Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 15h59
 

Santé

Bilan Coronavirus

Quatre nouveaux cas communautaires

mardi 28 avril | Fano Rasolo

Encore des cas communautaires du Covid-19. Sur les cent quarante-six (146) tests PCR (polymerase chain réaction) effectués par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) entre dimanche après-midi et hier à midi, quatre nouvelles contaminations ont été recensées, selon le rapport fourni hier par le Centre de commandement de lutte contre le Covid-19, ou CCO-Covid-19.

« Trois de ces cas ont été détectés à Antananarivo, dont deux aux 67 Ha, et un autre à Ambaniala Itaosy. Il s’agit de trois personnes de sexe féminin âgées respectivement de 13, 36 et 70 ans. Et le dernier cas découvert est aussi une femme d’une cinquantaine d’années, résidant à Tolagnaro », a fait savoir le professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, porte-parole du Covid-19.

Avec ces nouveaux cas recensés, le nombre des contaminations au coronavirus s’élève maintenant à cent vingt-huit (128), depuis la découverte de la maladie jusqu’à hier.

Quatre cas de guérisons ont aussi été enregistrés, durant les dernières 24 heures, les malades nouvellement guéris ont déjà pu quitter leurs sites de prise en charge, après un traitement d’un certain nombre de jours.

Huit personnes recherchées

Ainsi, le nombre de guérison s’accroit ces derniers jours. Au total soixante-quinze (75) malades sont déclarés guéris jusqu’à hier. Il reste cinquante-trois (53) patients hospitalisés dans toute La Grande Ile, selon toujours le bilan du CCO-Covid-19.

Par ailleurs, huit passagers d’un véhicule de la coopérative de transport en commun national Cotisse reliant Antananarivo et Toamasina sont activement recherchés. Ces derniers ont voyagé avec une personne testée positive au Coronavirus, le 8 avril dernier. En effet malgré le confinement, les autorités avaient pris la décision d’autoriser pendant trois jours, du 7 au 9 avril dernier, le transport de voyageurs pour permettre aux personnes confinées loin de chez elles, de rentrer dans leur ville d’origine si elles le souhaitaient.

Hier, le centre CCO-Covid-19 a annoncé que onze passagers du véhicule où a voyagé la personne testée positive sont injoignables, après traçage des personnes ayant voyagé avec la personne contaminée. Après avoir entendu leurs noms à la radio, trois d’entre eux ont toutefois contacté le CCO-Covid-19. Il reste ainsi huit passagers à rechercher en vue d’être testés pour savoir s’ils ont été contaminés durant leur déplacement.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 28 avril à 08:32 | Eloim (#8244)

    C’est bien de le dire, cas communautaire afin qu’on puisse alerter la population sur les dangers qui la quotidiennement. Mais cette population tananarivienne, indisciplinée ne s’en rend pas compte qu’avec ce chiffre 3, comptabilisé comme positif au test PCR et domicilié dans des quartiers populaires denses de Tana, une montée de la courbe des malades confirmés sera malheureusement attendue su amèrement. Alors le déconfinement a été décrété récemment sans que toutes les mesures y afférentes ne soient pas suivies. Donc, qu’attendons-nous au juste ?

    • 28 avril à 08:33 | Eloim (#8244) répond à Eloim

      ... sur les dangers qui la guettent ...

  • 28 avril à 09:09 | Shalom (#2831)

    Savez-vous que parfois il y a la magie des choses. Non, il n’y aura pas de propagation parce que le virus de Madagasikara joue avec les statistiques.
    Aussi, ces personnes n’ont-elles pas bu le breuvage CVO ?

    • 28 avril à 09:35 | Eloim (#8244) répond à Shalom

      Je crois que cette propagande sur le CVO pour la lutte contre cette pandémie est un peu déplacée. MAIS, pourquoi ne pas l’utiliser pour renforcer la lutte contre l’éradication du palu à Madagascar ? Pourtant, la loi du business en dit autrement ! Quelle pauvreté intellectuelle !

  • 28 avril à 10:36 | Shalom (#2831)

    Vous avez mille fois raison.
    Cherchons le pourquoi ! Je n’ai pas de réponse.

  • 28 avril à 12:34 | Vohitra (#7654)

    Dans les pays développés frappés de plein fouet par le Covid-19, parallèlement à l’élaboration minutieuse et raisonnée d’un mécanisme de sortie progressive du confinement, ils procèdent en même temps à un dépistage massif et se préparent pour la mise à disposition à toute la population de moyens de protection individuel accompagnant les gestes barrières une fois le déconfinement autorisé…

    Par contre sous les tropiques, il n’y a plus qu’une trentaine de tests journaliers pour le dépistage des cas contacts…et on se contente de résultats d’analyse provenant de IPM pour le bilan à afficher…et on ne dispose même pas d’informations officielles sur le nombre effectif de tests menés dans les autres Régions…et on peut bien se poser la question, combien parmi les analyses effectuées par IPM sont issues de prélèvements effectués dans les Régions en dehors de la capitale ?

    Alors, est-ce qu’on est vraiment prêt pour la sortie du confinement ?

    Bref, si une tisane serait efficace à titre préventif contre le paludisme en renforçant la défense immunitaire individuelle, personne ne pourrait avancer avec certitude et précision, avec preuve scientifique à l’appui, si elle serait aussi efficace de quelle manière que ce soit face au coronavirus…et il ne faut pas perdre à l’esprit que le paludisme et le Covid-19 sont deux maladies différentes…

    Dans l’archipel des Comores et le Lesotho, les statistiques officielles disent que les deux pays ne sont pas du tout contaminés car les autorités respectives veulent bien qu’il en soit ainsi, et elles affichent tout ce qu’elles veulent afficher…

    Et sous les tropiques, selon les procédures d’ordre sanitaire, quand il n’y a plus de nouveaux cas de contamination pendant 28 jours successifs, cette maladie contagieuse serait maîtrisée et il n’y aurait plus lieu de prendre de mesure administrative de confinement…

    Bien sûr, avec un nombre très faible de tests réalisés, il est certain qu’il n’y aurait plus de nouveaux cas sous les tropiques, n’est-ce pas ?

    • 28 avril à 13:18 | Maestro (#7313) répond à Rakoto

      @ Rakoto

      Lol !!!
      Déjà il faudrait qu’ils sachent contre quoi ils se battent ! Personnellement j’ai un niveau Bombe Nucléaire pour ne pas me vanter mais là je donne ma langue au chat. Alors une Tisane ? Re Lol.

  • 28 avril à 17:57 | lancaster (#10636)

    Le CVO met en lumière Madagascar, pas seulement sur le plan médiatique mais cette solution permettra d’engranger d’énormes ressources financières damant ainsi le pion aux grandes multinationales pharmaceutiques ». C’est du moins l’avis de Gabriel Djankou, ancien Directeur adjoint de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Madagascar.

    Dans une lettre ouverte adressée au peuple malagasy, ce haut fonctionnaire des Nations-Unies qui a passé dix années à Madagascar affirme haut et fort que, grâce au Covid-Organics, Madagascar peut devenir un sauveur de l’Afrique. « Je pense, sur la base de la réalité vécue mais analysée, pouvoir éclairer l’opinion nationale malagasy que cette opportunité sans précédent permet enfin de vraiment faire connaître Madagascar, plus seulement comme une île touristique mais désormais comme le « sauveur » de l’Afrique et de l’humanité face à cette pandémie du COVID 19 », déclare-t-il dans sa lettre, dont voici un extrait : « Peuple Malagasy. Personne ne doit vous voler votre fierté, car vous êtes la fierté de l’Afrique. Vous devez protéger votre Président et surtout son courage de faire valoir aux yeux du monde une solution Malagasy à la pandémie mondiale. Je voudrais dire au peuple malagasy de ne pas se laisser perturber par les sirènes internes qui s’opposeraient à la démarche actuelle de faire du CVO une solution crédible pour la prévention, voire la guérison du Coronavirus.

    Les opposants au processus sont dans leur rôle politique de ne pas applaudir l’adversaire. Très souvent, ils sont soutenus et financés par les lobbyings étrangers qui ne voient pas d’un bon œil cette initiative malagasy. Et pour causes : Madagascar a touché la fierté et l’orgueil des grands pays

    Un « petit pays pauvre » – africain de surcroît- a pris une avance médiatique sur les grands : Annoncer en grande pompe une solution à leurs problèmes. Ils n’acceptent pas cela. L’esprit de colonisation et des colons a toujours voulu laisser croire que les solutions aux problèmes africains doivent fatalement venir de l’Occident. Aujourd’hui, il y a une solution conçue par Madagascar pour les Malagasy et dont l’Afrique et les africains peuvent s’enorgueillir. Cette solution peut aider les pays du Nord s’ils laissent tomber leur orgueil scientifique légendaire.

    Madagascar empêche les lobbyings internationaux du médicament de glaner de l’argent grâce au COVID 19. Des prétextes sont avancés pour exprimer des réserves voire interdire la potion malagasy. Ailleurs, certains pays vaccinent leurs ressortissants avec des molécules qui n’ont pas respecté les délais cliniques. Mais parce que c’est des pays du Nord, ils ne sont pas frappés de la même réserve ni interdiction ».

    • 28 avril à 18:16 | arsonist (#10169) répond à lancaster

      What is the more ridiculous :
      the advert done by the advertiser DJ President about his magic potion
      or
      the affirmation done by others that the Earth is flat ?

      The both make people laughing .

    • 28 avril à 18:58 | Shalom (#2831) répond à lancaster

      Mais avec quel argent Madagasikara a conçu cette potion ?
      Il ne faut pas oublier que ce sont tous les malagasy qui devront le rembourser ie vous, votre famile, la mienne et moi-même.
      Le problème est là. Cautionner une situation qui n’est pas claire vous rend complice à 100%

    • 28 avril à 21:00 | Vohitra (#7654) répond à lancaster

      Mampihomehy mihintsy ny olona rehefa voaozona manompo anjambany toa an i Burt l encastre...

      Io article copie/colle anankiray io no aparitany sy amenoany ny pejy sy lohahevitra rehetra izay miainga...

      Izao no alehany rehefa tsy ny saina no mandeha fa torapo sy ambo diso toerana

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS