Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Politique

Sénateur Joseph Yoland alias Mômy

Un autre homme fort de 2002 à abattre

mercredi 25 juillet 2007 | Eugène R.

Le sénateur Joseph Yoland alias Mômy, l’une des têtes pensantes du CRTIM (Comité pour la Redynamisation du TIM), connaîtrait le même sort que les Pety Rakotoniaina, Voninahitsy Jean Eugène et le Général Fidy, des personnalités connues pour avoir été les artisans pour la mise en pace de ce régime. Devant la presse hier, ce sénateur du parti au pouvoir a révélé qu’une magistrate en fonction à Mahajanga serait spécialement dépêchée à Nosy Be pour monter un dossier judiciaire contre lui. Trois inculpations pèseraient sur ce sénateur qui ambitionne de redynamiser le TIM, à savoir, l’incitation à la rébellion, le trafic d’influences et la présomption de corruption. Incitation à la rébellion car ce vice président national du TIM pour Antsiranana aurait incité la population de Nosy Be à s’ériger contre un opérateur étranger appellé Riaz Barday (affaire Riaz Barday). Trafic d’influences et présomption de corruption car il aurait manoeuvré pour l’implantation à Madagascar du « Legacy Group », un puissant groupe sud africain qui investit dans le tourisme ( affaire Nosy Iranja). Par ailleurs, le sénateur Joseph Yoland serait impliqué dans un dossier relatif à l’extension de l’aéroport de Nosy Be.

Des révélations en vue

Et encore, le sénateur Joseph Yoland a révélé hier que des tracts seraient actuellement distribués à Nosy Be, des tracts qui invitent tous ceux qui ont de griefs contre lui à se déclarer. Ce dirigeant du CRTIM a déjà apporté hier quelques éclaircissements quant à ces inculpations « montées » contre lui.

Concernant l’affaire Riaz Barday, il a martelé qu’il n’a fait que défendre la cause de la population qui se sentait victime des actions de cet opérateur économique étranger. Sur l’affaire Nosy Iranja, le sénateur Joseph Yoland a précisé : « j’étais sollicité par David Fox, consul de Madagascar à Durban (Afrique du Sud), pour faciliter l’implantation du groupe LeGacy. Je n’ai même pas reçu un franc de ce groupe ».

Et sur le dossier relatif à l’extension de l’aéroport de Nosy Be, l’intéressé a affirmé qu’il n’a rien à voir là-dedans. « La vice primature de l’époque s’est occupée de cette extension. », a-t-il souligné. Quoi qu’il en soit, force est de constater hier que le sénateur Joseph Yoland reste serein malgré ce qu’il qualifie de « machination politico-judiciaire » montée de toute pièce contre lui. « J’ai la conscience tranquille car j’ai servi la juste cause de la population de ma circonscription. » a-t-il laissé entendre.

Lui qui déclare ne pas avoir regretté ce qu’il avait entrepris en 2002 lorsqu’il avait affronté le Colonel Coutiti et ses milices pour faciliter, à l’époque, la pacification de la partie Nord de l’île. Et ce dirigeant du CRTIM de conclure en menaçant : je révélerai les noms de deux hauts placés du régime qui ont reçu des pots-de-vin de ces investisseurs étrangers.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS