Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 19 novembre 2018
Antananarivo | 00h04
 

Politique

Médiation

Michaëlle Jean appelle à un dialogue inclusif

mercredi 2 mai | Vavah Rakotoarivonjy

Alors que l’heure du dialogue semble être déjà révolue pour les 73 députés issus du collectif pour le changement et les milliers de manifestants de la place du 13 mai qui les suivent, Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, continue d’y croire. Ayant foulé le sol malgache dimanche, elle a déclaré qu’il n’y a que le dialogue qui puisse résoudre la crise politique actuelle dans la Grande île.

Il ne faut pas « mettre en péril les acquis et les efforts consentis durant ces dernières années », car « Madagascar a déjà trop souffert », conseille-t-elle. Elle se propose alors comme étant une médiatrice entre les acteurs de la crise actuelle dans le pays en lançant que « Je serai à l’écoute et j’invite tous les acteurs politiques à s’inscrire dans un exercice démocratique qui accepte la confrontation des idées sans verser dans la violence et les exhorte à s’engager vers un dialogue inclusif pour le bien de l’ensemble de la nation  ».

Comme la plupart des représentants de la communauté internationale qui se sont déjà exprimés sur la situation malgache actuelle, elle estime que le « processus électoral doit pouvoir se dérouler dans le calme et le plein respect des institutions ». Ce, avant d’ajouter que « La Francophonie renouvelle sa solidarité envers Madagascar ainsi que sa disponibilité à appuyer le processus électoral malgache et à contribuer à l’apaisement de l’environnement politique  ».

D’autres émissaires de la communauté internationale dont celui des Nations unies sont attendus à Madagascar dans les prochains jours. Comme la secrétaire générale de la Francophonie, ils auront pour mission d’amorcer le dialogue entre les protagonistes de la crise malgache actuelle afin de résoudre le problème autour d’une table de négociation. Une initiative qui semble pourtant être perdue d’avance au vu de la détermination des 73 députés du collectif pour le changement et de la nouvelle allure que la manifestation sur la place du 13 mai a pris ces derniers jours.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 2 mai à 11:03 | râleur (#3702)

    Mais on s’en fout de ce qu’elle peut dire ! On l’avait maintes fois prévenue de ne pas faire le sommet de la francophonie dans un pays aussi pauvre et avec des dirigeants qui ne pensent qu’à détourner l’argent public. A ce jour, des mois après, il y a toujours des fournisseurs non payés et des gens personnes que l’on a employées comme des esclaves, sans salaires

    L’OIF, on s’en fout, c’est un machin (comme dirait De Gaulle de l’ONU) qui a été créé pour défendre les intérêts de la France. . De quoi se mêle l’OIF des problèmes de politiques interne du pays ? Madagascar n’est plus une colonie française !

    Peut être qu’elle a fait le voyage pour ses miles sur Air France et ses per diems. Alors, maintenant,, elle dégage et retourne d’où elle vient

    • 2 mai à 23:32 | Bena (#494) répond à râleur

      Michael Jean d’Arc à la rescousse de son pote en perdition.

  • 2 mai à 11:44 | kartell (#8302)

    Affligeant discours d’une présidente, venue faire du vent, dans une intervention superflue, véritable Lapalissade à la sauce haïtienne, dont on connaît la piètre réputation, dans ce domaine !….
    Quand se décidera-t-on d’éviter de se faire l’écho de ces pantins mondains qui n’apportent rien au débat politique, voir, qui ne font que compliquer une situation, déjà, suffisamment confuse ?….
    Donner des leçons de bonne gouvernance, c’est enfoncer des portes ouvertes, qui le sont tellement, qu’elles finissent par se refermer au nez de ces bonimenteurs qui repartiront comme ils sont venus : dans l’indifférence générale !.

  • 2 mai à 14:23 | Rakotovazaha Manoa (#10256)

    Encore une fois , un dialogue est la seule solution pour Madagascar

    • 3 mai à 16:10 | Nomen’iavo (#10270) répond à Rakotovazaha Manoa

      c’est toujours par le dialogue qu’il faut commencer à résoudre des conflits, ou vous voyez une autre solution ?

  • 2 mai à 15:36 | bema (#828)

    Bien sûr qu’on doit dialoguer mais plus à n’importe quelle condition ! Les Malgaches supportent tout et j’insiste les pires des situations mais quand ça explose, nous sommes au point de non retour. Ces gens là n’ont qu’à quitter sagement leur place car il n’est pas encore trop tard et s’ils ont encore un brin de patriotisme, ils doivent agir ainsi.Merci

  • 3 mai à 08:43 | clark9999 (#8477)

    Madame êtes-vous souciée des conditions dans lesquelles ont été organisées le sommet de la Francophonie à Madagascar : des fournisseurs non payés à ce jour, des réalisations laissées à l’abandon ?? NON
    Quand vous parlez des efforts consentis : mis à part la corruption, l’enrichissement personnel avec des fonds publics et le détournement des fondamentaux de la démocratie : quels sont les réels efforts faits par les dirigeants politiques ?
    Il est vrai que vous aussi vous vivez grassement au sein de l’OIF à mille lieues du quotidien de la très grande majorité de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 152