Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 14h28
 

Santé

Pandémie

Toamasina se prépare au pire

samedi 23 mai | Fano Rasolo

Avec la multiplication des cas de Covid-19 dans la région Atsinanana, les habitants de cette région de l’Est se préparent au pire, selon le coordonnateur national du centre de commandement opérationnel de lutte contre le Covid-19, le général Elack Olivier Andriankaja à Toamasina, jeudi. « Nous constatons que Toamasina se trouve en ce moment dans une situation très critique et nous devons faire face au cas extrême si la maladie continue encore de sévir. Nous devons nous préparer à une prochaine saturation de l’hôpital Manara-penitra à Morafeno, et des autres sites qui prennent en charge les personnes positives au Covid-19 », selon le coordonnateur du CCO-Covid-19.

Outre le Foyer social Canada du Port Autonome de Toamasina qui accueille déjà les malades asymptomatiques du Covid-19, le Gymnase du CRJS (Centre régional de la jeunesse et du sport) de Toamasina est également prévu pour recevoir les malades en cas de saturation, selon une source auprès du centre opérationnel Covid-19 d’Atsinanana.

La région Atsinanana est actuellement le premier foyer du Covid-19 à Madagascar en détenant le triste record du plus grand nombre de malades identifiés avec deux décès liés à la pandémie. Jeudi dernier, Toamasina vient encore de recenser trente-huit (38) nouveaux cas.

Pour prévenir la propagation de la pandémie, la préfecture de Toamasina a décidé d’interdire tout transport de dépouille, que ce soit par voie aérienne, terrestre ou maritime provenant de Toamasina, que le décès soit dû ou non au coronavirus. Etant donné cette impossibilité de rapatriement des corps, imposée par la pandémie, la préfecture a prévu de nouvelles dispositions pour que les corps des défunts qu’ils soient décédés ou non du coronavirus soient inhumés dans une fosse commune au cimetière des étrangers ou aux cimetières de Mangareza et de Marokalaza.

Pour une veillée funèbre, seule la proche famille du défunt est également autorisé à y assister pour respecter les mesure d’interdiction de regroupement, selon toujours le général Elack Olivier Andriankaja.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 23 mai à 08:35 | Noue (#2427)

    "les corps des défunts qu’ils soient décédés ou non du coronavirus soient inhumés dans une fosse commune"

    Loza ko zany an..Sady efa tsy mandaitra ny cov organics , mbola atao tsinontsinona ihany ny razana na dia tsy misy hidiran’corona aza.

    Répondre

  • 23 mai à 10:13 | fandresena (#299)

    Mahagaga ihany tokoa izany an ??? Mahalasa saina ny fangalarana taova amin’izao fotoana izao ka tokony hojerena akaiky ny fatin’ny olona … Ny Malagasy dia tena manaja ny atao hoe fahafatesana ka amiko dia tsy rariny izany hoe atao anaty "fosse commune" izany ny razan’’olona. Ka tian’ny havany alaina avy eo dia ahoana no hahafantarana azy ?

    Répondre

  • 24 mai à 09:59 | lanja (#4980)

    Fosse commune ? lasa tompondaka amin ny tsy fanajana ny kolotsaina mihitsy ny gasy, Turbo ,grande vitesse

    Répondre

  • 24 mai à 12:47 | goba001 (#1662)

    Izany ve ny mesure mba hita ??? tena amiko tsy fanajana fomba malagasy izany ! tsy rariny !!! Hita mihitsy fa tsy matotry ny olona responsable ao dago ao ary voamay aza ilay incompetence sy stupidite hita @ izao covid izao !

    Répondre

  • 25 mai à 01:33 | Rakoto (#10929)

    Une récente déclaration officielle d’une Académie de Médecine ETRANGERE me rassure, ce n’est pas parfaite mais je trouve que c’est vrai pour la santé des populations :

    - « La vérité scientifique ne se décrète pas à l’applaudimètre ». C’est de cette manière que l’Académie nationale de médecine commence son long texte où elle déplore toute la communication faite autour d’un potentiel remède contre le Covid-19. Elle dénonce notamment « trop de précipitation dans la communication, trop d’annonces prématurées,…

    - Face au défi du Covid-19, l’Académie nationale de médecine rappelle que la recherche thérapeutique doit : s’appuyer sur des essais cliniques scientifiquement rigoureux et éthiquement irréprochables malgré la contrainte de délais optimisés, se fonder sur des bases pharmacodynamiques et pharmacocinétiques solides coordonner des équipes nationales et internationales dans de grandes études multicentriques, s’astreindre à une communication prudente et responsable de la part des chercheurs, ne divulguer que des résultats contrôlés et validés et s’interdire de susciter de faux espoirs et de provoquer des réactions d’engouement injustifiées dans le grand public.

    Bonne santé à tous
    Rakoto de Montpellier

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS