Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 27 novembre 2021
Antananarivo | 08h02
 

Société

Sûreté de l’Etat

Quatre Français expulsés de Madagascar

vendredi 20 février 2009

Avec l’aval du président de la République Marc Ravalomanana, le ministère malgache de l’Intérieur a pris le 3 février, sous la référence n°022/MI/SG/DCE/SCE, un arrêté d’expulsion concernant quatre hommes d’affaires français, officiellement accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat et de trouble à l’ordre public. Les quatre personnes ont été cueillies à leur domicile et mises dans un avion en direction de Paris, le 6 février.

Il s’agit du dirigeant de la société Assist Développement, Alain Moyon et son père, de Patrice Neveu et de Patrick Leloup. Selon nos sources, Patrice Neveu est un promoteur immobilier qui était intervenu récemment dans une émission de télévision de la chaîne française TF1, pour vanter le bas coût du m2 de terrain à Nosy Be. Il a déjà été expulsé de Madagascar en 2002, alors qu’il résidait à Mahajanga avec son épouse de l’époque, Nathalie Barday.

Dessous politique

Patrice Neveu est actuellement le gendre de Pascal Rakotomavo, l’ancien Premier ministre malgache. Un ancien Premier ministre qui est l’une des éminences grises du maire destitué d’Antananarivo, Andry Rajoelina selon nos sources. Patrick Leloup, quant à lui est un proche et ancien conseiller d’Alain Ramaroson, lequel est à son tour un ancien conseiller de Marc Ravalomanana, passé actuellement dans le camp de Andry Rajoelina.

Pour ce qui est d’Alain Moyon, il était en conflit judiciaire avec Maminiaina Rasolondraibe, le patron de Funreco et avait des ennuis avec des Malgaches à propos de sa demande de concession sur l’île Nosy Hara et l’archipel des Mitsio. Par contre, il bénéficiait du soutien d’Heriniaina Rabemananjara, le fils de l’actuel Premier ministre malgache Charles Rabemananjara.

Le ministère français des affaires étrangères semble vouloir minimiser ces expulsions en estimant qu’elles n’ont rien à voir avec le contexte politique actuel et qu’elles répondent simplement à des faits délictueux.

P.-S.

Information initialement publiée dans la Lettre de l’Océan Indien.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 20 février 2009 à 15:03 | Une étudiante malgache en France (#288)

    Dans l’introduction, il est écrit que Patrice Neveu a déjà été expulsé de Madagascar en 2002. Cette information est incorrecte, il s’agit plutôt de Riaz Barday, promoteur immobilier et ancien propriétaire de Nosy Iranja, mari de Natacha et non Nathalie Barday. Patrice Neveu n’a jamais été auparavant expulsé de Madagascar.

    Merci de tenir compte de cette rectification.

  • 20 février 2009 à 18:34 | Ranavavy (#104)

    Le gouvernement français dit minimiser ces expulsions ? c’est qu’il n’a pas de cou.....Ravalomanana et Sarkosy = même sauce.On voit bien encore une fois que RAVALOMANANA n’aime pas ceux qui le critique, ceux qui se mettent en travers de son passage .Si tu ne dit pas comme lui, si tu ne fais pas ce qu’il te dit, si tu prends un peu plus d’importance que lui , ALORS il te chasse d’un revers de manche ....comment s’appelle cela ?
    Vous avez bien devinez .

  • 20 février 2009 à 19:22 | RAMANANA (#300)

    Non je pense que tout cela serait venu de la France : en effet DEBA n’est pas mort comme on a laissé entendre ! IL EST BIEN VIVANT ET TRES ACTIF depuis le début de cette histoire... les français (politiques) n’aiment pas du tout ce Président élu. Depuis 2002... d’ailleurs, maintenant que les Américains laissent du lest (OBAMA) et que Sarkozy voit "un boulevard" et surtout qu’il y RATSIRAKA qui lui souffle qu’il est le seul à pouvoir mener "Madagascar dans le giron français !!! " et que ces...français expulsés sont parmi les "barbouses qui sont des "agents dormants" de la France et qui espèrent (et font tout afin que Madagascar revienne dans le giron de la France... à vous de conclure ce que va devenir ce beau Pays.

    • 21 février 2009 à 10:03 | Beloha (#326) répond à RAMANANA

      Je pourrais très bien étayer cette assertion. La réputation justifiée ou non de Ravalo de Francophobe, ou plutôt la suspicion de la France envers lui de ne pas servir « convenablement » les intérêts français bien implantés dans l’île depuis des lustres. Cela se traduisait d’abord par le retard de la reconnaissance de la France du régime de Ravalo en 2002.
      Il y avait, bien sûr, un réchauffement notable dans les relations des deux états avec l’arrivée par deux fois du Président Chirac à Madagascar.
      Mais dernièrement, quoiqu’en disent les dignitaires dans un langage diplomatique que le ciel reste beau, les intérêts français sont de nouveaux menacés à Madagascar :
      - Insertion dans la constitution amendée du 04 avril 2007 de la langue anglaise comme langue officielle, ce qui réduit encore la marge de manœuvre de la francophonie d’ailleurs en perte de vitesse mondialement ;
      - Le grand retard d’accréditation de notre Ambassadeur en France prétextant une surcharge du calendrier protocolaire en 2006 ou 2007 ;
      - Vacance du poste d’Ambassadeur plénipotentiaire de la France jusqu’à ce jour après le départ de Gildas Lelidec en juillet dernier ;
      - La non-participation des intérêts français aux grands projets miniers (QMM, Sheritt, explorations et exploitations pétrolières,…), ni aux constructions et/ou réhabilitations routières et infrastructurelles (auparavant, presque tous les marchés tombent sous l’escarcelle de COLAS ; plus actuellement puisqu’il y a les DAIHO, les chinois, les indonésiens, ...)
      - L’annonce du Président de la création prochaine d’une banque de développement à participations allemandes, chinoises…sauf françaises qui va concurrencer les grandes banques actuellement bien implantées et qui sont presque à majorité – devinez ?- françaises évidemment.
      - Et l’hallali, c’est le dernier décret portant sur la création d’un organe de l’état qui va importer directement du carburant à moindre prix pour les besoins du pays, au détriment des sociétés pétrolières trop gourmandes qui rechignaient à faire baisser leur prix à la pompe malgré le régressement mondial du prix du brut. Et devinez aussi de quelle nationalité sont généralement ces pétroliers ?

      Peut-être qu’il y a encore des raisons qui échappent à notre vigilance, mais celles-là sont amplement suffisantes pour étayer ces analyses.

    • 21 février 2009 à 15:00 | Lucie (#101) répond à Beloha

      Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse.Les rapports entre les Etats ne sont jamais que des rapports d’intérêts communs ou non.Comme dans toute affaire policière:on doit se poser la question,
      - à qui le "crime" profiterait si Ravalomanana était destitué ?
      - de même quels sont les pays les moins représentés sur l’échiquier économique à Madagascar et qui voudraient bien l’être ?
      Au-delà de toutes ces luttes qui dépassent le malagasy moyen,il me semble que le terreau de "révolte" se situe dans cette frange de la population qui végète,parasite,dans la capitale et que les "opposants" utilisent comme fer de lance lors de manifestations.Toute cette population victime (?) volontaire(?) de l’exode rural,qui n’a pas de vrai métier et qu’il serait indiqué de sédentariser dans les campagnes dans l’agriculture,
      l’élevage.

  • 20 février 2009 à 19:23 | DAGO (#166)

    Franchement c’est qoui cette république bananière ?

  • 21 février 2009 à 14:48 | Lucie (#101)

    "Le ministère français des affaires étrangères semble vouloir minimiser ces expulsions en estimant qu’elles n’ont rien à voir avec le contexte politique actuel et qu’elles répondent simplement à des faits délictueux."Je crois que voilà un début de sagesse de la part de la France.A vouloir à tout prix,par tous les moyens reprendre une place perdue depuis longtemps à Madagascar :
    elle se met dans une situation peu intelligente.Si elle souhaite un partenariat avec Madagascar,qu’elle le
    fasse d’une manière neutre,en proposant des marchés équitables pour les 2 pays et non en essayant grossièrement d’y parachuter ses sbires.La coopération plurielle qu’entretient Madagascar avec un grand nombre de pays (Chine,Allemagne
    Etats-Unis,Indonésie etc...)montre que Madagascar est intelligemment entré de plain-pied dans le XXIème siècle où le discours n’est plus bipolaire,
    heureusement.Le monde est un village global,la liberté s’est acquise au prix du sang dans nombre de pays et elle ne se bradera pas si facilement.Il est temps pour la France,en tout cas pour ce qui concerne Madagascar,d’oublier
    tous ses "vieux réflexes post ou néo-coloniaux datant de cette époque prédinausorienne de la France-Afrique"
    .Epoque que l’on croyait révolue avec la mort de son principal idéologue :
    Jacques Focart.La communauté européenne par la voie de Bruxelles demande des comptes à plusieurs pays européens qui ont dépassé les 3% de déficit budgétaire
    autorisés par pays.Ces pays sont la France,l’Espagne,la Grèce entre autres.
    La France est à plus de 5% actuellement
    .Est-ce une raison suffisante pour fomenter des guéguerres en Afrique ou ailleurs pour essayer d’y grapiller quelques pépites ?
    For France,it’s time to change the way of thinking and managing with Madagascar
    Be clever and respectful.

  • 22 février 2009 à 17:44 | TABBAGH Henri (#371)

    AMIS MALGACHES
    Je connais un des français qui a été expulsé,il est né le 28 mai 1967 à ROGNAC,sa mère s’est remarié avec un individu nommé Claude eugène bernard LHOMME ,celui ci est l’éminence grise de patrice NEVEU ;.Ne croyez pas qu’il s’agisse d’une affaire politique car ces deux messieurs nous ont déjà volé notre terrain en 2001 après plusieurs tentatives depuis 1993 en créant des sociétés bidon notamment la première en 1993 SCI l’hexagone n°678 par devant maître RAJAONSON Etienne notaire a ANTANANARIVO ,dans les statuts figure également Maître Louis MARCEL dit SAGOT
    avocat (c.i. n°101.211.002.914) .La création de cette SCI avec des prête-noms leur donnant la majorité malgache nécessaire pour acquérir notre terrain au mépris du droit de préemption dont nous sommes légitimement bénéficiaire en temps que locataires en titre par un bail de 30 ans renouvelables .non contents d’avoir acheté le terrain illégalement ils se sont employés a prodiguer des (CADEAUX)a des Ministres et magistrats ,et particulièrement au Ministre de l’intérieur JEAN JACQUES R.... de l’époque qui a accepté nos billets d’avion que Monsieur Patrice NEVEU domicilié a MAJUNGA a l’époque a acheté pour notre expulsion effectuée ma nu milita ri en une heure .Ayant réussi a faire place nette après notre départ ils se sont empressés de détruire notre hôtel LA RESIDENCE BAOBAB à NOSY BE et vendu le terrain en parcelles par l’intermédiaire d’agences immobilières étrangères ;
    La réalité MESSIEURS c’est qu’il s’agit tout simplement de profiteurs et de magouilleurs patentés et coutumiers du fait.Dans l’affaire des Mitsios il s’agit de la répétition de notre affaire et des tentatives pour s’accaparer des terrains pour faire des profits au mépris des lois et des traditions malgaches.
    VOILA MESSIEURS CE NE SONT PAS DES PETITS SAINTS ET LA SEULE CHOSE QUE L’ON PUISSE REGRETTER C’EST QUE MESSIEURS RAJAOLINA RAKOTOMAVO ET RAMAROSON SE RENDENT COMPLICES DE CES INDIVIDUS ET IRAIENT CONTRE LES INTERETS DU PEUPLE MALGACHE ET DE MADAGASCAR OH PARDON J’OUBLIAI Mr. RABEMANANJARA (fils)

  • 25 février 2009 à 22:53 | Feno (#347)

    Merci pour l’information

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS