Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2022
Antananarivo | 19h06
 

Editorial

Quelle élection ?

lundi 17 septembre 2007 | RAW

Des ministres sont dans la course aux législatives. Le candidat aux législatives dans le Ve Arrondissement de la Capitale, ancien Secrétaire général de la Commune ur-baine d’Antananarivo, actuellement ministre des Mines, Donat Andriamahefamparany, a donné les raisons de leur candidature. Le pays est en train de se mettre aux normes républicaines car les membres de l’Exécutif doivent avoir une légitimité populaire comme c’est le cas de nombre de ces ministres français qui sont en même temps des députés mais aussi ministres. Ceux qui ne sont pas élus doivent démissionner de leur poste. Peut-on alors s’attendre à ce que ces ministres qui osent mettre leur crédibilité-popularité en jeu démissionnent, s’ils ne sont pas élus ?

En tout cas, face à la pugnacité de leurs aversaires qui déployent tous leurs efforts malgré les moyens dont ils disposent, le doute s’installe dans l’opinion, tant des électeurs que des observateurs. Le spectre de la défaite plane-t-il sur certains ministres candidats pour qu’ils fassent appel à des agences decommunication et à tant d’artistes ?

C’est à croire que bon nombre d’entre ces ministres candidats pensent que ces élections seraient une promenade de santé et la détermination des concurrents ne serait pas aussi vivace pour perturber ainsi tous les pronostics.Pour l’instant, les dernières impressions, faute de sondage dans la capitale, nous révèlent que beaucoup de ces ministres candidats sont en perte de vitesse. Leurs candidatures sont, dans la grande majorité, incomprises des électeurs, sauf pour l’ancien maire de la capitale. D’autant que la suspicion à la vie dure chez les électeurs. Une fois élus, se demande-t-on, ces ministres candidats ne rejoindront-ils pas leur ministère ? « Nous ne sommes pas des dupes confirme un citoyen lambada, car ces ministres candidats ne servent uniquement que d’appât pour gagner le maximum de voix pour un régime aux abois ». Et un autre électeur poursuit : « le déployement de tout cet arsenal de force de frappe pour nous berner et pour nous faire jouir, ne trompe-t-il pas ? » Effectivement, au vu des moyens déployés par certains candidats Tim de la capitale ou des autres circonscriptions tel Toliara II ou Toamasina I, on a l’impression d’être dans une campagne de propagande pour la présidentielle

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS