Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 1er décembre 2020
Antananarivo | 18h25
 

Société

Justice

Ny Rado Rafalimanana placé en détention à Antanimora

vendredi 3 avril | Mandimbisoa R.

Ny Rado Rafalimanana est placé en détention provisoire à Antanimora. Déféré devant le parquet après 24 h de garde à vue, le président de l’ONG « Ny Fanahy No Maha Olona » a passé sa première nuit en prison hier. Son avocat, maître Christian Raoelina explique que son client est mis en cause pour deux dossiers bien distincts : perturbation de l’ordre établi lors du dépistage du coronavirus au Centre de conférences internationales (CCI) d’Ivato et escroquerie sur une plainte d’un gradé des forces de l’ordre.

Le candidat au premier tour de l’élection présidentielle a été arrêté à Ivato mercredi matin par les polices aux frontières. Depuis, c’est la gendarmerie nationale qui s’est occupée de son dossier en l’emmenant à Fiadanana où il a commencé par être auditionné en présence de son avocat. L’audition se serait poursuivie jusqu’à minuit et a repris hier matin, avant que le mis en cause ne soit présenté devant le juge.

Maître Christian Raoelina explique que la première accusation contre son client porte sur un critique envers les policiers qui emmènent des étrangers au CCI, pour éviter la queue lors du dépistage du coronavirus. Le général Njatoarivo Andrianjaka, commandant de la gendarmerie nationale, explique que Ny Rado Rafalimanana a perturbé l’organisation établie à Ivato et a accusé les policiers de corruption, or il est d’usage et de pratique dans des situations pareilles de faire passer en premier les personnes faibles, notamment les personnes âgées et ceux qui emmènent des enfants, d’après le commandant Andrianjaka.

« D’aucuns savent que les forces de l’ordre sont totalement débordées en ce moment, et leurs tâches ne sont pas faciles et pourtant, il y a encore ceux qui tentent de semer volontairement le désordre comme cet individu », explique cet officier supérieur de la gendarmerie qui a confirmé l’existence d’une autre plainte contre Ny Rado Rafalimanana.

Pour la seconde plainte, l’avocat du président de l’ONG, « Ny Fanahy No Maha Olona » explique qu’il s’agit d’une somme de 10 millions d’ariary qu’un colonel aurait emprunté à une personne envoyée par Ny Rado Rafalimanana et que ce dernier n’a pas remboursé. Il s’agit d’une plainte qui remonte au 9 octobre 2019 et qui n’a été évoquée qu’aujourd’hui à cause de l’absence du mis en cause dans le pays.

« Ce qui est étonnant dans cette affaire est que mon client se trouvait bien à Madagascar à l’époque contrairement à ce qu’on avance dans cette plainte et qu’il n’a jamais entendu parler de cet emprunt ni du colonel qui a porté plainte contre lui », affirme l’avocat de Ny Rado Rafalimanana.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 3 avril à 08:51 | Einstein (#3390)

    Incroyable. On se croirait en Corée du Nord ou la Chine communiste.

    Bientôt le goulag...

    • 3 avril à 09:06 | betoko (#413) répond à Einstein

      Attendons la suite avant de donner un jugement hâtive

  • 3 avril à 09:40 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Tout ça pour ça ! Quelles mouches les ont piqués voire quels virus les ont infectés ?

    • 3 avril à 09:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Devant un bon avocat ce serait un coup d’épée dans l’eau car la justice va exiger des preuves entres autres :
      - des témoins
      - un chèque signé à l’ordre du plaignant et sans provision ( émission de chèque sans provision qui est retourné impayé) voire un billet à ordre.
      - une reconnaissance de dette en bonne et dû forme.
      - Que sais-je encore, s’il s’agit des personnes en relation d’affaires d’autres preuves peuvent être acceptées selon le droit commercial voire le droit des affaires.

    • 3 avril à 10:49 | Isandra (#7070) répond à plus qu'hier et moins que demain

      PQMD,

      C’est vrai, les chefs d’inculpation évoqués jusqu’à maintenant ne sont pas aussi solides pour les maintenir en prison, même si plusieurs dossiers l’attendent auprès du tribunal, mais, je pense que cette fois, en quelque sorte, c’est une simple sommation venant des forces de l’ordre, afin qu’il arrête cette provocation envers elles, car cet homme les méprisait en permanence, les traitait de tous les noms.

  • 3 avril à 12:09 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Est-ce que l’Etat avait bien agi dans le sens des intérêts de la loi et des justiciables dans le cadre de cette affaire concernant Ny Rado Rafalimanana ?

    Presque 24 heures de tour d’horloge d’audition et d’enquête pour aboutir à de telles charges et l’envoyer ensuite en détention ?

    Des lacunes manifestes en matière de transparence et de vagues suspicions de dessous politiques risquent de jaillir dans la perception du public quant au déroulement des procédures de traitement de cette affaire. On ne sera pas étonné si plus tard une liberté provisoire serait accordé au prévenu et il n’y aurait plus de suite comme si de rien n’était, assimilable ainsi dans le public comme un avertissement destiné à calmer l’ardeur du concerné dans le domaine politique, ou bien, un autre scénario plausible, enterrer l’affaire d’une manière détournée afin de ne pas éveiller l’attention du public sur des cas similaires et pouvant toucher d’autres personnalités publiques ayant des responsabilités politiques dans la hiérarchie du pouvoir…

    Citons quelques cas ayant suscité des interrogations légitimes de la part du public et qui ont des ramifications politiques compte tenu de la personnalité des prévenus.

    Mme Claudine Razaimamonjy avait été mis en détention pour des charges ayant trait à des cas de corruption et de détournement de dénier public concernant les subventions exceptionnelles allouées par l’Etat à quelques Communes rurales dans le District d’Ambalavao, et il avait été annoncé que les subventions détournées étaient de l’ordre de MGA 200 millions. Et plus tard, lors des procédures de saisie de ses biens, il a été dit que des la dame en question avait des arriérés estimés à MGA 54 milliards auprès des services fiscaux…mais qu’est-ce qui s’était vraiment passé entre temps ? Un déficit flagrant de transparence est ainsi constaté…

    Un autre cas, celui d’un ancien chef d’institution…il a été dit qu’un vol était déclaré chez lui sur des montants en espèces d’une valeur de FMG 60 milliards, et après quelques temps, il n’y a plus de suite sur l’affaire, personne ne s’est intéressé sur la provenance et la destination d’une telle somme colossale chez lui, et plus tard rattrapé dans des affaires louches, notamment ses implications dans la première affaire de détournement concernant Mme Claudine et l’escroquerie à propos des permis biométriques…mais là encore, il n’y avait pas de suite, car les charges justifiant sa mise en accusation devant la HCJ avaient été rejetés par les élus de la chambre basse…

    D’autre cas émaillent encore les arcanes de la justice de notre pays, notamment concernant la lettre officielle ou non, vraie ou fausse, d’autorisation d’exportation de cargaison de bois de rose à Singapour…aucune suite mais entre temps, le responsable concerné avait quitté le pays pour s’établir ailleurs…

    Et le cas d’un sénateur impliqué dans une affaire de corruption et détournement de fonds auprès du ministère de la santé, libéré provisoirement vers la fin de l’année dernière, et depuis aucune suite, et l’intéressé vaque à ses occupation d’élus comme si de rien n’était après avoir changé de maillot entre temps…

    Et pour revenir enfin sur le cas de Ny Rado Rafalimanana, on ne fait qu’orienter délibérément les charges retenues vers un acte de perturbation d’un ordre établi au cours d’un test de dépistage de maladie et d’une dette non-recouvrée par un officier…mais de qui se moque-t-on à la fin ? Qu’est-ce qu’on veut étouffer finalement, disons de quelles affaires au juste ? L’homme d’affaire ou affairiste de Dubaï a-t-il quelques choses à dire qui puisse porter ombrage aux affaires de qui ? Ou qui aurait pu encore avoir des arrières auprès du Trésor ?

  • 3 avril à 16:44 | lanja (#4980)

    Au moment ou il faut désengorger la prison , notamment dans le cadre de la lutte contre COVID, Njatoarivo Andrianjaka trouve nécessaire d’ envoyer en prison une personne pour des questions de critique sur l’organisation de file d’attente , le grade de général doit être mérité , surtout pas de susceptibilité démesurée , preuve d’indigence intellectuelle. Avec cet action stupide, ce général nuit , un peu, à l’image de la gendarmerie,

    • 3 avril à 19:57 | Ngeda (#10235) répond à lanja

      - Bien exposé Lanja Merci.
      L’Armée tous corps confondus :

      - à 40 ans grade de Commandant
      - à 45 ans grade Colonel plein
      - à 50 ans grade Général de Brigade
      - à 53 ans grade Général de Division
      - à 55 ans grade Général de Corps d’Armée.
      On a constaté cela pendant la Transition et à l’heure actuelle.
      Rajoelina a vraiment corrompu nos militaires afin d’assouvir sa détermination de rester au pouvoir très longtemps grâce à ces Pourritures dénudées totalement du sens de l’honneur.

    • 3 avril à 21:13 | lé kopé (#10607) répond à lanja

      L’utilisation de la baïonnette intelligente doit être la priorité , mais certains officiers n’ont pas été attentifs durant leur passage à l’Académie militaire ...Sont ils pistonnés ? Faut croire !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives