Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 19h16
 

Politique

"Fondation Ravalomanana"

Une autre quête de financements

vendredi 8 août 2008 | Eugène R.
Leurs études seront supportées par le « fonds Ravalomanana »

Le président Marc Ravalomanana en personne l’a révélé ce mardi au Palais d’Etat d’Iavoloha. Les bourses d’études octroyées aux étudiants malgaches envoyés aux Etats-Unis pour une formation universitaire de quatre ans sont supportées par le fonds recueilli par la "Fondation Ravalomanana". Le chef de l’Etat a déclaré que ce fonds est financé par ses amis américains. Voilà donc une autre quête de financements lancée par le président Marc Ravalomanana, outre celle qui s’inscrit dans le cadre du financement du Madagascar Action Plan (MAP). Mais le locataire d’Ambohitsorohitra n’a pas précisé si cette "Fondation Ravalomanana" est différente du fameux FAP ou Fonds d’Appui au Président administré par Bryan Donaldson, ancien ambassadeur de la Grande Bretagne à Madagascar.

Toujours quémander

Pour certains observateurs, ce régime a l’habitude de quémander alors que notre île regorge des richesses naturelles dont l’exploitation suffit pour trouver l’argent nécessaire au développement. Le CONECS d’André Ramaroson a déjà haussé le ton sur ce sujet. Ce Conseil Economique et Social a déclaré qu’avec l’exploitation (par Sherrit International) du Nickel et du Cobalt à Ambatovy, d’une part, et d’autre part, celle (par QMM) de l’Ilménite à Fort Dauphin, Madagascar ne devrait plus s’endetter en s’agenouillant devant les bailleurs de fonds traditionnels (Banque mondiale et FMI) et les partenaires bilatéraux ou multilatéraux. Selon le CONECS, 90% de la valeur des produits extraits dans ces deux grands sites d’exploitation minière devrait rentrer dans les caisses de l’Etat et 10% pour les exploitants et non l’inverse. Pour le coordonnateur du MRDRM, Ralison Roger, nos dirigeants n’ont pas la capacité de négocier avec les partenaires. "Nous sortons toujours perdants à l’issue d’une négociation", ne cesse de réitérer ce politicien. En fait, ce point de vue rejoint celui des opérateurs et des industriels au sein du CONECS.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS