Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 septembre 2018
Antananarivo | 16h39
 

Politique

Politique

Présidentielles : Les déclarations de soutien de candidature se succèdent

mardi 14 août | Ny Aina Rahaga

Les paris sont ouverts et profiteront à ceux qui sauront prédire celui ou celle qui se retrouvera à la tête du pays au début de l’année prochaine. D’un camp à un autre, les déclarations de soutien fusent de partout et se font plus ou moins en grande pompe.

Le bal avait été officiellement ouvert par le parti Freedom de Lalatiana Rakotondrazafy qui avait déclaré soutenir la candidature de Andry Rajoelina. Hier, ce fut au tour du parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) de Hajo Andrianainarivelo de faire sa déclaration officielle de soutien à l’ancien président de la Transition. Le MMM roulera ainsi pour le camp orange lors des prochaines présidentielles. Hajo Andrianainarivelo avait pourtant réussi à avoir la troisième place lors de la dernière élection en 2013 avec presque 11% des votes. En ce sens, il aurait pu être l’autre alternative face aux candidats « classiques et évidents ».

Un comité de soutien à Hery Rajaonarimampianina a vu également le jour. Bien que le président de la République tarde à annoncer sa candidature, une plateforme dénommée « Voromahery » a officialisé sa création au Carlton la semaine dernière. L’objectif de cette entité, composée de personnalités politiques et d’opérateurs économiques, serait de fédérer tous ceux qui sont convaincus par le bilan et le programme du président mais qui ne souhaitent pas adhérer au HVM. Les candidats bien connus, ne sont pas les seuls à avoir du soutien. La candidature de Dama du groupe Mahaleo quant à lui est soutenue par une plateforme dénommée VoxMada.

La grande majorité des partis politiques à Madagascar se base sur la personne de leur leader et non sur une idéologie politique bien définie. A titre d’exemple, l’on connait le Malagasy Miara-miainga (MMM) et le parti de Freedom pour s’être déclaré de gauche. Toutefois, le candidat soutenu actuellement ne semble pas réellement incarner ces valeurs idéologiques. Rares sont ceux qui, avec ou sans leurs meneurs-fondateurs, tiennent une conduite politique en phase avec l’idéologie sur laquelle ils se basent au départ. Aussi, la question légitime de savoir l’intérêt et surtout le bénéfice de s’aligner de la sorte se pose. Pour des observateurs politiques aguerris, il s’agit surtout pour ces politiciens de s’assurer une place quelque part après les résultats du second tour.

48 commentaires

Vos commentaires

  • 14 août à 08:20 | Isandra (#7070)

    ARMADA, FREEDOM, AKFM, MMM, etc si je ne cite que ça, sans citer toutes les associations. Là, l’émergence de Madagascar se prépare à se mettre en route, et à rattraper le retard. Et l’espoir des Malagasy commence à se ressusciter, car le PORTEU D’ESPOiR arrive avec un programme bien ficelé, pragmatique et ambitieux.

    • 14 août à 09:02 | RAMBO (#7290) répond à Isandra

      Rien de nouveau ...Ce n’est pas étonnant c’est la Bande d’Ambodivona...il ne manque plus que Robinson et Camille Vital.
      C’est une bonne nouvelle pour Hery Rajaonarimampianina parce que le jour où notre candidat battra Rajoelina ...ces gens là iront se taire pendant quelques années et seront éloignés du pouvoir.

    • 14 août à 09:17 | Eloim (#8244) répond à Isandra

      L’ARMADA n’est autre qu’une plateforme des NOSTALGIQUES du régime de Transition à la HAT dirigé par le Gand Manitou de l’IEM. Je laisse de côté cette histoire du passé. Mais c’est l’engouement des GOURMANDS assoiffés du pouvoir et prêts à faire n’importe quoi pour soutenir de façon inconditionnelle et faire élire Rajoel, même ceux qui détestaient Rajoel durant cette période des grands malheurs du pays qui nous préoccupe davantage. Ma file d’idées va droit vers l’impact psychologique de cette manoeuvre visant déjà à manipuler les électeurs à voter pour faire revenir au pouvoir et INTRONISER ceux qui détenaient des postes de responsabilités durant cette période sombre du pays.
      Pour ceux qui sont adeptes de cette IEM, est-ce un PROGRAMME (programme de gouvernement) qui retrace le projet de société de Rajoel et ses sbires, à visée la prochaine élection présidentielle ou un Concept (idéologie ou philosophie) qui nécessite l’adhésion de tous les malgaches pour une vision commune de développement du pays ? Je crois que les adhérents de telle initiative pourrait, peut être, tomber dans le piège à tel point que ce que dit l’adage : « Ne t’enorgueillis jamais de quoi que ce soit : la fierté est la fille de l’ignorance » se révèle d’une vérité vraie !

    • 14 août à 10:22 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rambo,

      « C’est une bonne nouvelle pour Hery Rajaonarimampianina parce que le jour où notre candidat battra Rajoelina ...ces gens là iront se taire pendant quelques années et seront éloignés du pouvoir. »

      Je rectifie si par malheur. Je pense que même-vous, vous hésitez d’écrire ces phrases.

      Bien sûr, en tant que démocrate, nous nous plierons, si par malheur, les Malgaches n’adopterons pas la voie vers l’émergence.

    • 14 août à 11:19 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Isandra,

      De programme bien ficelé je n’en vois aucun. L’IEM est un oeuf de Pâques : une coquille vide ornée de belles décorations. De la part d’un lapin, quoi de plus naturel ?

      « Si par malheur les électeurs ne choisissent pas la voie de l’émergence... » vous avez déjà choisi la voie du changement en 2009, on sait ce que celà a donné en terme de regression sur tous les plans. C’est pas en changeant le nom des voies que votre train, toujours le même qu’en 2009, va rouler plus vite malgré ses prétentions de Tgv.

    • 14 août à 14:16 | komi (#10299) répond à Isandra

      Tsy ny fanantanterahana ny IEM no maha maika an’ireo olona ireo mifanohana eo fa maika hamerina ny fanjakan’ny Baroa ohatrany tamin’ny tetezamita indray. Hifampitantana samy jamba eo ireo ka hitondra antsika anaty hantsana lalina indray

    • 14 août à 14:56 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Tsisdinika,

      C’est une coquille vide pour vous, pour le moment, parce que vous n’avez pas encore su ses contenus et ses détails. Patience, Andry les publiera au moment voulu, il fait exprès de ne pas le faire, toute de suite, car certain se spécialise en plagiat,...et n’attend que ça, pour peaufiner leur programme.

      C’est la première fois après son indépendance qu’à Madagascar, il y a un candidat avant son accession au pouvoir ayant un véritable projet pour développer rapidement notre pays. Du jamais vu.

      Cette fois, ce ne sera plus, les bailleurs qui devront concevoir un programme à réaliser par nos dirigeants, mais, ce sont nos dirigeants qui proposeront un programme crédible adapté à notre situation et à nos réalités, à nos besoins à financer.

    • 14 août à 16:33 | Toutoun (#10298) répond à Isandra

      I Hajo zany olona efa manana ny maha izy azy eo @ firenena dia hivari-lavo indray ??? Tena safidinao ve io sa ve politikan’ny vola no miasa dia hihafiana alou na d ts mankaiza loatra aza ???

    • 14 août à 16:38 | rayyol (#110) répond à Isandra

      C est bien ce que je disait Il croit que le passe est garant de l avenir Il entend faire resurgir les fantômes du passe, opportuniste et profiteur, par excellence Qui se sont tous enrichi aux frais des Malgaches Qui n avait meme pas une valise avec rechange au debut et qui sont ressorti avec une fortune Et ceci sont des faits avérés et que je peux prouver pas des commérages et j en sait beaucoup plus Donc il s avere etre un paresseux opportuniste qui se l a coule belle pendant 5 ans en France avec un petit voyage a Mada par ci par la pour entretenir la flamme pendant que les Malgaches croupissait dans leur fanges Et vous appelez cela un patriote moi je manque de nom pour le qualifier Toute sa bande de bon a rien sont prêt a rempiler pour ce que sa leur coute comme effort J espère que les Malgaches sont plus intelligent que cela et ne tomberont pas dans ce grossier piège Beau Brummel avec de belle phrase vide de sens voila ce qu il est

  • 14 août à 11:12 | cool Raoul (#10042)

    BEN VOYONS .....

    demain on rase gratis LE sauveur roi de la platine hip-hop est de retour
    En fait, quelque soit le client elu par le bourrage d’urnes ou crane (au choix)

    c est blanc bonnet et bonnet blanc

    • 14 août à 11:32 | Marika (#9389) répond à cool Raoul

      Et v’lan le MMM aussi avec ra-Domelina.
      Cela fait deux personnes en plus , mince alors.
      En une semaine ra-Domelina a déjà amassé 4 voix. 2 de freedom 2 de MMM.

    • 14 août à 16:41 | Toutoun (#10298) répond à cool Raoul

      MAPAR, FREEDOM, MMM : telo toko mampiletika ny sambo !!! ny fidirana ao gratuit fa ny hivoahana ao dia gidragidra b mankahia !!!

  • 14 août à 11:39 | Jipo (#4988)

    @ L’ auteur de l’ article, il ne vous semble pas avoir occulté par le plus grand des hasard un parti & non des moindre ?
    Mais que fait donc Marc ???

    • 14 août à 11:53 | Marika (#9389) répond à Jipo

      Pardon , j’ai fait erreur.
      Il y a aussi les voix de ARMADA et AKFM pour ra-Domelina, cela fait 4 Voix encore.
      En une semaine déjà 8 voix . On est mal...très mal.

    • 14 août à 12:16 | RAMBO (#7290) répond à Jipo

      Jipo
      Votre Marc est à la traine après avoir annoncé tonitruant sa candidature dès son retour d’exil . Retour d’exil rendu possible grâce à Hery Rajaonarimampianina...Mais Marc s’est rendu compte que sa popularité s’amenuise de mois en mois et les choses se compliquent financièrement.

      Nous sommes dans la configuration du 2 nd tour de la présidentielle...toutes ces personnes qui se déclarent pour Rajoelina ne sont autre que la Bande qui jettent la peau de banane sur la route de Hery durant son mandat, il n’y a rien de surprenant sur leur ralliement avec Rajoelina.

      Mais Marc n’a pas dit son dernier mot, il réserve le meilleur pour la fin . Il va certainement faire son choix et plus d’un seront surpris.

      N’oubliez pas que certains côtiers attendent aussi les décisions du clan Ratsiraka, l’oncle et le neveu qui possèdent encore une certaine influence dans les provinces.

    • 15 août à 11:34 | Isandra (#7070) répond à Jipo

      Rambo,

      Rambo, Marc ne prendra aucune surprenante, car la bipolarisation est bel et bien en marche, l’equipe de communication de HVM joue bien les jeux.

    • 15 août à 11:35 | Isandra (#7070) répond à Jipo

      Rambo,

      Aucune décision surprenante.

  • 14 août à 13:30 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    Honnetement,
    Les Ra joel ,vallo, jaonarimampianina et autres , en nos terres démocrates ne donneraient confiance a personne
    Chacun a pu noter que les principaux candidats appartiennent tous à l’ethnie dominante et même à la minorité riche et influente de celle ci
    Cela ressemble fort à du tribalisme atavique .
    Nous connaissons tous les problèmes et les drames que ces comportement ancestraux provoquent dans la gestion des états modernes !
    En effet qu’ont à attendre les populations non issues de cette minorité ,rien bien entendu !
    Donc aucune confiance en les uns et les autres et l’avenir le confirmera de toutes les manières !

  • 14 août à 14:12 | komi (#10299)

    Tsy nanambola hilatsahana ho fidiana intsony angamba ity Hajo ity dia aleony nanohana kandidat izay mety ahazoany tombotsoa manokana tahakan’i Rajoelina. Rehefa io manko no eo @ fitondrana dia manomboka indray ny gaboraraka ka malalaka ny fanangonan-karena

  • 14 août à 14:35 | Toutoun (#10298)

    Malalaka @ safidiny ny tsirairay na ireo antoko politika samihafa @ fanohanana izay kandidà mety @ filàny ! Fa ny mahagaga fotsiny dia ireto antoko milaza fa hanohana an’i Andry Rajoelina, isan’ireo nahita faisana sy niharan’ny herisetra t@ ity lehilahy ity avokoa ny ankamaroan’izy ireo nefa mbola misolelaka miaraka aminy ihany. Mora manadino marina ve ny Malagasy sa voatakalo vola ireny ka mangina avokoa !!!!???

    • 14 août à 15:03 | Marika (#9389) répond à Toutoun

      Rambo,

      Vous essayez de vous cacher derrière ces pseudos pour tricher , mais on n’est pas dupe comme vous le croyez. Vous trichez en vous même , de votre vie , vous êtes un FAUX , comme votre Rajao.

  • 14 août à 15:20 | iarivo (#5822)

    Voilà Lalatiana Rakotondrazafy, puis Hajo Andrianainarivelo, apportant leur soutien à Andry Rajoelina pour cette prochaine élection présidentielle.

    C’est de nouveau le renforcement du front patriotique (Forces Vives) autour de Andry Rajoelina, comme en 2009, pour faire triompher les valeurs de la République, la Démocratie et l’Etat moderne libéré de tous ses entraves du passé.

    C’est le noyau dur géniteur de la Révolution Orange qui se reconstitue pour poursuivre leur oeuvre laissé inachevé suite à la posture inattendue de Hery Rajaonarimampianina dès son élection à la Présidence de la République.

    La Révolution Orange (héritière des « Hery Velona » de 1991 puis de 2002) avait trois objectifs principaux :
    1/ Neutraliser et mettre hors d’état de nuire le Président charlatan du moment, un devoir national et de salut public.
    2/ Mettre en place une nouvelle Constitution qui serait inviolable et s’imposerait ainsi à tous.
    3/ L’accession à la Présidence de la République de Andry Rajoelina comme aboutissement et remerciement de son engagement dans cette lutte patriotique.

    Les deux premiers objectifs ont été quasiment atteints même si il y a encore beaucoup de chose à améliorer.

    Le troisième objectif se réalisera lors de cette élection présidentielle et toutes les Forces Vives se regrouperont autour de Andry Rajoelina pour sa réussite.

    C’est le prix du contrat moral entre le Front patriotique et Andry Rajoelina, le respect des engagements données.

    Comme ce fut le cas pour Albert Zafy en 1992 et Marc Ravalomanana en 2002, eux-mêmes ainsi remercié dans leur engagement respectif dans la neutralisation et la mise hors d’état de nuire de Didier Ratsiraka.

    Il ne reste plus qu’aux autres leaders de cette Révolution Orange de venir apporter leur soutien à Andry Rajoelina dans cette accession à la Présidence de la République (réalisation du 3ème objectif décidé contractuellement), en l’occurrence de Norbert Lala Ratsirahonana, de Roindefo Monja, de Edgard Rakotondravahy, de Sarah Rabearisoa, de Roland Ratsiraka, de Camille Vital, etc., ...

    A eux de démontrer leur sincérité dans leur combat de 2009 pour sauver la République, ses Institutions et ses Valeurs, ou alors que ce n’était pour eux qu’un moyen pour conquérir le pouvoir.

    • 14 août à 16:49 | rayyol (#110) répond à iarivo

      Revolution qui n en était pas une au debut Et que l opportunisme aidant et le vacuum cree lui ont permit d accéder a un pouvoir qu il ne voulait pas au debut Ravalo était tellement zero Qu il n y avait aucune relève sauf un grand vide Que Andry a combler par opportunisme Pas par desir ni volonte reelle mais simplement opportunité Et voila l histoire s est ecrite avec un nul plus que nul

    • 14 août à 16:53 | rayyol (#110) répond à iarivo

      Et si celui ci est elu Alors il n y a plus aucun espoir Les Malgaches sont pires plus nul que tout ce que j aurait pu imaginer Retour case — que Zero

    • 14 août à 16:57 | rayyol (#110) répond à iarivo

      Patriote 3 a 4 fois en 5 ans Ce sont ses visites a Madagascar Et cest ce que l on appelle patriotisme Je n ai jamais rien entendu d aussi nul de ma vie Vous n avez jamais vu cela un patriote moi si Ce n est meme pas comparable en aucune facon si vous saviez Mais justement comment pouvez vous savoir avec vos visières

    • 14 août à 17:41 | sasa (#10303) répond à iarivo

      amiko ,rehefa hita fa tsy azo antoka dia tokony tsy ho tohanana, raha verenana jerena ireo zava-bitan’i Rajoelina teto amin’ny firenena dia tokony tsy ho tohanana intsony izy satria izy no nitondra ny krizy teto.

    • 15 août à 11:43 | Isandra (#7070) répond à iarivo

      Iarivo,

      Rien à ajouter Iarivo. Merci !

  • 14 août à 15:24 | Tsix (#10296)

    Ny mpanohina tsy maintsy misy foana, tsapany mantsy fa raha izy no mirotsaka dia mety tsy hisy hifidy mihintsy na izy tenany ary. Aleony mamandrika toerana. Saingy diso safidy ihany ireto farany satria kandida tsy ho lany no tohanany, kandida mbola tanora loatra ka manaotao foana.

  • 14 août à 15:29 | tsirah (#10314)

    Na hanohana an’i IEM daoly ary anie ny antoko politika rehtra tsy midika izany hoe hifidy azy ny malagasy eee !!!! hafaka misafidy izay tiany ho tohanana ny mpanao politika fa eo amin’ny latsabato ihany no hanamarinana ny maro anisa eee !!!! Ny malagasy akory tsy adala ka mbola andeha hifidy olona mpanao ratsy sy namosavy ity firenena ity

  • 14 août à 15:35 | Ibalitakely (#9342)

    Efa nanomboka tany @ 2009 no nandrenesana izany hoe tgv-udrc-mapar-hvm-ary madama-alliance Ambodinona izany, fa i Alexis ihany hono no Kotozafy. Ny 2013 anie firy na ny mody nilatsaka na ny nanohana foza fa ny diam-poza dia diam-poza eny ihany, niara-nihina rahateo, & tsy ho atao mahagaga atsy ho atsy raha hisy milaza hoe tsy nilatsaka ny foza 2 fa hanohana ny foza 1.

    • 14 août à 15:57 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Dia nanofy aho hoe raha izao hono Ra8 no manambara ny tsy hilatsaka, na izy na ramatoa, fa hanolotra & hanohana an’i BOTOZAZA Pierrot na NAIKA Éliane na RAZAFIMANANTSOA Hanitra ohatra, ka betsaka ny hangery am-pataloha.

  • 14 août à 15:43 | iarivo (#5822)

    Depuis plusieurs jours (si ce n’est pas plusieurs semaines), Marc Ravalomanana est inscrit aux abonnés absents !!!

    Il faut comprendre que, pour la majorité des acteurs du monde politique et de la société civile, Marc Ravalomanana est totalement indésirable dans la sphère politique, et dans une moindre mesure dans la sphère économique, suite à ses aventures désastreuses à la Présidence de la République.

    Si il y a risque d’une nouvelle crise à Madagascar, elle ne pourra l’être QUE par une éventuelle candidature à la présidentielle de l’ancien Président de la République.

    Après 15 années de dictature sanguinaire, Didier Ratsiraka a été écarté du pouvoir politique par la force et tout à été fait pour qu’il ne revient plus sur la scène politique, que ce soit en 1992, en 2002 et en 2009.

    Il en est de même pour Marc Ravalomanana qui en est parfaitement conscient, et son silence actuel pourrait s’expliquer par une éventuelle négociation en cours entre lui et l’opposition politique malagasy (les Forces Vives Patriotiques) qui l’inviterait à quitter DEFINITIVEMENT la scène politique (lui et sa famille) en échange du versement d’une indemnisation pour dédommagement des dégâts subis par son groupe Tiko.

    Et comme pour lui l’argent n’a pas d’odeur ...

    Dans tout les cas, il est préférable de réélire pour 5 nouvelles années Hery Rajaonarimampianina plutôt que de voir revenir au pouvoir Marc Ravalomanana ou un de ses pions.

    • 14 août à 16:59 | rayyol (#110) répond à iarivo

      ou Rajoalina c est ce que vous voulez dire

  • 14 août à 16:17 | sasa (#10303)

    rehefa akaiky fifidianana toy izao, ireo fa mifandrobaka mitady seza daholo ireo antoko politika samihafa, ny MMM hanohana ny IEM, toy izany koa FREEDOM, ARMADA, fa ny fanotaniana mipetraka dia hoe inona no nahatonga azy ireo hanohana an’i Rajoelina, kanefa diso safidy izy ireo nanohana an’i Rajoelina satria olona tsy hatokisan’ny vahoaka intsony no tohanan’izy ireo.

    • 14 août à 16:33 | donia (#10353) répond à sasa

      izany eo ihany fa i Rajoelina fetsy raha ny tena marina. Raha fahaizana mametsy dia tena manana diplaoma ambony ny amin’izany izy, tsy hay hifaninana. Ry Rajoelina le hoe « kristianina sandoka ka mivoaka alina mamosavy »

  • 14 août à 16:22 | donia (#10353)

    Aleo hanohana an’i Rajoelina izay antoko te hanohana azy fa ny vahoaka tsy ho azony amin’izany ! Ny vahoaka ihany anie no tompon’ny teny farany eh.

  • 14 août à 16:28 | donia (#10353)

    Dia faly ery koa ny FOZA amin’izao fa be mpanohana nefa ny mpanohitra azy tsy hitany akory !

  • 14 août à 16:30 | Nomena (#10351)

    Ny mahagaga dia ilay olona izay anisan’ny nampidi-doza ny firenena no tohanan’ny adalan-tseza ireto, porofo izao fa tsy misy fitiavan-tanindrazana na ny silaka hoho aza. Aleo ny vahoaka no itsara ny tantara .

  • 14 août à 16:38 | donia (#10353)

    Le antoko mpanohana koa anie no vendrana eh,efa fantatra fa olona fetsy tsy mena mivadika dia mbola sahy misolelaka azy ihany. « Kristianina alahady ; alatsinainy mangalatra akoho » i Rajoelina ka aleo tsy mametraka toky aminy mba tsy hisian’ny fahadisoam-panantenana.

  • 14 août à 16:44 | tojo (#10300)

    Maro amin’ireo manohana ireo anie no miandry tatireraka fotsiny ee. Tsy misy irarainy izay mety ahasoa ny firenena izany fa ze ahazoany tombony iany no kendreny.

  • 14 août à 17:01 | rayyol (#110)

    Mon avis Hery ou nimporte qui d autres que le danseur de ces dames ou le voleur de poule

  • 15 août à 23:49 | iarivo (#5822)

    rayyol (#110),

    Pour pouvoir effectuer une analyse objective, constructive et réaliste de la situation à Madagascar sur ces 60 dernières années, il faut dépasser cette mauvaise habitude à vouloir tout faire porter les responsabilités sur des individus, des personnes spécifiques.

    Chaque fois qu’il y a une crise, un problème, et même des réussites, c’est à cause de telle ou telle personne, ou bien c’est grâce à telle autre personne.

    Cela s’appelle du « PATERNALISME » !!!

    Et notre concept du « RAY AMAN-DRENY » n’est rien d’autre que du « PATERNALISME », purement et simplement !!!

    Il nous faut dépasser ce stade et monter à un niveau plus élevé, celui de la responsabilité collective, et pour cela il nous faudra nous occidentaliser, adopter la pensée occidentale et mettre définitivement dans nos placards nos ressentiments, nos rancunes personnelles.

    >>>

  • 15 août à 23:51 | iarivo (#5822)

    >>>

    Après la prise du pouvoir par Didier RATSIRAKA en 1976 et sa volonté d’instaurer à Madagascar un régime totalitaire, despotique, matérialiste et à pensée unique (la Charte de la Révolution Socialiste Malagasy et son Boky Mena, l’AREMA et le FNDR, le culte de la personnalité et autres « mitabe », tout cela dans le cadre de la Repoblika Demokratika Malagasy et son centralisme démocratique), une Coalition d’opposition s’était rapidement constitué.

    Cette Coalition sera composé d’hommes et de femmes politiques, d’opérateurs économiques et de personnalités de la société civile, une Coalition hétéroclite rendu possible grâce à l’impulsion de la FFKM quasiment créé pour la circonstance par l’Église catholique.

    L’objectif de cette Coalition était de mettre un terme à cette expérience désastreuse du socialisme à la malagasy et au despotisme que cette dernière avait engendré, pour la remplacer par un État qui soit diamétralement l’opposé à celui qu’avait été la R.D.M.
    Despotisme >>> Régime parlementaire.
    Centralisme démocratique >>> Décentralisation de l’administration par la régionalisation.

    Il a fallu près de 15 ans à cette Coalition pour se préparer, s’organiser et mettre un terme à ce régime despotique que représentait celui de Didier RATSIRAKA, et pour mettre en œuvre toutes ces opérations il fallait pour cela désigner un leader « charismatique » qui puisse faire le plus grand rassemblement possible autour de son nom, de sa personne.

    Cette personne ne fut autre que Albert ZAFY, choisi et désigné par la Coalition pour deux raisons principales :
    - c’était un homme issu de la province comme Didier RATSIRAKA,
    - il a été membre du Gouvernement du Général Gabriel RAMANANTSOA, donc la Coalition pouvait lui faire confiance sur son honnêteté, son engagement et ses compétences.

    J’ai bien écris un leader « charismatique » car Albert ZAFY n’avait quasiment aucun pouvoir, celui-ci étant aux mains de la Coalition, son rôle étant de rassembler le plus grand nombre d’opposants autour de son nom et de sa personne (Père de la Démocratie).

    En échange de son engagement en tant que leader charismatique, Albert ZAFY aurait pour récompense (ou rémunération) le titre et la fonction de Président de la République dans le cadre de la nouvelle Constitution de 1992.

    C’était le contrat, l’engagement moral qui le liait à la Coalition (les Hery Velona)

    Dans la IIIe République, le Président de la République n’avait quasiment qu’une fonction symbolique sans véritable pouvoir ou autorité, par opposition à ce que cela avait été sous la IIe République, une volonté de la Coalition.

    Le pouvoir politique était entre les mains du Premier Ministre, ce dernier étant désigné par l’Assemblée nationale auprès de laquelle il était responsable et devait rendre des comptes.

    Albert ZAFY n’aurait donc pas respecté son contrat, son engagement moral, en entrant en conflit avec le Premier Ministre d’alors, Francisque RAVONY, et fut ainsi destitué par l’Assemblée nationale déçue par sa posture et ses agissements.

    Cette destitution va avoir pour conséquence le retour de Didier RATSIRAKA à la tête de l’État malagasy, une situation que la Coalition n’aurait ni prévu ni voulu après 15 années de dictature et de despotisme.

    Il fallait donc trouver un nouveau leader « charismatique » pour s’opposer de nouveau à Didier RATSIRAKA afin de l’évincer de la Présidence de la République, et ce leader choisi et désigné par la Coalition sera Marc RAVALOMANANA, dans les mêmes conditions que son prédécesseur Albert ZAFY.

    Mais au bout de quelques années à la tête de l’État malagasy, Marc RAVALOMANANA va lui aussi décevoir et trahir ses pairs de la Coalition, tout particulièrement après les élections de 2006 et le référendum qui va suivre et qui n’en est que la concrétisation de cette trahison.

    .../...

  • 15 août à 23:53 | iarivo (#5822)

    .../...

    La Coalition se verra donc, une nouvelle fois, obligé de choisir et désigner un autre leader « charismatique » en la personne de Andry RAJOELINA avec les mêmes conditions et engagements qu’il y avait avec ses prédécesseurs, Albert ZAFY et Marc RAVALOMANANA.

    Pour réussir son contrat et ses engagements, Andry RAJOELINA sera, lui aussi, obligé de former la plus large opposition politique pour neutraliser et démettre le Président de la République en question, et pour cela va entrainer avec lui, dans un même combat, des frères ennemis que sont Didier RATSIRAKA et Albert ZAFY ainsi que beaucoup d’autres, des personnes voulant prendre leur revanche.

    Ce sera donc véritablement une opposition hétéroclite, et donc instable, qui sera ainsi constitué et mise en place, provoquant par la suite des conflits et des divisions internes après la démission de Marc RAVALOMANANA, chacun voulant avoir sa part du gâteau.

    Cette situation va compliqué le retour rapide à la normale des Institutions et de la vie socio-politique, d’autant plus que Marc RAVALOMANANA avait pu constituer, depuis son apparition sur la scène politique malagasy en 1997 (à la demande de la Coalition), un mouvement populaire largement fanatisé sur sa personne que sont les Zanak’i Dada, ces derniers menant une campagne de propagande à Madagascar et de par le monde pour chercher à diaboliser le régime de la HAT auprès des organisations internationales.

    Cette campagne de diabolisation va quasiment aboutir à la mise en quarantaine de Madagascar, véritable cause de cette crise socio-économique que va subir le pays durant ces 5 années de transition.

    Le seul objectif, le seul but, la seule raison des actions aboutissant aux évènements de 2009 avaient été de neutraliser et mettre hors d’état de nuire un Président de la République qui aurait chercher à s’accaparer et monopoliser le pouvoir politique et économique à Madagascar donc au détriment de son opposition politique et de ses concurrents économiques.

    >>> Rappelez-vous bien, c’était aussi les mêmes raisons qui avaient justifié les actions contre le régime despotique de Didier RATSIRAKA et qui avaient abouti aux évènements de 1991.

    Pourquoi alors voulez-vous que ceux et celles qui avaient combattu un régime totalitaire en 1991 accepteraient-ils aujourd’hui, maintenant, qu’une autre personne vient tout remettre en question en restaurant DE NOUVEAU un régime totalitaire tourné autour de sa personne et de son groupe économique ???

    En 2013, Andry RAJOELINA n’a pas pu honorer en totalité son contrat, son engagement moral pour les raisons citées plus haut, ces élections lui permettra à parachever son travail en accédant à la magistrature suprême comme l’avaient fait ses prédécesseurs Albert ZAFY et Marc RAVALOMANANA en leur temps.

    Pour ce qu’ils ont fait durant leur mandat présidentiel respectif, Didier RATSIRAKA (1976 à 1992) et Marc RAVALOMANANA (2006 à 2009) sont devenu indésirable sur la scène politique malagasy, et leur éventuel retour serait probablement la source d’une nouvelle crise socio-politique.

    À moins d’être un masochiste, pouvons-nous accepter que ceux qui ont été en quelque sorte notre « bourreau » pendant plusieurs années puisse revenir un jour aux commandes suprêmes de l’État malagasy au risque de nous faire subir de nouveau leurs abus en mettant ainsi en danger nos personnes et nos biens (en plus de notre dignité) ???

    >>>>

    Tout ce développement pour bien faire comprendre que derrière ces diverses personnalités qui ont été au-devant de la scène politique durant toutes ces crises (1991/2002/2009), il y avait surtout une volonté collective bien déterminé de mettre en place à Madagascar des Institutions républicaines, démocratiques et laïques MODERNES, FIABLES, FORTES, CREDIBLES, CONSENSUELLES, INCLUSIVES.

    Au risque de mettre en danger leur propre vie personnelle, privée et familiale, des hommes et des femmes malagasy dans le cadre d’une Coalition) ont accepté d’agir et de réagir, plus ou moins dans la discrétion, pour que Madagascar puisse enfin connaitre un autre destin que celui du despotisme et de l’obscurantisme avec tout ce que cela entraine de privation de liberté (dans tous les domaines), de dignité et de civisme.

    Ils méritent bien notre gratitude, et nous devons en être fier de leur engagement envers le pays et la nation.

    Plutôt que de nous attarder à dénigrer avec obsession des individus pour ce qu’ils auraient pu faire ou ne pas faire, ce qui relève de l’infantilisme et de l’irresponsabilité !

    - - - Pour conclure, cette citation de Eleanor ROOSEVELT.
    Les grands esprits discutent des idées ;
    les esprits moyens discutent des évènements ;
    les petits esprits discutent des gens.

  • 16 août à 08:20 | lysnorine (#9752)

    Re : iarivo 15 août à 23:53

    « pouvons-nous accepter que ceux qui ont été en quelque sorte notre « bourreau » pendant plusieurs années puisse revenir un jour aux commandes suprêmes de l’État malagasy au risque de nous faire subir de nouveau leurs abus en mettant ainsi en danger nos personnes et nos biens (en plus de notre dignité) ??? »

    C’est sans aucun doute INACCEPTABLE pour quiconque est doté d’un bon sens.

    Mais la question cruciale qui DEVRAIT d’abord être posée, en premier lieu, est la suivante :

    QUI a été effectivement le « bourreau » de QUI « pendant plusieurs années » après le COUP D’ÉTAT du 18 mars 2009 ?

    Le rapport du département d’état américain de 2013 sur les DROITS DE L’HOMME à Madagascar livre des informations qui suffisent amplement pour y répondre correctement.

    En voici quelques extraits :

    MADAGASCAR 2013 HUMAN RIGHTS REPORT
    https://www.state.gov/documents/organization/220342.pdf
    Country Reports on Human Rights Practices for 2013
    United States Department of State • Bureau of Democracy, Human Rights and Labor

    EXECUTIVE SUMMARY
    ’’ [...] an UNELECTED and ILLEGAL civilian REGIME headed by de facto president Andry Rajoelina assumed power in a 2009 COUP with MILITARY support.

    The most important HUMAN RIGHTS ABUSES included the INABILITY of the transitional government TO PROVIDE RULE OF LAW, which resulted in SECURITY FORCE ABUSES, including unlawful killings, and mob violence.

    Other human rights problems included harsh and life-threatening prison conditions ; lengthy pretrial detention ; an INEFFICIENT JUDICIARY THAT LACKED INDEPENDENCE ; intimidation of journalists ; RESTRICTIONS ON FREEDOMS of speech, press, and assembly ; official corruption and impunity ; [...].

    The de facto regime did not take steps to prosecute or punish officials who committed abuses and IMPUNITY REMAINED A PROBLEM.

    Section 1. Respect for the Integrity of the Person, Including Freedom from :

    a. ARBITRARY OR UNLAWFUL DEPRIVATION OF LIFE

    There were numerous reports that SECURITY FORCES CONTINUED TO COMMIT ARBITRARY or UNLAWFUL KILLINGS, both while in pursuit and during arrest.[...] Although no official statistics were available, media reported that during the year security forces shot and killed at least 260 criminal suspects, compared with an estimated 100 in 2012.[...]

    Despite calls by Amnesty International, the international community, and de facto prime minister of consensus Omer Beriziky for an independent investigation into allegations from 2012 of HUMAN RIGHTS ABUSES DURING MILITARY INTERVENTIONS AGAINST CATTLE RUSTLERS IN THE SOUTH , no such investigation was conducted. Similarly, authorities did not release results from a 2012 internal investigation into ABUSES COMMITTED BY THE SPECIAL INTERVENTION FORCE (FIS) during the military’s Operation TANDROKA , launched in response to a surge in cattle thefts in the south. While the FIS conducted no further official military operations in the south, reports continued throughout the year of both killings by presumed thieves and large-scale EXTRAJUDICIAL KILLINGS PERPETRATED BY LAW ENFORCEMENT OFFICERS against alleged cattle rustlers. [...]

    c. Torture and Other Cruel, Inhuman, or Degrading Treatment or Punishment

    [...] No action was taken against JAO JEAN, a member of the DE FACTO PARLIAMENT arrested in 2011 on charges of KIDNAPPING and RAPING a 16-year-old girl. In 2012 the appeals court of Mahajanga ordered his release on bail. Jao Jean was permitted to run as a candidate in the December 20 legislative elections and had not been tried by year’s end. [...]

    (Hotohizana)

    • 16 août à 08:29 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Re : 15 août à 23:53 | iarivo, « QUI a été effectivement le ’’bourreau’’ de QUI ’’pendant plusieurs années’’ après le COUP D’ÉTAT du 18 mars 2009 ?
      ’’MADAGASCAR 2013 HUMAN RIGHTS REPORT’’

      Tohiny

      Role of the Police and Security Apparatus
      [...]
      Security forces were INEFFECTIVE and CORRUPT. There was no systematic mechanism for investigating security force abuses, and impunity was a problem. [...]

      Arrest Procedures and Treatment of Detainees

      Although the law requires that authorities obtain arrest warrants in all cases except those involving hot pursuit, authorities often DETAINED and JAILED persons based on ACCUSATIONS or POLITICAL AFFILIATION. The law mandates that authorities CHARGE or RELEASE criminal SUSPECTS WITHIN 48 HOURS of arrest, although authorities OFTEN DETAINED for significantly LONGER PERIODS BEFORE charging or releasing them.

      [...] ARBITRARY ARREST :

      Arbitrary arrest occurred. MEMBERS of political parties OPPOSED TO THE DE FACTO PRESIDENCY were subject to arbitrary arrest. Authorities arrested and detained a number of politicians for ALLEGEDLY PLANNING VIOLENCE DURING PUBLIC DEMONSTRATIONS and strikes. Dissidents on trial were often denied due process, as the DE FACTO REGIME PROLONGED INCARCERATION OF SUSPECTS FOR WEEKS WITHOUT PRESSING CHARGES AND CONTINUALLY POSTPONED HEARINGS WHILE DENYING BAIL. For example, on July 23, security forces arrested LAZA RAZAFIARISON, presidential candidate and secretary general of an opposition party, for his role in leading political protests in Antananarivo calling for elections and the resignation of de facto President Andry Rajoelina. Razafiarison and seven of his supporters were charged with organizing unauthorized public meetings, disturbing public order, and INSULTING SECURITY FORCES. On July 29, the accused were sentenced to two months in jail, which was then suspended.

      Pretrial Detention : The Ministry of Justice reported that approximately 53 percent
      of the prison population was in pretrial detention [...]. Many detainees spent LONGER IN INVESTIGATIVE DETENTION THAN they would have spent INCARCERETED following a MAXIMUM SENTENCE for the charges faced.

      e. DENIAL OF FAIR PUBLIC TRIAL

      Although the constitution and law provide for an independent judiciary, the JUDICIARY was susceptible to EXECUTIVE INFLUENCE at all levels, and CORRUPTION remained a serious problem. The problem WORSENED UNDER DE FACTO AUTHORITIES, and INTIMIDATION surrounded several major judicial decisions since 2009. The absence of any legitimate legislative body permitted the de facto regime effectively to rule by decree, with no check on executive power. DE FACTO MINISTER OF JUSTICE Razanamahasoa reportedly INTERFERED in high-profile judicial decisions throughout the year, and there were instances where the OUTCOME of trials appeared PREDETERMINED. Court orders were not always respected or enforced. [...]

      Trial Procedures
      The law provides for a PRESUMPTION OF INNOCENCE, but this was often IGNORED.[...] in a number of high-profile cases, defendants were DENIED THE RIGHT TO CONFRONT WITNESSES, and the court failed to inform the accused of trial and judgment dates.[...]

      Attorneys have access to government-held evidence, but this right does not extend to defendants without attorneys.

      Political Prisoners and Detainees

      In 2012 local human rights activists identified 35 individuals who remained in detention as “political prisoners” for ALLEGED PARTICIPATION IN PLOTS AGAINST THE DE FACTO REGIME, some dating back to 2009. Since then some detainees were reportedly released, acquitted, or granted amnesty, and it was unclear how many remained in prison. The majority of the remaining prisoners were military officers, some of whom remained in prison even after being granted amnesty due to administrative interference by the de facto minister of justice.[...]
      (Hofaranana)

    • 16 août à 08:42 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Re : 15 août à 23:53 | iarivo, « QUI a été effectivement le ’’bourreau’’ de QUI ’’pendant plusieurs années’’ après le COUP D’ÉTAT du 18 mars 2009 ?
      ’’MADAGASCAR 2013 HUMAN RIGHTS REPORT’’
      (Tohiny sady farany)

      b. FREEDOM OF PEACEFUL ASSEMBLY reedom and Association
      Freedom of Assembly
      [...]
      De facto regime officials and security forces REGULARLY IMPEDED OPPOSITION GATHERINGS throughout the country. NGOs reported an unofficial STANDING ORDER from authorities to continue DENYING THE AUTHORIZATION of any political demonstrations or strikes and to intimidate any group that attempted to apply for such authorization.

      Security forces REPRESSED DEMONSTRATIONS BY OPPOSITION leaders and students through use of TEAR GAS, FIREARMS, and other violence. De facto authorities caused injuries to protesters and arrested their leaders, although NO ACTION AGAINST PROGOVERNMENT PROTESTORS. On July 23, for example, security forces in Antananarivo used tear gas to disperse demonstrators calling for elections and Rajoelina’s resignation. [...].By contrast, security forces did not interfere with a May 22 demonstration against UN and EU officials, which followed COMMERCIALS on state-owned television CALLING FOR DEMONSTATORS to protest the “international community’s interference in Malagasy internal affairs.”[...]

      Section 4. CORRUPTION and Lack of Transparency in Government

      The law provides criminal penalties for official corruption, but the de facto regime did not implement the law effectively, and OFFICIALS ENGAGED IN CORRUPT PRACTICES WITH IMPUNITY. Corruption was pervasive AT ALL LEVELS OF GOVERNMENT [...]

      High-ranking members of the de facto regime made several efforts to EXTORT international and domestic industries FOR PERSONAL PROFIT by threatening to withhold operating permits and harassing management.[...]

      CORRUPTION IN THE POLICE AND GENDARMERIE WAS A PROBLEM. On August 28, the office of the commander of the gendarmerie issued a communique noting that a number of gendarmes had been sanctioned for corruption.

      CORRUPTION ALSO OCCURRED IN THE JUDICIARY AND PROSECUTORS DEMANDED BRIBES TO RELEASE DEFENDANTS. For example, on May 6, security forces in Mananara arrested members of a mob that raided the offices of the state-run electricity provider to protest frequent power outages. One outage reportedly caused the death of a female patient undergoing surgery at the local hospital. Local authorities charged the individuals with disrupting public order and destruction of property. The local prosecutor allegedly demanded bribes to release the detainees, and those who could not pay remained in prison for several weeks before being freed on bail.[...]

      The GENERAL ABSENCE OF RULE OF LAW created a permissive environment for ILLEGAL LOGGING and the EXPORT OF RARE HARDWOODS, primarily from the northern forests. International and domestic NGOs alleged that HIGH-LEVEL CORRUPTION– with involvement ranging FROM LOCAL SECURITY FORCES TO THE DE FACTO NATIONAL GOVERNEMENT – permitted the illegal cutting and export of ROSEWOOD and EBONY TREES, along with rare wildlife protected under the Convention on International Trade in Endangered Species (CITES). In October DE FACTO PRESIDENT RAJOELINE SOUGHT TO SELL ROSEWOOD IN CONTRAVENTION OF CITES RESTRICTIONS for the stated purpose of generating revenue to support the security services during national elections. [...]

      Financial Disclosure :

      REGULAR INCOME AND ASSET DECLARATION IS REQUIRED by decree for individuals in the following positions : the prime minister and other government ministers, senators and elected representatives ; members of the High Constitutional Court ; provincial governors, chiefs of regions, and mayors ; magistrates ; civil servants holding official positions of or equivalent to ministry director and above ; inspectors of land titling, treasury, tax, and finances ; military officers at the company level and above ; inspectors from the State General Inspection, from the Army’s General Inspection, and from the National Gendarmerie’s General Inspection ; and anyone serving as a judicial police officer. These financial declarations are REQUIRED NO LATER THAN THREE MONTHS AFTER THE NOMINATION OR ELECTION AND MUST BE RENEWED ANNUALLY. The requirement ALSO APPLIED TO SPOUSES AND CHILDREN. Nevertheless, some members of the transitional legislature, who were appointed and not elected, claimed exemption from these requirements. Financial declarations were confidential, and BIANCO DOES NOT PUBLISH THE NAMES OF PERSONS WHOI FAILED TO MAKE A DECLARATION [...]. There was no indication that authorities applied sanctions for noncompliance [...].

      Ohatra iray fotsiny io rapaoron’ny governemanta amerikanina io fa mbola misy hafa koa avy amina fikambanana tsy miankina amina fanjakana manao tatitra tahaka azy momba ny fanosihosena ny zon’olombelona teto Madagasikara nandritra ny fitondran’ny mpanongam-panjakana tamin’ny 18 Martsa 2009.

  • 16 août à 09:23 | Toutoun (#10298)

    Hita @zao ireo mpanao politika mpivadika palitao rehefa misy tian’izy ireo ho azo manokana ! Tandremo ary sao dia kaikerin’ny amboa kely tiana dia avy eo hisarangotra any @ hafa indray ! heheheeiinnn !!!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 440