Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 07h56
 

Lu ailleurs

Madagascar/Présidentielle

Madagascar : Pas de reprise économique sans résolution de la crise politique

mercredi 23 octobre 2013

Madagascar doit relever un défi majeur : réussir le premier tour de la présidentielle ce 25 octobre. Et, s’il y a lieu, le deuxième, couplé avec les législatives, prévu le 20 décembre. Faute de quoi, l’économie malgache ne pourra pas se relever.

Dans la longue liste des pays les plus pauvres du monde, souvent des pays africains, Madagascar est certainement celui dont la déconfiture a été la plus spectaculaire au cours des dernières années. Début juillet 2013, la représentante de la Banque mondiale à Antananarivo, Mme Haleh Bridi, soulignait que le pays était devenu le plus pauvre du monde : 92 % de la population malgache vit avec moins de 2 dollars par jour, sous ce que l’on considère comme le seuil de l’extrême-pauvreté. Le citoyen malgache moyen vit aujourd’hui moins bien qu’en 1960. Baisse des revenus (diminution du PIB de 3,7 % en 2009) et croissance démographique se sont conjuguées pour aboutir à ce résultat

L’industrie textile a payé le prix fort

Jusqu’en 2009, le pays progressait grâce à ses ressources agricoles et minières, grâce aux injections de fonds des grands bailleurs internationaux, le FMI, la Banque mondiale, l’Union européenne. Mais la crise politique qui a démarré en 2009 a anéanti les progrès enregistrés jusque là. Depuis lors, l’économie malgache est engagée dans un processus d’effondrement permanent. La quasi disparition de l’industrie textile malgache est une parfaite illustration de l’impact économique de la crise politique. Selon une étude du Bureau international du travail (BIT) et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), entre 2008 et 2011, 336 000 emplois ont été détruits dont le tiers dans l’industrie textile.

Que celle-ci ait été rayée de la carte n’est en effet pas la conséquence d’une hausse des coûts de production, d’une rivalité accrue sur les marchés mondiaux ou d’une défaillance des industriels malgaches. C’est simplement la décision prise par l’administration américaine d’exclure Madagascar des bénéfices de l’AGOA (African Growth Opportunity Act), ce dispositif législatif qui ouvre les frontières de l’immense marché américain aux productions des pays africains, celles-ci étant exemptées de droits de douane. Encore faut-il pour jouir de ce privilège répondre à un certain nombre de critères de bonne gouvernance et de respect des règles démocratiques auxquels Madagascar a, aux yeux de Washington, dérogé depuis 2009. Conséquence, la Grande Ile a été rayée de la liste des pays africains bénéficiant de ces exemptions douanières et l’industrie textile malgache en a payé le prix fort. Privée de ces avantages tarifaires, elle n’a pas pu concurrencer les autres producteurs africains, le Kenya par exemple.

Madagascar pouvait aussi traditionnellement compter sur sa fabuleuse géographie pour attirer un nombre de touristes croissant. Cet afflux avait créé 11 000 emplois entre 2004 et 2011. Mais la crise politique intérieure a enrayé cette dynamique La crise économique des pays européens a, par ailleurs, contribué à tarir cette manne touristique. Enfin, le lynchage de trois personnes dont deux ressortissants européens, début octobre 2013, sur l’île de Nosy Bé, ne devrait pas contribuer à stabiliser l’industrie touristique malgache.

Importer, plus facile à dire qu’à faire !

Même l’agriculture, secteur-clé de l’économie malgache (75% de la population vit en zone rurale), est sinistrée : invasion par une vague de criquets migrateurs début 2012 et aléas climatiques se sont conjugués pour provoquer une baisse des récoltes. Essentielle à la diète malgache, la production de riz a ainsi chuté. La récolte 2013 aura été inférieure de 280 000 tonnes à la précédente, obligeant le pays à recourir aux importations pour ne pas plonger plus avant dans la détresse alimentaire.
Importer, plus facile à dire qu’à faire ! Depuis quatre ans, privé des appuis financiers extérieurs, l’État malgache connaît des difficultés permanentes de trésorerie qui l’ont, entre autres, obligé à rogner sur les appuis à l’agriculture. La situation financière du pays est si tendue que début octobre 2013, le ministre des Finances et du Budget du gouvernement de la Transition, Rasoloelison Lantoniaina, a annoncé qu’à l’exception du budget consacré à l’organisation des élections, tous les ministères verraient au quatrième trimestre leur dotation amputée de 47% de ce qui avait été initialement prévu.

Dans ce tragique panorama économique, seule l’industrie minière tire son épingle du jeu, grâce au développement de deux projets à Ambatovy et à Anosy. Développée par la compagnie canadienne Sherritt, la mine d’Ambatovy est entrée en production en octobre 2012. Environ 60 000 tonnes de nickel et 5 600 tonnes de cobalt devraient être produites tous les ans pendant trente ans. La mine d’Anosy, au sud-est de Madagascar est opérée par l’un des géants miniers mondiaux, le groupe Rio Tinto. Quelque 750 000 tonnes d’ilménite, le minerai du titane, y sont produits. Mais, fruit de la crise politique, le nombre de permis d’exploration est passé de 4 400 en 2008 à 770 en 2012.

Des efforts sur la durée

Il n’y aura donc pas de reprise économique à Madagascar sans résolution de la crise politique. Seule une issue électorale démocratique permettra la reprise de l’aide internationale, le retour des investisseurs et la réintégration dans l’AGOA américain. Mais pour nécessaire qu’elle soit, cette solution politique ne sortira pas à elle seule la Grande Ile de la crise dans laquelle elle est plongée. Il faudra aussi une révolution de gouvernance. Car si l’on en croît la Banque mondiale, au cours des dernières décennies, le manque de gouvernance a favorisé « les intérêts de particuliers au détriment de l’intérêt général. » La Banque mondiale illustre son propos par le commerce illicite de pierres et de bois précieux qui a contribué à l’enrichissement de quelques uns et à l’appauvrissement collectif. Une tendance que la crise politique de ces dernières années n’a fait que conforter.

(MFI/22.10.2013) Jean-Pierre Boris

7 commentaires

Vos commentaires

  • 23 octobre 2013 à 10:02 | frech (#7613)

    bonjour : l economie d un pays ne peut se reposer que sur un seul secteur d activite. ca tout le monde le sait ; l industrie textile a profiter d avantages donner par les USA mais cela n aurait pas duree sur le long terme.tous les bailleurs internationaux n ont aucun avantage a faire vivre le pays sous perfutions sans avancees reelles : ca coutes cher et chacun le sait rien n ai reellement remboursse !! donc accuser les institutions etrangeres d appauvrir madagascar est une aberration( il faut savoir tondre le mouton sans le tuer !!)les polititiens malgaches de tout bords vont devoir se mettre reellement a l ecoute des populations et des instances internationales car je penses que la chance qui va etre donner a madagascar apres ces elections ne se representera pas 2 fois !! bonne journee

    • 23 octobre 2013 à 10:52 | leclercq (#4410) répond à frech

      Bonjour French
      Tout à fait de votre avis , il est temps d ’arrêter de se voiler la face et de cesser de rendre le monde entier responsable de la débacle du pays , Madagascar n’avait besoin de personnes pour s’appauvrir en outre , c’est le moment ou jamais s’il tient réellement à remonter la pente !!! la balle est dans les camps des Malgaches et de leurs éventuels" élus "que j’espére dans la légalité et la transparence !!!!!AUX URNES CITOYENS !!!!
      bonne journée à vous
      BAKOLY

    • 23 octobre 2013 à 13:32 | hrrys (#5836) répond à frech

      Une crise politique ne devrait pas avoir une répercussion sur l’économie nationale , une crise politique ne devrait pas porter préjudice à l’économie nationale.La première victime de cette crise il faut le rappeler est le secteur industriel malagasy notamment la filière textile ,des emplois ont été perdus par une simple décision politique :SUSPENSION DE L’AGOA .Qui peut défier ou nier cette décision du congrès américaine à coloration POLITIQUE ? De deux , la responsabilité entière devrait être incombée aux meneurs de gréves car ils étaient les premiers responsables . Une gréve de longue durée peut stagner l’économie du fait qu’ elle puisse tôt ou tard stopper le fonctionnement normal des entreprises ( plus de ventes de service ou des biens et plus d’achats ) les acteurs économiques perdent leur confiance à cause de l’absence de la stabilité politique . Comment restaurer cette confiance ? A mon avis et cela n’engage qu’ à moi il faut réviser ou jeter un œil sur nos parlementaires car c’est bien au sein de parlement que va dérouler les débats politiques , il faut étudier de fond en comble le fonctionnement du régime parlementaire car un parlement fort peut déstabiliser l’exécutif voire même entamer des motions ( de censure ou d’empêchement) pour éviter ce cycle infernal de gréve de longue durée préjudiciable à notre économie.

  • 23 octobre 2013 à 10:53 | meloky (#637)

    C’est du chaos techniques ! et pourtant ca touche les souches lumpen, d’ici peu meme les soi-disant bourgois vont finir leurs aventures dans les voiries !

    Maintenant, c’est la fete electorale, on sait jamais le futur de cette belle ile, Meme si les citoyens ont la part de la resonpabilite, C’est les vautours politiciens avaient et enocre poussent les pays dans les fours de la pauvrete !!!!

    On reve, reve, et reve tout simplement un Madagscar, un paradis !!!

    Dommage ! Raiolon’ tony !

  • 23 octobre 2013 à 11:34 | DIPLOMAT (#846)

    Pourquoi la BM ne s’etait elle pas exprimée avant ce jour !
    Voilà des années que notre côté, nous ne cessions pas de dénoncer l’incapacité pour une equipe de putchiste de maintenir l’économie de la periode 2002/2009.

  • 23 octobre 2013 à 12:57 | jansi (#6474)

    Comment peut on espérer une résolution de la crise et la relance économique quand on sait que les candidats de la short list sont tous finances par l’étranger pour mener campagne ?

  • 24 octobre 2013 à 15:27 | chtij (#7150)

    Bonjour il faut éviter les voyous . Déjà éliminé les listes d ancien tortionnaire qui ont sévit jus-quand 2002 et de 2009 /2013 .Ensuite étudié les programmes et les financements occultes et de provenance douteuses
    Dommage que les malgaches ce soit fait enfumer en 2009 ,mais aujourd hui les temps changent
    Garder l espoir vous ne pouvez pas descendre plus bas donc cela ne peut que remonter
    Courage dieu vous garde

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS