Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 1er décembre 2020
Antananarivo | 17h45
 

Enseignement

Examen national

Trois candidats au baccalauréat présumés avoir partagé des faux sujets à Tana

lundi 19 octobre | Fano Rasolo

La diffusion de faux sujets de l’actuel examen du baccalauréat se poursuit. Samedi dernier, des faux sujets du bac ont été publiés dans les réseaux sociaux. Trois localités sont concernées par cette situation, Antalaha, Ihorombe et Antananarivo. Pour Antananarivo, trois candidats au baccalauréat ont été enquêtés aux bureaux de la Gendarmerie à Ankadilalana, hier, pour présomption de distribution de faux sujets du baccalauréat, selon une source auprès de la circonscription de la Gendarmerie d’Analamanga, jointe par téléphone. En outre, une source auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a expliqué que les trois jeunes gens enquêtés à Ankadilalana ont partagé des sujets du baccalauréat dans le réseau social Facebook. Mais, après enquête, lesdits sujets partagés se sont révélés faux, car ils ne respectent pas la codification concernant la police (caractère d’imprimerie) et l’interligne des vrais sujets. De même, les teneurs de ces faux sujets sont différentes de celles des vrais sujets élaborés par les concepteurs autorisés.

La Gendarmerie a expliqué que « selon les instructions émanant du le ministère de la Justice, ces candidats au baccalauréat seront relâchés après l’enquête et après leur signature des procès-verbaux de l’enquête, pour leur permettre d’assister à toutes les épreuves de baccalauréat. Par contre, l’enquête poursuivra son cours et après la fin des épreuves, tous les trois seront à nouveau examinés pour trouver qui sont les vrais cerveaux derrière ce délit ».

L’enquête de ces trois candidats au baccalauréat était encore en train de se dérouler quand nous étions en communication téléphonique avec notre source auprès de la Gendarmerie d’Analamanga, hier, à 19 heures et 27 minutes.

Détention préventive

Par ailleurs, samedi dernier, quatre individus accusés d’avoir partagé des faux sujets du baccalauréat sur le réseau social Facebook ont été placés en détention provisoire dans la maison centrale d’Antalaha, dont un professeur d’Histoire-Géographie.

Face à cette situation, le ministère de l’Enseignement supérieur a exprimé sa reconnaissance devant les efforts déployés par les forces de l’ordre et le ministère de la justice concernant cette affaire.

Pour rappel, peu avant la session du baccalauréat de 2019, il y a eu des fuites de sujets causant des troubles et de la panique parmi de nombreux candidats et qui a nécessité la décision du gouvernement de procéder à une deuxième session, cette année-là.

Les épreuves prévues de ce premier jour du bac sont les matières Philosophie pour la matinée et l’Anglais pour l’après-midi.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 19 octobre à 10:23 | nez_gros (#10715)

    Si les sujets sont faux, il n’y pas de sujet ! logique. Pas de quoi à remuer ciel et terre... t’as capté ou pas gros...

    Il faut tout apprendre à ces juges et policiers de Madagascar ce que c’est du droit....

    Gros, pas d’effractions ; juste trouble à l’ordre public...

    Un rappel à l’ordre suffit... t’as capté ou pas Circulez y’a rien à voir...

    • 19 octobre à 10:27 | nez_gros (#10715) répond à nez_gros

      y’avait-il règlement ou pas , c’est la seul question qui vaille, mais ici le journaliste manque beaucoup d’investigation...

  • 19 octobre à 12:30 | rakoto-neutre (#8588)

    Fanakorontanana fotsiny zao izany.
    Fa nahoana koa lay mpampianatra voalaza no manimba tena toy izany ? Dia inona no tombotsoa azo @ fanakorontanana.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives