliard d’Ar en 2006 soit une hausse de 0,20%. Pour ce qui est de la valeur ajoutée, elle est passée de 500,5 milliard d’Ar à 671 en 2006, une hausse de 34% seulement en une année.

Dans le monde, un IDE tourne autour de 1474 milliard d’usd, dont la circulation passe le plus souvent d’un pays riche à des pays riches. Pour les Etats-Unis, l’IDE est évalué à 250 milliard de dollars, en Chine il est de 88 milliards.

Comment attirer les investisseurs ?

Pourquoi certains pays attirent plus d’investisseurs que d’autres ? Effectivement ces derniers avant de s’éngager analysent un certain nombre de points dont en premier lieu les atouts et avantages du pays entre autre la localisation, le coût de la production, les mains d’oeuvres, mais surtout les savoir-faires qui constituent les principaux appels. Viennent après l’étude la bonne gouvernance du pays, si le pays en question assure un environnement d’affaire stable.

Madagascar a encore du mal à attirer nombre d’investisseurs car elle présente encore des loudeurs au niveau administraif ce qui constitue de véritable entrave, il en est de même pour les fournitures en matière d’énergie et d’infrastructures.

Certes les investisseurs affirment que Madagascar dispose d’un énorme potentiel seulement ces derniers n’osent pas totalement s’investir à fond. Le Canada, la France et lîle Maurice sont jusqu’à présent les principaux investissseurs à Madagascar. Une nouvelle politique de réforme s’impose !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS