Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 22 janvier 2021
Antananarivo | 10h11
 

Editorial

Libéralisme à tout va ?

vendredi 17 août 2007 | RAW

Le but officiel et avoué de la suppression des barrières douanières est de favoriser les consommateurs en faisant baisser les prix sur le marché local. Le problème est que cette alternative prive l’Etat d’une majeure partie de ses ressources. Il faut en outre admettre que les objectifs de l’abaissement des barrières douanières sont à peine atteints. Les produits qui entrent en franchise douanière doivent être acheminés auprès des consommateurs. Or tout ce qui est moyen d’acheminement, véhicules, carburants, entreposage ou magasinage et autres services, ne bénéficient pas de mesures tendant à prioriser ces objectifs d’aide aux ménages et aux consommateurs. Les carburants et tout le logistique d’acheminement sont soumis à de multiples taxes et redevances qui augmentent les prix, non au profit de l’Etat mais en faveur des sociétés qui contrôlent ces moyens de production et d’exploitation. Souvent, l’Etat est même pointé du doigt car il prélève des taxes et des redevances sur ces services, ces produits ou ces moyens logistiques. Mais l’Etat peut-il se permettre de s’en priver alors que les besoins de développement des infrastructures ou des services sociaux nécessitent des ressources financières ?

Finalement, le libre échange proposé par-ci par-là n’est pas aussi efficace qu’on cherche à le présenter. À beaucoup d’égards selon des spécialistes anti-libéralistes, il permet surtout aux multinationales étrangères mieux armées financièrement et technologiquement, la plupart du temps, subventionnées dans leur pays d’origine, de conquérir des parts de marché et de s’imposer, provoquant la disparition des producteurs locaux. Ces anti-libéralistes citent souvent l’exemple suivant : depuis 1999, les importations de poulets congelés en provenance d’Europe augmentent chaque année de près de 20% en Afrique, entraînant la ruine des petits producteurs locaux.

La situation des éleveurs malgaches de « poulet gasy » est-elle meilleure depuis l’entrée des poulets à croissance rapide ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS