Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Politique

Candidatures TIM aux Législatives

Ravalomanana, l’ultime décideur !

vendredi 27 juillet 2007 | Eugène R.

Pendant que l’opposition tergiverse sur la stratrégie à adopter face à la date du 23 septembre, le TIM ne reste pas bras croisés pour que ses candidats soient là avant mi-Août.

Le conseil des ministres de mercredi soir a accouché des différents textes régissant l’organisation de l’élection législative prévue pour le 23 septembre prochain. Ce conseil des ministres a fixé à 127 le nombre des députés qui siègeront à Tsimbazaza durant la prochaine législature, au lieu des 160 actuellement. Ces 127 députés seront élus dans 119 circonscriptions électorales à raison de un par district, à l’exception d’Antananarivo-Renivohitra (2 députés par Arrondissement), de Toliara II (2 députés) et de Toamasina II (2 députés). En fait, ce conseil des ministres de mercredi soir a lancé le coup d’envoi officiel de cette course à l’Assemblée nationale dont la campagne de propagande débutera le 08 septembre à 7h du matin pour se terminer le 22 septembre à 7h du matin.

Après la sortie de ces différents textes électoraux, des dirigeants et des députés du parti au pouvoir se défendent toujours de s’exprimer ou non sur leur candidature à cette élection. En effet, elle comporte des risques pour les grands tenors du TIM qui envisagent de se porter candidats dans les districts où il n’y a qu’un seul siège à pourvoir (Ambatondrazaka, Fort-Dauphin, Ambohidratrimo...). « Pour le moment, je n’ai rien à signaler sur ma candidature. Ce que je tiens à vous dire, c’est que le président Ravalomanana aura le dernier mot quant aux candidatures TIM à cette élection. », s’est contenté d’expliquer un député TIM.

L’opposition est-elle prête ?

Quoi qu’on dise, l’opposition a été prise au dépourvu par l’annonce faite à Toliara par le président de la République sur la tenue de cette élection législative anticipée. Actuellement, on parle d’une coalition des partis d’opposition qui se dit prête à affronter le TIM lors de cette élection. Des députés d’opposition ont déclaré que la dissolution de l’Assemblée nationale et la tenue des législatives anticipées les arrangent. Certains de ces députés ont même lancé un défi contre le parti au pouvoir en inventant le mot d’ordre « Tous contre le TIM ». A ce propos, le député Reboza Julien d’Amboasary Atsimo est même allé jusqu’à promettre à ses collègues de l’opposition le financement de leur campagne électorale s’ils acceptent de mettre en oeuvre ce mot d’ordre, dans le seul but de priver le parti au pouvoir de la majorité à l’Assemblée nationale. Mais, la question est unique : l’opposition est-elle vraiment prête pour cette élection législative anticipée ? Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un candidat sérieux à une élection législative doit trouver au moins 1.500.000 fmg par fokontany alors qu’une circonscription moyenne peut compter jusqu’à 150 fokontany. Les candidats du parti au pouvoir ne sont pas non plus épargnés par ce problème de financement de campagne. Lors des dernières législatives, les candidats du TIM n’avaient obtenu chacun qu’en moyenne 15.000.000 fmg de leur parti. Bref, la participation à une élection des députés n’est pas une affaire de pauvres.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS