Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 30 novembre 2020
Antananarivo | 06h48
 

Politique

Syndicat des ingénieurs agronomes

Lobbying pour des postes dans les ministères

samedi 12 novembre 2011 | Haingo

Le syndicat des Ingénieurs Agronomes de Madagascar (SIAM) a été crée en octobre 2011. Il regroupe les ingénieurs agronomes professionnels ayant toutes les spécialités et expériences requises dans tous les secteurs d’activités que ce soit public ou privé. Quelques membres du SIAM avec son président national Rakotoson Philbert ont été devant la presse ce 11 Novembre à Nanisana. Au cours de cette conférence, ils ont expliqué les raisons de leur existence et leurs objectifs.

Selon le SIAM, le développement rural est une politique stratégique qui doit être conçue et mise en œuvre par des personnes qui ont les compétences suffisantes pour le faire. Si ce n’est pas le cas, la vie des paysans reste en jeu. Le SIAM d’ajouter que son devoir est ainsi d’interpeller l’État sur le profil des personnes qui sont appelées à occuper les postes de hauts responsables dans les secteurs du développement rural tel que l’agriculture, l’élevage, la pêche et les eaux et forêts.

Il est à noter que ce syndicat regroupe actuellement des milliers de membres adhérents à travers le pays et s’ouvre à toutes personnes intéressées et concernées.

Le SIAM a évoqué la situation du pays qui occupe le premier rang au niveau de la pauvreté ; ce syndicat explique alors qu’il a été créé en vue de promouvoir le développement du monde rural qui représente 80% de la population. En d’autres termes, la raison d’être du SIAM est de prendre soin du monde de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche ainsi que les eaux et les forêts. Madagascar a besoin des professionnels en la matière, souligne le président du SIAM. À son avis, le blocage engendré par les incompétents est à l’origine de notre situation de pauvreté ; l’insuffisance alimentaire, l’inexistence d’une stratégie bien planifiée pour pouvoir sortir de cette situation. Or, Madagascar dispose des techniciens spécialisés, selon toujours ce président. Ainsi l’objectif du SIAM est de redonner l’image aux ingénieurs agronomes compétents dans l’ensemble tout en élaborant des stratégies spécifiques. Ils se sont montrés prêts à prendre leur responsabilité et à prouver leur implication active dans la mise en œuvre du processus de conception, de prise de décision et d’exécution concernant toute politique et tout programme touchant le domaine de l’agronomie à Madagascar.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 12 novembre 2011 à 09:54 | Lemurkata (#801)

    Bonjour à tous,

    Il y a deux points qui m’interpellent dans ce que le SIAM dit à travers cette conférence de presse.

    Premièrement, je ne suis pas d’avis qu’il faut un technicien à la tête des ministères (quel que soit le ministère en question). Le misnistre définit les orientations politiques et stratégiques du secteur dont il a la charge. Le technicien cherche les moyens les plus adaptés pour mettre en oeuvre cette politique et cette stratégie. Si le politicien et le technicien sont complémentaires, ils ne sont pas toujours interchangeables. Bref, un bon tecnicien ne fait pas toujours un bon ministre. Et un bon ministre n’est pas forcément un bon technicien.

    En deuxième lieu, je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il est essentiel à notre nation d’avoir une politique cohérente de développent du monde rural. Si on aime à considérer que 75 à 80% de notre population est rurale, nous devrions logiquement affecter 80% de nos ressources à ce secteur. Faites le compte, on en est très loin.

    En ces temps de crise où on cherche à attirer les investisseurs, le meilleur moyen d’y arriver c’est d’améliorer le revenu de ces 80% de la population, qui deviendrait du coup autant de consommateurs potentiels. Et là où il y a des consommateurs, les investisseurs viennent sans qu’on ait besoin de les attirer. C’est ainsi que tout le monde se rue sur la Chine et son milliard et demi de consommateurs maintenant que celle-ci s’est ouverte à l’économie de marché. Au lieu de chercher à créerr des usines sans débouchés (et sans approvisionnement local), créons des consommateurs potentiels en améliorant le revenu de la population rurale. Les usines et autres investissements suivront d’eux même.

    • 12 novembre 2011 à 12:46 | HINDY (#1781) répond à Lemurkata

      "Si on aime à considérer que 75 à 80% de notre population est rurale, nous devrions logiquement affecter 80% de nos ressources à ce secteur."

      Je suis d’accord à 100%. Mais qui oserait à appliquer cette politique ? Car ce serait le monde actuel à l’envers : c’est la minorité (20%) qui commande et détient la richesse et le gros de la troupe (20%) n’a rien.

      Mais ce serait une politique très volontariste et a de forte chance de résoudre les migrations vers les villes et leur surpopulation qui n’est pas en rapport au marché du travail et aux infrastructures d’accueil.

      Par la même occasion on résoudrait le problème essentiel de tout humain : pouvoir manger à sa faim.

  • 13 novembre 2011 à 04:06 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    De formation juridique et économique, fiscaliste de profession,

    le gouvernement idéal pour moi c’est d’avoir des ministres candides, de bonne moralité,apolitiques et compétents, à tous les postes. Sans changer le cabinet ministériel qui continue leur "coltin", assure la continuité.

    AVANTAGES : Le candide va chercher à comprendre et ne va pas lâcher tant que c’est pas clair et net pour lui.
    Un spécialiste, non ! Il va "magouiller" dans les procédures, les calculs ... Ni vu, ni connu à l’insu de tout le monde. Très possessif.

    INCONVENIENTS : Le temps d’adaptation, la maîtrise de son nouveau domaine,etc ...

    Comme idée :
    - un expert en économie et finances dans l’Education nationale,
    - un bon agrégé littéraire dans l’aménagement du territoire,
    - un scientifique des sciences exactes dans la sauvegarde du patrimoine,
    - un philosophe à l’intérieur,à la sécurité et à la police,
    - un quidam, sans diplomes,pragmatiques, aux finances, économie, budget, ...
    - un ouvrier à la communication ...
    - Etc ...

    Une idée pour relancer et surtout se passer du "cursus traditionnel" et éviter les erreurs précédents.
    Le cas de Pierrot Rajaonarivelo ...est clair et net ! Toujours cette ambition du "grand argentier" de M/car ... Il roule pour qui exactement ? Même Ratsiraka est (ou fait semblant) paumé sur ce que fait et décide Pierrot Rajaonarivelo à qui il ne dit rien ... Bizarre ! Les autres se font tout de suite tapés sur les doigts ... ou rament dans le vide !!!

    Le cas Ravalomanana, quelle cata ! Ils sont sur la voie de l’implosion et non de l’explosion ...Beaucoup de maladresses stratégiques et politiques... Le cas de Zazah et de Raharinaivo, et autres en sont l’illustre exemple.
    Où sont les "Guy" et "Hery" de Ravalomanana ?

    Ils ont quitté la pirogue de Ravalomanana sans monter dans la barque de Ratsiraka ! Pas fous le mecs !!!

    Ravalomanana ferait mieux d’être discret pendant la transition et prépare dans la discrétion son retour avec des objectifs, plans et projet de société.
    Il perd inutilement son temps en attaquant Rajoelina à tout bout de champ.

    Eh oui, c’est ainsi !

  • 13 novembre 2011 à 11:06 | Parole (#2602)

    Encore un syndicat qui veut placer un des siens au gouvernement ! Après les magistrats et les administrateurs civils...

    Décidément tout va de travers dans cette transition. Les partis et syndicats, loin de jouer leurs rôles de médiateurs sociaux, sont devenus des cliques au services d’aventuriers politiques. Il est temps de mettre un terme à cette triste farce.

    • 14 novembre 2011 à 03:47 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à Parole

      Tout le monde peut postuler un poste de ministre ... par l’intermédiare d’un parti politique, d’une association, d’un syndicat ... et même à titre personnel ! Vu qu’il n’y a aucun texte régissant ce sujet.

      Ce dont on doit se méfier c’est le lobbying ...surtout à M/car où tout politique est volatile, superficiel et versatile...

      N’empêche, le SIM ou SYM (mes excuses !) est plus près de la réalité en côtoyant les plus de 80% des Malagasy que nos politiciens actuels, élus ou non élus, ne pensent pas à notre agriculture et à notre potentialité dans ce domaine ...
      Une situation de réserves naturelles qui fait rester La France, attire les pays asiatiques, fait rêver l’Afrique ...

      Une fois la transition faite, la priorité des priorités c’est l’autosuffisance alimentaire pour les siècles à venir en passant par l’agriculture. Pas la peine de primer les transactions financiéres et les matières premiéres ... On nous saborde de tout bord.

      Laissons aussi le textile aux autres, les finances et sevices à certains, ... On est dépassé par nos voisins : Ile Maurice, Maroc, Afrique du Sud, ...
      Développons notre agriculture !

      Point barre comme aime dire notre co-forumiste qui ratisse large, loin de la réalité !!!

      Moi ? Tout simplement :

      VELOMA !

      C’est normal que Ravalomanana a voulu brader au Sud Coréen le grand-ouest de M/car. Une affaire qu’il a mal négociée ...origine de sa chute sans repêchage !!!

      Voilà !

  • 13 novembre 2011 à 15:45 | herbert leon (#5976)

    Tu seras ministre, mon Fils.


    Si tu sais réprimer les élans de ton âme,

    Si tu peux composer avec la vérité

    Et dans ton jeune esprit, éteindre toute flamme

    Pour n’être jamais las, déçu ni dégoûté.



    Si tu n’éprouves plus d’intérêt pour grand-chose,

    Si tu es par bonheur raté dans ton métier,

    Professeur sans disciple, avocaillon sans cause,

    Commerçant en faillite ou docteur meurtrier.



    Remplaçant le talent par quelques tours habiles,

    Si tu peux te sentir à ton aise partout,

    Paraître intelligent aux yeux des imbéciles,

    Honnête et vertueux aux regards des filous.



    Si tu peux évoquer sans visible faiblesse,

    Et n’y croyant jamais, l’idéal des grands mots,

    Si dès qu’on a fini de te botter les fesses,

    Tu veux bien, sur-le-champs, embrasser ton bourreau.



    Si tu sais en parlant cacher ton ignorance

    Et sur n’importe quoi faire de grands discours,

    Si tu peux, dans un mouvement d’éloquence,

    Flétrir la trahison pour trahir à ton tour.



    S’il t’est possible encore sans trop chercher la place

    D’avoir dès qu’il le faut une main sur ton coeur,

    D’être grand comédien virtuose en grimaces,

    De mentir en donnant ta parole d’honneur.



    Si les échecs dont tu es le seul responsable,

    Ne t’empêchent jamais d’avoir le verbe haut,

    Si tu peux sans frémir recevoir à ta table

    Comme de vieux amis les plus tristes salauds.



    Alors ne crains plus rien, fais confiance aux prophètes,

    Le plus bel avenir désormais t’est promis,

    Les honneurs les plus grands couronneront ta tête

    TU SERAS MINISTRE, MON FILS




    Robert Rocca (chansonnier français)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS