Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 01h29
 

Culturel

Concours Musique de l’Océan indien

Mikéa porte haut le flambeau de Madagascar

vendredi 24 août 2007
Théo Rakotovao a tout pour plaire. Un avenir à suivre de très près.

Les mikéa sont-ils des pygmées ? A l’image du jeune leader du groupe éponyme de cette éthnie du sud de Madagascar, il est faux de dire qu’ils sont de petites tailles, nus et avec des cheveux longs et qu’ils se cachent dans les creux des arbres, ont un langage incompréhensible qui leur serait propre.

En effet, Mikea est un terme générique qui désigne un groupe de personnes de langue malgache et de coutumes Masikoro, un groupe issu du Sud de Madagascar. Les Mikea vivent en secret dans la forêt épineuse nommée en conséquence « forêt des Mikea ».

Théo Rakotovao, leader du groupe Mikea, allant du blues au R’n’b, s’est démarqué par sa timbre vocale et va se hisser au top lors du concours de la musique de l’Océan indien. Après les délibérations des 5 et 6 juillet à Paris, le groupe Mikea a été consacré finaliste du concours « Prix Musique de l’Océan Indien » aux côtés de Maalesh des Comores et de Monawa de la Réunion.

Ce concours est né lors des « Premières rencontres internationales professionnelles des créateurs musicaux de l’Océan Indien » en 2006 à Madagascar et fut lancé en 2007. A l’initiative de la SACEM, du FCM (Fonds pour la Création Musicale) et de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), le concours a pour objectif de découvrir les nouveaux talents musicaux de la région.

Après une prestation d’une demi-heure, le groupe lauréat sera sacré champion et recevra une bourse d’étude. Les gagnants pourront également participer au festival « Musiques Métisses d’Angoulême », aux « Francofolies » de la Rochelle, ainsi qu’à la rencontre « Voix du Sud » d’Astafford, qui a eu un échos favorable à Madagscar avec la tenue d’un stage initié par l’Alliance Française.

Le groupe Mikéa a gravi tous les échelons

Fondé en 2001 par Théo Rakotovao, leader et chanteur avec une voix velours , tantôt basse, parfois puissante, qui alterne les cris avec les murmures, et qui se prête aussi bien au beko qu’au blues, le groupe MIkéa prône pour le « beko and Blues ».

Ses compositions véhiculent un message généreux. Joies, peines, vie, amour, environnement, perte d’êtres chers, toutes les émotions qui sont interprétées sur des harmonies très particulières.

Dans leur musique , il y a du Ben Harper, sauf que le chanteur n’est pas assis et immobile. Il vibre et bouge au rythme de la musique interprétée par deux guitaristes de talent qui sont dans un rôle contre-nature. Mikea a su habiller sa musique en y incorporant des éléments de modernité, tout en gardant une originalité traditionnelle.

Il y eut la sortie de l’album « Longo » en 2006 classé parmi les dix meilleurs lors du Prix Découvertes RFI 2006, sui vi d’un concert de promotion au Centre Culturel Français d’Antananarivo. Mikea a également envoûté le public marocain lors de sa participation au festival « Timitar » d’Agadir en juillet 2006.

Les artistes malgaches qui sont dans le circuit du « World music » sont plus connus à l’étranger que dans leur propre pays. Mais le groupe Mikea a fait exception à ce constat.

Le « beko’n’blues » a eu un succès et plaît au public. La musique est bonne, le chanteur a autant de talent que de charisme. Une occasion de se rendre compte que ce n’est pas seulement dans la variété que l’on entend les plus belles chansons.

Pourvu que les jurys soient de notre avis le 07 novembre prochain lors de ce concours de Musique de l’Océan Indien.

Recueillis par Daddy R.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS