Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 décembre 2019
Antananarivo | 19h30
 

Interview

Hery Randriamalala, co-auteur du rapport sur le bois de rose

« Nous voulions que le problème du bois de rose se positionne au coeur du débat politique et c’est fait »

vendredi 30 juillet 2010
Des milliers d’arbres de bois de rose sont coupés et exportés illégalement (photo : Marianne Egli).

Quelques semaines après la parution du dossier « Bois de rose de Madagascar : entre démocratie et protection de la nature », l’un de ses auteurs, Hery Randriamalala, a accepté de répondre à nos questions. Il revient pour Madagascar-Tribune.com sur ses difficultés, ses doutes, mais aussi cet espoir de changer les choses, qui l’a poussé à monter un dossier aussi précis et complet. Aujourd’hui, il se dit satisfait des répercussions qu’a eues son travail. Interview.

- Vous indiquez avoir commencé votre enquête en février 2009. Vous intéressiez-vous à la question avant ?

Avant cette date, je m’intéressais énormément à la nature et à la biodiversité malgaches. Le bois de rose : pas du tout. En fait, l’élément déclencheur a été les menaces subies par le directeur du Parc du Marojejy : des bandes armées ont menacé de brûler sa maison s’il s’opposait au saccage du Parc. Comme beaucoup d’observateurs, j’ai été très choqué par la gravité de la situation et j’ai senti que quelque chose d’irréversible était sur le point de se produire. J’ai en parlé à des amis, nous avons monté nos propres réseaux d’informateurs et c’est ainsi qu’on a pu avoir une vue d’ensemble de la situation, qui s’est élargie et affinée au fil des mois. Dès le début de l’enquête, nous avons senti que les choses seraient infiniment plus graves qu’en 2008 ou précédemment, car auparavant, la violence n’avait jamais été utilisée avec cette ampleur géographique ni avec cette intensité.

- Comment avez-vous procédé ?

D’entrée de jeu, nous avons pris des habitudes d’extrême prudence et de grande discrétion. Nous avons suivi le pillage des locaux des Eaux et Forêts dans toute la SAVA (essentiellement en vue de détruire les archives détenues par ce service, car elles allaient servir de pièces à conviction dans des procès à venir). Nous avons donc choisi d’agir dans la pénombre : parler un peu du problème du bois de rose, pour tester la sensibilité de l’interlocuteur. S’il partage notre indignation, alors l’interroger sur ce qu’il sait, puis vérifier et recouper par d’autres témoins, recueillir des preuves écrites si possible. De fil en aiguille, le cercle des informateurs s’est considérablement agrandi : géographiquement (de Vohémar jusqu’à Toamasina : nous avons des yeux dans chaque port, sur chaque route), socialement (du docker du port jusqu’à l’homme d’affaire habitué des centres de décision de la capitale), scientifiquement (du simple guide touristique jusqu’au spécialiste universitaire). Nous avons des yeux et des oreilles dans certaines ambassades, dans certains ministères et même chez quelques trafiquants. Le moteur de nos informateurs est toujours le même et il nous est fourni par "l’équipe d’en face", ainsi que nous surnommons les trafiquants de bois de rose : l’indignation. Indignation devant la monstruosité de ce qui se passe sous nos yeux : la destruction d’un patrimoine mondial par cupidité ; indignation devant l’ampleur de la destruction-exportation ; indignation devant l’arrogance et l’imbécillité de certains exportateurs qui invitent toute la population d’Antalaha à fêter leur premier milliard...

Notre ligne de conduite est "name and shame", nommer et faire honte. Ainsi, la presse est notre meilleure arme. Aujourd’hui, plus un seul journal malgache ne passe un jour sans publier sur ce sujet. Et c’est tant mieux. Nous voulions que le problème du bois de rose se positionne au coeur du débat politique et c’est fait. C’est un vrai choix de société : dans quelle sorte de pays voulons-nous vivre dans 5 ou 10 ans ?

- Comment décririez-vous vos rapports avec les villageois riverains ?

Au début, les villageois riverains des parcs étaient méfiants à notre sujet, car ils nous prenaient pour des "fanjakana" (fonctionnaires, représentants de l’État) et ils craignaient qu’on vienne les punir. Puis, ils sont venus spontanément nous renseigner quand ils ont vu que ça allait trop loin.

- Pensez-vous que la reconversion des coupeurs est possible à court terme ?

Pour moi, le vrai problème, ce sont les jeunes des villages. Ils ont gagné en quelques mois de quoi s’acheter une moto qui leur permet de faire des aller-retours avec la ville. Qui peut croire, qu’après avoir goûté à l’argent rapide, ils vont retourner travailler dans la rizière avec leurs parents ?

- Quelle attitude les autorités locales (chef district, maire, chef de la circonscription de la gendarmerie...) adoptaient-elles devant vos recherches ?

Je me suis soigneusement tenu à l’écart des autorités régionales et locales car certaines sont personnellement partie prenante du trafic, alors que d’autres y sont totalement opposées. Mais quand les membres de la Task Force ou du FIS escortent les convois de bois de rose, il vaut mieux rester à l’écart des officiels. Et ce d’autant plus que, lors de nos recherches, plusieurs noms de personnes très haut placées sont revenus avec insistance. Mais faute de preuves tangibles, nous n’avons pas publié... Pour le moment, nous n’avons reçu aucune réaction d’officiel suite à la publication de notre étude.

- Avez-vous alors subi des menaces ou des tentatives d’intimidation ?

Personnellement et directement, non. Car tout le monde ignore qui je suis. Mais je peux vous dire qu’un membre de notre équipe a été menacé de mort par coup de téléphone anonyme (il s’était trop exposé) et qu’il y a quelques mois, un membre de la HAT offrait discrètement 600 millions de francs malgaches pour identifier l’un d’entre nous. Proposition restée sans suite, nous ne sommes pas à vendre...

- Et depuis la publication de votre rapport, quelles réactions avez-vous reçues ? Prenez-vous des mesures particulières pour protéger votre sécurité ?

Je n’ai reçu aucune menace (un de mes informateurs me dit que, jusqu’à la semaine dernière, les trafiquants n’avaient pas encore lu notre étude, ils n’en connaissent même pas l’existence). J’ai reçu quelques témoignages de soutien et quelques renseignements intéressants. Je prends beaucoup de précautions pour ma sécurité, mais je resterai discret à ce sujet.

- Quel sont vos sentiments quelques jours après la diffusion de votre rapport ?

Pendant les 3 semaines qui ont suivi la publication de MCD (que je remercie au passage d’avoir eu le cran de nous publier), j’étais quasi-désespéré : aucune réaction, le flop total. Puis cette affaire de contrebande avec les Comores est venue à point nommé pour relancer le sujet : le Président Zafy a interpellé le Président de la HAT pour connaître les noms des personnalités impliquées, affirmant qu’il avait un dossier complet sur ce trafic. Mais le vrai déclenchement de la bombe a été le relais du site madagate.com : ils ont parlé de notre étude en termes plus qu’élogieux, ensuite ça a explosé dans tous les médias. En ajoutant les chiffres du journal MCD et ceux du site vatofototra.com, qui diffuse également notre texte, nous en sommes à plus de 10 000 téléchargements, alors que le texte est dense et complexe. Il faut également ajouter la diffusion par pièce jointe à un message, qui est importante mais impossible à chiffrer. C’est un grand succès de lecture, qui montre que le sujet passionne les Malgaches. À tel point que le Président Rajoelina a été obligé d’aborder ce sujet lors de son intervention télévisée de dimanche dernier, son silence devenait complice. Alors, oui, nous sommes satisfaits : le peuple malgache dans son ensemble sait ce qui se passe dans ses parcs, ce que quelques-uns sont en train de faire au patrimoine national et il jugera en toute connaissance de cause de la capacité des responsables politiques à arrêter cette hémorragie.

- Pensez-vous qu’un arrêt (ou du moins un fort ralentissement) de l’exploitation illégale du bois de rose soit envisageable tant que la crise politique n’est pas terminée ?

Oui, sans aucun doute. Notre objectif était de créer un tel scandale que plus personne de respectable n’oserait participer à ce trafic sans craindre pour sa réputation. Certains n’en ont cure, mais d’autres, comme des sociétés privées (banques, compagnies maritimes) vont y regarder à deux fois avant de participer à l’exportation des 10 à 15 000 tonnes de bois en attente. C’est surtout ceux-là que nous ciblons. Les hommes politiques, eux, sont tellement enfoncés dans leur jeu de conquête ou de conservation du pouvoir, qu’ils n’ont plus vraiment de prise sur ces événements, ce que les trafiquants ont parfaitement compris. Mais tant que les stocks en attente ne seront pas saisis par la Justice puis détruits, nous resterons vigilants et prêts pour le second acte. Car soyons sûrs d’une chose : si ce bois est exporté, la coupe reprendra avec une ampleur inégalée.

- Vos propositions s’attachent à résoudre le problème, mais pas ses causes profondes : ne pensez-vous pas qu’une action diplomatique et pédagogique vis-à-vis de la Chine est nécessaire ?

Nous n’avons reçu aucune réaction chinoise, officielle ou privée. Mais vous avez raison : la Chine est l’un des noeuds du problème. C’est une énorme puissance financière, ayant des besoins immenses et les moyens de les satisfaire. Elle se situe donc, de son point de vue, bien qu’elle ne nous l’ait pas exprimé directement, dans une stricte logique commerciale dépourvue de toute ingérence dans les affaires intérieures malgaches. Nous espérons faire passer le message : ne pas profiter d’un moment de faiblesse politique de la nation malgache, ne pas profiter d’une surpuissance financière pour détruire de manière irréversible notre environnement. L’actuelle prospérité chinoise se nourrit du malheur futur de Madagascar. Nous aimerions que ce pays comprenne ça sans qu’il soit besoin de le lui expliquer et qu’il restreigne de lui-même ses importations.


Propos recueillis par Mona M.

15 commentaires

Vos commentaires

  • 30 juillet 2010 à 08:54 | diego (#531)

    Bonjour,

    Alors ? Madagascar est gouverné ? Madagascar est dirigé ? Madagascar est -il protégé ?

    A ceux qui croyaient renvoyer un dictateur, un voleur, un pilleur, à la personne de RAVALOMANANA, comment se fait-il, MAINTENANT, que la richesse du pays est pillé sous les yeux de la HAT et son petit PATRON ?

    MADAGASCAR est devenu un pays de n’importe quoi avec la HAT.

    RAJOELINA ENY AMBOHITSIROHITRE sy IAVOLOHA, mais qu’est-ce qu’il fait pour protéger le pays, un pays qui ne lui avait rien demandé.

    A ceux qui MIZIRIZIRY encore et encore, MADAGASCAR a besoin d’un ETAT fort et bien visible. Il est mi en avant tout le matin depuis un an que, non seulement ceux qui s’approprient les rôles qui reviennent à l’ETAT ne sont pas à la hauteur, mais en plus ils nous ont volé notre ETAT.

    Le pays a besoin d’Etat fort pour notre pays, pas un régime fantôme à l’image de celui de la HAT.

    Dans un pays qui a un Etat fort, bien visible, et démocratique, les ELUS sont obligés de rendre des comptes à leurs constituants, bref au pays et au peuple, et c’est possible d’y arriver même à MADGASCAR en 2010. Mais bien évidement, il ne faut pas rêver.

    - il est presque impossible de pacifier un pays comme MADGASCAR dont la grande majorité des politiciens pensent que la solution, (à chaque fois), c’est de changer de président quand il y a des problèmes qui se dressent au pays.

    Et quand les soient disant économistes nous fassent une prévision à la CO N, genre, tout va bien, ça va quand même, alors que beaucoup d’entre nous ont déjà NIVAROTRA VILANY….il est impossible de produire sereinement dans un entreprise dont les employeurs acceptent les grèves à tout va, ou plus exactement, où les travailleurs passent leur à faire des manifs…..c’est le cas de notre pays.

    Le débat mihaino, je suis près mon ami, on est toujours près parce qu’on sait ce qu’on dit et ce qu’on avance, c’est toute simple :

    - ETAT DE DROIT à MADGASCAR, impossible avec les putschistes, donc une élection pour départager et fermer les bouches des UNSURPATEURS…ce n’est pas beau ça ??????????

    Wait and see, ttht’s right……

    • 30 juillet 2010 à 10:42 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à diego

      Dans l’affaire de bois de rose de Comores,deux noms sont lancés dans le "PUBLIC" et dans un document publié récemment,plusieurs noms des opérateurs formels ou informels,la plupart des personnalités d’Antalaha,berceau ce la vanille,sont divulgués.

      Les interventions ,à caractère passionnel , sont de mise dans l’affaire de bois de rose.

      Diégo se permet de soutenir que c’est la faute à la Haute Autorité de la Transition,présidée par Monsieur Andry RAJOELINA,avec un "BACC(-5) de Rasoa.

      Pour basile,il faut associer la région de SAVA dans le traitement du dossier du bois de rose ,bref l’avis des jeunes de la Région et du PEUPLE de cette dernière.Il faut réguler l’exploitation de nos forêts et de nos ressources naturelles,régulariser l’exportation et veiller à l’obligation de "RAPATRIEMENT" des devises. Il ne faut pas tomber dans le piège de "PATRIMOINE de X et/ou Y" des organisations internationales pour la protection des richesses naturelles de Madagascar .Ne nous fiez pas trop à des ONG ,les Malgaches doivent tout "CONTROLER".

      SOUVENEZ-VOUS des histoires :

      - du pétrole contre nourriture ,pour l’IRAK mais les américains s’en moquent pour détruire ce dernier

      - ou de l’assurance contre la sécheresse en Ethiopie,dans un pays où il pleut 1 fois tous les 3 ans

      - et maintenant au Soudan pour réactiver le terrorisme international après l’Afghanistan.

      PROFITONS DE CETTE TRANSITION POUR MONTRER QUE LES "MALGACHES" ont des couilles pour aborder l’avenir.

      BOIS DE ROSE NE DOIT PAS ETRE UN ENJEU POLITIQUE.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 juillet 2010 à 11:09 | IMPART (#3287) répond à diego

      Être Payé pour ne rien foutre,piller, brûler, faire semblant de faire semblant ,diviser pour mieux régner en favorisant" le système de vache à lait" et surtout gérer l’apparence ( faire de la devanture :casting marketing) et j’en passe .... sont les lignes de conduite de Rajoelina. Le comble c’est qu’il ose dire encore que c’est la faute des autres.Quelle mentalité et ça vole tés bas !!

    • 30 juillet 2010 à 13:35 | BRUNEAU (#3303) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Le régime de Transition essaie tant bien que mal de se dépêtrer des affaires qui sont en train de le miner comme le bois de rose qui n’en finit pas de faire des vagues,
      l’adduction en eau potable insuffisante, qui ravive la menace de « kere » dans le Sud, la santé publique qui est mal en point, l’éducation qui souffre encore de l’absence de politique,
      le recadrage du budget qui va dans le sens de plus d’austérité que ce qui a été annoncé en Conseil des ministres, l’insécurité avec des armes qui circulent encore dans la nature et on en passe.

      http://info-premier.blog4ever.com/blog/index-414508.html

    • 30 juillet 2010 à 14:19 | elena (#3066) répond à BRUNEAU

      ben,ouais,si on n’est pas capable de gérer,il fallait pas prendre le pouvoir.

      Faire tomber ravalo est une chose,gouverner un pays est une autre. Surtout si le seul objectif était de détruire ravalo,c’est fait ! On fait quoi,maintenant ?

      On a dévoilé 3 noms dans le trafic du bois de rose,comme prévu,ce ne sont que des sous-fifres :à la Hat,ils ne sont pas maso !!! de toutes façons,on le sait bien,il n’y a que Ravalo qui est la cause de tout ça(je devance les anti ra8 qui sont à l’affût).A la HAT,ils sont blancs comme neige,ce qui explique le costume de notre ange national,à Tana c’est surtout de ça dont on a parlé plutôt que du contenu du discours de sa majesté !!!

      Alors,je souhaite bon courage au futur président de la république parce qu’il faudra redresser tout ça.

      Malheureusement,vu comme c’est parti,on n’est pas prêt de voir un jour l’ombre d’une élection crédible.

    • 31 juillet 2010 à 00:20 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à BRUNEAU

      Bruneau ???

      Etes-vous le porte-parole du quotidien malgache "La vérité"

      Merci d’avance de votre réponse.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 31 juillet 2010 à 00:51 | Tanindrazana (#3224) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Mr Basile. Je crois que cette fois ci vous vous foutez de notre gueule. C’est etonnant et meme bizarre que vous avez ete malheureusement, mal-informe. Mr le President de la HAT avez decise de l’exploitation du bois de rose lors des premieres reunions ministerielles de 2009. Il est non seulement complice mais instigateur. Les ministres dans le temps le savent tous. Certains d’entre eux sont tres proches de Monja Roindefo. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il n’osait pas trop en parler. Pour votre info, la HAT y est incluse a 100%, mais seulement unee poignee en beneficiait. Qu’est qu’on a fait de l’argent ? une partie devrait revenir a l’Etat car on ne peut tout accaparer. Transparence oblige. Mais, la grosse part revenait aux exploiteurs locaux ayant des connections pour la couverture officielle. Rassurez-vous. Les benefices,on se le partagent apres. C’est normal qu’en un rien de temps, on voit des milliardaires depenser comme des fous alors que le peuple vit de sa pauvrete et de son ignorance. Dans quel Etat sommes-nous ? Avec quel president on gere notre richesse et notre pays ? avec quel argent on leurre le peuple ? Mr Basile, revoyez vos connections car on vous a leurre vous aussi. Ils s’enrichissent au frais du peuple Malgache, y compris votre honneur, et continuent toujours a faire de mene jusq ;a ce qu’on les foute dehors. Alors remercion tous ceux qui ont ose au moins lever le petit doigt pour critiquer ces grandes bavures de la HAT et de son immature president. Ils verront combien le peuple n’oublie pas leur stupidite.

    • 31 juillet 2010 à 08:38 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Tanindrazana

      Tanindrazana

      J’ai reçu 5/5 votre message.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 30 juillet 2010 à 09:22 | Rainivoanjo (#1030)

    "L’actuelle prospérité chinoise se nourrit du malheur futur de Madagascar. Nous aimerions que ce pays comprenne ça sans qu’il soit besoin de le lui expliquer et qu’il restreigne de lui-même ses importations." : NON, c’est aux Malgaches de prendre les bonnes décisions allant dans le sens de l’intérêt de leur pays. Autre exemple : des tonnes de riz hybride de Chine ont été données aux paysans malgaches. Est-ce qu’il y a eu des débats sur les avantages et inconvénients de ce riz hybride ou les politiciens et autres se sont contentés de recevoir ? Donc, l’affaire du bois de rose n’est qu’une parmi d’autres de tout de qui cloche à Madagascar, à commencer par les affairistes qui ont été tout le temps présents, ra8 ou pas ra8, président élu ou pas élu, 1ère république ou 10ème république.

  • 30 juillet 2010 à 09:35 | nirina (#3722)

    Mahafinaritra nareo tribune nahavita an’ito interview ito. Mino aho fa sarotra vao hita io olona io, nefa vitanareo ny nahazo azy. Dia mba ampitao any amin’i Mr Randriamalala anie fa tena midera azy ary misaotra azy izahay ny amin’ny fahasahiany sy ny ezaka BE nataony hahavitany an’io fanadihadiana io. Mila mianatra aminao tompoko ireo mpanao gazety maro tsy mahay ny asany na/sy voavidy vola : sahy, tsy voavidy, mahay mitady hevitra sy lalana ahazoana information sy POROFO, ary indrindra fitiavana an’i Madagasikara satria raha tsy izay dia tsy hoe kiriko sy kivy (si c’est ce que vous voulez dire par indignation) amin’ny toe-javatra misy ami’izao fotoana izao, ka ho vonona ny hanolotena hanao zavatra... Tena mahafinaritra eee... Tena ilaina io fanadihadiana io mba ahatsapan’ny Malagasy fa potika anie ny bio-diversite, ny consequences rehetra dia ny taranakitsika no hitanty azy. Adiny iray ve manapaka hazo nitsiry amanjato taona !!!!!! noho ny VOLA nefa izany... tsy hita izay hilazana azy... Dia ny mbola maharikoriko ahy ambonin’izay dia ity petit filou (filoha azafady) ity izay mody miteny hoe hanasazy sns nefa matoa membre HAT manome volabe oh’izao hampangiana anareo dia ao anatiny izy izany, na au moins complice. Fantatry ny rehtra anie hoe volan’ny bois de rose daholo no mbola mahatazona ny karaman’ny fonctionnaires, sy mameno ny devise sns eto ee. Ary ampahany betsaka any ampaosin’izy rehtra ireo...dia tena sacrifier-na tanteraka mihitsy i Madagasikara (ao anatiny ny harena sy ny olona) hitazonany fahefana sy ahampanakarena. Aza manantena ny sinoa hahatsapa tena izany fa ISIKA NO ADALA manome ny antsika azy fa ny tontolo iainany tandrovany tsara. ISIKA NO ADALA manokatra varavarana malalaka ny frantsay, ny sinoa ary mbola miantso firenena hafa aza hanararaotra antsika sy hanandevo antsika...

    • 30 juillet 2010 à 12:41 | mahery (#2468) répond à nirina

      Bjr Nirina,
      Ny tena mahavalalanina anie dia fantatra tsara izao fa TSY IZY ITY LALANA ALEHAn’ny FAT ity mbola mikiry ihany ny ray amandrenin’ny sasany,ny mpanao politika voretra,eny hatramin’ny mpitsara sy ireo izay noeritreretina ho tandroka aron’ny vozona,hanohy sy mikiribiby mafy ery TSY HIAINO ny TENA RAY AMAN-DRENY izay neken’ny gasy rehetra hatrizay,dia ireo voafidy ara-dalàna ihany.

      Ny MTS izao manohy ny fampandriana adrisa sy propagandy eny anelakelatrano eny,ry Pierrot mijapy lamasina sy misababaka eny,tsy hita hoe hatraiza ny foto-keviny.Ny an-kamaroan’ny FAT mitady vola hamenoana paosy fa tsy misy occasion hoatr’ity intsony ;raha hilatsaka tsy ho lany,hanohitra tsy misy mpanaraka.

      Mazava izao ny tanjona t@ ireny "tolona sandoka"nataon’ny TGV ireny dia ny HAMBOTRY ny firenena tanteraka.INONA MOA NO MANAKANA AZY IREO TSY HANANGANA NY TRANSITION TENA IZY fa mionona @ sandoka lava izao ?tsy noho ny vola izay tsy fahitany hatramin’izay niainany ?Tsy noho ny fahefana izay tsy ary azony raha mbola fifidianana foana ?

      Mbola fandrebirebena saim-bahoaka ihany koa no hilazana lainga momba ity bois de rose ity.Satria ny ankamaroan’ny gasy tsy mahalala akory ny balance économiquen’i M/CAR,matoa tsy dia nihen-danja ny Ar dia nisy izay ny vola vahiny niditra ary betsaka satria tsy maintsy manenjika ireo importation izy.Iza àry no tena manao importation be(fiara 4x4,fer,ciment...),tsy ny sinoa sy karana ary frantsay ?Ary iza no tena manondrana be(bois précieux,or,fer,autres métaux,pierre précieuse)tsy ny karana sy frantsay ?Misy ihany ny gasy saingy VITSY.

      Aza dia omena vary masaka sy bonbon re ny TSY NAHITA fianarana fa HENATRA ho an’ny taranaka any aoriana ny fandehan’ny TANTARA.Iza no nampadroso ?iza no nampietry ?ny sary sy ny tantara no tena mahavaly azy.

      MASINA NY TANINDRAZANA,HO TO ANIE NY FAHAFAHANA !!!!!!!!!!!!!!!

  • 30 juillet 2010 à 09:53 | bema (#828)

    Pour combattre efficacement un trafic de telle ampleur, une large diffusion sur les médias s’impose. Je regrette qu’on essaie toujours de politiser car Pour ou Contre le pouvoir, le pillage de nos richesses est un crime. Je souhaite que tous les principaux médias nationaux et internationaux fassent bloc pour publier et informer largement la population et le monde entier car cela peut éviter ou limiter toute menace venant de ces trafiquants. Si le FIS ou certains de ses membres y sont impliqués et qu’on a des preuves, pourquoi ne pas les publier ? Ce trafic a bel et bien existé avant et je doute un peu de la sincérité de la personne.Misaotra Tompoko.

  • 30 juillet 2010 à 11:31 | vuze (#918)

    Bonjour,

    A part les bla bla habituels de Diego, quoi de neuf ?

    Très bon travail de ce monsieur Hery Randriamalala. Félicitations à son co-auteur aussi... Il y’a besoin de gens comme vous sur cette terre...

    Au fait, vous savez pourquoi Noue (alias Vony) a disparu ? Parce que les GTaiTai sont en train de se battre entre eux :-))).. On a toujours dit que quand il y’a de l’argent en jeu (celui du voleur/spoliateur/menteur), les hommes se comportent comme des animaux la bouche ouverte, la langue pendante.. Et patientons encore un peu et on va en apprendre de belles sur cette organisation extrémiste.... (voir édito sobika.com)

  • 30 juillet 2010 à 12:26 | ramanankasina (#3023)

    Bravo Monsieur Hery Randriamalala !

    Une des facettes de la crise dans notre pays est la crise ou la carence de citoyenneté. Au lieu d’agir en citoyen responsable, défendre le patrimoine commun et l’Intérêt supérieur de la Nation, certaines personnes oublient cette qualité de citoyen et se contentent d’être des militants bornés et ringards ! Ils passent leur temps à comptabiliser et à comparer les pillages effectués par les régimes successifs et de se jeter à la figure que tel régime et moins pire que tel autre et donc il faut le soutenir ?!!!
    Na amboako na amboan’olona, rehefa vandana dia kary ! Au lieu de perdre notre énergie à des gueguerres infantiles de chapelles, essayons de regrouper nos forces et surtout nos "intelligences" à sur les sources de ces crises cycliques qui poussent notre Nation commune vers le gouffre et qui rendent la population miséreuse (pauvreté matérielle et morale, désespérance).
    Une autre facette de cette crise, la principale, est la crise politique. La politique, dans notre pays, se réduit à la lutte de pouvoir ! Et ce qui nous manque réellement ce sont de vrais hommes ou femmes d’état. A la place, nous avons des hommes ou femmes d’affaires.
    Ils confondent affaires d’état et affairisme au profit d’un individu et de son clan !!!
    Il n’est pas étonnant que dans l’affaire de bois de rose, à moins d’être déficient intellectuellement, les politiques qui sont "aux affaires" actuellement sont mouillés, tout comme ceux qui les ont procédé.
    Ady seza : lutte pour le pouvoir de nuire, de s’enrichir au dépens de la population et de la Nation.
    Demandez-vous pourquoi la transition traîne ? Les politiques de tous bords n’ont pas trouvé un terrain d’entente pour le partage du gâteau que sont nos ressources naturelles !

    J’aime bien le principe "name and shame". Car notre société fonctionne à l’envers actuellement, les nouveaux riches, n’ont pas honte d’étaler sur la place publique, les biens mal acquis sur le dos du peuple.

    C’est cela que l’on présente comme modèle de réussite pour nos jeunes. Il n’est nul besoin de faire des études ou de travailler honnêtement, IL SUFFIT DE FAIRE DE LA POLITIQUE !

  • 31 juillet 2010 à 09:24 | ASHOK (#3597)

    Bonjour à tous,

    resoudre la crise politique actuelle est vraiment simple.... je le dis sincèrement et avec bcp d’objectivité... LAISSER LE PEUPLE VOTER comme en SUISSE & VITE sous controle de la planete entiere car les dirigeants Malgaches sont trop corrompus...puisseque ce sera transparent alors il n’y a rien n’a cacher, le monde entier peut controler pour que le peuple ne soit pas blouser.

    Laisser l’ensemble de peuple voter comme en SUISSE, AINSI DECIDER et le peuple aura son droit et le pouvoir de mettre en place ses represantants.

    Laisser le peuple decider comme en SUISSE S’IL veut ; 4eme republique, HAT, RAVALO, ../...

    Laisser le peuple decider par une votation populaire comme en SUISSE s’il veut punir ; la HAT, RAVALO, MTS, DOLIN, MONIMA, MATSILO, et certains militaires tous ceux QUI ONT participer à destabiliser MADAGASCAR.

    UNE ORDONANCE DE ANDRY suffit de lancer la votation populaire transparente sous controle des MALGACHES et du monde entier.

    EN SUISSE LE PEUPLE VOTE donc le peuple est souvrain, le peuple a le pouvoir.

    Laisser le pouvoir au peuple, s’il veut ; un 4eme republique, punir X,Y,Z,..mais ne decider pas à la place du peuple. Respecter le peuple .

    Si les dirigeants avaient laisser le peuple decider, ils s’auraient ECOUTER la voix du peuple.

    AMENISTIE, RECONCILIATION, .../... et d’autres points qui divisent qqs miliers des politiciens, societe civils,l’armée,... sur plusieurs millions d’ames MALGACHES.

    Laisser le peuple décider par une votation populaire, mais ne decider pas à leur place.

    DEJA les militaires a imposer au peuple la HAT, au lieu de laisser le peuple voter pour connaitre l’aspiration populaire.

    J’aime la nation Malgache, et je souhaite que le peuple aura le pouvoir définitivement pour STABILISER le pays CE qu’est le plus HAUT interet d’un peuple.

    MEILLEURES PENSEES AU PEUPLE MALGACHES.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS