Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 octobre 2020
Antananarivo | 15h07
 

Société

Assainissement

Un attroupement de marchands de rues devant l’Hôtel de ville à Analakely

mardi 21 janvier | Fano Rasolo

Les forces de l’ordre continuent la chasse aux marchands de rues malgré la violente contestation des marchands informels ayant entraîné l’arrestation de quatre personnes et la dispersion des manifestants par des bombes lacrymogènes, vendredi dernier, à Anosibe.

Policiers et gendarmes ont poursuivi l’assainissement dans les quartiers d’Anosibe, d’Anosizato et de Tsaralalana, hier, de bon matin.

Un attroupement des marchands de rues de Tsaralalana s’est formé devant l’Hôtel de ville d’Analakely, hier, quelques temps après l’intervention des forces de l’ordre.

Ces marchands de rue ont réclamé à la Commune d’Antananarivo des places dans les marchés. «  Nous avons des bouches à nourrir, c’est pourquoi nous demandons aux responsables de la commune de nous autoriser temporairement à vendre nos produits sur le trottoir jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de nous procurer des marchés formels. Nous n’avons pas d’autres moyens de subsistance en dehors de cette profession. Nous ne sommes pas contre l’assainissement, seulement, joignez-y des mesures d’accompagnement  », selon Vero, vendeuse de vaisselle à Tsaralalana.

Après cet attroupement, le maire de la CUA a reçu trois délégués de ces marchands informels pour essayer de trouver un terrain d’entente.

« Nous avons toujours répété que les rues sont pour les voitures et les trottoirs réservés aux piétons et non pour servir de marché, c’est pourquoi nous ne pouvons pas laisser ces marchands étaler leurs marchandises sur le trottoir. Pour le moment, la solution que nous avons trouvée pour qu’ils puissent exercer convenablement leurs activités, c’est de les faire entrer dans les marchés déjà existants comme par exemple les marchés de Namontana, d’Anosibe ou de la Petite Vitesse », explique Rija Randrianarisoa, directeur des marchés au niveau de la CUA.

Ce responsable a indiqué qu’il existe encore des places non occupées dans les différents marchés de la ville, mais ces marchands ont choisi de boycotter certains marchés. Ils préfèrent vendre dans la rue pour écouler rapidement leurs marchandises.

« Nous sommes actuellement en train de négocier avec les responsables de chaque marché pour les y installer provisoirement jusqu’à ce qu’une infrastructure adéquate puisse les accueillir définitivement », selon toujours Rija Randrianarisoa.

14 commentaires

Vos commentaires

  • 21 janvier à 10:42 | lancaster (#10636)

    Il faut que la CUA soit ferme. Elle ne doit pas dévier de sa politique d’assainissement car à la moindre faille toute cette plèbe en profitera.

    • 21 janvier à 11:15 | Shalom (#2831) répond à lancaster

      "Plèbe" hoy ianao, manodiava anao ny tsy fahampian’ireny olona ireny.
      Faharoan’izany, marina fa tsy mety ny fomba fanao mivarotra amoron-dalana toa ireny. Nahoana kay raha nikasa hanao izany ny maire teo aloha no namporisihan’ny mpomba an’i DJ ny mpivarotra amoron-dalana tsy hanaiky izany fikasan’ny CUA izany ?
      Ny fampandrosoana ny firenena tsy mifidy tavan’olona. Raha mety sy ahasoa no kinendry dia tokony ho tohanan’ny rehetra avokoa, tsy mifidy tavan’olona hoy aho.

    • 21 janvier à 15:11 | Maxim (#5960) répond à lancaster

      Shalom,

      Ty misy rohy iray manamafy izany lazainao izany, izay mahatsiravina tokoa.

      https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/madagascar-60-militaires-armes-font-siege-mairie-tana-415365.html

    • 22 janvier à 10:00 | Ibalitakely (#9342) répond à lancaster

      Fa raha tsy tiana koa anie ny fivarotana amoron-dàlana dia ny mpividy no tsara sazina mafy ihany koa, fa matoa misisika mivarotra amoron-dàlana [na anaty làlana mihintsy] ny olona sasany dia satria be ny mpividy amin’izany. Ohatra mibaribary dia ny kaomina Alasora nanamboatra ny tsena io akaiky ny tetezana Ankadindratombo io, fa alehon’ny mpivarotra mamelatra ny etany eo @ sisin’io tetezana io fa eny hono izy no mahalafo betsaka kokoa ??
      * Tahaka izany koa mantsy matoa betsaka ny mpangalatra isan-karazany dia satria betsaka indrindra ny mpividy alatra na receleurs.

  • 21 janvier à 11:39 | Vohitra (#7654)

    Dans la conception collective, du moins à ialamanga, terreau ancestral du kabary ou discours en public, fortement ancré dans ses traditions, un « velirano » signifie « un engagement solennel », une volonté inébranlable à ne pas dévier de ce qui a été annoncé et déclaré en public…

    Et quand « le velirano » a été fait en public et matérialisé dans les écrits portant une signature indélébile, alors la meilleure posture et la sagesse seraient de s’en tenir quelles que soient les circonstances…

    Aviez-vous dit et annoncé en public que, dès que vous ayez le pouvoir de décider, et l’autorité pour réaliser ce que vous aviez promis, vous allez dégager immédiatement les petits marchands de rues qui inondent le trottoir ? Même le calife avait annoncé à Antsonjobe que s’il serait élu, il ne dégagera pas ces marchands…

    Les mensonges et le parjure mènent où ? est ce que ces marchands ont en face d’eux actuellement un « lahimena » ou « un menamaso » ?

    • 21 janvier à 12:30 | kartell (#8302) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra,

      Nous avons à faire avec une présidence qui avec son bilan se comporte comment d’autres avec la culture : moins, on en a, plus on l’étale voir on la tartine !.....
      Le temps de la dentelle est arrivé, on slalome entre quelques goudronnages et autres entretiens mais rien de plus basiques, ailleurs mais avec l’émergence, genre Moise sauvé des eaux !cela devient exceptionnel, allez savoir pourquoi !...
      Ici, les réseaux sociaux sont squelettiques ce qui ne permet pas de tanser ce bilan psalmodié en conférence de presse comme cela pourrait se faire ailleurs mais qu’importe, le sentiment général est certainement vers l’émergence d’un début d’exaspération à voir le pouvoir maximiser les détails de son quinquennat...
      Nous assistons à une présidence qui s’agite en tous sens et toutes circonstances en convoquant la presse pour un rien ce qui pose la question de savoir quand ce président consacre son temps précieux à la réflexion d’autant qu’il donne davantage l’impression de se faire mâcher le travail par une équipe de tacherons de la coulisse dénommés experts internationaux ...
      L’autre question serait de savoir où se situe la participation effective du président dans ses projets présentés comme les siens, mais le sont-ils en réalité mais dans quelle proportion ?...
      Il ne s’agit nullement de contester quoique ce soit, mais de tenter de répondre au pourquoi de ces projets en profond décalage avec une situation du quotidien qui requerrait une attention présidentielle plus volontariste et engagée de sa part...
      Aujourd’hui, tout semble partir en brioche, on licencie à tour de bras et sur le champ les incapables,les incompétents les propres à rien qui avaient pourtant fait les beaux jours de ses prédécesseurs !...
      La purge s’annonce sans fin mais activée avec beaucoup de voracité comme si le pouvoir découvrait enfin la réalité du décor et son ampleur !..
      Mais à trop nettoyer les écuries d’Augias, le pouvoir va se voir confronter à une nouvelle forme d’opposition, plus sournoise encore que celle entretenue comme un fonds de commerce par son adversaire malheureux de la présidentielle ...
      Il est bien fini le temps où Rajoelina se voyait en nouveau champion d’une émergence qui devait devenir le ciment prompt d’une unité nationale qui n’attendait que lui pour enfin se révéler urbi et orbi ...
      Les choses ne se déroulent pas comme prévu dans une société où le frein à main est tiré à son maximum et notre émergeur de choc est en train de mesurer l’ampleur de la situation, d’autant qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre, dans une sorte de cours de rattrapage !....

  • 21 janvier à 12:13 | betoko (#413)

    Comme argument "nous avons des bouches à nourrir" Ma réponse pourquoi vous faites des gosses si vous n’avez pas le moyen de les nourrir ?
    Une des solutions , verbaliser les acheteurs potentiels , déjà ces vendeurs à la sauvette ne paye pas des taxes

    • 21 janvier à 12:42 | Vohitra (#7654) répond à betoko

      Et toi, puisque tu as du cerveau, pourquoi tu n’en fais pas bon usage ? le Betoko, de nationalité française, n’hésite plus à humilier et rabaisser, et insulter les pauvres Malagasy maintenant ?

  • 21 janvier à 12:50 | kartell (#8302)

    A l’attention « du falk -newseur » Betoko,

    Voici une analyse explicative sur la situation économique de la France après une année de gilets jaunes .....

    ..Pour les entreprises françaises, l’année 2020 commence sous de bons auspices. Non moins de 8 milliards d’euros d’investissements étrangers sont d’ores et déjà prévus en France dans les prochains mois, a fait savoir le gouvernement. L’annonce a été faite à l’occasion du troisième sommet « Choose France », organisé ce lundi au Chateau de Versailles....
    .....Il est vrai que la France atteint des sommets sur les investissements étrangers depuis quelques années. Entre 2015 et 2017, les investissements directs étrangers ont été trois fois plus élevés qu’entre 2012 et 2014, selon la Banque de France. Fin 2017, un total de 23.000 entreprises françaises avait fait l’objet d’investissements venus de l’extérieur.....
    .....L’Allemagne et le Royaume-Uni en difficulté
    Mais l’Hexagone tire aussi, de plus en plus, son épingle du jeu par rapport à ses concurrents européens. Selon le baromètre du cabinet de conseil EY, en 2018, l’Hexagone a dépassé l’Allemagne en nombre de projets d’investissements, talonnant de très près le Royaume-Uni. « Là où la France a une croissance stable et dynamique, celle de l’Allemagne s’essouffle en raison de difficultés conjoncturelles comme la crise de l’automobile. De même que celle du Royaume-Uni, en raison du Brexit », souligne le chef du département Economie à France Stratégie, Vincent Aussilloux....

    Extraits de 20 minutes.

    • 21 janvier à 16:11 | betoko (#413) répond à kartell

      Et alors ? Je ne dis pas le contraire mais la France vit au dessus de ses moyens selon des nombreux économistes
      A combien s’élève la dette ou les dettes de la France actuellement ?

    • 21 janvier à 16:35 | FINENGO (#7901) répond à kartell

      @ betoko (#413)
      21 janvier à 16:11 | betoko (#413) répond à kartell ^
      Et alors ? Je ne dis pas le contraire mais la France vit au dessus de ses moyens selon des nombreux économistes
      A combien s’élève la dette ou les dettes de la France actuellement ?
      .......................................................................................................................................

      Soit tu ne sais pas lire ou tu as beaucoup de mal à comprendre ce que tu lis malgré que tu revendique le fait d’être un Vazaha, mais Vazaha Taratasy tout de même.

      Il me semble que le Post de Kartell est très explicite, et en même temps répondait déjà à ta question.

      Pour répondre à ta question le Jomaka Vendrana, en 2020 la dette de la France s’élève à 98,7% de son PIB qui est de 607 milliards d’€uros en 2019.

      Et pour terminer, si la France se permet de s’endetter à ce niveau là, c’est que les Prêteurs ont totale confiance à l’emprunteur jusqu’à preuve du contraire et que la solvabilité de l’emprunteur est bien réelle.
      Je peux comprendre que la situation de la France te frustre, que Ton Cher Pays Babakotoland ne peut pas bénéficier du même rang que la France au Prêt des Organismes Prêteurs.
      C’est bien simple le Jomaka Vazaha Taratasy, il va falloir vous sortir le doigt du Q, retrousser les Manches, arrêter les arnaques et la Corruption, remettre tout à plat, être un Etat model en soi et on en discutera seulement et seulement après.

      Il vous Faudra certainement plus de 5 décennies pour que la Grande île puisse espérer voir un petit changement par rapport aux désastres qui perdurent depuis presque un demi siècle.

      Sans rancune le Jomaka Vazaha Taratasy.

  • 21 janvier à 16:18 | betoko (#413)

    Vohitra
    Je n’humilie et n’insulte personne mais c’est la réalité et il n’y a que la vérité qui blesse
    A l’île de La Reunion on appelle les gosses nés de père inconnu (sic) enfant né avec de l’argent braguette car les filles mères célibataires reçoivent des allocations de femme isolée ( re sic )

    • 21 janvier à 16:51 | tiryco (#9153) répond à betoko

      Et à madagascar on appelle ça comment toutes ces pauvres filles délaissé par leur conjoint en fuite .des que leur femme ès enceinte
      et j en connais plein
      Bande de trysomique
      Betako
      Revois tà leçon d morale

    • 21 janvier à 17:18 | FINENGO (#7901) répond à betoko

      @ betoko (#413)
      21 janvier à 16:18 | betoko (#413)
      Vohitra
      Je n’humilie et n’insulte personne mais c’est la réalité et il n’y a que la vérité qui blesse
      A l’île de La Reunion on appelle les gosses nés de père inconnu (sic) enfant né avec de l’argent braguette car les filles mères célibataires reçoivent des allocations de femme isolée ( re sic )
      .........................................................................................................................

      Pauvre Gros KON de Vazaha Taratasy.
      Ne Racontes pas de Conneries le Jomaka.
      L’île de La Réunion je la connais mieux que toi, les coins et les recoins.
      Ce ne sont pas les enfants nés de quoique ce soit que l’on appelle l’Argent Braguette le Minable.

      L’argent Braguette n’est autre que l’appellation donnée par les Réunionnais aux allocations Familiales, qu’ils soient en couple ou en Mère isolée.

      La différence avec ton Pays Babakotoland le Minable Vazaha Taratasy, c’est qu’à Babakotoland, pas d’allocations Familiales, et l’ Etat s’en tape qu’une fille mère en aurait 4 ou 10 Gosses, ce n’est pas son problème.
      A côté de ça, la Prévention l’ Etat s’en cague, et la sexualité débridée fait ses preuves et des Ravages au Pays des Lémuriens.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS