Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 23 janvier 2020
Antananarivo | 10h56
 

Editorial

Nosy be, l’île aux parfums... de pétrole ?

lundi 17 février 2014 | Lalatiana Pitchboule
Incendie de la Plate Forme BP DeepWater Horizon - mai 2010

Réunion ministérielle à Iavoloha du 12/02 : il faut sauver le soldat Tourisme à Nosy Be …

Un Conseil des Ministres s’est tenu ce Mercredi 12 Février 2014. Des initiatives y ont été définies semble-t-il pour atteindre un objectif légitime et cohérent : « relancer le tourisme de façon intensive », redonner à ce secteur, et prioritairement à Nosy Be, toute la place et toute l’image qu’il mérite auprès des voyagistes et des touristes étrangers

Les ministères de l’Intérieur et de la sécurité, des Forces Armées, le secrétariat d’État à la Gendarmerie Nationale ont ainsi été priés, aux cotés du Ministère du Tourisme, de prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller « à la restauration de l’État de droit, à la sécurité et à la relance du tourisme sur l’île de Nosy Be […] actuellement classé zone orange ». [1]

Notre Ministère de la Communication s’est lui-même engagé à la mise en place en 72 heures d’un site web officiel « Destination Nosy Be Madagascar 2014 » et à la définition d’un plan de communication musclé pour « fracasser » et contrer la malfaisance de ce NET qui monte en épingle de manière irresponsable des « faits futiles ». Non, mais… Il est temps de montrer que l’ordre règne à Nosy Be. Exhiber des kalachnikovs et des uniformes dans les spots télé devrait bien évidemment faire revenir le touriste bourgeois européen en quête de sensations fortes.

Bref, foin de digressions, les moyens et la volonté sont au moins déclarés pour mettre un terme à l’hémorragie de réservations des Tours Opérateurs qui programment Madagascar. Il y a urgence en effet, les catalogues de l’hiver 2014-2015 sont d’ores et déjà fixés. Louable initiative que de se préoccuper en urgence d’un secteur pourvoyeur de devises et d’emplois mis à mal par ces 5 années de crise…

Mais qui donc a eu l’idée saugrenue de mettre Nosy Be au milieu du bloc d’exploration pétrolier « Ambilobe »

Mais… dans le même temps, le 14 Janvier 2014 le site Offshore Magazine SiloBreaker.com annonçait le lancement par Exxon Mobil d’une nouvelle étude sismique sur le bloc Ampasindava [2]. Exxon avait, il faut le dire bénéficié d’un décret d’extension de ses 3 permis signé le 17 juillet par Andry Rajoelina, l’autorisant à la reprise de ses activités d’exploration sur les permis Ampasindava, Majunga, Cap Saint-André.

Et Sterling Energy, opérateur pétrolier titulaire du bloc « Ambilobe », annonçait en même temps qu’il pouvait, selon les résultats des nouvelles analyses sismiques à lancer, planifier les premiers forages d’exploration en 2015/2016 sur le bloc « Ambilobe » qui jouxte le précédent. Les programmes d’acquisition 3D devant permettre de confirmer le potentiel des sites de forage identifiés.

Au beau milieu géographique de ces blocs et de cette zone bloc d’exploration pétrolière : Nosy Be, icône de notre tourisme Sea Sun & Sun, dont la réputation « d’Île aux Parfums » lui a valu de voir son nom détourné par une franchise de parfumeries.

Un deuxième cheveu sur la soupe pétrolière : le parc national Marin de Sahamalaza à la lisière du bloc Ampasindava

Mais au royaume de l’absurdie, on n’a pas tout vu. À 100 kms au sud de Nosy be, on trouve l’un des DEUX SEULS Parcs Nationaux Marins malgaches [3], à savoir le parc national Sahamalaza. À la lisière de cette réserve marine : le Bloc « Ampasindava » . Et au cœur de ce bloc Amasindava détenu par Exxon Valdez, le champ SIFAKA aux réserves (de pétroles cette fois) estimées à 1,2 Milliards de barils…. RéserveDePétrole et RéserveNaturelle sont dans un Bateau. RéserveNaturelle, tombe à l’eau … qui reste t il ?

La gageure d’un développement touristique et de la sauvegarde environnementale au regard des risques

On se demande bien, de fait, si l’attrait touristique de notre Ile aux Parfums ne risque pas d’être remis en question par autre chose que des logiques de sécurité.

Les boulets de mazouts sur les plages immaculées blanches, les pollutions huileuses dans les lagons émeraude, les pestilences de SO2 au lieu des senteurs d’ylang Ylang, la puanteur des torchères à la place de la vanille et l’ombre des plate-formes sur nos cocotiers et nos couchers de soleils flamboyant vont difficilement séduire le touriste venu du Havre ou de Fos en mal d’exotisme.

Parce que soyons en sûr les enjeux financiers sont suffisamment forts pour que les opérateurs ne s’embarrassent pas de considérations qui préserveraient le tourisme.

Et que ceux qui croient que 100 kms d’éloignement permettront de préserver nos joyaux du Nord Ouest, tels que les réserves naturelles de Lokobe (Nosy Be) ou le Parc National Marin de Sahamalaza [4] se remémorent les surfaces polluées par les catastrophes d’Ixtoc (600 000 tonnes de pétrole brut - 1979), du Torrey Canyon (119 300 tonnes - 1967), de l’Amoco Cadiz (228 000 tonnes - 1978), de l’Exxon Valdez (avec 40 000 tonnes -1989), l’Eagle Otome (17 millions de litres de pétrole libérés - Août 2009)… En février 1980, le naufrage du pétrolier malgache le Tanio, déverse face à l’ile de Bats en Bretagne ses 17 000 tonnes de brut et souille 200 kms de côte bretonnes [5].

Des impacts désastreux : L’exemple Deepwater

Les conséquences écologiques sont, on le sait, désastreuses : en 1999, lors du naufrage de l’Erika, pour 18 000 tonnes de fioul lourd à la mer, c’est 400 kms de cotes qui sont souillées. On comptera 300 000 cadavres d’oiseaux.

Et nous avons récemment en mémoire l’accident de la station BP DeepWater Horizon située à 400 kms des côtes de Louisiane : 5 semaines après l’explosion de la plate-forme Deepwater, c’était 4,9 millions de barils déversés dans l’océan, 100 kms de côtes et de marais souillés, 200 000 km² de mer interdits à la pêche (1/3 de Madagascar), 400 espèces animales et 8 parcs naturels touchés.

Imaginons qu’un accident de ce type survienne sur le champ Sifaka : aurons-nous des moyens à la hauteur des 743 km de barrages flottants, 33 000 personnes et 6 300 bateaux mobilisés pour réduire les dégâts ?


Aujourd’hui, les conséquences de la marée noire ne font que commencer : dégradation de l’écosystème par asphyxie du milieu, destruction des fonds marins et de l’habitat de nombreux animaux, dévastation de la faune et la flore des zones côtières terrestres. Le pétrole englue, étouffe, et intoxique les animaux, perturbe l’équilibre des écosystèmes en diminuant la concentration en dioxygène (O2) et en favorisant le développement de bactéries et donc la mort du phytoplancton et donc d’une partie de la chaîne alimentaire.

BP a provisionné en tout 32 milliards de dollars pour faire face à l’ensemble des coûts. Mais en face de lui, il avait d’une part l’administration Obama et d’autre part la puissance des « class actions » à l’américaine pour l’étrangler si nécessaire. Que pourrait avoir Madagascar comme moyens de pression face à ce genre de majors capables de payer 1 milliards $ pour en économiser 20 ?

L’accident Deepwater relevait de contradictions de l’OMNIS de la MMS de l’administration Étatsunienne.

En 2010 l’accident de la plate forme BP DeepWater à 400kms des cotes américaines a répandu 4,9 millions de barils et provoqué un désastre écologique sans précédent avec une pollution engendrée qui a affecté l’écosystème et l’économie locale et menacé plus de 400 espèces (baleines, dauphins, oiseaux…) … Et l’accident de Deepwater relevait, on le sait, d’un relâchement et de conflits d’intérêts de la Minerals Management Service, agence fédérale américaine, pendant de notre OMNIS nationale, en charge de la gestion des ressources pétrole & gaz. Que la même agence OMNIS MMS assure, dans l’ambiguïté la plus totale, à la fois la gestion et la promotion à outrance de l’exploitation pétrolière offshore, et en même temps le contrôle de conformité et de sécurité ne pouvait que mener à une catastrophe.

Il faut souligner que dans son étude d’impact nécessaire à l’obtention de son autorisation d’exploitation, BP estimait qu’en cas « improbable » (sic !!!) d’un déversement accidentel, la « qualité de l’eau serait temporairement affectée ». Le projet ne devrait engendrer « aucune activité contraire à la pêche » ni aucun danger pour les mammifères marins ou les oiseaux. Tu parles … !!!

Suite…

Notes

[1Il est vrai que les candidats au tourisme qui voulaient apprécier la chaleur de nos tropiques ont été passablement refroidis par l’idée de ces funestes grandes « flambées » sur la plage que l’on connait.

[3L’autre parc est le Parc National Marin de Mananoro Nord, dans l’Est de l’île.

[4Sahamalaza : Le Parc national Sahamalaza Îles Radama, est situé dans le nord-ouest de Madagascar, entre les baies de Narindra et de Mahajamba au Sud et les baies d’Ampasindava et Nosy Be au Nord. La baie de Ramanetaka - Sahamalaza en fait partie. C’est une réserve riche en écosystèmes à 100 km au sud de Nosy Be/Hellville

45 commentaires

Vos commentaires

  • 17 février 2014 à 09:04 | Boris BEKAMISY (#4810)

    Où en est vraiment le probleme ?

    Decidement les pseudo-intellos malgaches ADORENT TOUT AFFRONTER aussi bien les POLITICIENS que le differrents SECTEURS de developpement ! le resultat : c’est l’IMMOBILISME sur lequel NAGE CE BEAU PAYS et qui n’emeut personne , ils preferent assister aux COMBAT DE COQ politique politicienne inter-merina !

    Le developpement touristique, le respect de l’environnement et la recherche/exploitation petroliere peuvent aller de pair , il faut seulement faire confiance au GENIE DE L’HOMME !

    Si cette ZONE est riche sur tout le plan/secteur : BIODIVERSITE , TOURISME et PETROLE , il faut s’en filiciter , mais non pas du tout en faire UN MONTAGNE DE PROBLEME comme l’auteur , un PSEUDO-INTELLO NOTOIRE ( encore une merina) voulait nous impressionner !

    Signé
    BORIS BEKAMISY

    • 17 février 2014 à 11:16 | rabri (#2507) répond à Boris BEKAMISY

      Je suis tout à fait d’accord avec ces analyses de Lalatiana : l’activité touristique s’appuyant sur des Paysages et de la faune et flore à couper le souffle attrayant pour les étrangers en mal d’exotisme et dont nous avons la réputation NE COHABITERA JAMAIS avec une activité pétrolière SALE et qui ne nous rapportera pas grand’chose (l’exemple récent sur les côtes mozambicaines en est la preuve vivante).

      Je me réjouis que Lalatiana devienne un défenseur de l’environnement alors que quand j’ai donné les arguments techniques du danger du projet Daewoo et Varun au début de la crise de 2009( monoculture intensive conduisant à une catastrophe naturelle comme ce qui s’est passé en Australie ou en Indonésie, qualifiée de PAYS DE LA SOIF), il fermait les yeux tellement l’adoration pour Ra8 à l’époque était intense.

      Signé Rabri, merina mais citoyen malgache

    • 17 février 2014 à 11:33 | maso (#2264) répond à Boris BEKAMISY

      Vous avez raison l’article orienté à charge.
      C’est domage car il aura plus de chance de créer des réactions négatives, comme la votre, qui aboutiront à l’opposé de ce que chercher l’auteur.
      Quelques points à débattre :
      L’industrie touristique en particulier à Madagascar permet à la population locale de récupérer,en bonne partie et rapidement, les richesses de cette économie. Les effets négatifs comme toute industrie sont là mais positivement compensé par les gains économique.
      On peut aussi considérer que le tourisme est une transformation d’un aquis (sites touristiques) par l’homme, au même titre que l’artisanat.

      L’industrie minière, et la vous me permettrez d’être beaucoup moins optimiste que vous, créait effectivement des richesses importantes, mais ce sera le seul point positif.
      Tout les autre sont négatifs.
      Très mauvaises répartition, la majorité allant à la multinational, petite par pour l’état, ( ce sera la seul partie pouvant devenir collective), des enrichissements personnels importants emplifiant les écarts de richesses, aucune transformation sur place et peu de création d’emplois pour une perte très importantes de richesse de la grande majorité de habitants locaux.

      Ceci ne veut pas dire qu’il ne faut pas exploiter, ceci veut dire qu’il ne faut exploiter que sous certaine condition très restrictive pour les multinationales avec comme moyen de pression de laisser tout cela dans le sol pour nos enfants.

    • 17 février 2014 à 11:53 | lalatiana (#1016) répond à rabri

      Tiens, Rabri ...

      A propos de Daewoo, j’écrivais déjà en Avril 2010 (http://wp.me/pyd2C-8w)

      "Je souhaitais là faire acte d’humilité … Pourquoi ? Simplement parce que mon TOUT PREMIER papier publié sur Tribune l’année dernière concernait le sujet Daewoo … Et parce que le dossier de ces trois chercheurs remet au pas certaines de mes idées (arrêtées ?) et analyses de l’époque …
      Leçon d’humilité disais je … Il faut toujours avoir en tête qu’on ne détient pas la vérité … On ne peut que s’efforcer d’être sincère .."

      Certains sont capables de reconnaître leurs erreurs :-)

    • 17 février 2014 à 12:47 | rayyol (#110) répond à Boris BEKAMISY

      en ce qui concerne le petrole le genie de l homme ce n est pas une reference J ai vu ce que le petrole peut apporter aux pays pauvres si on n y fait pas tres tres attention Ce que ceux ci peuvent difficilement faire car n ayant aucun moyen pour se proteger Petrole veut ordinairement dire enrechissement mais pas du peuple ,toujours les memes. Puis aussi destruction de l environnement c est tout ce don’t le peuple dispose après ils sont encore plus miserable car n ayant plus rien

  • 17 février 2014 à 10:04 | valoha (#7124)

    Tsara dia tsara ny lahatsoratra toa izao, ary hisaorana mihitsy Ingahy Lalatiana namoaka azy ity ! Tokony hitandrina mafy isika @ ny zava-boahary @ itony toerana toa an’i Nosy Be, Ampasandava, Ambilobe,sns.... Vita Nanahary ary madio no feno harena na an-dranomasina na an-tanety ! Tokony harona toa ny anak’andriamaso toakoa ! Kanefa kosa ny olana goavana mbola nisy sy misy ary hisy eto Gasikara dia - iza no nanapa ny hanaovana ny fitrandrahana ireo harem-pirenena ireo ? Ho aiza ny vokatra sy ny vola ho azo avy amin’izy ireo ? Hanaovana inona ? Toa tsy nisy, ary tsisy ny magarahara izay tokony ho fanta-poko fatam-pirenena, indrindra moa fa tokony nandalo tao @ Solobavambahoaka ny fanampahana izao asa goavana toa izao(solika) ! Na ny Loholona, ny Ampanjaka dia tsy mahalala ny fisian’ireo asa goavana ireo, kanefa dia ny taniny sy fari-dranomasiny no ho trandrahana sy karohana !!! Koa ireo no olana eto Gasikara ! Tsy mandaha ny hitrandrahana ny harena fa tsara lavitra kokoa ny hanaovana asa miaraka, mendrika, mangarahara mba hahazo tombony @ vokatra ho entina hampandrosoana ny Firenena sy ny Faritra rehetra ! Mila rafitr’asa mijoro, mandalo ambaratonga samy hafa miala avy any @ Fokontany ka hatrany antampony. An’ny Malagasy ny raha2 toy izao ary tokony hiverina ho azy ireo ihany koa ny vokany. Na ny fifanarahana natao t@ ireo kompania vaventy ireo aza toa tsy heno sy tsy nisy nahalala, natao mangina araka izay azo ! Mampalahelo sy mahavoa raha mbola ho toa an’ny niseho tany Moramanga, cobalt(1% ny vokatra no mba ho antsika Malagasy). Tena fanambaniana no tsy fahaiza-mitantana, fampahantrana ny Malagasy, fanararaotana. Koa tsara raha miara-mijery akaiky io raha2 io ny Teknokraty vaovao, ny Solombavambahoaka vaovao, ny Governemanta vao2 mba hisy ny rariny, hitsiny, mangarahara ny @ ny raha2 toy izao ! Mba hiova amin’izay ny fitantanana ny harem-pirenena ho entina hanaovana lalana, sekoly, ....hamoronana asa, indrindra fa ho an’ny Faritra mifanandrify ireny harena ireny !

    • 17 février 2014 à 14:29 | Turping (#1235) répond à valoha

      Salama !
      Marina foana ny voalazanao @ ankapobeny .
      >Ny olana izany dia raha isika samy gasy ihany no manomboka mivarotra ny tanidrazana voalohany dia tsy hisy zavatra hanjary mihitsy mandra paha foana tanteraka ny harena an-kibon’ny tany rehetra .

      >Ny zavatra marihiko mantsy ,dia ity resaka vola ity no tena maha-jamba izay mpitondra rehetra ,sy ireo manodidina izay manana fahefana .

      >Ny fahefana sy ny fitiavam-bola be tafahoatra dia zava-doza ,sy ny fitiana kely samihafa .

      >Ny karaman’ny mpiasa mantsy dia kely ao amintsika ,na ny miaramila jeneraly aza ankoatr’ireo fanampiana efa azony (trano, mpiasa ,fiara ,...) ,tsy afaka miaina firy loatra satria ny vidim-piaina aeran-tany ,ny solika efa lafo sy miaka bidy daholo.....

      >Ka mila izany ireo mpitondra ,sy izay efa mba voky e ! mba mila miady miarka @ ireo olona izay mba manam-pahaizana ,sns....mba ampiova ny toe-tsaina aloha voalohany indrindra ,sy ireo ady @ kolokolo maro samihafa .

      >Mila mba atao tsaratsara izany ny karaman’ireo izay misahana ny andraikitra mavesatra mba ialana @ kolikoly dia atao ara-drariny koa ny fanampiana isan-karazany ,ferana mihitsy aza .

      >Eo izany ny tena olana goavana satria ny mpitondra ao amintsika sy ireo manam-pahefana isam-paritra dia voavidy vola daholo sy mora vidiana ,tsy mijery ny ho avy intsony.

      >Raha ohatra hoe misy mpanjinja sinoa manome ny ampaha -zaton’ny (1/100) ny tokony ho vidin’ilay zavatra ,dia manakipy maso ireo lehibe satria raha aman-jatony na tapitrisa maromaro ny vola apetraka eo ambony latabatra dia efa lasa izao,.. ..mba hahazoana 4X4 ,trano sns ....dia tsy vitan’izay fa mbola mitohy foana . Ohatra ny @ bois de rose fotsiny io lazaiko io.

      >Ny resaka Nickel sy Cobalt koa dia torak’izany satria araky ny filazan’ny filoha vaovao dia ny état malagasy anie tsy misahana akory ny fitrandrahana an’ireo voalaza ireo eo .Ilay ampahany 1% ,marina .....

      >Olona gasy mpanao politika ambony sady mpanao bizna ,na ministra no mety manao contrat antsokosoko amin’ireo mpitrandraka ,ka tena tsy mety mihitsy e !

      >Ka izay izany e ! tsy handroso mihitsy ilay firenena raha tsy voaoava mihitsy ilay toe-tsaina ,sy ilay tia kely ,tia tena sy samy maka ho azy ,ny kolokolo ,sns ....
      >Eo @ ireo lafiny voalzako ireo izany ny tena ady lehibe satria ,ny fitondrana sy ireo mitady seza dia mitady daholo ny anjarany no tena ady ataony moa ny vahiny koa sady mpampiady ,no mikatsaka izay tena tombotsoany .
      >Ireo Nosy voalzanao ireo sy ny ambiny ,marina fa mila hiadiana fa raha tsy manomboka @ fanovana ny drafitr’asa lehibe ireo mpitondra dia ho very tanteraka ny taranaka fara mandimby e !

      >Efa betsaka ny zavatra very sy nangalarina fa mila mifoha satria ny fotoana mandeha ,ilay firenena miha potika andro aman’alina foana .

    • 17 février 2014 à 16:07 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Feno "cliché" ny zavatra voalazanao ka lasa toa ireny mijery "album photos" ireny ny mamaky anao.

      Misy sasany marina ny voalazanao, raisiko ohatra ilay hoe ilay vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana manao kolikoly sy tia kely. Milaza miara-mahita isika ny amin’ny andramena na ny fasi-mainty an’ny Mainland Mining.

      Misy koa nefa ny diso tanteraka, toy ilay resaka 1% aloan’ Ambatovy amin’ny Nikela sy Kobalta. Io taha aloan’ Ambatovy io dia efa voafaritry ny lalàna. Raha toa ka manondrana akora tsy voaodina ilay orinasa dia 2% no aloany. Raha toa kosa ka vokatra efa voaodina no aondrany dia midina 1% izany. Tsy misy "contrat" nosoniavina izany koa ny fananana "Permis d’exploitation". Nahafeno ny fepetra hahazoana miditra amin’ilay "Loi sur les grands investissements miniers" koa ry zareo ka nahazo làlana avy amin’ny antenimiera hisitraka ny tombotsoa omen’izany. Tsarovy fa orinasa vahiny 4 avy amin’ny firenena 3 manan-karena no nifandribona nanangana io Ambatovy io vao vita.

      Raha mahatsiaro moa isika hoe vitantsika ilay izy tsy maninona ihany koa. Tsarovy anefa fa ny zavatra nisy tao Ambatovy-Analamay dia lalan-tany nankany amin’ilay harena an-kibon’ny tany na hoe "gisement" fa tsisy na inona na inona ankoatra izay mba anjara-birikin’ny fanjakana Malagasy. Voatery natsangana daholo na làlana, na pipeline, na ozinina, na seranana, na toby famatsiana herin’aratra, ary ny mpiasa tsy maintsy nafarana satria mbola tsy vonona ny gasy vao nofanina...

      Ny tany mena tompoko tsy mirehitra. Foto-drafitrasa no ilaintsika entina miasa sy mihary fa tsy vola amin’ny valopy milatsaka isan-tokonana avy any an-danitra na 4L aterina isam-baravarana. Ireo orinasa vahiny ireo aloha izao no afaka hitondra sy hanangana foto-drafitrasa sy mamorona asa mivantana na ankolaka ihany koa. Raha ampy ny fahaizana dia afaka miditra miasa ao (dia aoka tsy ho ory hava-manana raha mba tsaratsara ny karaman’olona). Raha zavatra hafa no hainao dia ataovy izay hahazoana fifanaram-pamatsiana amin’io orinasa io (ohatra sakafo, fitaterana, ets).

    • 17 février 2014 à 16:13 | valoha (#7124) répond à Turping

      Raha arak’izany anie dia rafitra no mila sy tokony hovaina eto, harahina Lalana vao2 ho an’ny andrim-panjakana sy ny sampam-pitondrana, ry namana Turping e ! Sarotra ve ny hanao izany raha toa ka miara-manapaka ny Malagasy ? Miara-mifanakalo hevitra na ny avara-pi na ny mpamboly, na ny mpanjono, na ny mpiasa rehetra ? Raha izao fandehany izao mantsy dia ho toy ny tandrimo hihodikodina eto isika ka ny mpitondra vitsy hatrany no hahazo tombony @ harem-pirenena, ny olona mia-mahantra, matin’aretina, hanoanana,sns....! Raha ny fijery dia miady loha hahitana hevitra daholo isika Malagasy, na ny eto na ny any ivelany, hahitana marimaritra hiraisana ! Tsy hiady hifamono eto ny Gasy, sanatria, fa mba hifanome tanana malaky hitsinjovana ity Firenen-tsika, izay efa tsy hita be ihany, izay mila ny ati-doha Malagasy eto miara-mamindra sy mitady ny vahaolana. Koa ny rafitra ry zalahy izany no fanala hidin’izy ity raha atao teny foy ! Mila miova ny rafim-pitondrana mba hitsinjo marina ny Malagasy + fanaraha-maso ny fampiharana ny didy, tapaka, vola, fitaovana,sns...Tokony hampianarina mifanara-maso isika, fa tsy hifampitsikilo akory, mba hisian’ny rariny sy ny lavorary eo amin’ny asa sy ny fampiarana ny hevitra niara-notinapaka rehetra hampandrosoana ny Tany manomboka izao. Enga anie ka hisy izany fiovana izany tsy ho ela !!!

    • 17 février 2014 à 16:44 | sarah (#4600) répond à Tsisdinika

      D’accord avec vous, en plus vous êtes au courant de la situation de l’autorité de régulation pour l’environnement, mankalaza !

    • 17 février 2014 à 17:20 | Turping (#1235) répond à Tsisdinika

      Tsidinika ,
      D’accord ,@ izay fanamboarana nataon’ny vahiny ,lalana ,famoronana asa .....fa tena mahasoa ny vahoaka ao @ io toerana io ve izany fitrandrahana izany ?sa exploitation ?,

      >Fa ny fanontaniana mipetraka na dia tsy vitan’ny gasy aza ny fitrandrahana sns ....dia hoe tena tombotsoan’ny andaniny sy ny ankilany avy ve no azo ?

      >Ka eo izany mila "experts" isika mahay maminavina ny harena an-kibon’ny tany fa tsy hoe miandry izay ho aroso sy fangatahina ,proposition eo fotsiny na dia tsy manana ny fitaovana ampiasaina aza ,izay ilay atao hoe"Gagnant-gagnant" na dia somary perdant kely aza tsy maninona.

      >Ny vahiny koa izany tsy ho tonga hanao "aventure " na "plaisir" fotsiny fa efa misy traikefa sy fomba maro samihafa eo sy ny fahafantarany ny zavatra tadiaviny ,sy ho trandrahany .

      >Ny resaka "contrats miniers" dia mila révisé-na indray satria amiko tsy azo antoka ny fitondrana tetezamita satria betsaka ny gaboraraka nisy sy mbola mitohy hatramin’izao .
      >Ny harena an-kibon’ny tanin’ny gasy tsy dia nampisondrotra loatra ny farim-piainan’ny malagasy ! eo ny olana mipetraka ??!!

    • 17 février 2014 à 17:33 | Turping (#1235) répond à valoha

      Valoha,
      Azoko tsara ny tianao ho lazaina .
      Ka izay anie no tokony hifanakaikezan’ny mpitondra @ vahoaka e !sy isan’ny ambaratongany avy mba hahafahana miara mittantana .
      Ny blema anefa dia tsy izay satria misy elanelany be ny mpitondra sy ireo vahoaka ,ny depiote ,ny prezidan’ny fokontany ,sns .....adin’ny moana sy ny marenina .
      >Mbola averiko eo ihany ,fa sakana lehibe ho antsika ny tsy famerenana ny drafitr’asan’ny "fokonolona " ,izay naorin’i Tompokolahy Ratsimandrava nony mbola ministry ny aty tany izy ,nifanakalo hevitra mivantana @ vahoaka ,sns ....dia moa iny izy nisy namono iny vao lany prezida .
      Arak’ilay resantsika izany tsy vao androany io fa raha tsy ny rehetra no miara misahana sy mifanome tanàna isam-pokontany ,isam-paritra ,sns .....miaraka amin’ireo mpitondra ,ny lehibe sy ny madinika ,ny avara-pianarana sy ny sisa miara midinika ,dia resaka be fotsiny ny ambiny .

      Namaly ny post an’i Tsisdinika ao eo ambony io .
      Mila koa izany isika ," ingénieurs experts" na teknisiana maromaro nahavita fianarana ambony @ famantarana ny harena an-kibon’ny tany .

      Na tsy manana fitaovana aza mba fantatra hoe inona avy ilay tena harena ao ambany ao tsy ho hamkain’ny sasany @ fanaovana lalàna goudron kely fotsiny ,na asa tsizarizary ,fa tombotsoa hifampizarana mba tena hampandrosoana @ fivoarana .

    • 17 février 2014 à 17:37 | Turping (#1235) répond à Turping

      ....hambakain’ny sasany.....

    • 17 février 2014 à 20:13 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Ny hoe mahasoa ny vahoaka eo amin’ilay toerana ny fitrandrahana na tsia dia toy ny fahaizana mihinana voankazo an’ala ihany io : ny mamy atelemo, ny mangidy aloavy. Tokony hifanarahan’ny roa tonta kosa anefa hoe inona no mamy ary inona no mangidy. Mazàna aloha dia faritra tena mahantra hatreto no tena nahitana harena ankibon’ny tany e. Tsy azo lavina ny fivoarana tonga eo ka mety ho lasa fanoitra (effet de levier) ho an’ny fandrosoana izany raha vonon-kiasa ny olona. Matetika anefa isika gasy kamo be tenda (rentier) fa tsy manana finiavana hihoitra (esprit d’entreprise) ka migafy rehefa tsy afapo.

      Raha ny hoe hanova "contrat minier" indray (na dia tsy misy aza izany raha ny marina fa permis no angatahana) dia misy fotoanany ny zava-drehetra. Azo noeritreretina ny hahazo ampahany misimisy kokoa raha mora trandrahana ilay Nikela-ntsika ohatra. Any Nouvelle Calédonie izao dia ny vahoaka Kanak no tompon’ny tetikasa fitrandrahana Nikela eo amin’ny tendrombohitra Koniambo. 51% no anjarany ny marimarina kokoa raha 49% ny an’ny orinasa Glencore Xstrata. Ny antony : tsy mifanalavitra 40 km ny elanelana misy ny "mine", ny ozinina fanodinana, ary ny seranan-dranomasina lalina. Ny jiro mandeha, ny telefaonina tsy tapaka. Ary indrindra indrindra, akaiky kely an’i Chine sy Japon ary Corée du Sud izay tsena ivarotana ny vokatra i Nouvelle Calédonie. Na izany aza, efa mangataka fanovana izay fitsinjarana izany izao i Glencore satria ny volany aloha no mbola miteny. Lazaiko anao fa raha tara kely teo isika dia tsy nisy mihitsy Ambatovy. I Sherritt koa mantsy mba efa nividy permis Nikela tany Nouvelle-Calédonie koa.

      Farany, raha ny experts dia misy tokoa eto fa tsy ampy na koa ny tsy mahay ninoninona no mahazo toerana (isany ohatra Ratovomalala fahizany). Mbola ny vazaha ihany aloha izao no miantoka ny fampiofanana antsika (capacity building), indrindra ny fitondrana Aostraliana, fa isika gasy tsy fantatro hoe miandry inona ?? Fantaro koa fa mbola vola tsy toko tsy forohana no ilaina vao fantapatatra ny ao amban’ny tany ao fa tsy hoe hitan’ny vazaha avy hatrany izany tsy akory. Lazaiko anao fa ny vola lanin’ny Kanadiana sy ny Aostraliana nanaovana fikarohana na "exploration" tany aminy dia mahatratra 60$ isaky ny metatra tora-droa (m2). Ny aty Afrika kosa dia 5$ isaky ny Kilaometatra tora-droa (Km2) araka ny voalazan’ny minisitra Afrikana Tatsimo momba ny harena an-kibon’ny tany. Azo lazaina fa harena an-kibon’ny omby aloha ny antsika ka aleo tsy manao varotra omby anaty ambiaty ka mbola tsy hita akory ilay izy dia efa be famaritra ery isika.

      Am-pirahalahiana.

    • 18 février 2014 à 09:47 | valoha (#7124) répond à Turping

      Miarahaba anao vao maraina Turping,
      Ny hamerina mivantana ny foto-kevitra, fisainana, rafitr’asa "fokonolona", izay Itompokolahy Ratsimandrava no nanetsika azy io ary mendrika sy mety amintsika Malagasy, satria foto-pisainana nentim-paharazana, dia hanano sarotra ho antsika. Hitanao ihany ny nitranga ! Hatramin’izao dia nakatona tsy hisy ho tompon-draharaha ny famonoana ny Filoha Hajaina, tahio Izy fa lasako ho Razana ! Mampalahelo ny zavatra toy izao, ary mampiseho herisetra goavana @ tany madinika toa an’i Gasikara ! Heverin’ny sasany mantsy fa komonisma no ho najoro teo ka mainka avy hatrany ireto farany hikapa @ fotony ny maha-Malagasy antsika. Izy no filoha voalohany Malagasy no niezaka nanjera ny rindrina manelana ny vahoaka sy ny fitondrana, ny foto-kevitra naparitany no nety hitondra antsika @ fiaraha-monina marina, mendrika sy rariny. Nanangana ny fototra niala @ fokontany hitantana ny raharaha tokan-tranony avy ny Malagasy fa tsy hiandry ny avy any ambony lava. Tsy avy any ambony ny fanapahana ny asa aman-draharha fa miala ifotony, miala @ olana sy disadisa eny an-toerana rehetra, i.e. io no tadiavin-tsika @ izao. Hifanaraka, hifanome tanana, tsy hifanambaka fa kosa hitady miaraka ny vahaolana miala avy any ambany indrindra. Tokony ho fantatry ny ambany rehetra, raha io hevitra io, ny programan’asa rehetra misy eo an-toerany(fitrandrahana, fanaovana lalana, fampianarana, fanokafana asa vao2, rano, fambolena, jono, sns....). Izany hoe raha hisy fanaovan-tsonia, na fifanarahana amina orin’asa vahiny lehibe dia tsy maintsy ary tokony handalo amin’ireo ambaratonga ambany ireo avokoa mba ho hitan’ny be sy ny maro hoe inona no misy eo am-pelatanana ? Inona no atao ? Hanaovana inona ny vokatra avy eo ? Firy ny an’ny Malagasy, firy ny an’ny vahiny ? Mety @tsika ve io na tsia ? Firy ny asa ho antsika hiforona ? Hanimba ny voahary manodidina ve io asa io ? Hanangana sy hanampy anao rafitr’asa toa ny fanaovana sekoly ve io orin’asa io ?sns....Izany rehetra izany dia tsara mandalo avy aty ambany ifotony avokoa mba tsy hanaovana zanak’i Kalahafa ny mponina nipoiran’ireny asa goavana ireny. Raha vitantsika ny mamerina io foto-pisainana io, na @ fomba hafa aza, dia tsy ho ela dia handroso malaky isika ! Ary tsy hoe tsy ho vita io raha hiaraha-manao. Ary rehefa mahita ny vahiny fa miara-mihainga isika, mafy orina, tina vahiny, mendrika, madio sy mahitsy dia ho avy lalandava izy ireo, na dia ny hiala sasatra eto @ zava-boahary misy eto fotsiny aza, hanao fanodinam-bola(investment). Ka asa, ra namana, raha tena sarotra izany ! Hifamono lava eto ve ? Inona no hiafaran’ny taranaka ho avy rehetra ? Hanararaotra ny harena lava ve satria nototo-bintana ka nahazo toerana na fahalalana bebekokoa ? Tsy hiantso Tody isika, fa kosa manainga ny isam-batan’olona ara-po sy ara-panahy handinika lalina miala avy eto @ ity Tranokala ity !

  • 17 février 2014 à 10:11 | Isambilo (#4541)

    L’Equateur a tenté de renoncer à exploiter ses gisements de pétrole en Amazonie en échange d’une sorte d’indemnité de la part de la communauté internationale. Ce fut un échec et elle va finalement exploiter ce gisement en risquant de polluer définitivement l’Amazonie.
    L’Algérie montre bien que l’exploitation du pétrole ne suffit pas à obtenir un développement durable, par contre Boutlefika s’est bien enrichi pendant qu’il était ministre des affaires étrangères.
    Bref, est-ce que ça vaut le coup à long terme ?

  • 17 février 2014 à 10:31 | Tsisdinika (#3548)

    Il faudrait un spécialiste du pétrole pour donner la réplique à cet article trop alarmiste et caricatural de Lalatiana .

    Toutefois, je voudrais attirer son attention sur le fait qu’à moins qu’il ne roule à vélo et qu’il s’éclaire à la bougie, c’est hypocrite de tirer à boulets rouges sur l’industrie pétrolière de cette façon. Un cas typique de "Nimby" (Not In My Backyard) comme on a l’habitude d’entendre. Les accidents, ça arrive, dans tous les domaines, simple loi de Murphy. Il n’en reste pas moins qu’ils représentent des exceptions et non la règle la plupart du temps. Les vrais écologistes de nos jours sont réalistes et savent faire la part des choses. De l’autre côté, l’industrie pétrolière a également beaucoup changée depuis le temps de l’Exxon Valdez. Il faudrait être particulièrement fondamentaliste pour ne pas le voir.

    Il est impérieux pour notre pays de s’en sortir économiquement, c’est un fait. Préservons l’environnement, soit. Mais n’oublions pas qu’il y aura toujours la pression humaine du ventre affamé, lequel représente le plus grand danger et pour nos forêts, et pour nos écosystèmes marins. Le tourisme en lui-même ne suffit pas. D’ailleurs, il n’est pas tout à fait exempt de reproche ni sans risque non plus. Exemple : Madagascar n’est pas la porte à côté pour la plupart des pays pourvoyeurs de touristes. Il faut des tonnes et des tonnes de CO2 libérés dans l’atmosphère rien que pour le voyage en avion (avions qui volent grâce au pétrole soit dit en passant). Il y a également le fléau du tourisme sexuel qui pollue nos plages du Nord au Sud. En attendant les boulets de mazout, ce sont les boulets de préservatifs qui jonchent les côtes (j’exagère à peine).

    • 17 février 2014 à 11:08 | lalatiana (#1016) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika ...

      A ce stade de publication du document, vous avez raison d’intervenir.
      Suite du développement demain ...
      A défaut vous avez en ligne l’article complet.

      Le risque zéro n’existe pas, vous avez absolument raison. La question que je pose est : sommes nous prêts à envisager la question de la manière la plus large possible. Sommes nous capables de bâtir le système qui sécurise le mieux possible ces exploitations parce que leur nocivité potentielle sera extrême. Parce que à courir l’incitation à l’investissement à outrance, j n’ai pas le sentiment qu’on prenne toute les précautions pour baliser le domaine.

      L’Angola ne s’en sort pas trop mal. Le Gabon idem. Mais le Nigeria vit un désastre écologique qui a des impacts monstrueux en termes de santé des populations. Et ne parlons pas de l’Alberta et de ses sables bitumineux, autre catastrophe écologique.

      On ne peut pas fermer les yeux sur ces questions au nom du développement. Ce serait irresponsable.

      Ce que j’interpelle ici, c’est la contradiction qui laisse supposer qu’il n’y a pas de vision transversale du sujet ...

      Par ailleurs, ce modèle qui veut inciter à outrance les investissements étrangers dans le minier ou l’exploitation des ressources, doit être contrôlé. L’Afrque souffre de n’avoir pas su le contrôler.

      Et si vous voulez parier sur "l’accident reste une exception", je veux bien ... Mais tenter de minimiser le risque n’est pas un péché.

      Cdt

    • 17 février 2014 à 11:31 | betoko (#413) répond à Tsisdinika

      Madagascar n’est pas la porte à côté effectivement . Concernant le CO2 autant la Thaïlande que l’île Maurice ne sont pas à la porte à côté non plus . Nous avons besoin de touristes quoi qu’on dise , et justement regardez l’île Maurice pour quoi ça marche très bien chez eux ? Air Mauritius s a le vent en poupe disait L’express de Madagascar ce matin avec des profits nets de 5,2 millions d’Euros .
      Concernant les préservatifs on en trouve partout , et ce n’est pas seulement à cause des touristes , on en trouve partout , Exemple sur les plages de Tuléar , ce n’est pas du tout à cause des touristes mais ce sont même les autochtones eux même qui les sèment partout

    • 17 février 2014 à 11:39 | Paulo Il leone (#6618) répond à lalatiana

      Hélas les accidents qu’on qualifie pudiquement "d’écologiques" ne sont pas l’exception, mais plutôt récurrents (cf statistiques sur internet) et leur impact délétère se mesure en décennies. Vous avez raison de soulever le problème en attendant de tirer la sonnette d’alarme !
      "Parfums ou pétrole, il faut choisir !"
      Pour ma part, je continue de penser que le tourisme n’est pas aussi prometteur qu’on veut bien le croire pour le développement et la sortie de l’extrême pauvreté de ce pays. L’agriculture ma parait une piste bien plus logique eu égard à la démographie du pays et aux savoir-faire traditionnels des Malgaches.
      Mais pour cela, il faut cela va de soi, une politique visionnaire et volontariste à long terme, ce que, soit dit en passant, MR avait commencé à mettre en oeuvre.

    • 17 février 2014 à 11:39 | betoko (#413) répond à lalatiana

      En effet le risque zéro n’existe pas , mais croyez vous que Madagascar arrive à contrôler toutes les sociétés qui vont exploiter nos pétroles, même les canadiens n’y arrivent pas .Nous sommes devant des gros dilemmes , De quoi nous avons besoin ? c’est que nous pouvions sortir de la pauvreté . SI on arrive à exploiter toutes nos ressources minières d’une façon intelligente et sans corruption , dans 10 ans Madagascar sera l’Eldorado et viennent autant les touristes que les investisseurs

    • 17 février 2014 à 11:56 | Jipo (#4988) répond à lalatiana

      Bonjour et merci pour cet article, développer le tourisme de manière intensive est une absurdité, à croire que chaque prétendant veut surpasser celles commises / ses prédécesseurs .
      Trop de tourisme tue le tourisme, est une évidence , que ces techniciens ne semblent avoir intégré .
      Ce qui fait le charme de cette ile est bien le coté sauvage et exotique , ce qui commence à disparaitre avec toutes ces infrastructures construites anarchiquement, sans aucun respect de l’ environnement avec l’ aval souvent de certains ministres , inutile de rappeler à majorité véreuse .
      De là à concurrencer les iles voisines, la prétention est à la hauteur de l’ avidité .
      Quant aux exploitation sous marines, les " élites " Malgaches sont-elles assez structurées et assainies pour ne pas sombrer dans leur péché mignon, à savoir la corruption ?
      Permettez moi d’ en douter .
      Pour la faune c ’est fait, les loaka ont été remplacés / les vevavy .
      Chaque prézident qui se succèdent se comportent comme un macro, pardon protecteur, vendant au plus offrant ce que la belle peut encore offrir, inutile de rappeler au détriment de qui ...
      Hery ne semble pas déroger à cette mauvaise habitude, devenue règle .

    • 17 février 2014 à 13:47 | Tsisdinika (#3548) répond à lalatiana

      J’ai peut-être sorti la grosse artillerie un chouia trop tôt mais comme vous le reconnaissez vous-même, pris tel qu’il est, votre article ne laisse aucune chance à nos potentielles ressources pétrolières et ses possibles bienfaits. Je souligne bien que nos ressources sont potentielles car jusqu’ici, aucune réserve "1P" n’est déclarée encore à Madagascar (c’est-à-dire prouvée et exploitable). Il se peut très bien que l’on n’atteigne jamais ce niveau et que le pétrole malgache ne serait finalement qu’une arlésienne à la sauce ambatobevohoka.

      Quoi qu’il en soit, notre civilisation moderne est une civilisation du pétrole. Notre mode de vie et notre économie reposent sur le dieu pétrole. C’est un choix que ni vous ni moi n’avions fait. Le seul choix que nous ayons, c’est d’exploiter ou non nos ressources pétrolières si tant est qu’elles existent.

      Je vous accorde que le risque est grand et que nous ne sommes probablement pas encore prêts à gérer aussi bien les bienfaits que les dangers des ressources pétrolières (la fameuse malédiction du "Dutch Disease", que je ne traduirai pas par "maladie hollandaise" pour ne pas inquiéter davantage les français sur l’état de leur président).

      Pourtant, des efforts ont déjà été fourni. En se référant au site web de l’Omnis (www.omnis.mg) avec lequel vous ne semblez déjà pas être tendre, des efforts de transparence ont été faits, notamment sur la teneur générique des contrats de partage de production. L’ONE également fait de son mieux avec le peu de budget dont il dispose pour encadrer le côté environnemental. Il reste que nous gagnerons à former davantage nos spécialistes auprès de pays qui ont réussi dans le domaine, notamment la Norvège. Elysé Razaka, alors Dg de l’Omnis a, si je me rappelle bien, été formé là-bas avant d’être nommé Ministre de l’Energie et Mines peu avant la chute de Ravalomanana. Cela m’amène à un point important qui pourrait constituer un des clés de notre développement : Il faut faire confiance en nos spécialistes. Ils sont trop souvent des "valalan’amboa" car tout le monde croit savoir mieux qu’eux en ce qui concerne l’industrie pétrolière et minière ou bien l’environnement. Résultat : des spécialistes comme Razaka par exemple (sans préjuger de ses compétences réelles non plus) ne trouve rien de mieux à faire que se fourvoyer dans l’écriture d’ouvrages de développement personnel...passons.

      En bref, il faut saisir l’occasion si elle s’offre à nous mais il faut savoir s’encadrer de personnes et de compétences qu’il faut avec l’aide de pays amis expérimentés et désintéressés comme la Norvège. J’insiste encore une fois que la nécessité d’assurer leur subsistance poussera la démographie galopante à exploiter excessivement la biosphère si des alternatives de revenus ne s’offrent pas à eux. Paradoxalement, des ressources pétrolières bien gérées (un mirage dirait tout de suite le malgacho-pessimisme) pourraient constituer une solution. Le vin est donc tiré...à nous de le boire ou non.

    • 17 février 2014 à 14:10 | jules (#2904) répond à Tsisdinika

      A mada les plus grands consommateurs de prostituées ne sont pas les touristes mais les malgaches eux meme , et si j’en crois ce qui se dit ,financièrement je crois qu’elles doivent préférer les vazahas.

  • 17 février 2014 à 11:34 | Citoyenne Malgache (#599)

    Je suis d’accord, vu comment on fait les choses chez nous.
    J’ai souvent envie de dire, mais qui a eu l’idée de mettre du pétrole à Madagascar...

    • 17 février 2014 à 11:46 | betoko (#413) répond à Citoyenne Malgache

      Qui a eu l’idée de mettre du pétrole à Madagascar ? Bonne question ,et quel humour ? j’adore . Ce dont j’ai peur c’est que à cause du pétrole et du gaz , nous ne serions plus tranquille . Est ce que nous avons assez de cou.....les pour pouvoir défendre nos intérêts ,déjà concernant les îles éparses où La France est dominante ?

  • 17 février 2014 à 12:14 | kotofetsy (#4583)

    Avis personnel :
    Non pour que M/car devienne une destination de tourisme de masse...déjà sous l’air rav8, il a tellement libéralisé ce secteur, qu’on a eu droit à l’arrivée de beaucoup de Jacky de tous les pays, sans que cela ne profite pleinement à la population locale. Beaucoup continuent à vivre pauvre et au lieu de cela, rivalité entre vazaha et population autochtone augmente comme la prostitution etc... Donc attention à ne pas tomber dans ce cas.
    Pour le pétrole, ralentir l’engouement actuel de tous ces rapaces multinationales...Attention à ne pas devenir un Angola alors qu’on peut potentiellement devenir comme le Qatar !
    Nous n’avons aucune maitrise (quand je dis nous, c’est l’Etat en première ligne) de la chaine d’exploitation - merci la corruption déjà et merci le BIANCO et toutes les autres institutions car on voit que vous servez à quelque chose !-.
    Donc pas de maitrise = pas de contrôle des retombées financières derrière et donc pas de possibilité de partage équitable de la richesse créée.
    Je ne suis pas anti multinationale mais,la chance qu’on a d’être en "voie de développement" c’est que nous avons le temps d’apprendre avec qui travailler et comment travailler. Les ressources naturelles/minières ne partirons pas si on suspend l’exploitation. On a donc le temps d’assurer et de fonder une base stable qui passe par l’éducation des enfants, la formation des étudiants et des techniciens, pour avoir les armes nécessaires demain pour développer notre nation.
    Nous ne sommes pas encore prêt pour exploiter le pétrole !

    • 17 février 2014 à 13:09 | Jipo (#4988) répond à kotofetsy

      Vous avez raison , vous n’ êtes pas prêts pour autoriser ces exploitations, le problème des ces lobbyings, c ’est que eux, le sont et reluquent tous azimuts pour ce faire.
      Avec les moyens qu’ ils ont ils peuvent mettre en place l’ homme qui leur conviendra pour arriver à leurs fins, sans se soucier du patrimoine, moins encore de son état : que vous laisserez ou pas aux générations futures.

    • 17 février 2014 à 13:57 | kotofetsy (#4583) répond à Jipo

      Merci Jipo. Maintenant peut-on compter sur le PRM de commencez ce nettoyage tant escompter, afin d’établir un Etat fort ?
      Souhaitons lui de réussir à enclencher le pas pour diminuer la corruption. Evidemment il n’éradiquera pas à lui tout seul quelque chose qui est ancrée et gangraine notre administration depuis bien longtemps mais un signal fort de sa part (au risque de devenir la cible des lobbys) permettrait de commencer.
      Le reste suivra, mouton de panurge comme nous sommes.

      J’espère réellement qu’il instaurera le début d’un changement et qu’il puisse mettre en place tout ce qui est nécessaire pour que cela ne s’arrête pas au bout de 5 ans.

  • 17 février 2014 à 12:59 | kofboay (#7865)

    Je ne comprends pas bien. Nous n’avons aucun scrupule à détruire la quasi-totalité de notre forêt pour faire de la culture sur brûlis et pour du charbon. Nous tolérons le trafic de bois de rose qui saigne ce qui reste de nos forêts, ou du moins ne faisons rien d’efficace contre. Notre capitale est une décharge à ciel ouvert complètement insalubre et fait partie d’une des villes les plus polluées et les plus sales du monde et nous faisons avec. Et là, sous prétexte de préserver un tourisme que nous avons déjà détruit par l’insécurité que nous avons nous-même créé à cause des crises politiques à répétition, nous voudrions nous payer le luxe de passer à côté de l’exploitation de nos richesses pétrolières ? On nage dans le délire total là...

    S’il y a du pétrole, il faut l’exploiter pour avoir un peu de revenu supplémentaire même si ce sont des miettes que les gros pétroliers étrangers nous laisseront. Si ça provoque de la pollution tant pis, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Une pollution de plus ou de moins à Madagascar ça changera quoi au désastre écologique et sanitaire dans lequel le pays se trouve déjà ?

    • 17 février 2014 à 13:50 | kotofetsy (#4583) répond à kofboay

      Vous comprenez très bien. IL faut faire attention à cette engouement soudaine. Et l’auteur est là pour servir de garde fou afin de ne pas tombé dans cette exploitation à tort et à travers et devenir dans 20 ans un pays comme le nigeria ou l’angola...toujours en voie de développement alors que le pétrole coule à flot.
      Votre raisonnement est un petit et égoïste. Vous me semblez ne pas voir à long terme... Attention kofboay. On vous montre la lune mais vous ne regardez que le doigt !

      Pensez aux générations futures. Rien ne presse d’aller exploiter ce que nous ne maitrisons pas. Ce sont des ressources qui restent et elles attendent là depuis des millions d’années...Développons plutôt ce qui nous permettrait d’en tirer le maximum de bénéfices (pas uniquement financier) au lieu de laisser d’autres sans scrupules nous entuber.
      Nous sommes en voie de développement et nous avons donc le choix de le faire avec qui nous voulons.

    • 17 février 2014 à 16:00 | kofboay (#7865) répond à kotofetsy

      L’angola et le Nigéria, même s’ils ont encore beaucoup de problèmes, sont très loin devant nous. L’Angola se développe même à vitesse grand V à l’heure où nous parlons et ceci grâce au boom pétrolier. Le monde bouge mon ami. Restez où vous êtes et vous êtes certain de rouiller ;-)

      Par ailleurs, penser aux générations futures n’a aucun sens si la génération présente crève de faim.

      Je ne suis pas un jusqu’au boutiste de l’exploitation pétrolière. Mais pour moi c’est une richesse comme une autre qu’il faut exploiter. Et nous n’aurons ni la technologie ni les fonds nécessaires pour le faire nous-même avant plusieurs générations. ça passera donc forcément par les sociétés étrangères.

      Mon intervention se voulait aussi ironique mais il faut croire que vous êtes totalement insensible à l’ironie de la chose. Ce que je constate c’est que ça me paraît absurde de monter sur nos grands chevaux à propos de ça pour soi-disant préserver l’environnement alors que dans le même temps, des générations entières de malgaches se sont méthodiquement employés à détruire leurs propres environnements depuis des décennies voire des siècles à travers la culture sur brûlis et l’exploitation du charbon de bois. Sans parler des richesses naturelles qui sortent du pays à travers d’innombrables trafics sans que l’état, et encore moins les citoyens, ne touche le moindre ariary en taxe ou autres. Le pétrole a ceci de particulier qu’il est difficile pour les groupes étrangers de l’exploiter illégalement. ça se fera forcément au vu et au su de tous. Le pays touchera forcement quelque chose de l’exploitation de son pétrole.

    • 17 février 2014 à 17:41 | kotofetsy (#4583) répond à kofboay

      Bien sur, mais potentiellement nous pouvons faire mieux et plus donc il serait plus sage d’aller par étape, de prendre tous les paramètres humains et technologiques en considération que de foncer tête baisser.
      Justement, on a vu l’erreut qu’auraient pu commettre certains avec l’environnement. Ne soyons pas stupides pour refaire la même gestion avec le pétrole qui pourrait être notre porte de sortie de la pauvreté. Ce n’est pas une richesse comme une autre TOUT est là.
      Si le PRM est le Hery Vaovao, qu’on lui accorde le capital confiance qu’il faut et qu’on travaille avec lui pour investir notre énergie dans le développement de tout ce qui pourrait nous être utile demain.
      Votre ton me paraissait plutôt pessimiste et fataliste et non pas ironique. Tant mieux si je me trompe, j’ai compris votre point de vue. :-) Mais je ne suis pas d’accord de toujours laisser les multinationales exploiter nos ressources alors que ce sont eux qui sont pressés par leur soif d’argent et de bénéficie à notre détriment.
      Nous avons jusque là vécu sans ces rssources...donc rien ne nous presse à les exploiter et au final n’en tirer même pas 1% des retombées. La voie du développement peut passer par autre chose en attendant de nous préparer à la maitrise du pétrole.

    • 17 février 2014 à 20:14 | kofboay (#7865) répond à kotofetsy

      Nous avons vécu sans ces ressources dites-vous ? Vous peut-être. Certainement pas les 92% de Malgaches qui sont pauvres. Non, arrêtons avec cette mentalité qui consiste à se dire qu’on peut vivre dans la misère. On ne vit pas dans la misère. On y crève. Des milliers d’enfant y crèvent chaque jours. La situation est catastrophique. Quand-est ce que ça sera clair dans l’esprit de certains ? La situation économique et sociale de Madagascar est intenable. Alors si des miettes d’une manne pétrolière font que l’état engrange un peu plus recette pour soulager un peu les choses, je suis preneur...

  • 17 février 2014 à 13:24 | Turping (#1235)

    Nosy -Be et la région de SAVA est une région riche .
    Cette région ne peut pas être la risée de tout le monde .
    >Je pense que beaucoup d’étrangers ,les français,les anciens colons comme d’autres s’y installent ....

    >Une région riche par ses biodiversités ,les plages ,le tourisme ,la vanille .....pétrole ?

    >Le nouveau président devrait former très rapidement son gouvernement afin de retablir l’état de droit.

    >Les mafieux de l’actuel gouvernement de la transition avec les complicités des hauts responsables continuent encore à sévir dans les pratiques illicites d’exportation des bois de rose .

    >Entre promesses et actions il faut aller très vite.

    >Depuis l’annonce du nouveau président de la lutte sans merci contre les trafics du bois de rose , Roger Thunam ,baron du bois de roses est libre comme de l’air .Les mafieux ont pris une autre précaution pour acheminer très rapidement les stocks de 6000 tonnes restant.

    >Laxisme ou parole de langue de bois de la part du nouveau élu du fait que les rumeurs couraient qu’une partie de la vente de ces bois de rose aurait servi aux campagnes présidentielles de quelques prétendants ?

    >Un grand remerciement à Sir Alexander Von Bismarck ,qui agit dans la lutte pour la défendre des espèces interdites en voie de disparition(faunes et flores )où Madagascar est un des pays pour sauvegarder la patrimoine internationale .

    >Les politiciens devraient réagir dans ce sens pour normaliser la situation dégradante avec beaucoup de failles de la corruption afin de sensibiliser tous les acteurs locaux et politiques.
    Le bois de rose met 500ans pour arriver à maturité ,sa grande taille.La Chine est le premier grand pays importateur peu regardant sur la situation dramatique.

    >Les voyous locaux ,les mafieux ....sont les seuls à tirer les profits qui freinent le développement de la population locale et l’appauvrissement de l’état.

    >Le changement et la rupture avec le passé devraient commencer par là pour assainir le climat d’ingérence et de laxisme.....

    • 17 février 2014 à 15:17 | Mihaino (#1437) répond à Turping

      Bonjour Turping,
      Comme à l’accoutumée, vos réactions restent intéressantes à mon avis . Bien d’autres forumistes ont exprimé aussi des idées très instructives ci-dessus ;
      Quant à moi , je distingue 2 choses :
      - Le tourisme chez nous serait à même d’améliorer notre économie sous diverses conditions : sécurité, infrastructures (routières, hôtelières ...). Nous sommes tous d’accord que pour son développement , il vaut mieux quitter les clichés véhiculés par certains nostalgiques du passé ! Ils essaient à tout prix de noircir notre image de marque et l’île Maurice voisine a profité de notre déclin pour nous dépasser ( Nos compatriotes y investissent même, semble-t-il ) !

      - Le pétrole ?? Depuis qqs années , avez-vous remarqué que "là où il y du pétrole , il y a conflit" ??Les multinationales sont trop fortes et puissantes pour nous : " Atody tsy miady amim-bato" proverbe malgache qui signifie "Les œufs n’engagent pas la bataille contre les roches". Sagesse très connue pour déconseiiler certaines ambitions ?! Depuis la création de l’OMNIS , tous nos gouvernants n’étaient pas sensibles au riche gisement mais plutôt complices des différentes multinationales . Souvenez-vous de la formule célèbre du Gl de Gaulles : Madagascar est une terre d’avenir !
      Je connais personnellement des compatriotes spécialistes et compétents en la matière mais notre situation politique a provoqué la fuite de cerveau ! Ils ont observé aussi que les incompétents sont bien payés chez nous alors que les compétents sont très mal payés !!

      Enfin, nous espérons que de vrais changements vont être opérés avec le nouveau Président Hery R. épaulé par de nouvelles têtes ....!Il serait préférable de limoger tous ces retourneurs de veste , politicards actuels ou nouveaux ! Une bonne équipe motivée pour réaliser un vrai programme et sortir de cette crise sans nom est plus que nécessaire ....Sinon , échec total prévisible !
      Wait and see ....

    • 17 février 2014 à 18:06 | Turping (#1235) répond à Mihaino

      Salut Mihaino,

      Vous avez dit :

      "Je connais personnellement des compatriotes spécialistes et compétents en la matière mais notre situation politique a provoqué la fuite de cerveau ..."

      Et ,oui je partage cette idée car si la diaspora à travers le monde ,les gens compétents reviennent pour reconstruire Madagascar avec leur savoir faire en dehors des autochtones , discuter réellement pour l’avenir de ce pays ,on n’en est pas arrivé à ce stade .

      >D’abord la corruption est le premier fléau qui mine Madagascar et la mentalité ainsi engendrée .La cohesion et solidarité sociales sont absentes en commençant par le mutisme ,le fossé entre le peuple et ses dirgeants .
      >Or ,cette grande lacune permettant même de répondre au développement démocratique place ce pays parmi les PMA.
      >Les failles ,les faiblesses et l’absence de politique ambitieuse de rigueur répercutent sur l’absence d’une institution forte .

      >D’accord avec vous comme en Lybie que là où il y a le pétrole reste toujours une zone de conflits d’intérêts .

      >Néanmoins, si l’état malgache dispose des ingénieurs experts ,des chercheurs pour évaluer les richesses du sous sol malgaches et les zones à explorer nous permettra néanmoins de négocier ,de ne pas être le "dindon de la farce " face au pot de fer .

      >Pour éviter la corruption de haut niveau ,je pense qu’il faut rémunérer à juste titre les piliers et les maîllons forts de l’état et du changement ,sans gaspillage tout en respectant la politique d’austérité autour du développement durable.
      Cdlt.

      >

    • 17 février 2014 à 20:52 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Euh, il faut dire que les membres "compétents" de la diaspora revenus dans l’île comme les Gista be Andriamananoro, Julien Razafimanazato, Monsieur Vitantsika io ou même Patrick Rajoelina ne nous ont guère impressionné nous autres pauvres autochtones. Les deus ex-machina, les dieux descendants du ciel à l’aide d’une machine, laquelle machina est en l’occurrence le boeing 777 d’Air France à Ivato, non merci. On a déjà donné.

  • 17 février 2014 à 13:31 | valoha (#7124)

    Mila tetika mazava, voafakafaka miaraka @ manampahaizana Malagasy, voarindra, ary mijery lavitra ny asa mahakasika ny solika sy ny zava-boahary manodidina azy ireo. Araka ny famakafakana tsy ela akory dia anisan’ny fototra, na pitik’afo, mety hipoiran’ny ady ihany koa ny harem-be hita sy trandrahina toa izao. Ohatra akaiky amin’izany dia ny nahitana gazy voajanahary sy solika tasty @ ranomasina Mediterane manelana an’i Israely, Ejypta, Tourkia, izay anisan’ny goavana ihany koa. Ny mpandinika Israeliana dia nilaza mihitsy fa aleo mahantra tsy manana ny harena toy itony fa toa mampinitondra faisana ny vahoaka ny harena toy itona fa tsy mitondra fiadanana velively. Koa mila mitandrina mafy isika @ ireo rahalahy Afrikana sy ny fiarahana @ ireto kaompania vaventy lehibe mpikaroka sy mpitrandraka. Izany hoe tsara ny hijerena ny lafiny fandriampahalemana mba hisorohana ny ady rehetra mety hitranga !!!

  • 17 février 2014 à 16:37 | laerk (#8192)

    La France est un pays très nucléaire, présentant donc un gros risque écologique et à la fois un grand pays touristique.

    Y-a-t-il vraiment un gros risque écologique et touristique d’effectuer de l’exploration et plus tard de l’exploitation prétrolière dans la région ?

    Le plus grand risque écologique pour Madagascar, actuellement, est la pauvreté du peuple qui l’habite.

    Les écologistes doivent penser avant tout à faire sortir cette grande partie de la population de la pauvreté, souvent extrême, d’avoir une pensée pour la survie des hommes d’aujourd’hui plus que de la faune, des flores et des hommes de demain.

    • 17 février 2014 à 17:16 | Ranomasina (#8193) répond à laerk

      Cher Laerk,
      Votre intervention est assez deplacee en compararant la France avec Madagascar. Si le premier est garni de site touristiques grace a ses monuments et infrastructures historiques, le second ne peut qu’offrir ses milieux naturels pour attirer les touristes. Si on n’est pas prudent avec les ressources petrolieres, on risque de se faire mordre les doigts par les grandes puissances. Il faut a tout prix prendre l’exemple de Norvege : un pays qui a su gerer ses richesses petrolieres pour le bien de tous les Norvegiens. Le cas de Nigeria laisse a desirer. C’est on semant le bordel que les grands pays peuvent beneficier du peu de richesses dont Madagascar dispose. On est contraint de faire attention si on veut faire du bien a notre generation future. Il est temps de laisser de cote l’egoisme et voir l’interet de tous.

    • 17 février 2014 à 20:50 | Jipo (#4988) répond à laerk

      Ne pensez-vous pas que ce n’ est pas le rôle des écologistes mais bien du gouvernement de faire sortir le pays de la situation dans laquelle ils l’ ont mise et l’ entretiennent : depuis l’ indépendance !
      Les écolos ne sont même pas capables de protéger la flore pas + que la faunee et vous voudriez qu’ ils se substituent au devoir du gouvernement ???

  • 18 février 2014 à 05:13 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Je dirais plutôt :

    " NOSY BE, L’ILE AUX PARFUMS, DE TOURISME SEXUEL ET DE ... PETROLE ?".

    Sûr et certain que Hery Rajaonarimampianina a reçu de Laurent Fabius (Ministre des Affaires étrangères de La France) une note de service concernant son ressortissant brûlé vif ...
    Sur ce plan, notre diplomatie en France ne défend aucunement ses ressortissants ... A Paris, à Moulins, à Marseille, ... Ils ne font que palabrer et représenter je ne sais pas qui et quoi ... De vrais mendiants ! Pour un mariage, un huissier me demandait à la sortie une "enveloppe" pour le service, alors que les assistants et mariés ont servi l’urne dans la salle des mariages, LA HONTE ... !!!
    MINABLE ! "FORMINABLE !" ...

    A Nosy Be, sans son gouvernement institué, Hery Rajaonarimampianina s’est attaqué à un secteur facile qu’est le TOURISME, pourvoyeur de devises, ...
    Seulement il a oublié que La France demande des rapports sur l’assassinat en particulier et la justice et la sécurité en général à M/car.

    Il appartient donc à Hery Rajaonarimampianina de tout revoir ... de réparer, d’instaurer la transparence dans tout ce qu’exige les bailleurs de fonds qui ont horreur de donner de la confiture aux cochons ...

    A ce jeu, beaucoup de nos politiciens responsables sont sur la sellette ... où le Fisc, le Bianco, le Samifin, ... n’ont rien vu ... Bizarre !!!

    Laissons Hery Rajaonarimampianina tranquille pour former son gouvernement qui a des tâches ingrates dans les premiers 6 mois :
    - prise de fonctions,
    - "grand ménage" du bureau, des dossiers, ...
    - recensement du personnel, des moyens, des affaires en souffrance, ...
    - réunions du service pour affirmer ses objectifs et motivations, organiser, ...
    - rendre des comptes et faire des rapports au 1°Ministre, au Président de la République ...
    - s’expliquer devant l’Assemblée nationale,
    - Faire face aux journalistes,
    - honorer les réceptions et bouffer n’importe quoi ... où on ne sert jamais du "ron’akoho", ...
    - être à la disponibilté du 1° Ministre et du Président à tout moment ...
    - ...

    Personnellement avec tous les avantages, çà ne m’intéresse pas du tout.
    Rien que les "romazava", 2 fois par semaine chez moi, que je prépare moi-même ... C’est ni négociable, ni monnayable, ... indiscutable.

    Le pire : je ne peux plus faire plus des câlins en toute liberté avec mon épouse ... La sécurité partout ... On s’occupe de moi partout, ... même pour lire tranquillement mon journal aux toilettes, etc ...

    Pire qu’une vie de chien ! Quelle horreur !

    Je suis heureux avec mes revenus ! Cà me suffit largement !

    Aussi, je peux consulter et m’exprimer sur ce forum !

    Génial, non ?

    Veloma !

    • 18 février 2014 à 06:43 | rayyol (#110) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      C est pour cela qu etre un bon president ce ;a prend de l abnegation Le plus horrible manqué de liberte dans ses faits et gestes Faut vraiment etre une personne speciale

  • 23 février 2014 à 11:17 | jeunes (#8212)

    Bjr il faut que Mada se prenne en main et pense à son île avant tout. Tout ne s’ arrête pas a l argent .et l ’ écologie dans tout ça.il faut respecter la nature car c’est elle qui nous donne la vie,une eau propre, des poissons, une bonne terre et de bons légumes.le capitalisme n’est pas un modèle de société.surtout pour Mada. Non au pétrole , non au capitalisme et oui à l écologie ! J encourage les malgaches à planter , le maximum de légumes dans leur potager, élever du bétail , ou même pourkoi pas élever des poissons. Le pétrole constitue un gens danger pour Mada dans le cas des marée noires c encore pire après. L’argent n’est pas une solution , il faut produire , travailler et planter . Quels poissons mangeront les malgaches après la marée noire ? Ayez foi en la nature et elle le vous rendras au centuple ! Les bien matériels ne doivent pas aveugler votre bon sens. La écologie est l’avenir de Mada ainsi q l’artisanat. Le peuple malgache à beaucoup de talents manuels, vous avez des doigts en or, continuez à être ce peuple merveilleux q vous étiez à l’âge d’or de Mada. Je vis en Europe et la seule chose q je souhaite c que Madagascar ne suive jamais le chemin du capitalisme.qd aux énergie pensez à exploiter les énergies vertes et bio/

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS