Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 18 novembre 2018
Antananarivo | 23h01
 

Météorologie

Météo

Un mort et des centaines de déplacés pour le passage du cyclone Eliakim

samedi 17 mars | Ny Aina Rahaga

Le cyclone Eliakim a frappé la côte Nord-Est de Madagascar depuis la matinée d’hier, touchant le Cap Masoala à 9 heures du matin. Actuellement, le cyclone se trouve et stagne dans le district de Maroantsetra. La ville craint par cela la montée des eaux étant données les pluies diluviennes accompagnant le cyclone.

A Soanierana-Ivongo, après le passage du cyclone, pas moins d’une trentaine d’habitation ont été détruite et près d’une centaine de personnes ont du être déplacées ou déclarées sinistrés. A Nosy-be, un homme d’une trentaine d’année a succombé à la suite de l’effondrement d’une maison. Les vents ont également ravagé plus d’une trentaine d’habitations essentiellement à Dzamandzar et Tanambao.

Près d’une centaine de personnes ont été blessées suite à des effondrements multiples et les sinistrés se comptent par centaines également. Un autre homme a été emporté par la mer, alors que celui-ci tentait de rejoindre Nosy Komba avec deux autres personnes. Ceci alors que toute circulation en mer avait été interdite. L’un des plus grands problèmes auxquels les habitants des zones touchées sont confrontés est qu’il n’y a pas de suivi en temps réel de l’évolution de ce genre de catastrophe par les autorités. Aussi, l’intervention de ces derniers ne vienne qu’après la catastrophe passée. Bien que le cyclone Eliakim stagne à Maroantsetra, sa puissance diminue de plus en plus et il est prévu sortir en mer pour demain.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 17 mars à 10:07 | harmelle (#5862)

    « L’un des plus grands problèmes auxquels les habitants des zones touchées sont confrontés est qu’il n’y a pas de suivi en temps réel de l’évolution de ce genre de catastrophe par les autorités. »
    Oui il n’y a surtout pas de précautions prises en amont : comment peut on attendre 18 heures et la nuit pour déclencher l’alerte rouge juste quelques heures avant l’impact évident ????

  • 17 mars à 13:15 | saricine (#2893)

    Le plan pour la gestion des catastrophes naturelles devraient être inclus dans le plan de développement à long terme, en dehors de toutes manipulations politiques.

    Les universités de Madagascar prennent la place principale en formant les jeunes en adéquation aux besoins : techniciens de l’environnement, du cataclysme naturel, de l’énergie et de la technologie.

    Bref, des solutions, il y en a, l’exécution à mon sens nécessite un bon sens politique, une bonne volonté citoyenne et un sens patriotique des actes.

  • 17 mars à 13:16 | saricine (#2893)

    Mais , c’est vrai aussi : trop se « sens » tue le sens !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 154