Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2022
Antananarivo | 13h00
 

Société

Justice

Menace de grève des greffiers, le ministère appelle au dialogue

mardi 4 octobre | Mandimbisoa R.

Le système judiciaire, pour une nouvelle fois, risque d’être à l’arrêt. Déterminé, le syndicat des greffiers de Madagascar menace d’entrer en grève générale et illimité sans service minimum à partir du jeudi 6 octobre. N’ayant pas eu de réponse satisfaisante à leurs revendications suite à leur rencontre avec le ministère de la justice, les greffiers mettent ainsi la pression sur les autorités.

A quelques jours de la tenue de cette grève, Aina Raby Savatsarah, secrétaire générale du ministère de la Justice, a appelé les greffiers à revenir sur la table de la négociation. « Les portes du ministère de la Justice restent ouvertes. Nous sommes toujours ouvert aux discussions quels que soient les problèmes auxquels vous faites face. Il n’y a que le retour au dialogue qui nous permettra de trouver des solutions », a-t-elle lancé hier à Anosy.

Elle a également appelé à la conscience des greffiers. « Nous vous appelons à prendre en considération tous ceux qui bénéficient de notre travail en ce moment » a-t-elle affirmé. En effet, le greffier c’est la plume du juge, aucun siège ne peut être pris sans un greffier. Aucun constat ne peut se faire sans les greffiers. Bref, une grève des greffiers paralyserait les tribunaux et c’est le justiciable qui en paiera les frais.

Du côté du syndicat des greffiers, l’heure ne serait plus au dialogue. Aucune réponse positive à leurs doléances n’aurait été obtenue et des propos rabaissant, humiliant et pleins de négligence auraient été lancés à leur encontre, selon leur dires. Lors de leur assemblée générale le 30 septembre dernier, le syndicat a ainsi décidé de lancer un nouvel mouvement de grève, le premier depuis la crise du Covid-19.

Dans ce bras de fer avec le ministère, les greffiers réclament le versement de ses membres dans un des corps du personnel du ministère de la Justice conformément à leurs diplômes. D’après le président du syndicat, Alain Michel Randriamaro, le dernier versement a eu lieu en 2006 pourtant beaucoup de ses membres ont été diplômés après 2006.

Des sources auprès des greffiers révèlent que les grévistes vont investir le ministère ou le tribunal dans la matinée mais sans prendre leur service. Les greffiers sont habitués des grèves de revendication. Cela s’est calmé durant la période de crise sanitaire mais force est de constater que quasiment tous les ans avant 2020, le syndicat des greffiers avait toujours brandi les menaces de grève pour obtenir ce qu’ils demandent.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 4 octobre à 12:22 | arsonist (#10169)

    Manace de grève des greffiers ?
    De toute façon sous ce pouvoir foza du DJ bac-3 faikam-boto Rajoelina,
    déjà les juges eux-mêmes semblent être aux ordres !

    Alors, les greffiers ... .?
    Que peuvent-ils faire s’ils veulent accomplir avec honnêteté leur travail ?
    Rien !
    Car les pinces des foza sont aiguisées et très tranchantes !
    Demandez ce qu’ils en pensent aux habitants d’ Ikongo ou à "MALAMA" , par exemple !

  • 4 octobre à 12:43 | Ibalitakely (#9342)

    FA MBA FIRY KOA ALOHA IZAY NY FITOKONANA REHETRA, NIDRITRY IZAO FITONDRANA IZAO, TOA SIRA LATSAKA AN-DRANO NA ANTSO AN’EFITRA ??

  • 4 octobre à 12:45 | lé kopé (#10607)

    L’Etat Malagasy est comme un pompier qui doit éteindre le feu partout , par manque de volonté , mais surtout par incompétence . Les revendications ne sont plus cantonnées aux seuls greffiers , mais à tous les secteurs de l’Administration . Il n’y a pas un jour où l’on ne constate pas un dysfonctionnement de l’appareil Administratif , qui est la base de développement d’un Pays . La cour des comptes a déjà publié les malversations qui y règnent , les Inspecteurs d’Etat ont déballé en public toutes les anomalies , les bourses des Etudiants ne sont pas payées , les Entreprises Nationalisées comme La Secren ou Kraoma , comme bien d’autres ne bénéficient pas de leurs salaires depuis des mois , les opérateurs économiques comme les entrepreneurs routiers sont sans le sou , avec leurs membres en difficulté , soit en prison , soit en faillite , soit décédés pour cause d’AVC ... et la liste n’est pas exhaustive. Bref , comme disait le Calife lui même durant sa propagande Présidentielle en 2018 : "Ya -t-il un pilote dans l’avion , ou plus clairement , est ce un Etat en faillite ? (Failed State). En tout cas , les caciques du régime seront comme disait Feu Le Flibustier , "victime de leurs propres turpitudes " . Pour détourner l’attention de la population de la situation délétère qui règne sous nos contrées , notre Champion de l’Industrialisation ( avec Pharmalagasy en déroute), se consacre aux inaugurations de toutes sortes , et surtout à l’arrestation de ceux qui disent tout haut , ce que tout le monde pense tout bas . Ce sont les lanceurs d’alerte , comme Malama , ou le jeune "blogeur" qui en subissent les conséquences dramatiques . En tout cas , la coupe est pleine , et les réactions peuvent venir de nulle part . Salut Les Copains .

  • 4 octobre à 13:32 | Yet another Rabe (#4812)

    Miharahaba ny rehetra,

    Aiza ianao Nampoina fa misavoritaka ny tany sy ny fanjakana ?

    Raikitra ny ady an-trano noho ireto miaramilam-potaka ireto :

    http://www.lagazette-dgi.com/?p=83725

    Tsy misy lahateny (no comment).

    Mankasitraka

    • 4 octobre à 14:34 | Ra-Jao (#282) répond à Yet another Rabe

      Rehefa mamaky io article ny Lagazette io dia liana ny tena ahafantatra hoe : maninona ny lehiben’ny miaramila no tsy mihetsika mijery izao toe-javatra mitranga hiampangana fa "tafihin’ny miaramila avy ao amin’ny kaompania 518 avy ao Bekily ny distrikan’i Betroka". ????
      Sa efa mahazo fampintandremana avy @ mpanantanteraka avokoa ry Jeneraly sy ry Commandant isany fa raha mianan-kendry eo dia tapaka ny fihinanana. Mampiteniteny foana ny zava-misy eto an-tanindrazana, fa @ fomba ahoana no hibaikona député miaramila andeha hanafika distrika. Efa ao anaty banditisme mihintsy ireto bidasse ireto fa "tsy tandroka aron’ny vozona" ho an’ny firenena intsony. Fa ny tena mahavariana dia tsy andrenesam-peo mihintsy ny fitondrana miaramila. Na ny miaramila, ny mpitandro filaminana, ny fitsarana hatrany @ fitsarana tampony (HCC) izany dia vonga-javatra tsy misy ilàna azy avokoa eto @ firenena, fa milavo lefona ka tonga mpanompon’ny fahefana mpanantanteraka avokoa miaraka @ ireo mafia manodidina azy. Latsaka farany ambany mihintsy ny firenentsika, indrisy ! Mbola omenareo 5 taona ve i rajoely na dia efa nianatr’asa fitondrana nandritry ny 5 taona (2009-2014), tsy hita izay vokany rehefa nanao izay ahalany azy nandritry ny 5 taona indray 2018-2023. Dia ho aiza ity firenena ity any @ 2028 hoy ianareo ? Mba manana herimpo ry malagasy fa mba jereo ny vehivavy any Afghanistant, atsy Iran...tsy manaiky hanaovana tsindry hazo lena eny fa na dia misy aza ny maty, tifirin"ny fitondrana jiolahim-boto, mifikitra @ fihinanany !

  • 4 octobre à 13:46 | Kobbe (#11248)

    TOUT TRAVAIL MERITE SALAIRE : UN DROIT UNIVERSEL...
    Appeler à la conscience des greffiers avec des arriérés de versement datant de 2006 (?!). Les salaires impayés nous en sommes habitués, mais attention... on doit apprendre à respecter ce droit universel : tout travail mérite salaire. Le salaire est sacré car reconnu même par Dieu.

  • 4 octobre à 18:16 | Gérard (#7761)

    les juges se paient sur la bête , et ne partagent pas le koly koly ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS