Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 novembre 2022
Antananarivo | 22h51
 

Société

Mois de l’amnistie

Région Imoron’i Mania : Une centaine d’armes principalement de fabrication artisanales rendues

lundi 20 décembre 2021 | Mandimbisoa R.

Les armes à feu de fabrication artisanale prolifèrent à Madagascar. Rien que dans la région Amoron’i Mania, les statistiques émises par les autorités militaires font état de 116 armes ramassées et rendues volontairement auprès des forces de l’ordre lors du mois de l’amnistie au mois de septembre dernier. La plupart seraient des armes de fabrication artisanale selon les autorités.

Le mois de l’amnistie est une opération instaurée depuis 2018 à Madagascar pour exhorter les civils en possession d’armes illégales à les remettre aux autorités sans risquer d’être arrêtés ou poursuivis et à réduire la circulation des armes illicites. C’est un programme complémentaire à la feuille de route de l’Union africaine (UA) "Faire taire les armes", qui prévoit des mesures pratiques. On estime en effet qu’environ 40 millions d’armes légères et de petit calibre circulent illégalement en Afrique, et qu’environ 85 % d’entre elles ne sont pas enregistrées. En d’autres termes, personne ne sait qui est en possession de ces armes, personne n’a de permis.

La région Amoron’i Mania, comme la plupart des autres régions des Hautes terres centrales et du moyen-ouest ainsi que du sud-ouest de Madagascar est considérée comme zone rouge en matière d’insécurité. Les vols de zébus règnent principalement dans ces régions. Pour se défendre face aux multiples attaques des bandits de grands chemins communément appelés « dahalo », la population se procure ou fabrique, illégalement, des armes.

En octobre 2018, 846 armes ont été détruites dans la capitale en présence de Christian Ntsay dans le cadre du mois de l’amnistie.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 20 décembre 2021 à 12:03 | MALIBUC (#9345)

    Les premières armes illégales sont celles entrées sur le territoire en 2018 et c’est bien cet espèce de DJ BAC-7 qui les a achetés afin d’intimider les gasy en vue de l’élection.
    Et ce ne sont pas de petites armes de rien du tout, ça va du fusil d’assaut AK 44, aux véhicules armés de mitrailleuses, de lances roquettes...etc..... sans oublier les centaines de mercenaires planqués dans des casernes non officielles.
    Alors Isandra surtout ne venez pas nous faire un plat en disant que ces armes à la main des dalahos auraient pu.....D’ailleurs connaissez vous un dalaho qui aurait rendu les armes ?
    Tout cela n’est que propagande afin d’empêcher un jour que le peuple ne se serve de ces armes pour faire tomber le dictateur en titre. Mais rassurez vous il tombera quand même avec ou sans arme et ce jour là est proche.
    Révolution !

  • 20 décembre 2021 à 12:42 | Isandra (#7070)

    Malheureusement, depuis la guerre civile de 2002 provoquée par Ravalo, les armes à feu circulent abondamment à Madagascar.

    Jusqu’à ce jour, on n’a pas le rapport combien des armes avaient été distribués aux zanadambo et combien ont été restitués, après cette hazalambo, chasse aux côtiers.

    Comme le nombre de morts causées par eux, d’ailleurs.

  • 20 décembre 2021 à 15:23 | kartell (#8302)

    Affaire Appollo 21 suite mais pas fin …

    Selon le chercheur Olivier Vallée, auteur de La société militaire à Madagascar, joint par Claire Fages, du service Afrique de RFI, Paris ne veut pas envenimer des relations déjà dégradées avec Tananarive.

    « Je pense que c’est un silence dicté par la prudence parce qu’à l’origine, sur place, on parlait beaucoup de l’implication du premier conseiller français, qui est quelqu’un de très visible. Pour la France, il était souhaitable qu’il n’y ait pas d’élargissement d’autres responsabilités dans un contexte de relations déjà difficiles avec la présidence malgache. La baudruche est en train de se dégonfler. L’avertissement, en particulier en faisant comparaître Victor Ramahatra [ancien Premier ministre] a été entendu par l’armée malgache. C’est un moment qui a permis de désamorcer un certain nombre d’alarmes ou de menaces pour le régime en place qui devrait être enclin maintenant à peut-être plus d’indulgence vis-à-vis des deux condamnés. »

  • 20 décembre 2021 à 15:44 | hafatse (#9818)

    On n’a jamais vu ca nul part , même pas à Mada en 60 ans d’indépendance :

    https://www.facebook.com/vaovaomarinaetoBira/videos/1311404415949030

    • 20 décembre 2021 à 16:11 | Shalom (#2831) répond à hafatse

      hafatse, sao dia tokony mbola hampianarina kosa r’ise ilay kely io ?
      Fa dia tena mananao foana sa te hampiseho ny maha bacc-7 azy ?

    • 20 décembre 2021 à 17:02 | Vohitra (#7654) répond à hafatse

      Ity no tononinao sy vakinao rehefa eo amin ny micro...izay ?

      Dia novinakiny avy hatrany tokoa, somary laroiny fihetsika antsehatra...

      Toy ny kapila manjelatra fampadihizana, ny mpampandihy manentana tsy tompon ny hira...

  • 20 décembre 2021 à 18:58 | vatomena (#8391)

    ils seprennent tous pour des petits jean laborde à mantasoa !

  • 21 décembre 2021 à 08:44 | Yet another Rabe (#4812)

    Bonjour à tous,

    - Partant de ce constat de l’ Elman, Tout est compliqué à Madagougou :

    https://www.actutana.com/cest-complique-a-madagascar-hein/

    - Et de cette sentence de l’ ex Président SARKOZY :
    "L’ homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire", mon propos n’est pas de commenter cette phrase, mais d’y faire une sorte de parallèle,

    ** Qu’ en est-il de l’homo Madagascariensis, de ce qu’il est, de sa culture et personnalité dans ce Monde Moderne ?

    C’est une tautologie que de dire "tout être vivant a besoin de manger pour vivre".

    Un terme plus générique est dans le besoin du vivant de "consommer pour pouvoir entretenir et manifester son existence".

    Mais pour pouvoir consommer, en amont il faut produire.

    Donc le cycle complet pour entretenir la vie est "Produire -> Consommer -> Exister -> ....", mais seul le genre humain y a rajouté un consciemment un élément supplémentaire dans ce cycle, l’élément "Échanger" avec initialement le troc et ensuite l’ instrument d’ échange qu’ est l’argent.

    Il est à noter que dans la Nature, la notion "Échanger" existe pour les organismes vivant dans le "troc" de la symbiose.

    Donc pour l’Homme, le cycle est "Produire -> Échanger -> Consommer -> Exister -> ...."

    Ici le terme "Environnement" est très général et comprend l’Homme lui même aussi.

    Mais pour "Produire", le genre humain et certaines espèces animales (exemple : les abeilles produisent du miel en prélevant du pollen) sont passés progressivement du mode Prédation sans renouvellement (prélèvement direct des ressources sur l’ Environnement) au mode Aménagement/Transformation (Travail sur les ressources de l’Environnement et de ce dernier).

    ** In fine, Dans le sens de l’histoire du Monde vers la modernité, L’ évolution naturelle de l’Homme sur l’impérieuse nécessité de "Produire" l’ a amené progressivement :
    - de la civilisation "Chasse, Troc, Cueillette et pêche" basée sur la prédation de l’Environnement ,
    - vers la civilisation "Travail, Argent, Cultiver et Bâtir" basée sur l’ Aménagement/ Transformation de l’ Environnement.

    Sauf que le Malgache ne produit pas suffisamment satisfaire ses besoins fondamentaux, avec pour conséquence de saccager son Environnement :
    . en brûlant ses forêts pour des cultures éphémères
    . en épuisant ses réserves en eau
    . en devenant chasseur, prédateur de son semblable par le vol, la prévarication, la corruption, la convoitise
    . en allant à la pêche de ses semblables à l’esprit faible pour les enrôler dans les sectes à connotation religieuse, aux fins de les exploiter financièrement
    . en faisant littéralement la cueillette de sa nourriture dans les poubelles, faire le troc de ce qu’il y trouve pour un peu d’argent pour les plus démunis
    . etc ... etc ...

    ** Comme conclusion, 2 questions :
    - l’ Homme Malgache n’est-il pas en train d’aller en contresens de l’ Histoire du Monde Moderne ?
    - plus grave, "l’Homme malgache qui était bien parti pour entrer dans l’Histoire du Monde Moderne en y apportant la valeur ajoutée de sa propre culture et personnalité au moment de son indépendance, n’est-il pas en train d’en sortir par la petite porte en perdant tout ?"

    Cordialement

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS