Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 18 décembre 2018
Antananarivo | 18h15
 

Economie

Ressources naturelles

Un appel d’offres de l’OMNIS sur 44 blocs pétroliers et gaziers fait réagir la société civile

mercredi 28 novembre | Arena R.

L’Office des mines nationales et des industries stratégiques (OMNIS) est dans le collimateur des organisations de la société civile. Dans un communiqué conjoint publié hier, le Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement océan Indien (CRAAD-OI), le KMF-CNOE, Transparency International –Initiative Madagascar (TI-iM) et le Collectif Tany critiquent vertement l’appel d’offres lancé par l’OMNIS pour l’attribution de titres sur 44 blocs pétroliers et gaziers.

Lors de la semaine africaine du pétrole qui s’est tenue du 5 au 9 novembre 2018 au Cap en Afrique du Sud, Voahangy Nirina Radarson, directrice générale de l’OMNIS aurait annoncé l’ouverture du cycle de licences d’exploration pétrolière offshore à Madagascar en partenariat avec les compagnies sismiques TGS et BGP. Suite à cette annonce, l’OMNIS va procéder à l’octroi des titres pétroliers aux opérateurs intéressés sur 44 blocs pétroliers et gaziers mesurant chacun 1.940km², représentant une superficie totale de 63.296 km².

Pendant la période d’ouverture de l’appel d’offres pour les licences allant du 7 novembre 2018 au 30 mai 2019, l’OMNIS engage une campagne de promotion internationale (roadshow) pour présenter les blocs pétroliers et gaziers, attirer des investisseurs et multiplier les options. Cette campagne est préoccupante à plusieurs égards selon ces organisations de la société civile malgache. Elle compromet la gestion durable et démocratiques des ressources naturelles de Madagascar indiquent-elles dans leur communiqué.

« En premier lieu, on ne peut que déplorer l’opacité qui a entouré la prise d’une décision à la portée aussi importante, en dépit du leitmotiv du ministre chargé des Mines et du Pétrole, qui prône la bonne gouvernance des ressources minérales et une démarche participative et inclusive. Les objectifs économiques et politiques poursuivis par les décideurs par l’octroi de ces licences / droits d’exploration, de mise en valeur et de production de gaz et de pétrole conventionnel demeurent par exemple inconnus », regrettent-elles dans le communiqué.

CRAAD-OI, KMF-CNOE, TI-IM et le collectif Tany indiquent qu’on ignore « si cette décision a été prise à la suite d’une évaluation environnementale stratégique (EES), qui par définition est conçue pour intégrer les enjeux environnementaux et sociaux dans le processus de décision en identifiant au préalable les différents problèmes et perspectives ».

Ces organisations de la société civile précisent que « l’exploration et la production offshore de pétrole et de gaz à une telle échelle va directement à l’encontre des objectifs de protection des ressources halieutiques ; de la préservation et restauration des écosystèmes marins dont dépendent les moyens d’existence et la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population Malagasy, et du développement des autres secteurs utilisateurs des actifs océaniques ».

« En plus des risques élevés de superposition des blocs pétroliers et gaziers avec les aires marines protégées et sensibles, il est certain que les opérations relatives aux études sismiques auront des effets néfastes sur l’environnement naturel et humain des zones concernées, en particulier sur la faune dont les mammifères marins, tandis que la mise en valeur et la production de gaz et de pétrole ne feront qu’aggraver les émissions de gaz à effets de serre qui sont en grande partie responsables du fait que Madagascar est le 3ème pays au monde le plus gravement affecté par le changement climatique ».

Elles s’inquiètent également sur le fondement juridique de l’attribution de ces licences, sachant que la refonte du Code Pétrolier 96-018 est toujours en cours et reste inachevée depuis 2008. « La détermination et la hâte manifestées par l’OMNIS et le Gouvernement sont inquiétantes, en l’absence d’un cadre légal et règlementaire adéquat, et dans un contexte politique et institutionnel où des changements imminents sont attendus au sein du gouvernement et des institutions concernées ».

Les organisations de la société civile, signataires de ce communiqué lancent alors un appel urgent au ministre des Mines et du pétrole, à l’OMNIS et à toutes les autorités compétentes à « suspendre la campagne de promotion pour l’attribution de licences sur les 44 blocs pétroliers et gaziers susmentionnés, à reprendre les ateliers régionaux prévus depuis le mois de mars 2017 avec les représentants des secteurs public et privé, des autorités locales, des élus et de la société civile, en vue d’achever la révision du Code Pétrolier et ses textes d’application dans le cadre d’une démarche participative et inclusive ».

Elles leur demandent aussi d’assurer la transparence au sujet de la situation de ces 44 blocs miniers en publiant toutes les informations sur leurs aspects techniques et géo-scientifiques, les modalités et critères d’attribution prévus, ainsi que les résultats des études qui ont été faites préalablement à l’ouverture du cycle de licences et qui ont conduit à les promouvoir ainsi et d’ entreprendre une série de consultations avec toutes les parties prenantes du secteur, y compris les petits pêcheurs artisanaux et les communautés côtières concernés, en vue de garantir leur consentement libre, informé et préalable à la mise en exploration et exploitation des blocs offshore pétroliers et gaziers dans le bassin de Morondava.

16 commentaires

Vos commentaires

  • 28 novembre à 09:33 | Marika (#9389)

    Io ilay filazana taloha manao hoe :SMPL. samy mameno paosy dia lasa.

    Maika daholo ny rehetra hameno sy hanabotsina ny paosiny. Betsaka ny ho very seza mantsy.
    Tokony handray andraikitra ny PRM i.e fa tsy ho atao tantely afa-drakotra foana ny harem-pirenena.
    Tsy tokony hisy intsony engagement de l’état mandritra ny présidence intérimaire.

  • 28 novembre à 09:40 | Vohitra (#7654)

    Des roadshow qui vont permettre la recolte precoce des commissions, on ne sait jamais l avenir a court terme de ce pays. Apres la peche, voici le petrole et gaz. Faut faire vite avant de partir les mecs

  • 28 novembre à 10:37 | dahalo (#8794)

    Est ce que la période actuelle est propice pour ce genre d’action ? Vu que d’ici 2 mois le pays changera de dirigeant et ce qui est inquiétant c’est le fait que ces offres sont lancées avant que le code pétrolier soit rédigé et approuve par tous les concernés par ces exploitations.

  • 28 novembre à 10:52 | Jipo (#4988)

    "Elle compromet la gestion durable et démocratiques des ressources naturelles de Madagascar" l’ omnis n’ a pas froid aux yeux ! je répète "gestion durable & démocratique," à quelle heure ? une prémonition pour les 50 ans à venir, un voeux pieux, ou tout simplement " I had a dream " ,encore un organisme qui ne sait qu’ une chose : se foutre du monde, ça commence à pulluler au pays les lémures !

  • 28 novembre à 11:02 | LOVAXEL (#10217)

    cela vous étonne ?
    le Ministre déminé , avocat de son état , bi national franco malgache
    et trés trés tout proche de l’oreille de la dame de son ex patron arrivé bon 3éme de la Présidentielle au 1er tour en dépit de sa campagne sur le terrain depuis 1 an et les fonds d’Etat et 100 Millions US de budget , ce soit disant malagasy qui préfére les intérêts étrangers , prépare sa retraite , celle de ses proches et de ses amies dont celle évoquée
    le plus drôle est qu’il a mandaté M BOLAH pour s’assurer une porte de sortie si RA8 et ses bandes de voyous l’emporte
    ce Maître Henri est un danger , sans doute le pire du régime HVM explosé, incompétent, vénal et traître à la nation
    cecié tant les députés HVM ont réussi à racketer des milliards hier pour encore et encore frimer et frimer , et pendant ce temps les fonds détournés n’iront pas pour le bien public
    le seul savoir faire de ces eunuques du cerveau , c’est la frime et toujours la frime

    • 28 novembre à 11:34 | vatomena (#8391) répond à LOVAXEL

      dans cette affaire de concessions pétrolières qui est le demandeur ? Madame Isandra se souvenait que Gallieni était venu pour ordonner le pays sans y avoir été invité . Aujourd’hui on quémande aupres de multinationales bien plus puissantes et écrasantes que Galliéni . lequel n’avait que 4 sous pour développer le pays . Les ogres sont invités . Ils sont prets à tout croquer . Comme le pillage colonial paraitra demain comme dérisoire !

  • 28 novembre à 12:31 | LOVAXEL (#10217)

    Vatomena
    oui , en effet
    et cela grâce à des gens comme le ministre en question qui offre sa signature au plus offrant et nous fait c.c. dessus ensuite du haut de sa suffisance

  • 28 novembre à 12:52 | betoko (#413)

    VATOMENA
    Sans ses ex colonies les grandes puissances telles que La France et l’Angleterre ne sont enrichis autant

    • 28 novembre à 20:49 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Betoko — L’allemagne qui avait perdu ses colonies en 1818 s’est rapidement retrouvée comme la 1ère puissance européenne laissanT loin derrière elle la France .La débacle française de 1940 en est la preuve éclatante . La France s’est épuisé avec ses colonies et elles continuent à lui couter sous forme de prets et de dons

  • 28 novembre à 13:14 | dominique (#9242)

    Attention : qui va chercher soit du gaz ou du pétrole a Mada ?? pas les Malgaches aucun matériaux pour toutes recherches de forages ou autres et aucune connaissances dans le domaine !!! donc un pays extérieur alors soit les chinois ou US ou Français ; MAIS les prenez vous pour des demeurés ??? ces pays ?? ils connaissent le refrain tous ces pays avec les Malgaches ; ils cherchent , construisent tout pour la production s’ils trouvent l’or noir ou autre et une fois que tout est fait et productif !! ils vont ce faire tous virer !!! vous pouvez toujours chercher longtemps pour trouver votre (or) et un KKOn qui paye la fabrication de l’installation ; les pays (civilisés ont tous compris) et connaissent tous le refrain ici de la mentalité générale ; continuez a dormir tranquille en regardant votre indice monétaire s’éffondrer tous les jours 1E = 4150 Ary continuez il y en a qui rient continuez la corruption et les mensonges bande de nazes...

    • 28 novembre à 13:53 | tanguy37 (#7699) répond à dominique

      Tiens !!tiens y’en a qui reflechissent tout de meme
      bien vu dominique

    • 28 novembre à 16:00 | Tsisdinika (#3548) répond à dominique

      Même aux USA, en Russie ou en Arabie Saoudite, il y a des compagnies étrangères adjudicataires de blocs pétroliers mis en appel d’offres et pas que des compagnies nationales. Sinon, dans ce domaine, c’est le PSC ou contrat de partage de production qui reste la norme, donc aucun besoin pour un pays de posséder du matériel ou du personnel pour faire les travaux d’exploration. De là à dire qu’aucun Malagasy n’a de connaissance dans le domaine, c’est un peu fort du café, mais si rabaisser les autres vous rassure dans votre haute opinion de vous-même, tant mieux. Mais pour que vous ne mourriez idiot, sachez que des nationaux malagasy ont beaucoup d’expérience dans les divers aspets de ce domaine tel Emma Rasolovoahangy, Hyacynthe Befeno, ou les techniciens pétroliers de l’Omins eux-mêmes (à moins que ce ne soient que des épiciers qui tiennent juste la boutique).

      Pour votre information, beaucoup de compagnies sont déjà sur les rangs dans cet appel d’offres. Les français n’en font pas partie évidemment, trop malins.

      À part la nationalisation en 1975 de COMINA qui a exploité la Chromite d’Andriamena ou les chaînes de distribution pétrolière, je ne me rappelle pas de prise de contrôle total sur les actifs de sociétés minières ou pétrolières étrangères par l’État Malagasy dans les 40 dernières années. Ou bien donnez-nous des exemples bien précis si vous en avez, merci d’avance.

  • 28 novembre à 14:07 | LOVAXEL (#10217)

    Dominique
    vous devez être un adepte du franc CFA je présume
    et de la main mise sur les richesses de l’Afrique ?

    • 28 novembre à 20:54 | vatomena (#8391) répond à LOVAXEL

      Faut il pas etre bete ,impuissant et nul pour vivre dans la pauvreté lorsque vous avez tant de richesses sous les pieds !

  • 28 novembre à 14:44 | Tsix (#10296)

    Raha toa ka itony sehatra itony no mivelatra sy manaraka ny tena tokony ho izy dia mba ho anisan’ny firenena tsy hijaly ary anisan’ny hampiakatra ny eo amin’ny lafiny toekarena. Ankehitriny dia mila manao ezaka mafy isika mba ho isika no tena mitantana azy fa tsy omena olon-kafa.

  • 28 novembre à 15:38 | Toutoun (#10298)

    Tsy tokony hanakihana fotsiny ireo fa mila manana vahaolana sy soson-kevitra haroso raha toa ka hitany fa tsy mety ny fanapahan-kevitry ny OMNIS. Izay no fiaraha-miasa tokony ilaina @zao raha toa ka mitady fandrosoana

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 
Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.