Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 3 décembre 2020
Antananarivo | 20h02
 

Economie

Economie

Ressources halieutiques : la petite pêche en péril

vendredi 20 novembre

La petite pêche est en péril, interpelle la Coalition pour des accords de pêche équitables (CAPE). Cette Coalition dénonce des accords de pêche, qu’elle qualifie comme destructeurs, signés par le gouvernement avec des investisseurs chinois.

On estime à environ 100 000 le nombre de personnes pratiquant la petite pêche dans le pays et la plupart des ressources qu’ils ciblent, également ciblés par des chalutiers semi-industriels et industriels étrangers, sont en état de surexploitation. Actuellement, la petite pêche traditionnelle fournit plusieurs centaines de milliers d’emplois directs et indirects et contribue de façon substantielle à la sécurité alimentaire du pays.

Dans un communiqué, la coalition révèle que le gouvernement a signé deux protocoles permettant l’accès aux eaux malgaches à une trentaine de navires appartenant à des investisseurs chinois. Les deux protocoles d’accord de pêche ont été signés fin 2019 entre le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de Madagascar (MAEPM) et une société de droit malgache dont les dix actionnaires sont chinois.

Le premier de ces protocoles permet à 12 bateaux de pêche polyvalents (chalutiers/senneurs/fileyeurs) de pêcher des espèces pélagiques, démersales, des céphalopodes et des crustacés, dont la crevette dans toutes les zones de pêche, tant sur la Côte Est que sur la Côte ouest. Ces bateaux auront ainsi accès en pratique à toutes les ressources qui se trouvent dans les eaux malgaches. Un deuxième protocole signé par le Ministère avec la même société, prévoit le déploiement de 16 autres bateaux qui pêcheront au moyen de filets, casiers et palangres.

« Ces protocoles d’accords, gardés secrets jusqu’à présent par le MAEPM, ne font que confirmer l’emprise grandissante de flottes d’origine asiatique sur les ressources halieutiques de Madagascar, et les inquiétudes que cela génère chez les petits pêcheurs malgaches depuis plusieurs années. », peut-on lire dans le communiqué du CAPE.

Une autre particularité de ces deux protocoles selon le CAPE est qu’ils ne font l’objet d’aucune contrepartie pour l’Etat, contrairement aux protocoles officiels, et n’incluent que des redevances annuelles dérisoires. En contrepartie, ces bateaux auront accès à des pêcheries multiples, y compris des pêcheries pour lesquelles des redevances élevées sont normalement payées, comme la crevette ou la langouste. Avec leurs licences “multi-espèces”, ces bateaux seront également exonérés de la réglementation et de la gestion sectorielle existant pour les espèces de haute valeur commerciale comme la crevette. Ces protocoles représentent donc un manque à gagner important pour l’Etat.

La nécessité d’améliorer la transparence dans la pêche maritime a été demandée par la société civile depuis plusieurs années. Les ONG insistent sur la nécessaire transparence des accords de pêche existants avec d’autres pays et entreprises étrangers notamment la transparence totale sur les protocoles privés, et les statistiques de captures de thoniers.

Depuis les années 1980, des flottes de pêche industrielle étrangères - européennes, coréennes, thaïlandaises, chinoises, - travaillent dans la Zone économique exclusive (ZEE) de Madagascar, sans apporter de réels bénéfices au pays. En effet, elles se présentent rarement aux ports de Madagascar, qu’elles aient des licences de pêche ou pas, mais voguent au loin une fois qu’elles ont leur captures.

Source : https://www.capecffa.org/

27 commentaires

Vos commentaires

  • 20 novembre à 11:29 | arsonist (#10169)

    Et c’est maintenant seulement que les autorités gasy découvrent çà ?
    In-croy-a-ble !

  • 20 novembre à 11:48 | Besorongola (#10635)

    Il n’y a pas que la pêche tout est en péril dans ce pays... Toutes les ressources sont taries et le, pays de Rajoelina vit désormais de dons et autres crédits à payer éternellement.Pour la faim dans le sud, les instances internationales s’en occupent car Rajoelina est occupé à construire le Colisée, les Stades, et les plages qui sont des projets coûteux et à faible rendement mais a l’avantage de taper à l’œil et Rajoelina aime ça.
    Le robinet des bailleurs ont été recouverts grâce au travail de Rajao mais Rajoelina ne sait pas comment les utiliser à bon escient ces fonds.
    Au lieu d’améliorer les outils de travail des 100 000 pêcheurs Gasy, Rajoelina préfère avantager les Chinois en faisant venir les quelques 300 bateaux de pêche un projet qui a déjà provoqué en partie l’impopularite de Rajao et sa chute.

  • 20 novembre à 12:30 | Maxim (#5960)

    18 novembre à 12:38 | Isandra (#7070) répond à Liberty ^
    Marika,
    Izay ilay toe-tsaina tsy mamokatra.
    Misokatra amin’ny mpanambola rehetra io famporisihina io, ny vahiny aloha hatreto no mamaly, fa ireo Gasy mbola aleony eny Andrenivohitra eny.
    Ny fanjakana tsy afaka hiandry izay tsy sahy. Aina ity hoy Rainimanonja.
    Fa ny mpanohitra sy mpamasoka moa mahita fomba hanakanana ny fampandrosoana foana.


    Misy valitenin’ny mpanohana fitondrana io naveriko ambony io, izany hoe raha adika dia tsy misy iararahin’IEM zany mpanjono madinika izany. Refa tonga ny sinoa manatitra malette dia mahazo alalana itrandrandraka izy. Tsy ny sinoa ihany, fa efa eto koa ny arabo, ny karana moa efa tompony satria efa manana mpanolotsaina aza izy ireo eny Iavoloha eny.

  • 20 novembre à 12:56 | vatomena (#8391)

    Peut etre que les iles éparses seront épargnées de la déprédation chinoise en mer..Quand il n’y aura plus un seul poisson sur nos cotes il restera cette réserve pélagiqué laissée aux bons soins de la France

  • 20 novembre à 13:31 | Albatros (#234)

    Comme les investissements onéreux de l’aéroport de Nosy Be, ceux du "Miami Beach" de Toamasina, ces "accords" pour le pillage des ressources halieutiques de Madagascar ne sont faites QUE pour enrichir davantage les dirigeants qui se succèdent à Dago !.
    A tour de rôle ils engraissent plus au moins leur compte en banque et ceux de leurs amis, en ne laissant QUE des miettes (et encore !) à leur concitoyens.
    Les pécheurs Vezo et ceux de Mananjara qui risquent tout les jours leurs vies pour récupérer un peu de poisson pour nourrir leur famille, n’auront plus, bientôt, que des boutiques généreusement mis à leur disposition par l’Etat malgache, pour acheter du poisson surgelé !.
    Boutiques, bien entendue, tenues par des "étrangers" grâce à de nouveau accords signés par les puissants de Tana.

  • 20 novembre à 13:47 | ANTICASTE (#10704)

    Les petits pécheurs et les petites gens de Madagascar ne comprennent pas les prédateurs fasciste atavique esclavagiste du gouvernement !
    Pour la pèche c’est simple ,il faut trouver des étrangers de préférence solvables pour payer les redevances de pèche en devises fortes et en grande partie sur des comptes offshores pour une discrétion totale !
    Le petits pécheur GASY ne veut pas payer et encore moins sur des comptes situés dans les paradis fiscaux et surtout en devises !
    Faut bien que le peuple comprennent cela ,de nombreuses familles fortunées de Madagascar, dont celle du président ,vivent royalement de ce type d’opérations discrètes !
    Le peuple voudrait-ils empêchés ces riches Malagasy d’acheter des 4x4 des homes cinéma et autres équipements de luxes ?
    Quelle impudence de leur part !

  • 20 novembre à 13:56 | Besorongola (#10635)

    Ce n’est pas du gâteau d’être President en 2020. Malheur à celui qui a le pouvoir à cette époque de pandémie et qui n’est toujours pas conscient que c’est GRAVE la situation et continue à persister et signer sur la réalisation des projets avant cette Crise ! Un virage politique à 180 degré est URGENT.
    LE CAS DE FORCE MAJEUR doit être décrété et un GOUVERNEMENT D’UNION NATIONAL serait souhaitable mais aucune voix ne se lève dans cette perspective. Combien de fois depuis cette crise Rajoelina a-t-il convoqué pour consultation les forces vives de la Nation ainsi que les chefs de l’opposition ? Rajoelina continue à jouer SOLO !
    Tous les projets non rentables à court terme doivent être suspendus et tous les efforts doivent être concentrés sur le COMMENT VENIR AU SECOURS DU POUVOIR D’ACHAT en investissant massivement sur la SAUVEGARDE L’EMPLOI et les FORMATIONS DE RECONVERSION pour les secteurs à l’arrêt total.
    Avec quelques dollars ou euros on peut faire beaucoup de chose dans ce pays où le revenu par tête ne dépasse pas 2 dollars /jour.... Mais visiblement l’argent des bailleurs vont en ce moment dans les bétons et autres futilités au lieu d’aider les plus démunis.

  • 20 novembre à 15:46 | kartell (#8302)

    Les terres aux émiraties pour un kapok de riz, la mer aux chinois pour alimenter des comptes offshore, le pays finaliserait-il sa braderie/émergence aux seuls intérêts d’étrangers prédateurs ?...
    Nous sommes très loin du panafricanisme brandi lors du Covid-organics en guise de serpillère d’un fait-maison spolié par des mains chinoises crochues....
    Pendant ce temps de ripaille en contrats de dupes, le petit peuple a faim et demande protection mais en guise de seule réponse, on lui préfère la rapacité chinoise comme solde de tout compte.
    Aujourd’hui, la mascarade prend des allures inquiétantes dans la mesure où ce qui est essentiel et vital aux besoins des gens est marchandé au plus offrant.... en coulisse « mer » de tous les vices !...
    L’émergence prend ici une tournure démontrant que les grands gagnants sont ceux qui tiennent le stylo en signant ces marchés de dupes..
    C’est aussi faire peu de cas d’une population qui voit ainsi ses moyens vitaux de subsistance céder à des affairistes qui louent dans la complicité de l’état Malagasy, des partenaires dynamiques à hauteur de leurs espérances....
    Bref, les belles paroles d’hier qui vantait un Madagasikara inclusif vient de prendre un sacré coup de vieux, pire, il semble être enterré à jamais en laissant l’impression désagréable que demain, d’autres surprises nous attendent, étant donné qu’un pays en cessation de paiement est visiblement prêt à toutes les compromissions en laissant sur la touche sa population devenue de simples spectateurs dociles de ces transactions scélérates ..

    • 20 novembre à 16:03 | Vohitra (#7654) répond à kartell

      Exact.

      Et en cas de crise insurmontable ou de situation imprevue dans le futur, les signataires iront s etablir soit a Dubai soit a Paris...soit a Macao...en attendant le retour triomphal comme un Messie accueilli a bras ouvert sur une place publique...par des milices revolutionnaires mercenaires...qui ont milite pour faire vaciller son predecesseur...

      Alors que les signataires auraient du etre places a Nosilava apres leurs proces...

    • 20 novembre à 16:25 | Albatros (#234) répond à kartell

      Clap !, clap !, clap !.

  • 20 novembre à 16:03 | Albatros (#234)

    Une illustration (parmi d’autres !) de l’enrichissement des "gros" par rapport aux petits.
    Et ce avec l’appui des dirigeants !.

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/10/11/la-crevette-cet-or-rose-dont-madagascar-ne-voit-pas-la-couleur_5367802_3212.html

    • 20 novembre à 16:23 | Albatros (#234) répond à Albatros

    • 20 novembre à 18:38 | Marika (#9389) répond à Albatros

      Tsy sahin’ny fanjakana kitihina io compte offshore-n ’i Ismail io satria maro amin’ireo volon’orange ireo no manana compte ihany koa (barbichette).

    • 20 novembre à 20:50 | Rainingory (#11012) répond à Albatros

      tonga dia endahina,
      izao anie lay mampiteny hoe raha vao mivadika eo ny rasa dia tonga dia gel des avoirs, fermeture des frontières, nationalisation ! tsisy fika ankoatr’izay !

  • 20 novembre à 17:56 | tsimahafotsy (#6734)

    Science-fiction ?
    Non, réalité de demain.

    Auparavant, les pirates malagasy étaient des gens honnêtes, pacifiques , des simples pêcheurs.
    Mais depuis 2009, un gouvernement maffieux issu d’un coup d’état, après avoir épuiser les bois de rose à destination de la Chine, a bradé les ressources minières et halieutiques du pays à des puissances étrangères.
    Les milliers de km de côtes parmi les plus poissonneuses au monde sont ainsi livrées sans protection au pillage.
    Tous se donnent le mot, finie la Somalie, les côtes malagasy font office d’un nouvel eldorado.
    Toutes sortes d’espèces de poissons sont pillés, des espèces à hautes valeurs commerciales.
    Des millions de dollars d’aides au développement sont utilisés par une oligarchie très bling bling dans les constructions de stades, de colisées, des plages Miami et autres tape à l’œil distractifs manarapenitra°.
    Le terme " manarapenitra" signifie : goût plus que douteux sur l’utilité pour la collectivité, sur l’origine du financement, mais certain sur l’intérêt personnel du maitre d’ouvrage.
    Synonyme de" Manarapenitra " : fozaorana, - oranzy, - tatandraza, - rajoelinesque,

    Source Banque mondiale.
    Rapport de Novembre 2022 des pays les moins avancés.
    1er - Madagascar, 222 dollars de PIB par habitant.
    2e - Malawi, 342 dollars de PIB par habitant.
    3e - Burundi, 377 dollars de PIB par habitant.
    Madagascar a détrôné le Soudan du Sud en 2022 après la crise du Covid19.
    La majorité de la population survit grâce aux aides humanitaires.
    Dans le Sud du pays la famine fait des centaines de mort chaque année malgré les ferventes prières adressées à la divinité chrétienne Jesosy pour résoudre le problème.
    Le gouvernement malagasy a donc délégué aux ONG le devoir de régler la famine et l’adaptation au changement climatique en l’absence de l’intervention divine.
    Depuis 2009 donc, les pêcheurs malagasy ont vu leurs mers pillées par des bateaux asiatiques, sans que personne ne s’y oppose. Ils ont été privés de leurs ressources, soit une pêche illégale "légalisée "par des contrats manarapenitra estimée à 80 % du total des prises.
    Ces prédateurs-partenaires étrangers qui pillent les eaux malagasy à l’aide d’énormes chalutiers ont eu l’aval d’un Dj président de Madagascar et sont protégés par les marines militaires de leur pays.
    Les pêcheurs malagasy sont réduits à la misère et à la famine.
    Le peuple Vezo appelé les nomades de la mer, à l’instar de leurs compatriotes Betsimisaraka sont devenus pirates pour subvenir aux besoins de leur famille.
    Les autorités malagasy les qualifient de " dahalo " mais la piraterie d’aujourd’hui est une réaction à ce pillage.

    Qui doit-on condamner ?
    - les pirates malagasy ?
    - les bateaux étrangers ?
    - les autorités malagasy manarapenitra ?
    - ou le sourd-muet qui ne daigne pas répondre aux prières des croyants ?

    Un habitant de Vavony, ancien village de pêcheurs de la Cote Est de Madagascar.
    Et solidaire des " dahalo" de la mer.
    Le 20 décembre 2022.

    • 20 novembre à 18:46 | Marika (#9389) répond à tsimahafotsy

      Misy fomba fijery itovizana izany rahalahy. Saingy akory atao fa tratry ny tsindry bois de rose lena ka miandry izay ahamaina azy.
      Ny fitondràna Rajao koa no tena isany fositra indrindra raha mikasika ity an-dranomasina ity ankoatry ny nafitsok’ilay mpisoloky diplôma Andriamiseza nivarotra licence à gogo.

    • 20 novembre à 21:01 | tsimahafotsy (#6734) répond à tsimahafotsy

      Salama Marika ;
      Tena dahalo mihitsy iny Andriamiseza Alain iny.
      Ny mahagaga ahy dia ity Ravalo miaraka amin’iny dahalo iny.
      Tsy fantany angaha ny halatra bevava nataon’iny Andriamiseza iny !
      Nahafaty olona iny tao Tana !

  • 20 novembre à 18:59 | ANTICASTE (#10704)

    Les chiffres donnés par le gouvernement sur la croissance sont dextrement alarmant !
    Il n’y a pratiquement plus de devises qui rentrent dans le pays et cela depuis plusieurs mois !
    Conséquence immédiate l’ariary va se déprécier fortement dans un avenir proche et le pouvoir d’achat Du Gasy lambda va encore baisser !
    Un ariay a 5000 pour un euro ne sera que le début de l’histoire !
    Raisonnablement , dans un pic inversé ,le cours se situera a moyen terme sans doute entre 5 et 10 000 pour un euro !
    Les gasy les plus jeunes visiteront en live un pays en crise comme celle des années 0/80 !
    Le fossoyeur en chef de cette époque étant conseillé spécial du présida charlatan zoel 1 ,il n’y a rien d’étonnant a cela ,les mêmes causes marxisantes donnant les mêmes effets délétères !
    Accrochez vous bien aux branches ,ca va tanguer fortement !

  • 20 novembre à 19:49 | lanja (#4980)

    Tsy ny jono madinika ihany tompoko no potika hatramin ny nahazoan ny FOZA MIANAKAVY ny fitondrana nanomboka 2009....mody manao ranomasomaboay i DJ rehefa hitan izy mianakavy fa ringana tokoa ny andramena...dia iza no tsy mahita ny gaboraraka momba ny volamena hatrany @ sud est....ety antampon tanety ety Soamahamanina.aza mbola saika sahy hanovokovoka ny foza manga ..maika ve fa any andranomasina tsy misy mahita any , tsss .....mihevitra ny tsy ho tsarain ny tantara IRETO FOZA IRETO.....ny palais maniry manodidina an Antananarivo nanomboka 2009 ireo , firy no NATSANGANA t@ fomba sy vola madio ? ny raharaha claudine dia porofo iray fotsiny ....ny elanelana sy hantsana izay mampisaraka ny 90 % fadiranovana sy ireo mpanefoefo eto dia mitombo ary mampivarahontsana, tsy maintsy ho avy ny fotoana tsy ho vitan ny basin i Richard bomba ny miaro an ’io hantsana io, samia velon ’aina hoy ilay iray izay

    • 20 novembre à 20:51 | luczanatan (#321) répond à lanja

      Au fond les élites au pouvoir ne veulent pas se fatiguer. Chercher des solutions intelligentes, dignes, court et long terme à la fois, ce n’est pas facile. Ce qui vaut pour la pêche vaut pour tout.
      Eh oui : travail, réflexion, décision courage ensuite.

  • 21 novembre à 00:45 | lemama (#5841)

    Malheureusement ...
    Io ’’ POROTOKOLO POROTOKOLO IO ’’ disait Monsieur MONJA JAONA

    • 22 novembre à 11:17 | luczanatan (#321) répond à lemama

      Désolé je ne comprends pas je ne parle pas le malgache. J’en profite pour rajouter à ma liste :
      Amour de son pays et de son peuple et de sa culture
      Ambition pour son pays
      C’est la base. Le reste c’est du travail et là il n’y a pas grand monde pour passer des nuits blanches à travailler (pas à palabrer).
      Je vous rassure en France sous la présidence de Hollande, souvenez vous de sa mine pouponne et comparez avec les cernes de Merkel à la même époque... On devinait facilement qui bossait !
      On voit le résultat aujourd’hui.
      Bien à vous et bien triste. J’attends la traduction, merci.

    • 24 novembre à 15:11 | arsonist (#10169) répond à lemama

      Io ’’ POROTOKOLO POROTOKOLO IO ’’ = Ce "PROTOCOLE - PROTOCOLE"

  • 22 novembre à 09:25 | jeanclaude (#11090)

    Bonjour .
    Théâtre présidentiel autour du kere , vilipendage des biens communs du petit peuple : le président et son gouvernement se déshonorent et révèlent leur visage vrai .

  • 24 novembre à 14:27 | reglisse (#6117)

    https://observers.france24.com/fr/ligne-directe-comment-enqu%C3%AAter-sur-les-douteuses-pratiques-des-flottes-chinoises

    Les vidéos montrent parfaitement le comportement des pêcheurs chinois = GRAND DANGER POUR LES CÔTIERS DE MADAGASCAR

    ne l’oubliez pas Monsieur Rajoelina, ce sont les côtiers qui vous ont porté PRÉSIDENT !!

    • 24 novembre à 14:40 | arsonist (#10169) répond à reglisse

      Hé ! Ben ! reglisse est-ce que cela vous donne à réfléchir pour les prochaines élections ?
      Je suis convaincu que le vote pour le candidat qui connaît le mieux la propre région de l’électeur est le vote le moins risqué. Je n’ai pas dit le vote le plus prometteur , hein !
      Mais l’électeur est libre de son vote.

    • 24 novembre à 15:01 | kartell (#8302) répond à reglisse

      A la conclusion opaque de ces traités de pêche, Rajoelina a remisé son panafricanisme du covid aux oubliettes ...
      Livrées ainsi les zones territoriales de pêche à la rapacité chinoise relève d’un hara-kiri pour les populations côtières, prises pour des blaireaux !...
      D’autant que les moyens de contrôle resteront archaïques et anecdotiques rendant ces contrats signés comme une aubaine chinoise qu’il ne fallait surtout pas laisser « filet »...
      Pourquoi les chinois qui ne sont pas les seuls compétiteurs sur le marché de la pêche industrielle ont-ils remporté le jackpot ?, à chacun d’avoir sa petite idée...
      Mais en bradant un pan important des ressources du pays aux meilleurs prédateurs de la planète, le pouvoir dévoile sa recherche désespérée de liquidités dans un contexte où le plus dur, ce sera demain...
      L’émergence ici se mord la queue en démontrant le contraire de ce qui avaient été ses intentions affichées en retombant dans les mêmes ornières que ses prédécesseurs...
      Le bégaiement semble être le fil conducteur suivi par ce pouvoir avec quelques flonflons supplémentaires pour distraire la galerie .....
      « Un point, c’est tout ! »

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS