Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 30 novembre 2020
Antananarivo | 08h15
 

Société

Lutte anti-tabac

Pour l’implication des journalistes

mercredi 18 septembre 2013 | Haingo

Lutter contre les tabacs prend actuellement plusieurs formes qui nécessitent une action multidisciplinaire et la collaboration de tous. C’est pourquoi l’Office National de lutte anti tabac à Madagascar (OFNALAT)
a organisé une journée de formation des journalistes locaux ce mardi 7 septembre au Motel Anosy. Une trentaine de journalistes issus de différents organes de presse ont participé à la formation. Ils ont été formés sur les problèmes qui bloquent les acteurs de ce secteur à lutter efficacement contre l’augmentation du nombre des consommateurs de tabac. Il est ainsi indispensable de prendre des mesures en sensibilisant tous les acteurs à la mise en œuvre de convention cadre de lutte anti tabac (CCLAT) que Madagascar a ratifié avec une centaine de pays dans le monde. Parmi les articles existant dans cette convention, celui de 5,3 et ses lignes directrices de la CCLAT de l’OMS qui engage les parties à la CCLAT de protéger les politiques de santé publique de toutes les interférences et ingérence de l’industrie du tabac a été le noyau de cette formation.

Ces journalistes ont été formés sur de nombreuses stratégies que les industries de tabac appliquent pour anéantir les luttes contre les tabacs. Ces industries continuent de faire des publicités indirectes par le bais des activités sociaux. A Madagascar, on a constaté l’existence des industries de tabac finançant des organismes internationaux œuvrant sur le soin du cancer afin de cacher les conséquences de leur activité. Or les formations de ce jour nous a permis de savoir que la fumée d’une cigarette contient plus de 4000 substances chimiques et
toxiques dont 60 au moins sont classées cancérigènes. On a également appris l’existence de hautes corruptions en la matière.

Les débats étaient allés jusqu’à la question du prix et de taxes à augmenter. De nombreux objectifs sont donc attendus à cet atelier de formation tel que le développement des connaissances sur les stratégies d’attaques
de l’industrie du tabac pour saper les efforts de la mise en œuvre de la CCLAT et le renforcement des connaissances et de la compréhension des participants sur les éléments clefs de l’application de ce dit article. La sensibilisation de tous les acteurs sur les bonnes pratiques en matière de mise en œuvre de cet article de la CCLAT et de ses directives au niveau réglementaire, législatif et administratif, fait aussi partie de ces objectifs. Pour y parvenir, le partage d’idées par le biais de cet atelier sur l’application de l’article 5,3 dans notre pays est très utile. Les résultats attendus seront en effet très nombreux pour ne citer que d’arriver à sensibiliser les
citoyens sur les techniques stratégiques déployés par l’industrie du tabac pour bloquer les efforts de l’application de cette convention cadre. Les journalistes présents à cette formation ont ainsi convenu de nombreux points à savoir la création d’une association ou d’un réseau des journalistes actifs dans ce domaine. L’interpellation du
gouvernement et leur encouragement sur l’application de cet article fait partie des résolutions en écrivant des articles ou en diffusant des émissions. Il en est de même pour la sensibilisation de la population. L’implication des journalistes dans la lutte anti tabac est ainsi très utile car chaque année 5 millions de personnes meurent à cause du tabac dont 1,5 sont des femmes. Ce nombre risque d’augmenter à 8 millions en 2030 si on ne prend pas des mesures.

Notons que cette formation a été initiée par l’Ofnalat avec l’appui de l’Union Internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 18 septembre 2013 à 09:30 | rabri (#2507)

    Avant même l’implication à la lutte anti-tabac, au vu de la situation du pays, il est prioritaire que les journalistes participent au développement à travers des reportages de bonnes initiatives et réalisations ( = ny soa fianatra) dans toutes les régions. A ce niveau, si on peut donner une note, MT n’aura que 3/20. Il y a eu quelques uns par Valis, Norosoa (?) mais çà reste pauvre, très pauvre. Am-bava omana, am-po mieritreritra !

  • 18 septembre 2013 à 09:32 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    La lutte contre le tabac est un cercle vicieux.
    La vente du tabac rapporte beaucoup d’argent à l’Etat et les industriels du tabac sont des "PUISSANTS FINANCIERS",au Monde.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS