Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 13 décembre 2018
Antananarivo | 08h09
 

Coopération

Coopération Union européenne - Madagascar

Premier décaissement des fonds au plus tard fin 2014

mardi 20 mai 2014
JPEG - 29.6 ko
M. Andris Piebalgs, Commissaire de l’Union européenne en charge du développement.

Le Conseil de l’Union européenne (UE) a décidé ce lundi 19 mai 2014, d’abroger la décision qu’il avait prise en 2010 à l’encontre de Madagascar au titre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou ; il a par la même occasion décidé de reprendre complètement la coopération au développement avec Madagascar. Une nouvelle ère de coopération s’ouvre, déclare Catherine Ashton, Haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. Le Commissaire de l’Union en charge du développement, Andris Piebalgs, pour sa part, se réjouit à la perspective de se rendre à Madagascar vers le milieu du mois de juin prochain pour faire démarrer les travaux de programmation de l’affectation de l’aide européenne. Il ajoute : « La décision d’aujourd’hui montre que l’UE est déterminée à soutenir Madagascar sur la voie de la prospérité et de la stabilité, ainsi qu’à aider les personnes les plus vulnérables du pays, qui ont le plus grand besoin d’une assistance, à sortir de la pauvreté. »

En tout cas, l’aide au développement au titre du 11è Fonds européen de développement (FED) fait quelque 455 millions d’euros pour la période 2014-2020. La programmation de cette aide non remboursable s’effectuera dans le cadre du dialogue politique entre les deux entités. Le premier décaissement interviendra vers le mois d’octobre 2014 au plus tôt sinon avant la fin de l’année en cours. Il correspond à la première tranche qui fait un peu moins de 100 millions d’euros et qui sera déclinée en trois grands volets : la bonne gouvernance politique et économique (78 millions d’euros) avec une somme consacrée exclusivement à l’administration (17 millions d’euros) ; l’agriculture et le monde rural et les infrastructures (routes et pistes et ponts) ; et enfin le développement du secteur privé.

D’après l’ambassadeur de l’UE à Madagascar, Leonidas Tezapsidis, ce portefeuille est susceptible d’augmentation en fonction des résultats des revues à mi-parcours ou de fin de parcours.

Il est à rappeler que la coopération au développement de l’UE avec Madagascar était officiellement suspendue depuis juin 2010, date à laquelle le Conseil avait pris les mesures appropriées prévues par les accords de Cotonou, à la suite de la prise de pouvoir par la force intervenue dans le pays le 17 mars 2009, en violation flagrante, selon l’UE, de la démocratie et de l’État de droit. L’aide humanitaire et le soutien direct à la population n’ont pas été affectés par le gel de la coopération.

Recueilli par Bill

13 commentaires

Vos commentaires

  • 20 mai 2014 à 09:48 | Rakotozafy (#1655)

    Ce qui veut dire que ces aides ne rentrent pas dans la croissance de 2013.

    En tout cas la CI considère que HVM est le Président de tous les Malgaches, contrairement à ce que pense le journaleux de Madapont qui veut qu’il favorise les membres du MAPAR et des partisans du DJ, il le considère comme un dictateur alors que ses editoriaux ne peuvent pas être commentés, c’est ce genre d’attitude qui est dictatorial

  • 20 mai 2014 à 09:50 | meloky (#637)

    De toute facon, nous, les peuples, ne voudraient pas savoir aucunes detailles !

    Mais sont vraiment interesses par la bonne utilisation et sans faille, de ce fond de developpement come il faut.

    Nous faisons un Grand appel au President et au gouvernement :

    « La premiere chose, c’est la construction des trois ceintures de routes nationales de la grande Ile ».

    Que cet souhait doit etre bien considere, SVP !!!

  • 20 mai 2014 à 09:59 | RASOA (#2016)

    Alors, content...

    Rappelez-vous, pendant les premiers mois de l’euphorie du putsch, nos politi« chiens » accompagné de la bande armée malagasy et autres vautours disaient que Madagascar était suffisamment riche pour ne plus avoir besoin des autres pays. Madagascar pouvait se suffire à lui-même, on n’avait besoin de reconnaissance de personne ( sauf des libyens et autres princes arabique...). Ou en sommes nous aujourd’hui ; ; ; ;, au même stade que depuis 50 ans, toujours un « état mendiant » grâce à qui à nos polit« chiens ». Et l’autre là,une fois que la population Malgache est bien dans le caca pour les décennies à venir il s’est réfugié dans son palais d’Ambatobe.
    ....Vive la dévolution orange mécanique.....

    Saviez-vous que la Corée du Sud en 1950 a refusé l’aide financière de l’extérieur pour son développement, ou en est-il aujourd’hui.....Un des états les plus avancé du monde. Question de patriotisme et de mentalité....Les Coréens n’ont pas voulu vendre leur pays et leurs âmes...

    Donc compter perpétuellement sur les autres pour son développement c’est d’accepter de vivre et d’être considéré comme des mendiants et des incapables. Je pense qu’il y a une grande part de vérité.....

    Madagascar et les pays africains sont biberonnés depuis des décennies par des aides de tout part, dans quel état sont leur population d’aujourd’hui, dans un état pire que quand ils étaient colonisés ( les jeunes meurent en mer pour émigrer en Europe, les jeunes filles malgaches se vendent comme esclave dans les pays du golf, ou épousent des vieux épaves européens pour nourrir la famille...) belle réussite de nos dirigeants....

    Dans nos pays pour s’en sortir il faut : être un trafiquant, occuper un poste à haut pouvoir de corruption, faire de la politique..... je n’en vois pas d’autres

    Et vous ?

    • 20 mai 2014 à 15:06 | leclercq (#4410) répond à RASOA

      Et l’autre abruti de service qui n’arrête pas de clamer haut et fort « MADAGASCAR AUX MALGACHES » et que l’on peut faire mieux que « MANDELA » etc etc !! pour enfin conclure avec un "POINT BARRE !!!! j’ose parier qu’il se reconnait et sans attendre et se manifestera aussitôt après lecture de ce post .

    • 20 mai 2014 à 16:38 | Jipo (#4988) répond à leclercq

      Apparemment les coups de lattes et allé/retour commencent à porter leurs fruits, moimoi-zeuzeu a disparu, le reste plus lentement mais il y a une nette modération, bien que chassez le naturel il revient toujours au galop .
      le longtarin de service, concierge à ses heures, et technicien de surface aux autres , bois le bouillon chaque jour qui passe, ne lui reste plus que quelques copiés/ collés comme argumentaire, pour étayer ses monologues .contrairement au changement qui est : maintenant...
      la mythomanie comme l’ autosuffisance ont toujours été .

    • 21 mai 2014 à 09:10 | mandrozeza (#5123) répond à RASOA

      Je comprends votre colère mais il arrive que l’on récolte ce que l’on sème.

      Dans le cas de Madagascar, la dégringolade a commencé avec un amiral admiré des malgaches ...
      et une sortie tonitruante de la zone franc.

      C’est vieux (plus de trente ans) mais rassurez-vous, un moment ou un autre, il y aura un retournement de situation. Souhaitons qu’il arrive avant la fin de ce siècle.

  • 20 mai 2014 à 10:01 | harmelle (#5862)

    Pas fini de m’entendre grogner hein ....car si je veux bien à 200 % aider les populations en détresse au travers de mes impots Européens , il est hors de question que je regarde benoîtement des troupeaux de représentants de commerce , de bidasses , de malfaiteurs , boire du champagne , rouler en limousine de luxe , se déplacer avec des escortes plus conséquentes que celles d’un président Européen , faire le tour du monde en Jet privé ....alors que l’on met 3 heures et demie de voiture pour faire 50 kms dans la boue .....Oui je vais râler .....

    • 20 mai 2014 à 11:08 | Paulo Il leone (#6618) répond à harmelle

      Une fois que l’aide est décaissée il n’y a aucun moyen de « suivi » ou de vérification fiable !
      L’aide extérieure c’est ni plus ni moins que de la gabegie organisée et orchestrée « en amont » et qui ne profite qu’à ceux qui n’en ont pas besoin !
      De toute façon, les pays « donateurs » s’en foutent royalement : ce n’est pas leur argent, c’est celui de leurs contribuables, « taillables et corvéables à merci » !

    • 20 mai 2014 à 16:40 | Jipo (#4988) répond à Paulo Il leone

      Vraiment désolé de ça, mais vous avez hélas : tout à fait raison.

  • 20 mai 2014 à 11:50 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    BBJT,

    C’est grâce à la transition, qui a continué à assurer le service de la dette, si la reprise des financements est arrivée dans les meilleurs délais car autrement on perdrait encore du temps pour négocier le sort des arriérés de paiement.
    Que le PHAT soit remercié de sa clairvoyance et il est du devoir des vrais historiens de raconter la vérité sur la rupture de nos coopérations avec les bailleurs de fonds traditionnels à la suite d’une DEMEX sans réponse adressée au régime précédent en 2008 au lieu de se perdre en conjecture comme quoi la rupture date de 2010.

    • 20 mai 2014 à 19:27 | Rakotozafy (#1655) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Nous n’avions pas eu de dettes envers le FMI ni la BM de 2009 a 2013, qu’est ce qu’il a payé le DJ ?

      D’ailleurs les dettes envers ces deux Institutions ont pour intérêt 0.5 % ou gratuit

  • 20 mai 2014 à 11:58 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    On va encore se mettre la CORDE AU COU (se faire plumer) et cette fois-ci la mort par pendaison sera au rendez-vous sans aucune possibilité de sorti.
    Le mot d’ordre est de donner la moitié pour récupérer une pleine mesure (DOMY TAPANY HANDOA ERANY).

  • 21 mai 2014 à 00:16 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Donc à priori, Hery Rajaonarimampianina doit continuer son ménage, avec un karcher si nécessaire, pour avoir une bonne gouvernance afin de gérer comme il faut ces fonds.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 436