Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 20 juillet 2019
Antananarivo | 07h29
 

Editorial

Minorités et reconnaissance

lundi 7 mai 2007 | Miary

Décidément, la société malgache évolue et plus vite qu’on ne pourrait le croire. Les « sarim-bavy tena izy », comprenez les vrais efféminés, après une apparition publique au Roxy dans une représentation artistique, sont maintenant sollicités par les télés pour que vous en sachiez plus sur eux. Si le spectacle du Roxy a eu une certaine réussite, due à la nouveauté et la curiosité, l’émission télé de Samedi sur MaTv dans « Ankarihary » (pleins projecteurs) était plus instructive car on avait droit à des explications des intéressés sur leur mouvement mais on pouvait également juger de la réaction du public par les questions et interventions téléphoniques.

Deux jeunes efféminés ont bravé l’opinion en apparaissant à visage découvert pour satisfaire la curiosité publique. Les questions trop intimes ont été éludées mais la position de fond a été bien explicitée. Non ils ne sont pas des prostitués, oui ils connaissent bien les dangers du Sida et luttent pour freiner son expansion, oui ils ont des aspirations comme tout le monde y compris en matière artistique. Fondamentalement, ils souhaitent la reconnaissance par la société de leur existence et réclament la tolérance et le respect. Ces aspects ont été particulièrement développés par Tanamasoandro, l’un des deux invités. Certes les interventions du public ont été diverses allant de la curiosité malsaine en allant vers des questions bibliques et de moral en passant par des problèmes de vécus quotidiens. Mais assez peu d’agressivité manifeste ou de rejet catégorique. Le plus frappant c’est qu’une chaîne comme MaTv qui est plus une chaîne familiale, programme une telle émission.

Voilà donc les particularités sexuelles qui sont étalées au grand jour au nom de la tolérance et du respect. Avant cela, des citadelles supposées imprenables sont tombées. Il n’y a pas longtemps le mariage entre catholique et protestant paraissait inconcevable ou tout au moins très difficle. Maintenant, c’est presque la norme. Les unions entre originaires de régions différentes paraissaient incongrus. Aujourd’hui, cela ne choque personne.

La pensée unique recule dans différents domaines. Il est temps, qu’au nom de la tolérance et du respect pour les minorités, l’expression des courants de pensée pluraliste soit reconnue et même sollicitée même dans la conduite des affaires nationales.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS