Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 septembre 2020
Antananarivo | 19h23
 

Scanner

Qu’est-ce qui se passe ?

samedi 6 septembre 2008 | RaJean

L’atmosphère politique est-elle si délétère à Tanà, pour que le « Conseil des sages » renaisse de ses cendres ? Il est vrai que la zizanie entre le pouvoir et la Commune urbaine de la Capitale de Madagascar avec ses 6 arrondissements continue de plus belle, quoi que le Trésor public ait lâché du lest en rendant les recettes propres confisquées… ATTR contre CUA à propos de la gare routière d’Ampasampito ; maintenant l’affaire SAMVA à propos de l’assainissement de la ville. Qui fait quoi ? Car étant la Capitale malgache, la CUA jouit quand même d’un statut particulier ! Et ce « Conseil des sages » qui propose de faire la médiation. Mais qui l’a appelé et que pourrait-il faire sinon de conseiller le dialogue, la confrontation entre les « belligérants » ? Et encore serait-il écouté ? On en doute puisque c’est une question plutôt politique que technique !
En effet, le porte-parole du TIM, Donat Andriamahefaparany ne cesse de faire le rapprochement entre ce qui se passe au sein de la CUA et ces manifs de l’opposition…

Mais quelle opposition ? Lecacheur a fait cavalier seul en descendant sur la
Place du 13 Mai. Résultat, la prison ! C’est à peine si quelques opposants ont dénoncé du bout des lèvres sa condamnation. A Tana, le CRN du Pr Zafy se contente d’être invité par les autres opposants. D’autres font circuler un projet de société ambigu pour se mettre en valeur… L’association « Otrikafo », -encore une entité opposante - met dans le même sac et le Pouvoir et les opposants actuels, accusant ces derniers de manipuler les étudiants à Toamasina (sic) sur une radio privée…

Mais qu’est-ce qui se passe se demandent les citoyens ? Que les politiques se parlent ou non, c’est leur affaire. Que ceux qui veulent bien égrener la mouise actuelle qu’ils n’ont jamais vécue, qu’ils soient libres de la raconter. C’est leur droit. Pourvu qu’il n’y ait pas incitation à la révolte. Car on est dans un Etat de droit.

Pour le moment, la rentrée scolaire préoccupe tout un chacun avec ce pouvoir d’achat qui s’effrite de plus en plus qu’aucun dialogue politique ne peut résoudre pour l’instant. A moins d’un miracle…

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS