Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 17 août 2018
Antananarivo | 13h48
 

Economie

Jirama

Un gap de 500 milliards d’ariary par an dû aux arriérés des ministères et institutions

jeudi 9 août | Arena R.

Aucun des départements ministériels ou institutions existants n’aurait payé leur facture d’eau et l’électricité depuis des lustres. Ce qui engendre un gap de 500 milliards d’Ariary dans les caisses de la Jirama, a-t-elle récemment revelé. Malgré tout, la Jirama n’ose pas procéder à la coupure de l’électricité et de l’eau au sein de ces départements ministériels, contrairement à ce qu’elle fait subir aux petits consommateurs qui subissent également les méfaits de la défaillance de la caisse de cette société d’Etat.

Certes, l’Etat donne des subventions annuelles à la Jirama, dans le cadre de sa coopération avec ses partenaires techniques et financiers et selon les dispositions de la loi des Finances mais si l’année dernière, l’enveloppe consacrée à cette société d’Etat s’élevait à 400 milliards d’ariary, ce qui est encore loin des 500 milliards d’ariary de facture annuelle impayée par les ministères et les institutions, cette année, cette enveloppe n’était plus que de l’ordre de 100 milliards d’ariary à cause des pressions faites par les bailleurs de fonds.

Toutefois, il serait improbable qu’il n’y ait pas de rubrique consacrée à l’électricité et à l’eau dans le budget alloué annuellement à chaque ministère et institution, défini par la loi des Finances, qui évolue d’année en année et rectifiée au fur et à mesure en fonction des besoins de chaque ministère, au milieu de l’exercice financier. Mais où sont-ils passés ces budgets ? Dilapidés ou détournés comme à l’accoutumée dans les ministères, institutions et établissements publics ?

Un gap de 500 milliards d’ariary par an fait effectivement beaucoup. A cela s’ajoute les factures impayées par les simples usagers et les pertes dues aux vols d’électricité souvent commis par les consommateurs en complicité avec les agents de la Jirama. A ce rythme-là, cette société d’Etat ne peut effectivement fonctionner normalement et doit souvent procéder à la révision de ses tarifs au grand dam des simples citoyens consommateurs.

11 commentaires

Vos commentaires

  • 9 août à 11:58 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Le serpent qui se bouffe la queue, il est capital d’ ouvrir l’ électricité à la concurrence, et supprimer purement et simplement cette société d’ Etat, qui comme AMad entre autre est incapable de gérer.

    Répondre

    • 9 août à 15:30 | tsirah (#10314) répond à Jipo

      Ianao io ve olana misaina sa tsia eeee !!! privatizena io JIRAMA io dia hiakatra hoatrinina ny vidin’ny jiro ?izao ary efa tena mikaikaika ny malagasy vo maika va omena société privée tsy korotana tanteraka no hisy eto

  • 9 août à 14:10 | komi (#10299)

    Ny fomba fitantanana ny asam-panjakana mihintsy no hilaina fanavaozana ankehitriny ary mety hamaha izao olana misy eo @ JIRAMA izao. Efa nanomboka nihatsara ny fomba fiasan’ity orin’asa ity nandritry ity fitondrana ity

    Répondre

  • 9 août à 15:12 | tanguy37 (#7699)

    Comme dans tous les pays industrialisés et intelligent ! !!!!! Un client qui ne paye pas ses factures , on arrête immédiatement la fourniture
    NON ?

    Répondre

    • 9 août à 16:06 | Stomato (#3476) répond à tanguy37

      Dans les pays industrialisés eau et électricité ne sont pas coupés.
      Mais il est procédé a une « dégradation » de la qualité de service.
      Par exemple un particulier qui ne paye pas son électricité voit la puissance fournie sérieusement limitée par exemple ce qui ne permet que d’allumer deux ou trois lampes, mais pas de cuisinière ou réchaud électrique ou de chauffe eau ou radiateur.

      Pourquoi ne pas limiter la puissance aux ministères, juste alimenter les ordinateurs indispensables, mais pas les ventilateurs ou les climatiseurs. Et faire de même aux ministres, DirCab, et autres hauts fonctionnaires dont les ministères de payent pas le courant.

      Idem pour l’eau, réduire de façon drastique le débit (ou la pression) de l’eau délivrée tant que les factures ne sont pas payées. Pareil pour les douches des ministres dans leur domicile(s).

    • 9 août à 16:06 | Stomato (#3476) répond à tanguy37

      Dans les pays industrialisés eau et électricité ne sont pas coupés.
      Mais il est procédé a une « dégradation » de la qualité de service.
      Par exemple un particulier qui ne paye pas son électricité voit la puissance fournie sérieusement limitée par exemple ce qui ne permet que d’allumer deux ou trois lampes, mais pas de cuisinière ou réchaud électrique ou de chauffe eau ou radiateur.
      Pourquoi ne pas limiter la puissance aux ministères, juste alimenter les ordinateurs indispensables, mais pas les ventilateurs ou les climatiseurs. Et faire de même aux ministres, DirCab, et autres hauts fonctionnaires dont les ministères de payent pas le courant.
      Idem pour l’eau, réduire de façon drastique le débit (ou la pression) de l’eau délivrée tant que les factures ne sont pas payées. Pareil pour les douches des ministres dans leur domicile(s).

  • 9 août à 15:36 | tsirah (#10314)

    Mila mandoha ny jiro sy rano laniny ny ministera tsirairay fa rehefa minia tsy mandoha izy dia tsy maintsy tapahana ny herin’aratra sy ny rano ampiasainy ary tsy ho hita intsony izao olana misy amin’ny jirama izao sady tsy rariny kosa anie ilay faty antoka vokatry ny tsy fandoavana ny volan’ny JIRAMA eee.

    Répondre

  • 9 août à 16:47 | Tsix (#10296)

    Maro loatra toka raha ny fampiasana sy ny fandaniana ny rano sy ny herin’aratra any amin’ireny toerana ireny. Ny olana ihany koa dia ny toerana tsy ilaozan’izay mpanararoatra. Ny fanjakana dia efa miezaka mandrakariva mitady sy manafoana ary mampihena ny fandaniana any amin’ireny toeram-panjakana ireny. Izany ihany koa no mbola nanolorany vaha-olana dia ny fananganana toerana mamokatra herin’aratra goavana.

    Répondre

  • 9 août à 17:43 | Toutoun (#10298)

    Ny tena olan’ny JIRAMA dia tratran’ny tsindry hazo lena t@ nataon’ireo mpitondra nifandimby deo aloha ! @zao izy vao manomboka miharin-doha tsikelikely na dia mbola mavesatra aza ny trosa tsy maintsy hahilika.

    Répondre

  • 10 août à 05:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Le pays n’est pas gouverné et la loi de finance est juste bon pour la forme : Le mal est diagnostiqué mais le problème ne sera jamais à moitié résolue à cause de l’irresponsabilité et de l’absence de volonté des gens qui nous gouvernent.
    Les candidats à la présidentielle doivent être interpellé sur ce problème de la jirama car on ne peut plus accepter de tel dysfonctionnement donc pas d’achat de voiture neuve ni de ticket pour les ministères ou les administrations concernés.

    Répondre

  • 10 août à 16:55 | Nomena (#10351)

    Tsy misy tsara nohon’ny fifampiresahana sy ny fitadiavana vaha-olana foana eh. Aoka isika hampiseho hoe olona nianatra no miresaka.

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 374