Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 17 février 2019
Antananarivo | 16h50
 

Société

Santé publique

Plus qu’alarmant !

samedi 2 février | Fanambinantsoa

A chaque accès de maladies transmissibles on enregistre un nombre important de décès dans les districts et régions touchées par ces maladies. C’est la calamité qui s’abat sur le pays entend-on dire dans l’opinion. « Ces derniers temps, le pays a subi de plein fouet la peste sous toutes ses formes, la grippe associée à la fièvre et maintenant la rougeole qui frappe autant les enfants que les adultes et les personnes âgées. Il ne manque plus que la rubéole, le paludisme, le choléra et la lèpre –sans oublier les catastrophes naturelles », se lamente-on. Les personnes en détention dans les prisons sont les plus menacées par les maladies épidémiques en raison de la promiscuité. Sur les 28 747 cas de rougeole recensés officiellement par le ministère de la Santé dans l’ensemble du territoire à la fin du mois de janvier 2019 et malgré la campagne de vaccination il y eut 80 décès dont un (1) à la prison de Morondava.

Dans ce dernier cas précis, les responsables ont enregistré une cinquantaine de personnes en détention atteintes de la rougeole dont une quinzaine sont sous soins intensifs à l’infirmerie de la prison. Des campagnes de vaccination sont conduites mais les responsables de la prison déplorent la malnutrition et la sous-alimentation et la promiscuité. La prison de Morondava à l’instar de celle d’Antanimora dans la capitale est plus que saturée. Prévue pour 250 individus, la maison carcérale de Morondava héberge 621 pensionnaires –un autre problème que les régimes successifs n’ont pas réussi à résoudre.

En matière d’alimentation, l’ancienne ministre de la Justice du gouvernement Christian Ntsay a amélioré et augmenté les rations alimentaires de détenus. Quant au ministre actuel de la Santé publique, il veille au grain et sévit comme ce fut le cas à Ambatoboeny où un élève a succombé à la suite d’une intoxication alimentaire contracté par les invités -une cinquantaine lors d’un déjeuner organisé par son établissement scolaire. Le ministre de la Santé par l’Agence de contrôle de la sécurité et de la qualité des denrées alimentaires (ACSQDA) a aussitôt réagi et sanctionné le traiteur qui n’était donc pas inscrit nulle part. Saisissant cette occasion, le premier responsable de l’ACSQDA informe et avertit les organisateurs d’événements du genre déjeuner/dîner et les gargotiers et services traiteurs sur les procédures qu’ils doivent observer. Tout gargotier ou tout service traiteur doit se faire immatriculer et disposer d’une autorisation d’exercice du métier, soit auprès des Centres de santé de base, soit auprès de la Direction régionale de Santé soit auprès de la Direction de la Santé publique du ministère. Tout organisateur d’événement offrant des denrées alimentaires doit également réclamer le certificat de conformabilité et le certificat d’immatriculation du service traiteur à qui il a confié la fourniture de denrées alimentaires. Mais que faire de tous ces marchands ambulants de denrées alimentaires sur les trottoirs de toutes les rues et ruelles de la capitale et des grandes villes. Il faut avouer que ces petits métiers sont foisons et sont l’expression du chômage et du sous-emploi ambiant ; des problèmes d’une toute autre nature.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 2 février à 10:07 | punchline (#9673)

    pas qu’alarmant, c’est diablement TERRIFIANT, ceux qui le peuvent s’enfuient à l’Etranger, le reste meurent à petit feu à 40 50 60 ans,.
    IL faut Une très grande refondation.
    Le pouvoir ne doit plus être aux mains d’UNE SEULE PERSONNE.

    Répondre

  • 2 février à 10:44 | rayyol (#110)

    3 mois apres un nombre innombrable de morts et de souffrance voila que l on semble reagir Ne vous fier pas aux chiffres officile Pour la seule region du sud et de Tulear Ce chiffre est de beaucoup depasser Ici c est une bataille pour la survie

    Répondre

  • 2 février à 10:46 | rayyol (#110)

    Au moins sa bouge cest nettement plus encourageant Maintenant surveillons les vautours Ils ne manqueront pas de faire leur apparition Il va bientôt manquer de prisons a Mada si l on applique la loi conformement

    Répondre

  • 2 février à 11:59 | FINENGO (#7901)

    Rien d’étonnant. !!!
    Depuis des décennies, la Santé, l’Enseignement et la Sécurité, pour ne dire que ces trois là, n’ont jamais été des priorités pour les Gouvernants successifs.
    Croyez-vous que du jour au lendemain, et par claquement des doigts du Saint Esprit, que ces Messieurs et ces Dames changeront de fusil d’épaule ???
    Il ne faut pas rêver et encore moins espérer.

    Il faudra certainement implorer les Dieux et les Ancêtres encore durant des siècles pour qu’ils puissent nous entendre de l’abysse ou nous nous trouvons.

    Répondre

  • 2 février à 12:04 | vatomena (#8391)

    Nous vivons vraiment dans un pays pas comme les autres . Serions nous inférieurs aux autres peuples ou seulement mal gouvernés .Qui se souvient du temps où il était heureux d’etre malgache ?

    Répondre

    • 3 février à 20:01 | tiryco (#9153) répond à vatomena

      Il y a longtemps

Réagir à l'article

Qui êtes-vous ?
Rappel de la charte des commentaires

Merci de respecter la Charte des commentaires. Sans quoi nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
Le filtre automatique «antispam» bloque les mots servant d'insulte sexuelle ou scatologique.

Votre message
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS