Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 octobre 2019
Antananarivo | 13h36
 

Sport

Sport à Madagascar

Toujours à la traîne

mardi 26 août 2008 | Ax’s

On le reconnait, Madagascar n’a jamais été en reste pour ce qui est des sommets internationaux, que ce soit en Afrique, en Europe ou en Asie. Cependant, notre présence à ces jeux jusqu’ ici ne se résume qu’à une simple participation. La preuve, nous nous retrouvons toujours en queue de peloton quelles que soient les disciplines auxquelles on participe. Même au niveau du continent africain, quelques pays comme l’Ethiopie, le Kenya ou l’Erythrée nous devance largement en matière de sport, si on se refère qu’à l’athlétisme, alors qu’ils ont un PIB en dessous du notre. Quelques détenteurs du record du monde, à l’instar de Deriba Merga, le jeune prodige Samuel wanjiru, Kenenisa Bekele, Tirunesh Dibaba sont devenus les références, non seulement de leur pays mais surtout des autres continent. Logique que des grandes sociétés fabricants d’équipements sportifs font appels à ces fameux athlètes pour porter et vendre leur marque. Puma, lui, a fait appel à Usain Bolt pour être l’ambassadeur de sa marque.

La performance fait défaut

En aucune manière nous ne pouvons blâmer les athlètes qui ont fait de leur mieux pour défendre notre couleur et porter haut le fanion malgache. Non pas que la peformance fait défaut chez nos athlètes, mais peut-être ont-ils eu des adversaires trop coriace ? qui saurait le dire.

Certes, le manque d’infrastructure est là pour expliquer ces échecs, mais quelque part Madagascar manque également de vrais athlètes, et que nous l’acceptions ou pas, il faut encore rehausser le niveau des athlètes, aussi confirmés qu’ils soient. Outre les résultats obtenus lors des jeux olympiques de Beijing qui illustrent parfaitement bien ces failles et ces cumuls d’échecs. Ceux enregistrés lors des derniers CJSOI aux Seychelles au mois de juillet les démontrent davantage. Nos athlètes et entraîneurs semblent oublier que le niveau des jeux et des sportifs se performent de jour en jour, ce même au niveau de l’Océan Indien. Les joueurs malgaches, cependant, ont tendance à garder un certain rythme de jeu et ne pas vouloir le dépasser.

Le nombres de médailles décrochés par un pays, quelle que soit l’envergure de la compétition, fait la puissance du pays. La Chine, malgré les 51 médailles d’or obtenues, ne se déclare pas encore comme étant un pays développé. En tout cas, Madagascar aura encore un long chemin à parcourir pour atteindre le niveau d’un Mark Spitz, ou d’un Tyson Gay.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS