Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 juillet 2024
Antananarivo | 14h23
 

Développement

Economie

Secteur textile : des potentiels investisseurs après le salon Sourcing at Magic

vendredi 11 août 2023 |  1562 visites  | Mandimbisoa R.

Madagascar conserve son attrait en tant que destination d’investissements dans le secteur du textile. Des entreprises mondiales du secteur auraient manifesté leur volonté d’investir dans le pays. Cela a été évoqué lors de la participation de Madagascar au salon Sourcing at Magic à Las Vegas aux Etats-Unis le 7 au 9 août dernier. Le salon Sourcing at Magic réunit chaque année des professionnels de l’habillement et de l’industrie textile.

Madagascar confirme son statut de terre textile prometteuse qui attire davantage les entreprises implantées en Asie et en Afrique et qui souhaiteraient une expansion dans des pays tels que Madagascar bénéficiant du régime « duty-free AGOA ». Le savoir-faire malgache a été mis en avant lors du salon, avec les exposants textiles présentant leurs créations pour des marques internationales telles que Calvin Klein, Tommy Hilfiger et DKNY. A part le savoir-faire, le faible coût de la main d’œuvre locale attire les investisseurs.

L’artisanat a également suscité l’intérêt des investisseurs étrangers. Les compétences variées des artisans locaux séduisent, notamment leur maîtrise des matières durables comme le raphia et la fibre végétale dans la broderie et le tricot.

Les membres du Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP), qui ont participé à cet événement ont réussi à engager des discussions avec les investisseurs étrangers potentiels.

La participation de Madagascar au « Sourcing at Magic » a été soutenue par l’EDBM à travers le Programme de Réforme du Climat des Affaires (PRECI), financé par l’Union Européenne et en collaboration avec l’AmCham, en réponse à la demande du GEFP. En effet, l’EDBM s’engage à accompagner activement la mise en œuvre de nombreux projets à Madagascar.

-----

7 commentaires

Vos commentaires

  • 11 août 2023 à 11:01 | MALIBUC (#9345)

    Il est indéniable que le savoir Malgasy est prometteur dans cette branche mais qu’en est-il des investisseurs ?
    Allez expliquer à un investisseur qu’il doit avant tout assurer sa propre production d’électricité !
    « Investisseur » veut avant tout dire que le professionnel qui vient s’installer « investisse » dans l’outil de production et dans la masse salariale.
    Obliger ces patrons à s’auto produire en énergie mettra un frein à ces dits investissements d’autan que les routes qui sont censées transporter les matière premières et le produit fini sont à l’abandon et qu’à l’heure actuelle il faut plus de 20 heures à un camion pour faire Tana/Tamatave.
    Résultat : « Un coup d’épée dans l’eau » !

    • 11 août 2023 à 11:16 | Saint-Jo (#8511) répond à MALIBUC

      vendredi 11 août , Mandimbisoa R.

      Madagascar conserve son attrait en tant que destination d’investissements dans le secteur du textile. Des entreprises mondiales du secteur auraient manifesté leur volonté d’investir dans le pays.

      Comments :
      Je me demande très souvent si ce Mandimbisoa
      est un optimiste hors norme,
      ou s’il obéit simplement à la consigne officielle ampireveo ny vahoaka !

  • 11 août 2023 à 11:29 | Besorongola (#10635)

    HAUTE COUTURE, DES « DOIGTS DE FÉE » À MADAGASCAR !

    Dior, Chanel ou encore Hermès … Ces grandes maisons de haute couture ont accordé leur confiance aux industries textiles malgaches pour leurs prêts-à-porter. Part importante du tissu économique et industriel du pays, l’industrie du vêtement à Madagascar est aujourd’hui un véritable eldorado pour les plus grandes marques.

    Secteur à haut potentiel économique, le textile et habillement à Madagascar contribue à 19,35% du PIB. De plus, la part du textile sur les exportations totales du pays est de 69%, 60% et 64% respectivement en 2019 et pendant les premier trimestre et deuxième trimestre 2020. Battant des records en termes d’employabilité, le textile figure parmi les cinq secteurs prioritaires pourvoyeurs d’emplois et de devises étrangères. Il est aussi le plus grand employeur de main-d’œuvre après l’agriculture.

    La minutie…

    … et la fibre artistique des couturiers malgaches impressionnent le monde.
    Le savoir-faire malgache attire les plus grands noms.
    Reconnue comme une forme d’art à part entière, la minutie de la haute couture est conçue pour faire rêver. Et, beaucoup plus qu’une question de coûts, les « doigts de fée » des grandes maisons de luxe se retrouvent désormais à Madagascar. Une des principales forces de l’industrie du textile à Madagascar réside en effet dans le capital humain. Dotés d’une habileté artistique quasi innée, les talentueux artisans malgaches impressionnent le monde entier. Ils sont également rapides et faciles à former à toute nouvelle manipulation. L’engagement et l’esprit d’entreprise sont aussi un plus attirant de nombreux Investissements Directs Étrangers (IDE).

    Dans la haute couture, les broderies sont entièrement manuelles. Les artisans malgaches réalisent de leurs mains de véritables œuvres d’arts.

    Plumes, broderies, drapées, sequins … tous des travaux de haute précision maitrisés par les mains malgaches et très prisés par de luxueuses marques. La broderie main est d’ailleurs une pratique ancestrale tenant une place importante dans la culture malgache et se transmet de génération en génération. Forts de cet héritage, les artisans malgaches subliment de riches étoffes avec des broderies au Lunéville, des broderies sur dentelle, des broderies anglaises, des broderies sur cuir, des crochets, des smocks, des macramés, des fourches, des tissages, des bouris, des broderies blanches, des jours Venise…

    • 11 août 2023 à 11:30 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      Sequin …
      Méticuleuses sur des pièces nécessitant des heures de travail, les brodeuses malgaches font le ravissement de grandes maisons de haute couture. Connues depuis des générations pour leur prestige, ces marques délocalisent leurs productions au niveau des industries textiles malgaches.

      Reconnues pour le respect des normes internationales, les entreprises locales de ce secteur possèdent le label Engagé RSE niveau « confirmé ». Axé vers une éthique de développement durable, le textile à Madagascar prône la valorisation du capital humain. Les solutions écologiques et technologiques sont également au centre des préoccupations des industries textiles malgaches. Témoignant de ce désir de perfectionnement, beaucoup d’usines utilisent les machines de Juki Corporation, une référence mondiale en technologies de l’industrie textile.

      … plumes, dentelles etc. Ces arts presque oubliés nécessitent des heures de travaille méticuleux et des tours de mains uniques que les brodeuses malgaches maîtrisent.
      Un talent qui marque les esprits
      Le talent malgache s’exporte à travers le monde et intègre les plus hautes sphères. Le smock, le meilleur témoin de ce talent, est un art de la couture devenu une véritable richesse du patrimoine malgache. Cet art est d’ailleurs très apprécié des têtes couronnées. Grâce aux jolies robes smockées marquant la petite enfance de toutes les petites filles de Madagascar, Monique Ramahay, a agréablement marqué tous les esprits. Cette styliste malgache habilla, en effet, les Princesses Charlotte de Monaco et Charlotte de Cambridge avec ses créations.

      Dior a également fait appel au talent de Madagascar pour revisiter l’emblématique Lady Dior. Ce sac à main tiré du nom de feu Lady Diana Spencer est reconnu par la grande maison comme sa quintessence. Cette année, il a été revisité par Joel Andrianomearisoa, un plasticien malgache. Faisant honneur à son pays, l’artiste a signé de ses mains ce monument tout en racontant au passage une histoire pour son île natale.

      Un modèle de “carré Hermès” est aussi produit à Madagascar. Accessoire qui a traversé l’histoire et devenu une véritable icône de la mode, ce morceau de soie aux couleurs vives et à motifs détaillés est un des emblèmes de la grande maison. Il a été porté par les têtes couronnés et les plus grandes stars depuis la sortie du premier modèle, en 1937. Porté par Grace Kelly, Jackie Onassis, Brigitte Bardot … le mythique foulard est aujourd’hui un “must have” du monde ultra codifié du luxe, du chic et du glamour.

  • 11 août 2023 à 12:23 | Isandra (#7070)

    "Le savoir-faire malgache a été mis en avant lors du salon, avec les exposants textiles présentant leurs créations pour des marques internationales telles que Calvin Klein, Tommy Hilfiger et DKNY. A part le savoir-faire, le faible coût de la main d’œuvre locale attire les investisseurs.
    L’artisanat a également suscité l’intérêt des investisseurs étrangers. Les compétences variées des artisans locaux séduisent, notamment leur maîtrise des matières durables comme le raphia et la fibre végétale dans la broderie et le tricot."

    Ce genre d’éloge envers notre pays contrecarre les Malagasy bashing lancés tous les jours par certains andafy.

    Les investisseurs voient admirablement MadagasiTSARA(l’une des meilleures destinations touristiques pour 2023, tandis que certains andafy l’appelle ironiquement Madagougou,...!

    • 11 août 2023 à 17:17 | Jipo (#4988) répond à Isandra

      Ne croyez vous pas que pour cela il faut de l’ électricité, des routes, et de la sécurité, c ‘est bien beau de vanter l’ aura de la mariée et ses qualités « plastiques « faudrait que le reste suive, et hélas c ‘est ce qu’ on appelle de la confiture aux cochons !
      alors au lieu de toujours vous contenter de l’ apparence, ( & de la frime ) et vous les premièr-e-s
      si vous vous penchiez sur le fond et non la forme, qui est beaucoup moins attractif ni séduisant la preuve depuis 50 ans, vous avez le résultat sous vos yeux et vous regardes les rayban et les adidas : et vous voulez avancer ???
      Plus de 50 ans que ça ne marche pas et vous courez toujours ! ...

  • 11 août 2023 à 19:22 | DOLLOP LE PNEU FAIT POUR DURER. (#11502)

    "11 août à 10:11 | JOHANNA (#11493)

    Bonjour la compagnie,
    Je suis bien contente ce matin car mes recherches et mes contacts m’ont donné satisfaction.
    Comme je le disais au téléphone à Malibuc, j’ai enfin les coordonnées du pédophile.
    Son signalement à été fait il ne reste plus qu’à l’appréhender lors de son prochain passage en douane.
    Nous n’avons pas encore trouvé son adresse ici à Madagascar mais cela ne saurait tarder, les fins limiers sont à sa recherche ;
    Excellente journée à vous.« Elle ne craint pas le ridicule »la poule" de luxe.
    Je vous ai dit d’afficher mes coordonnées ici. J’attends toujours vieille « maquerelle ».
    Vos fins limiers sont à ma recherche ? Je n’en ai jamais vu à Mada. Par contre j’ai vu plein de « fins corrompus ».

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS