Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 18 décembre 2018
Antananarivo | 18h46
 

Politique

Commune rurale de Solila-Ikalamavony

Un cas de carence à faire réfléchir

samedi 17 novembre | Fanambinantsoa

La CENI a fait remarquer une observation de Procès verbal (PV) de carence au sujet des bureaux de vote de la commune rurale de Solila dans le district d’Ikalamavony. Les matériels de vote ne sont pas parvenus à la Section de Recensement des Matériels de Vote (SRMV) qui siège au chef lieu de district, à Ikalamavony. Bien sûr, ce n’est pas une exception car lors du référendum de 2010, il n’y a pas eu d’opération de vote dans 37 bureaux de vote ; cela pour diverses raisons. Mais dans le cas présent la formulation et l’intonation avec lesquelles cette carence a été présentée -dans l’ambiance de défense/contestation et échanges entre CENI et contestataires, ne laissent pas indifférent. Le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo , a dit exactement : « any amin’izany hoe Solila izany » (traduit librement par : dans une certaine localité de nulle part qui s’appelle Solila) pour faire comprendre l’isolement et l’éloignement de certains des bureaux de vote et ses conséquences autant pour les électeurs que pour les organisateurs. Thierry Rakotonarivo ajoute que « les cinq (5) membres de bureau de vote n’ont pas été au rendez-vous, du coup les électeurs n’ont pu exercer leur droit ». Dès lors, les suppositions et critiques sont allées bon train. Solila est tellement enclavée que les électeurs n’ont pu voter, sinon que leurs voix n’ont pu être considérées par le SRMV d’Ikalamavony.

Des individus peu instruits d’après le maire de Solila

Joint au téléphone par les journalistes de la Radio Nationale Malgache (RNM) le lendemain 15 novembre 2018, le maire de la commune rurale de Solila, Daniel Ramahalanja explique. « Deux (2) bureaux de vote sis dans le fokontany de Kirano au chef lieu de la commune de Solila ont ouvert dans un seul local. Seulement, les opérations de vote ont été fusionnées ; et une seule urne a rassemblé les bulletins des électeurs. C’est malheureux mais les membres du bureau de vote sont mal formés ou peu instruits », souligne le maire Daniel Ramahalanja. Le maire précise cependant que « les électeurs ont fait le déplacement ; ils sont arrivés mais aux compte-gouttes comme on dit et ils étaient peu nombreux ». La commune rurale de Solila devrait compter plus de 700 électeurs pour justifier la mise en place de deux (2) bureaux de vote.

Normalement donc, il aurait du y avoir deux équipes composées chacune de cinq (5) membres pour gérer ces deux bureaux de vote soit dix individus mais seule une équipe a fait office de membres des deux bureaux.

Cette commune rurale est située à quelque 3heures à 4heures de marche à l’écart de la route nationale qui conduit vers Ikalamavony. Il n’y a pas de transport en commun régulier comme les taxi-brousse. Seuls des camions affrétés tous les mardis par des commerçants qui ravitaillent la localité de Solila et ses environs et qui font également de la collecte de produits locaux, les desservent. Il faut admettre d’après les habitants de Solila que c’est en pleine « zone rouge » malgré la présence des éléments des forces de l’ordre. A l’époque voici plus de dix ans, ce fut un poste avancé de la Gendarmerie nationale dont le local a été offert par un opérateur de la région. Solila avait aussi un poste sanitaire avec un médecin de manière permanente. La route qui joint cette commune à la route nationale est en fait une piste cahoteuse et dangereuse que les rares usagers essaient d’entretenir comme ils le peuvent, notamment les camionneurs hebdomadaires et surtout les religieux de l’Eglise catholique de Solila.

En matière d’instruction/éducation, il faut réfléchir sur la question suivante que nous leur avons posée sur place en 2002 : quelle profession envisagent-ils les écoliers qui ont réussi les examens de CEPE. Ils ne sont pas rares ceux qui nous ont répondu comme quoi, ils veulent devenir « mpanao bokin’omby ». La fonction militaire a attiré quelques-uns si la majorité ne savait que répondre. Heureusement, parmi ces écoliers, il y a ceux aujourd’hui qui sont diplômés des universités de Madagascar.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 17 novembre à 10:57 | reglisse (#6117)

    Cette élection aura permis de mettre Solila à l’affiche de M.T.
    Peut être ces habitants en prendront ils connaissance, ou tout au moins seront ils prévenus, par un proche, ou une connaissance, qu’un "journal en ligne" écrit en français, a parlé de ce jour d’élection ratée, c’était le 7 novembre 2018.

    « any amin’izany hoe Solila izany », à un certain Solila...
    Google Earth, l’espion américain, m’a permis de visionner, à travers quelques nuages épars, une photo aérienne de Solila et ses alentours.
    Des toits en tole, des maisons en dur, mais déja une structure, pensée, qui démontre un embryon de vie sociale.
    Mais pas de route goudronnée, l’endroit est accessible par des pistes.

    « any amin’izany hoe Solila izany », il y a une humanité, faite de femmes et d’ hommes, qui n’ont pas pu mettre une croix dans une case, pour exprimer leur choix, et glisser le bulletin dans l’urne.
    Je peux imaginer, que beaucoup s’en sont moqués, parce qu’ils n’auraient de toute façon, pas voté, mais aussi, la frustration de ceux qui avaient leur avis à formuler, et ont du rager contre une mauvaise organisation.
    Et lorsque je lis dans les déclarations politiques publiques, que tel candidat avait un représentant dans chaque bureau de vote, mais alors, pourquoi ce manquement ?

    Solila, archétype d’un village malagasy ?

    3 ou 4h de marche à pied pour accéder au village depuis la route nationale
    Pas de transport en commun régulier
    Classification en zone rouge
    Mauvaise piste, difficilement entretenue par camioneurs et l’église catholique
    Quid aujourd’hui sécurité ? école ? poste sanitaire ?

    C’est le quotidien de chaque village à Madagascar

    Alors comment améliorer facilement la vie des citoyens de Solila ?

    C’est assez simple, basique, pas difficile à comprendre, et nos présidents candidats milliardaires auraient vraiment du s’en occuper, s’ils voulaient être élus au premier tour dia vita.

    • 23 novembre à 12:08 | Tingolo (#10501) répond à reglisse

      En fait, c’est choquant de lire une telle situation. Il faut changer la mentalité de ces camionneurs travaillant à Solila. Le missionaire catholique religieux que vous avez mentionné a bien fait la piste 26 km du croisement de la route Rn 42, d’Ikalamavony jusqu’ à Solila, mais ce sont les marchands et les camionneurs qui detruisent la piste, c’est malhonnête car ils ne respectent pas la piste. Ils marchent même s’il pleut, alors la route abimait. Le religieux fait ses possibilités pour refectionner la route mais c’était le maire et c’est le maire même avec les autres collecteurs qui réagissent : "Pourquoi vous réparez encore la route ?" les camionneurs insultaient même les ouvriers qui reparaient la route parce qu’ils veulent qu’il n’y aura beaucoup de concurrents pour collecter le riz, maïs, aracides,...de paysans de Solila. Pour but de monopoliser les produits de Solila. Voilà la vérité, vous qui prétendez d’être président de Madagascar, regardez Solila car cela fait honte.

    • 23 novembre à 12:14 | Tingolo (#10501) répond à reglisse

      en fait, c’est le maire qui doit travailler beaucoup, il faut,
      solila a besoin de changement
      vous les camionneurs, il ne faut pas insulter les religieux qui refectionnaient la piste Solila

  • 17 novembre à 14:23 | Tsix (#10296)

    Ny tsy fahatomombanana sy ny tsy fihetezena dia avy amin’ny maha olombelona tsy maintsy misy. Ary noho izany dia tsara raha toa ka izay zava-bitany no jerana.

  • 17 novembre à 17:03 | jayo (#10317)

    efa niezaka ny mpikarakara ny fifidianana satria matoa tonga @zao isika ary tokony mba ho samy hatsapa fa ny filamianana ihany no tokony hampanjakaina mba ahafan’ny firenena mandroso @tokony ho izy

  • 17 novembre à 17:37 | Toutoun (#10298)

    Ny mpanakihana dia betsaka, fa ny olana tsy mba misy manome soson-kevitra izy ireny fa dia mitsikera ihany no hainy ! Soa fa tena miasa ny CENI

  • 19 novembre à 02:11 | Jipo (#4988)

    A voir cette émouvante photo, dont la date semble sortie d’ un autre temps, pour ne pas dire époque, montre le Madagascar profond, de se demander si ces représentants savent ce qu’ ils font et surtout pour quoi, je ne dis pas pour qui : ils votent ?
    Miserabilisme, transpire au travers non seulement du " bureau " de vote, mais de cette image , hélas plus caractéristique du Malgache que ces parvenus, qui pavanent en 4#4 , et se la pètent sur le dos de ces pauvres âmes .
    Allez leur expliquer que la démocratie c ’est cette chance qu’ ils ont de voter, sans savoir pourquoi, au final , et surtout sans le moindre espoir .

  • 19 novembre à 05:50 | Mihaino (#1437)

    Propositions concrètes :- Les cautions des 34 candIdats moINS de 10% pourront permettre de tirer LES Photos des 2 finalistes DONC abandon du fameux bulletin unique !
    - La CENI pourrait apporter dès maintenant les rectifs nécéssaires sur les listes électorales
    C’est aussi sImple que çà

    • 19 novembre à 14:34 | Toutoun (#10298) répond à Mihaino

      Efa mahafantatra ny asa tokony ataony ny CENI ary efa manao ny ainy tsy ho zavatra mihitsy manoloana ireo fanakihanana maro samihafa mahazo azy ! Ny fiaraha-mientana @ tokon hanatontosana ny fifidianana no tokony himasoan’ny rehetra.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS