Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 29 mai 2022
Antananarivo | 11h44
 

Coopération

Coopération internationale

Très prochainement, un dialogue avec l’Union européenne

mardi 14 avril 2009 | Valis

Le dialogue politique avec les partenaires techniques et financiers de l’Union européenne se déroulera très prochainement ; c’est la déclaration de Monja Roindefo, Premier ministre du gouvernement de Transition lors de sa tournée à Maroantsetra ce lundi 13 avril 2009.

Voici près d’une dizaine de jours, l’ambassadeur de France, Jean Marc Châtaigner a effectué auprès du Premier ministre un travail d’approche à l’issue duquel, il a été convenu que l’ambassadeur de France revienne avec ses collègues de l’Union européenne pour discuter de la manière de collaborer entre le gouvernement de Transition et la Commission européenne.

L’Union européenne a qualifié la prise de pouvoir à Madagascar comme étant un « coup d’Etat ». Il en est de même du président français Nicolas Sarkozy.

Mais aussi bien l’Europe que la France n’ont pas réellement suspendu leur coopération avec Madagascar ; elles disent que les programmes et projets en cours sont maintenus. Ce qui signifie qu’il n’y a aucune interruption de collaboration et de partenariat. Seuls les prochains programmes et projets sont suspendus à un retour à la normalité ou à un retour à l’ordre constitutionnel. Autrement dit, il n’y aura pas d’autres négociations pour d’autres programmes tant que l’ordre constitutionnel ne sera pas rétabli.

Le litige relatif au coordonnateur national

L’ambassadeur de l’Union européenne et représentant de la Commission européenne, Jean Claude Boidin, a récemment précisé que l’essentiel du partenariat européen avec Madagascar est fondé sur le programme FED. Mais le problème a-t-il souligné, est que le déblocage des fonds nécessite la signature du coordonnateur national du FED qui a démissionné avec le gouvernement Rabemananjara. Et Jean Claude Boidin de remarquer qu’il ne voit pas pour l’instant d’issue à ce litige car il faut deux signatures : la signature du représentant de la Commission européenne au nom du FED et celle du coordonnateur national attitré.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 14 avril 2009 à 08:33 | Rakotomalala (#832)

    je suis abasourdi par votre incompétence !! comment osez-vous traiter ce Mr d’ambassadeur ? l’article n’est pas mis en cause mais seulement son titre n’est pas ambassadeur mais autre chose ...

    Merci

    • 14 avril 2009 à 09:21 | ranaivo (#147) répond à Rakotomalala

      vous avez tout a fait raison ! monsieur Boidin n’est pas ambassadeur,mais représentant !
      si les aides de l Europe et de la France ne sont pas gelées,c est pour éviter d aggraver la misère des plus miséreux,même si chacun y trouve son intérêt !
      vous qui critiquez,partagez-vous votre riz avec les malheureux ??
      pensez a tout cela et priez DIEU d éclairer votre esprit et d ôter la haine dans votre coeur ainsi que dans celui des (revanchards)

  • 14 avril 2009 à 09:39 | Oscar (#1649)

    Deux précisions svp :

    Monsieur Boivin est Ambassadeur de l’UE. Partout les Délégués de l’UE ont été élevés au titre d’Ambassadeur

    Par contre monsieur Chataîgner est un usurpateur ; il n epeut pas parler au nom du président de l’UE qui est actuellement assurée par la Pologne. Les français ont proposé aux Polonais de continuer la présidence de l’UE juqu’à la fin de l’année avec le zèle de Sarkozy, mais la France s’est vue remballée par le GVT polonais.

    Si la France persiste a débloqué l’aide alors que l’UE et le GVT français ne reconnaissent pas le régime en place c’est qu’il y a une contradiction de taille. J’ai comme le sentiment que la France n’a pas retenu la leçon de ses échecs en Algérie de 1995 à 2000, période qui n’est pas encore loin dans l’histoire.

    Aimerait-elle se faire tirer les oreilles dans l’occéan indien ? If yes, we wil take care of them.

  • 14 avril 2009 à 12:47 | paoly (#2053)

    Ingérence et arrogance riment avec la France

    La France a toujours prétendu jouer la « non ingérence et non indifférence » dans sa diplomatie « françafricaine », mais elle pratique exactement le contraire à Madagascar par le biais de Monsieur Jean-Marc Châtaignier. En effet ce dernier a démontré son ingérence dans les affaires de souveraineté nationale malgache, ainsi que son arrogance dans ses actions en foulant au pied la convention internationale de Vienne. Monsieur Jean-Marc Châtaignier n’a pas encore présenté sa lettre de créance, et n’est donc pas un ambassadeur accrédité auprès de la République de Madagascar.
    On comprend l’embarras de la France, car après avoir qualifié la prise de pouvoir inconstitutionnelle et illégalle du 17 mars de coup d’état, et en déclarant par la voix du Ministre Joyandet que Marc Ravalomanana reste le Président de la République, Monsieur Châtaignier doit bien attendre le retour du Président de la République de Madagascar pour lui présenter ses lettres de créances.
    En attendant, la convention internationale est claire : Monsieur Châtaignier n’est pas ambassadeur agréé de France auprès de la République de Madagascar, et encore moins le représentant « local » de la Présidence tchèque de l’UE. C’est le Chargé d’affaires de l’Ambassade de France, et non un ambassadeur désigné, qui doit participer au « dialogue renforcé » avec le pouvoir de fait.
    Finalement, le « dialogue renforcé » est loin d’être un processus vers la reconnaissance d’un pouvoir inconstitutionnel et illégal issu du coup d’état du 17 mars 2009. Non, c’est tout le contraire, c’est le processus par lequel l’UE explique, entre autres, pourquoi elle ne reconnait pas ce pouvoir et en quoi cette prise de pouvoir anti-démocratique viole l’Accord de Cotonou, avec les conséquences inévitables de gel de nouveaux contrats et grands programmes du 10ème FED qui se chiffrent à près de 600 millions d’euros. Ceux qui essaient de dire le contraire démontrent une incompétence, voire une ignorance totale de ce que c’est l’article 96 de l’Accord de Cotonou, qui à terme sera appliqué à Madagascar, comme ça a été le cas en Mauritanie.
    Ce sont des faits que la HAT, avec l’ingérence et l’arrogance complice de Monsieur Jean-Marc Châtaignier, essaie de déformer à coup de « media-mensonges ».

  • 14 avril 2009 à 16:21 | Sitraka (#1700)

    M. Chataignier ne fait que jouer le rôle que l’on lui a dit de jouer : protéger coûte que coûte le boay kely car d’énormes intérêts français sont en jeu ; si son comportement se rapproche de celui d’un mafioso, faut pas s’en étonner, car en matière de langue de bois, la France de Sarkozy a de qui tenir ! Rappelez-vous des évènements de 1896 et 1947, la France a laissé de nombreux vassaux sur place qui vendraient mère et fille pour elle. Comme la notion de NATION reste encore à expliquer à la majorité des malagasy, la fançafrique a de beaux jours devant elle !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS