Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 17h23
 

Tourisme

Journée mondiale du Tourisme

Nosy Be en fête

lundi 29 septembre 2014 | Valis

Madagascar a fêté le 27 septembre 2014, la 35ème édition de la Journée mondiale du Tourisme. L’événement est placé sous le thème du : « tourisme et développement des communautés »

La cérémonie officielle s’est déroulée sur la place du District de Nosy Be en présence de hautes personnalités, dont le ministre du Tourisme, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, la ministre de l’Art, de la Culture et du Patrimoine, Vaonalaroy Randrianarisoa, le vice-président de l’Assemblée nationale, Fredy Mahazoasy, et la représentante résidente du PNUD à Madagascar, Fatma Samoura. Les responsables de l’Office national du Tourisme et ceux de l’Office régional du Tourisme de Nosy Be n’ont pas manqué à l’appel.

Des animations culturelles (un défilé autour de la ville avec la participation des personnels du ministère du Tourisme, des associations de Nosy Be, des opérateurs touristiques, démonstration de la danse « Wadra »), ont commencé la cérémonie qui s’est achevée, après la série de discours, par l’inauguration du salon des métiers du tourisme et la visite des stands. Dans l’après-midi du 27 septembre, la célébration s’est poursuivie par diverses animations autour de la ville à savoir : radio-crochet, course marathon et remise des cadeaux aux lauréats des examens, sports traditionnels, course de pirogues et concert de symphonie sur la place de District. La journée a été clôturée par une rencontre-échange sur l’écotourisme.

« Le tourisme, vecteur de cohésion sociale }

Dans son discours, le ministre du Tourisme a mis l’accent sur l’intérêt économique du Tourisme surtout à Madagascar. « Ce secteur est catalyseur du développement (pourvoyeur de devise, créateur d’emploi). La ville de Nosy Be est le pôle du Tourisme à Madagascar et plus de 80% de la population de cette ville vit dans ce secteur » a-t-il expliqué. « Le développement communautaire dans le domaine du tourisme doit tendre à la réalisation d’un progrès équilibré, durable et respectueux, dans trois domaines : l’économique, le social et l’environnemental. Ceci englobe aussi bien la sphère écologique que le contexte culture » a-t-il ajouté. En outre, il a souligné la politique de l’État d’intégrer la population locale dans le processus du développement du tourisme, surtout en terme de sécurisation des touristes.

Extraits du discours du ministre Benjamina Ramarcel Ramanantsoa

« …Le tourisme à essence communautaire fait participer la population locale au processus de prise de décisions en fonction de leurs priorités. La possibilité d’intégrer la chaîne de valeur du tourisme fait intervenir activement les communautés d’accueil dans le processus de développement. Le tourisme devient ainsi un vecteur de cohésion sociale, au-delà de ses effets immédiats en termes de création d’emplois et de retombées économiques.

Dans son Code Mondial d’Ethique du Tourisme, l’OMT affirme que : « Les populations locales sont associées aux activités touristiques et participent équitablement aux bénéfices économiques, sociaux et culturels qu’elles génèrent, et spécialement aux créations d’emplois directes et indirectes qui en résultent ». Ce qui signifie que le tourisme est une activité bénéfique pour les communautés de destination. Cette célébration nationale de la journée mondiale du tourisme s’inscrit dans la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat.

Il est en effet essentiel, du fait de la richesse et des spécificités des régions de se moderniser et d’innover nos destinations pour adapter notre offre aux demandes et aux attentes de nos visiteurs. Et les populations locales doivent en tirer profit.

Le développement communautaire dans le domaine du tourisme, doit tendre à la réalisation d’un progrès équilibré, durable et respectueux, dans trois domaines : l’économique, le social et l’environnemental. Ceci englobe aussi bien la sphère écologique que le contexte culturel.

Les bénéfices d’un tourisme en faveur du “développement communautaire” ne peuvent être réduits exclusivement à l’aspect économique. Ils ont d’autres dimensions tout aussi importantes, sinon plus. Parmi celles-ci, citons :
L’enrichissement culturel ;
L’opportunité de contacts humains ;
La création de “biens relationnels” ;
La promotion du respect réciproque et de la tolérance ;
La collaboration entre les organismes publics et privés ;
Le renforcement du tissu social et associatif ;
L’amélioration des conditions de la communauté ;
L’encouragement à un développement socio-économique durable
La promotion de la formation des jeunes pour l’emploi ;
Et ce, pour n’en citer que quelques-unes.

Une destination touristique n’englobe pas uniquement les beaux paysages et les infrastructures de qualité, il s’agit avant tout des communautés locales, avec leurs environnements physiques et leurs cultures respectives. Il faut alors promouvoir le développement d’un tourisme en harmonie avec les communautés qui l’accueillent. Et cela, en tenant compte de leurs traditions et cultures ainsi que leurs patrimoines et leurs modes de vie. Et, dans cette rencontre haute en couleur, la population locale et les visiteurs peuvent établir un dialogue productif encourageant la tolérance, le respect et la compréhension réciproque… » (fin de citation).

29 commentaires

Vos commentaires

  • 29 septembre 2014 à 10:02 | Ra-Jao (#282)

    En dépit de la journée mondiale du Tourisme, Madagascar doit travailler son marketing pour vendre la destination Indri Indri et faire oublier le blanc grillé sur la plage de carte postale de Nosy be !

  • 29 septembre 2014 à 10:35 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Nosy-Be est-il vraiment sous l’autorité Malgache ?
    - "Faîtes-nous le bilan financier de ce que rapporte à l’Etat Malgache,le tourisme à Nosy-Be" ?
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 septembre 2014 à 11:20 | leclercq (#4410) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour
      La vraie question est :l’état Malgache est -il vraiment en mesure d’assumer et d’engager ses responsabilités dans tous les domaines et en plus celle du tourisme avec tout cela peut engendrer ????

    • 29 septembre 2014 à 11:26 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Que rapporte à Madagascar ce qui est sous l’ autorité Malgache ???
      RIEN !!! et le peu de devises que rapporte l’ ile, est : pillé par cette dernière .
      Alors, moins l’ autorité ( qui n’ en a que la prétention ), s’ occupe de ce qui peut rapporter et mieux Dago se porte . /
      Faites-nous le ( et pas les ) bilan de ce qu’ ont rapporté les différentes zotorités depuis 50 ans : pour avoir une telle arrogance !

      Quant aux : infrastructures de qualité & enrichissement autre qu ’ économique , les hauts plateaux pourraient s’ en inspirer au lieu de donner des leçons au travers de discours, aussi creux qu’ inutiles à part peut etre en convaincre leurs auteurs .

  • 29 septembre 2014 à 10:50 | TABBAGH Henri (#371)

    parlez nous de la spoliation de l’hôtel "résidence hôtelière LE BAOBAB" (ile d’Antaolankena a Nosy -be) Messieurs les Présidents et Ministres .Votre indifférence a me rendre "JUSTICE" s’ajoute a votre incompétence à gouverner ce pays .
    TABBAGH Henri (Investisseur victime de la corruption)

    • 29 septembre 2014 à 11:31 | Jipo (#4988) répond à TABBAGH Henri

      Vous savez l’ Ex PALM BEACH sous rastyhiraka a subit le même sort, au profit d’ un ministre qui a construit villa Blanche, à coté, un komplexe hôtelier ôh 2 gamme ou l’ aristocratie et tous ces corrompus peuvent venir en toute impunité gouter aux joies de l’ exotisme Sakalava ...

    • 29 septembre 2014 à 12:48 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Jipo

      L’un des effets les plus pervers du "TOURISME",c’est la démocratisation ==de la prostitution== :
      - S’il est plus que jamais facile de voyager loin,il est plus que jamais aisé d’aller loin pour s’adonner au tourisme sexuel.
      La demande augmente,l’offre suit ,==trop souvent==au détriment des victimes,de plus en plus jeunes,d’un trafic humain.
      ="LES MALGACHES NE SONT PAS DES SAUVAGES" !
      Paraît-il que la journée mondiale du tourisme,c’est : pour sensibiliser les voyageurs :
      - à la protection du patrimoine culturel
      - de l’environnemen
      - et des droits humains.
      Mais n’oublions pas les méfaits constants du TOURISME..
      les plus de 2 milliards de passagers qui empruntent /an,l’un ou l’autre des
      - 23 000 avions commerciaux du globe
      "PRODUISENT",à eux seuls,
      - plus de 2 % des émissions de CO2 d’origine fossile.
      Les transports,en général,incluant une bonne part de déplacements liés au "TOURISME",sont responsables du quart (-1/4-)de toutes les émissions de CO2.
      La surfréquentation de cerains sites menace :
      - leur pérennité
      - ou leur équilbre écologique.
      Certaines villes perdent :
      - leur âme (-exemple:Nosy-Be Hell-Ville-)
      ou
      - leur équilibre écologique.

      Le tourisme profite peu aux "Communautés locales",sauf pour des salaires de misère et ou "DES SALARIES PAUVRES".

      L’essentiel des profits est récolté par quelques étrangers et/ou en cocubinage avec des "MALGACHES H/F"et==dirigé==vers l’étranger à plus de 80 % des profits des bénéfices (-sans oublier que plus de 10 % sont déjà à l’étranger pour les =="AGENCES"==ou pourvoyeurs.
      Le "TOURISME" engendre la folklorisation des cultures (-faire des michouis avec des étrangers sur la plage,cette coutume vient d’ailleurs-).Point barre.
      Je répète et j’ insiste :
      - "LES MALGACHES NE SONT PAS DES SAUVAGES"
      Du michoui d’un être humain :
      - "C’est une culture qui vient d’ailleurs".

      L’aménagement d’infrastructures amène vers le "TRAVAIL FORCE" des autocthones.

      Trop souvent,le développement touristique et une urbanisation,à outrance, laissant peu de place aux "POPULATIONS LOCALES" ne sont pas souhaitables..

      - "MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE".

      ++"FH/HR:même combat !"++

      - "Mahefa Ary Soa"-

      ÎLES EPARSES :
      - "PAIX et CO-GESTION" par Madagascar-France.

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 septembre 2014 à 13:18 | leclercq (#4410) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Toujours la même rengaine avec vous quelque soit le moment ou le sujet : prostitution , tourisme sexuel etc etc ; çà croire que vous n’avez que ça en tête, vous êtes un obsédé pervers et le vrai danger ce sont les gens comme vous

    • 29 septembre 2014 à 13:47 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Je vous l’ ai déjà dit vous êtes un âne roséfarisoul !
      Démocratisation , ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas !
      Ce sont les filles qui sautent sur les touristes, qui se précipitent ou il y en a et pas le CONTRAIRE !
      Les filles sautent sur le touriste comme vos dirigeants sur le VOLO, sur les devises, les bons d’ essence, le BDR, les pierres et l’ or .
      Vous voulez éradiquer cela ???
      Commencez par dégager tous ceux qui prétendent vous diriger & non gouverner, et que vous adulez, ensuite soit les filles soit les touristes au choix, de finalement se demander lequel des 2 rapporte le plus ...
      Vous êtes un coincé du neurone roséfarisou, un handicapé de la cellule grise, un déshérité de la réflexion, totalement inapte à pondre le moindre raisonnement cohérent, impartial, moins encore crédible !
      Votre narcissisme débridé vous empêche toute cohérence, objectivité, humanité , mieux sortir du confortable déni dans lequel vous vous êtes réfugié et comportez comme ceux que vous soutenez : en PARASITE !

    • 29 septembre 2014 à 14:24 | Paulo Il leone (#6618) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      La descente aux enfers de Madagascar saison 2 :
      Tana pourrait bientôt ravir à nosybe le titre très envié de capitale du lynchage d’étrangers (voir faits divers récents)
      les Malgaches ne sont sans doute pas tous des sauvages basile, mais pour s’en convaincre on aimerait bien les entendre condamner cette tradition exotique propre à Madagascar.
      Pour l’instant "silence radio" sur toute la ligne sauf pour cautionner la sauvagerie...
      Après tous ces actes barbares c’est plutôt aux Malgaches de PROUVER qu’ils font partie de l’humanité civilisée.

    • 29 septembre 2014 à 14:55 | bbernard (#6880) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Vous n’êtes qu’un obsédé sexuel pervers. Et comme vous n’avez jamais eu quoi que ce soit dans votre pantalon (tout comme dans ce qui vous tient lieu de cerveau), vous crachez vos insanités à tous vents sans vous rendre compte qu’elles vous reviennent à la figure. Vous êtes incapable de raisonner autrement qu’en ramenant tout au sexe, comme si vous saviez de quoi il s’agit. Vous êtes un dangereux malade pervers

    • 29 septembre 2014 à 15:35 | vorona (#8254) répond à Jipo

      Vous ’n’avez pas encore compris qu’il faut surtout pas lui répondre ! Lui répondre c’est lui faire croire qu’il a dit quelque chose d’intéressant !

  • 29 septembre 2014 à 11:54 | Raanona (#8467)

    Beaucoup de Blabla pour Zéro action,

    Une question : Nosy-Be est-elle la seule destination touristique de Mada ?

    si l’on se réfère à un autre article de MT http://www.madagascar-tribune.com/Vite-dit,20295.html qui annonce que seuls 10% des ménages de Morondava possèdent des toilettes et que la population se réjouit de déféquer au bord de la mer et dans la nature, on se demande encore pourquoi les touristes ne veulent pas venir ici ? et ce n’est pas seulement le cas de Morondave mais de toutes les villes situées au bord de la mer et de celles qui sont traversées par une rivière ou un fleuve qui deviennent de grands WC publics, (mais qui les fournissent aussi en poisson, en eau à boire !!!)

    Tanà la capitale puante qui croule sous les ordures, avec ses canaux qui débordent et où l’on jette le contenu des pots de chambre que ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait une épidémie de choléra lors de la prochaine saison des pluies.

    Dans les soi-disant sites touristiques malgaches, qui sont soi-disant trésor et fierté nationaux de Madagascar, aucune infrastructure n’est prévue pour accueillir les touristes, aucune aire de pique-nique ou de jeu, pas de cartes, RIEN ! ce ne sont franchement pas de beaux endroits où l’on voudra rester plus de 5 minutes ! Les forêts se résument çà quelques arbres épargnés par les feux de brousse et par les coupes à outrance.

    Les routes sont atroces ! il faut beaucoup de courage pour voyager dans la poussière et être secoués plus d’une journée même à bord d’un 4x4 !

    Une fois que tu arrives au bord d’une plage, toute la population sort des cabanes pour venir te regarder, comme si tu étais un spécimen rare à admirer. Les gens te rient dessus comme si tu étais venu là pour faire le clown ! Ils viennent te regarder de près et viennent voir qu’est-ce que tu as amené dans ton sac, Tu as peur pour tes affaires, tu as pour ta vie !

    Vive le tourisme à MAdagascar ! destination idéale pour les casse-cou et ceux qui n’ont plus rien à perdre dans la vie !

    • 29 septembre 2014 à 16:19 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Raanona

      Il faut que la "POPULATION AUTICHTONE MALGACHE" s’intéresse au "TOURISME" avant de faire venir des étrangers.Point baérre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 septembre 2014 à 00:15 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Une population autichtone malgache ???
      Vous êtes certain que les malgaches sont des autichtone ???
      et les zétranzés ce sont des indigènes ?
      C ’est quoi " s’ intéresser " chez un bazil ???, les fliquer, les emprisonner, les racketter ou les griller ???

    • 30 septembre 2014 à 07:28 | Mamie (#8285) répond à Raanona

      Pourquoi faire une fixation sur Nosy Be alors qu’il y a beaucoup d’autres endroits touristiques à Madagascar ? Pour attirer les touristes il faudrait avant tout avoir des voies de communication dignes de ce nom car ici on ne parle pas en terme de kilomètres mais de temps et il faut avoir le courage de faire de longs déplacements sur des routes défoncées avec le risque d’une panne ou d’un accident. Il faudrait avoir des hôpitaux aux normes et pouvant prendre en charge les touristes qui tombent malades. Quand ils ont besoin d’un rapatriement sanitaire, avec quel avion et dans combien de temps ? Ne parlons pas des villes ou villages poubelles, comme ici à Ramena où le paysage est envahi par les sachets en plastique et tous les déchets ménagers. C’est pourtant la seule plage de Diego. Il faut regarder où on met les pieds pour éviter les bouses de zébus, les poissons pourris laissés par les pêcheurs, les tessons de bouteilles, les sacs poubelle enterrés dans le sable. Quelle belle image de carte postale. Ne parlons pas non plus des odeurs de défécation et d’urine à certains endroits qui ravissent nos narines. Il y a aussi les nuisances sonores tôt le matin ou tard dans la nuit, pourtant les vacances sont faites pour se reposer. Il ne faut pas oublier que les touristes sont habitués à des règles d’hygiène drastiques, alors en arrivant ici le choc est rude. Ont-les envie de manger de la viande ou du poisson après avoir été sur le marché de Diego où tout reste exposé aux mouches et à la poussière pendant des heures ? Beaucoup de choses à faire avant de développer le tourisme.

    • 30 septembre 2014 à 10:47 | Mamie (#8285) répond à Raanona

      Pourquoi faire une fixation sur Nosy Be alors qu’il y a beaucoup d’autres endroits touristiques à Madagascar ? Pour attirer les touristes il faudrait avant tout avoir des voies de communication dignes de ce nom car ici on ne parle pas en terme de kilomètres mais de temps et il faut avoir le courage de faire de longs déplacements sur des routes défoncées avec le risque d’une panne ou d’un accident. Il faudrait avoir des hôpitaux aux normes et pouvant prendre en charge les touristes qui tombent malades. Quand ils ont besoin d’un rapatriement sanitaire, avec quel avion et dans combien de temps ? Ne parlons pas des villes ou villages poubelles, comme ici à Ramena où le paysage est envahi par les sachets en plastique et tous les déchets ménagers. C’est pourtant la seule plage de Diego. Il faut regarder où on met les pieds pour éviter les bouses de zébus, les poissons pourris laissés par les pêcheurs, les tessons de bouteilles, les sacs poubelle enterrés dans le sable. Quelle belle image de carte postale. Ne parlons pas non plus des odeurs de défécation et d’urine à certains endroits qui ravissent nos narines. Il y a aussi les nuisances sonores tôt le matin ou tard dans la nuit, pourtant les vacances sont faites pour se reposer. Il ne faut pas oublier que les touristes sont habitués à des règles d’hygiène drastiques, alors en arrivant ici le choc est rude. Ont-les envie de manger de la viande ou du poisson après avoir été sur le marché de Diego où tout reste exposé aux mouches et à la poussière pendant des heures ? Beaucoup de choses à faire avant de développer le tourisme.

  • 29 septembre 2014 à 13:23 | jules (#2904)

    Pourquoi risquer sa vie à Mada ,il y a tant de pays plus accueillant dans le monde. Avec des infrastructures dignes,des véhicules en état et ou tu peux voyager de nuit sans craindre de te faire dépouiller....

    • 29 septembre 2014 à 13:55 | Jipo (#4988) répond à jules

      Ne risquent leur vie à Madagascar, que ceux qui le veulent bien , ceux qui vont le chercher à 2 mains .
      Madagascar n’ est pas plus dangereux que la banlieue de Marseille, ou Parisienne .
      Qui se ressemble s’ assemble , si vous fricotez avec les racailles vous aurez à faire aux racailles ce ne sont pas les pêcheurs, les agriculteurs ou les Paysans dans les campagnes, qui attenteront à votre vie .

    • 29 septembre 2014 à 14:44 | jules (#2904) répond à Jipo

      Là c’est faux , il est plus dangereux de se déplacer à mada , car en France les zones risquées sont connues. A Mada ,n’importe ou , n’importe quand tu peux mourir pour un telephone , une montre , ou 1000ar. L’argent facile ,sans travail et sans efforts, voilà la seule chose qui importe , quitte à tuer .
      Et ce n’est pas une question de fréquentation , mais une loterie ou tu joues ta vie.

    • 29 septembre 2014 à 14:58 | bbernard (#6880) répond à jules

      Il ne faut pas exagérer. Vous montez en épingle quelques événements récents certes tragiques mais qui restent minoritaires. A Paris, c’est beaucoup plus dangereux qu’à Tana, de jour comme de nuit. Seulement, on n’en parle que très peu pour ne pas effrayer les touristes. Toute la différence est là

    • 29 septembre 2014 à 16:24 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à bbernard

      A Paris,c’est plus dangeureux...
      Vraiment,je suis tombé des nues....
      Citez-moi un de ces endroits dangeureux de "PARS" !
      Merci d’avance !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 septembre 2014 à 16:59 | zorey974 (#7033) répond à bbernard

      Faut arrêter l’angélisme cher Bernard ! A Tana, la nuit il n’y a pas un SEUL endroit où vous pouvez vous balader en sécurité ! Il faut prendre un taxi pour faire 100 mètres, pas à Paris. On ne peut pas comparer l’incomparable.
      En étant prudent on se sort sans encombre d’un séjour à Mada (même à Tana) mais il faut être prudent. A PAris, désolé, mais je me balade comme je veux et sans crainte dans beaucoup de quartiers.

    • 29 septembre 2014 à 21:36 | kozobe (#7754) répond à jules

      M. Jules
      Selon un adage bien connu (et bien français je présume) : "Un homme avertit en vaut deux". Ceci est...disons... vrai d’une façon ou d’une autre. Vous savez par conséquent où vous ne devriez pas aller pour vos vacances pour préserver votre intégrité physique, votre bourse, portable, montre. Et que sais-je encore ? Et ce n’est pas la peine de faire tout un plat sur forum.

  • 29 septembre 2014 à 15:28 | tanguy37 (#7699)

    la lecture des commentaires,c’est pas gagné.il vaut mieux tourner son choix sur la reunion ou bien maurice,personnellement c’est ce que je conseille.

    • 29 septembre 2014 à 21:55 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à tanguy37

      Ces deux destinations ne sont pas à la portée de tout le "MONDE",salarié,en France.
      Mieux vaut rester dans des belles régions de France.Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 septembre 2014 à 00:22 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      C ’est vrai qu’ avec tous les hotely 4 ★★★★ qui foisonnent / l’ ile, il n’ y a pas de place pour les routards, les Mauriciens ont du souci à se faire ...
      La destination est réservée à l’ élite malagasy pure race comme vous, n’ est-ce pas roséfarisaoul ???

  • 7 octobre 2014 à 07:53 | gandhimandelaking (#8322)

    Nosy-Bé, cet espace insulaire à vocation touristique et sa capitale Hell-Ville, ainsi que ses villages et îles satellites alentours rentrent dans la littérature française insulaire et francophone de l’océan Indien. Nosy-Bé comme les îles entre mythes historiques et réalités romanesques dans l’Odyssée d’Homère, l’Utopie de Thomas More, Vendredi ou les limbes du Pacifique de Michel Tournier, L’Île mystérieuse de Jules Verne, La Tempête de Shakespeare côtoie alors les îles mythiques et voyage en voguant sur cette légende, au Cœur de la Littérature, de la Culture et de l’Histoire et en faisant elle-même sa plongée géopolitique et touristique sur la scène internationale.

    Livres à lire : Nosy-Bé : Âme malgache, Cœur français et Année 2043 : Autopsie D’une Mémoire chez bookedition. Bonne lecture et bon voyage à tous...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS