Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 juillet 2020
Antananarivo | 11h51
 

Reportage

Une route

Plus qu’un moyen de circulation

vendredi 17 octobre 2008 | Manjaka Hery
L’état des routes dans la ville d’Antsohihy actuellement.

À part la fluidité de la circulation, la réhabilitation d’une route nationale peut apporter d’autres avantages dans divers domaines. Sur l’exemple de la réhabilitation de la RN6, dans la partie sous financement de l’Union Européenne, il y a eu une création d’école, une adduction d’eau pour des villages, ou encore la création d’une activité pouvant générer des revenus.

Union Européenne : 114 millions d’Euro pour la RN6

L’Union Européenne, à travers le 9ème Fonds Européen pour le Développement (FED), a financé la réhabilitation d’une partie de la route nationale 6 reliant Antananarivo à la partie Nord de Madagascar, à partir de Port Bergé jusqu’à Ambanja. Entre les deux localités, il y a 320 km de route à réhabiliter, avec un appui financier de 114 millions d’Euros en provenance du 9ème FED. Cette réhabilitation est réalisée par la Société Colas, sous le contrôle des bureaux d’études BCEOM/LBI. La réhabilitation entre Port Bergé et Ambanja est divisée en quatre sections. La première entre Port Bergé et Antsohihy, 122 km, la deuxième entre Antsohihy et Maromandia, 104 km, la troisième part d’Ankazobetsiahy jusqu’à la carrière du PK 10 de la RN 31, 11 km, et la quatrième section part de Maromandia jusqu’à Ambanja, 83 km.

La réhabilitation de la RN 6 implique des aménagements de ponts. Il y a par exemple un rehaussement des ponts périodiquement submergés. Et parmi les grands travaux sur les ponts, il y a la réhabilitation d’un pont de 810 m sur la Sofia, au niveau du PK 20, dans la première section. Il y a aussi le remplacement de quatre ponts Bailey sur cette même section. Cette réhabilitation comporte aussi des volets d’aménagement de voirie dans certaines villes traversées par la RN 6. Dans la deuxième section par exemple, il y a l’aménagement de voirie sur 2,2 km dans la ville d’Antsohihy ainsi qu’un aménagement d’une zone de parking pour taxis, toujours dans la ville d’Antsohihy. Dans la quatrième section, il y a un aménagement de voirie dans la ville de Maromandia et d’Ambanja.

Dans la troisième section, il n’y a que 4 ouvrages principaux dont le remplacement d’un pont Bailey sur la RN 31. Il y a aussi le remplacement des passages busés métalliques, imprégnation de l’ancienne chaussée en émulsion ECM60 clouté et revêtement continu en enduit superficiel bicouche avec émulsion ECR 69.

- Réhabilitation de la RN 6 : 2,200 millions d’Euros pour le volet d’accompagnement

Des pont à réhabiliter, il en existe beaucoup sur la RN 6

La réhabilitation de la RN 6 entre Port Bergé et Ambanja s’accompagne de l’exécution des actions sociales et des travaux connexes visant à optimiser son intérêt économique. Ce volet d’accompagnement est encore sous financement de l’Union Européenne à hauteur de 2, 200 millions d’Euros. Un volet transformé en projet nommé « Asa Miaro » a été réalisé par l’ONG Lalana. L’objectif est de garantir la durabilité de l’utilisation de la route, une fois les réhabilitations terminées. Pour cela, il y a les entretiens routiers, mais aussi l’appropriation du patrimoine routière par la population riveraine. Ce qui permet d’obtenir une intégration sociale économique et environnementale de la route et de ses riverains.

La durabilité des routes doit passer par l’attitude de la population riveraine et des usagers de la route, selon l’explication des responsables de l’ONG Lalana. Entre autres, il y a l’acquisition par la population riveraine et par les usagers de la route des pratiques et des comportements positifs pour la préservation des infrastructures routières. Il y a aussi l’acquisition des éléments de la sécurité routière. Pour cela, il faut améliorer les conditions sociales et économiques de la population. Il faut aussi une initiation de l’intégration du genre dans le contexte et dans le processus de développement local, sans oublier l’appui aux stratégies locales de lutte contre les IST et le VIH/SIDA, avec l’amélioration de l’environnement physique aux voisinages de la route.

- Réhabilitation routière : Trois impacts indirects

Les charettes à roue métalique, facteurs de dégradation des routes.

Les mesures d’accompagnement social de la réhabilitation de la RN 6 ont eu des impacts sur la vie des riverains de cette route, selon l’ONG Lalana. Trois faits ont été mis en évidence par l’ONG Lalana lundi dernier, lors des visites guidées organisées pour les journalistes par ledit ONG. Il y a le développement de l’élevage, avec l’aide apporté aux associations des riverains dans l’élevage de chèvre et de cochon. Il y a aussi l’adduction d’eau avec, la création des bornes-fontaines à pompage manuel. Sans oublier la construction des écoles. Toutes ces aides et appuis sont des contreparties données à la population riveraine de la RN 6 pour que cette dernière respecte la route nouvellement réhabilitée. Ainsi, l’ONG Lalana, avec L’union Européenne, a été obligée de faire des tractations pour avoir le respect des riverains de ses propres biens.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS